Massacre de l'université Thammasat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monument commémoratif du massacre à l'université Thammasat.

Le massacre de Thammasat est un massacre perpétré le par les forces de police thaïlandaises et des bandes paramilitaires d'extrême-droite sur un cortège pacifique d'étudiants et de travailleurs, à l'université Thammasat, en Thaïlande. Le bilan officiel est de 46 morts[1]. Selon Puey Ungpakorn (en), « des sources de la Chinese Benevolent Foundation, qui a transporté et brûlé les morts (…), révèlent qu'elle a traité plus d'une centaine de corps[2]. »

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1973, des manifestations étudiantes avaient permis de chasser du pays le dictateur militaire Thanom Kittikachorn, ouvrant la voie à une période démocratique. Toutefois, dans un contexte de victoires communistes au Vietnam, au Camboodge et au Laos, les élites thaïlandaises se crispent, craignant que leur pays ne bascule à son tour. En 1976, Thanom Kittikachorn revient d’exil prétextant vouloir intégrer une pagode en tant que moine bouddhiste[3]. Les étudiants pro-démocratie se mobilisent en occupant l’université de Thammasat, le massacre du 6 octobre 1976 est immédiatement suivi d’une prise de pouvoir par les militaires et d’un retour à la dictature.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul M. Handley, The King Never Smiles: A Biography of Thailand's Bhumibol Adulyadej, Yale University Press (ISBN 0-300-10682-3), p. 236.
  2. (en) Puey Ungpakorn (en), « Violence and the Military Coup in Thailand », Bulletin of Concerned Asian Scholars, vol. 9, no 3 (juillet-septembre 1977), p. 8.
  3. Adrien Le gal, « Thaïlande : Thammasat, le massacre oublié », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :