Chronologie des attentats commis par Action directe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cette liste regroupe l'ensemble des attentats revendiqués par le groupe armé Action directe ou qui lui sont imputés, ainsi que ceux revendiqués sous d'autres noms, mais imputés à la mouvance Action directe.

1979[modifier | modifier le code]

1980[modifier | modifier le code]

1981[modifier | modifier le code]

1982[modifier | modifier le code]

1983[modifier | modifier le code]

1984[modifier | modifier le code]

  •  : attentat contre les établissements Panhard Levassor à Paris.
  •  : braquage d'une agence BNP à Lyon (le général de gendarmerie Guy Delfosse est abattu).
  •  : attentat contre l'Institut des Affaires Atlantiques. Revendiqué par le commando Ciro Rizzato.
  •  : attentat contre une annexe du Ministère de la Défense ainsi contre des locaux du Ministère de l'Industrie. Revendiqué par l'Unité Combattante Lahouari Benchellal.
  •  : attentat contre une annexe du Ministère de l’Industrie. Revendiqué par l'Unité Combattante Lahouari Benchellal.
  •  : attentat contre l’Agence spatiale européenne. Revendiquée par Action Directe Unité Combattante CIRO, 6 blessés.
  •  : tentative d'attentat à la voiture piégée contre le bâtiment de l’Union de l’Europe occidentale.
  •  : bombe contre le Ministère de la Défense et le siège du Parti socialiste à Paris.
  •  : attentat contre l’usine Messier Hispano Bugatti à Montrouge, 3 blessés, revendiqué par l'Unité Combattante Farid Benchellal.
  •  : attentat contre les locaux de Dassault à Saint Cloud. Revendiqué par l'unité Combattante Farid Benchallal.

1985[modifier | modifier le code]

1986[modifier | modifier le code]

1987[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À l'époque, pour le S.R.P.J. toulousain, la revendication de ces deux attentats liés à Action Directe paraît « fantaisiste »s[7]
  1. a b et c Action directe, Textes de prison 1992-1997, http://www.juanasensio.com/media/00/01/594303545.pdf
  2. Philippe Chassaigne, Les années 1970 : Fin d'un monde et origine de notre modernité, Paris, Armand Colin, coll. « collection U », , 400 p. (ISBN 978-2-200-24903-8, lire en ligne)
  3. a b c et d Jean-Pierre Pochon, Les stores rouges, Édition des Équateurs 2008
  4. https://bdt.frstrategie.org/fiche_acte_terroriste.php?nrbc=0&highlight=Action%20directe%20du%2027-28%20mars&id=844
  5. https://bdt.frstrategie.org/fiche_acte_terroriste.php?nrbc=0&highlight=Action%20directe%20du%2027-28%20mars&id=845
  6. L. P., « Un groupe Action directe revendique le sabotage des installations informatiques de Philips », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Philippe Boggio, « La revendication des attentats par Action directe paraît « fantaisiste » aux enquêteurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. Selon les Textes de prison, ce mitraillage a eu lieu le 17 septembre
  9. Journal officiel: http://www.lexeek.com/jorf/1981/1088/
  10. Page dédiée sur la base nominative et circonstanciée des policiers français morts en service commandé: http://policehommage.blogspot.fr/1981/04/jean-pierre-olive-prefecture-de-police.html
  11. Page dédiée sur la base nominative et circonstanciée des policiers français morts en service commandé: http://policehommage.blogspot.fr/1981/11/guy-hubert-csp-lyon-69.html
  12. Sébastien Schifres, La mouvance autonome en France de 1976 à 1984, Université Paris X, 2004[réf. non conforme]
  13. a et b Le Monde, 14.08.1982
  14. Page dédiée à l'évènement sur le site non officiel des policiers français morts en service commandé : http://policehommage.blogspot.fr/1983/05/emile-gondry-claude-caiola-trudaine-1983-action-directe.html
  15. Chronique du XXe siècle : 1986 - Editions Larousse (ISBN 2-03-503218-0)
  16. ainfos.ca
  17. et donc avant la prise de fonction de Georges Besse
  18. La journaliste Dominique Lorentz a émis une théorie sur l'assassinat de Besse, en soulignant la proximité de cette affaire avec Eurodif, que Besse avait dirigé, et le programme nucléaire iranien (à laquelle la France participait alors) : voir à ce propos l'article de Wikipédia Dominique Lorentz
  19. www.ina.fr[réf. non conforme]
  20. Interrogé par le juge Marsaud, Jean-Marc Rouillan démentit toute implication dans cette tentative d'attentat. La piste de la "branche lyonnaise" fut envisagée. Cependant le juge Bruguière ne semblait pas convaincu de la responsabilité d'Action directe (Alain Marsaud, Avant de tout oublier, Denoël 2002)