Arnaud-Guilhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arnaud-Guilhem
Arnaud-Guilhem
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Intercommunalité Communauté de communes Cagire Garonne Salat
Maire
Mandat
Jean-Pierre Vialatte
2020-2026
Code postal 31360
Code commune 31018
Démographie
Gentilé Arnaud-Guilhémois
Population
municipale
231 hab. (2017 en augmentation de 1,32 % par rapport à 2012)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 37″ nord, 0° 53′ 55″ est
Altitude Min. 279 m
Max. 463 m
Superficie 7,70 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Gaudens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bagnères-de-Luchon
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnaud-Guilhem
Liens
Site web arnaud-guilhem.fr

Arnaud-Guilhem (Arnaud Guilhèm en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Arnaud-Guilhémois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située en pays du Comminges en Rivière-Verdun, à mi-chemin entre Toulouse et Tarbes, à proximité du péage autoroutier de Lestelle-de-Saint-Martory.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arnaud-Guilhem est limitrophe de six autres communes.

Communes voisines.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par la Garonne dans sa partie sud-est dont le défilé de l'Escalère et les vestiges du pont d'Apas sont des sites inscrits (SI) au titre de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 770 hectares ; son altitude varie de 279 à 463 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A64 sortie no 19 en venant de Toulouse, ou no 21 en venant de Tarbes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Arnaud-Guilhem est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Gaudens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 85 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

« Arnaud représente le germanique aran/arin (aigle) associé à waldan (commander) », et « le composé germanique Will-(volonté), accompagné de Helm (casque) est à l'origine des prénoms Guilhem et Guillaume devenus noms de famille »[7].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-Raisin[8].

Ses habitants sont appelés les Arnaud-Guilhémois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 23 juin 1859, la vierge Marie, accompagnée de saint Pierre et saint Jean, serait apparue au lieu-dit Picheloup à quatre jeunes paysannes qui faisaient paître leur troupeau ; le Christ se serait aussi montré sous les traits du Bon Pasteur. Les messages insistent prioritairement sur la construction d'une chapelle, dans l'art roman le plus pur sur le lieu des visions, en l'honneur de Notre-Dame des Sept Douleurs. L’église du village ferait partie du sanctuaire : le Christ et Notre Dame seraient apparus le 7 octobre 1877 à l'une des jeunes femmes, sœur Marie du Bon Pasteur (Félicie Cavé) à l’autel de cette église (selon le manuscrit des événements, p. 398), au sujet d’une statue de « Notre Dame d’Arnaud-Guilhem » à représenter exactement sur le site d’Arnaud-Guilhem au lieu-dit Picheloup. Il y eut, il y a des pèlerinages. Depuis plusieurs décennies l’endroit est entretenu, visité et un petit oratoire est fleuri par des âmes pieuses, particulièrement depuis les années 70[9].

Fin 2002, le manuscrit des événements intitulé « Visions et apparitions touchant Notre Dame d’Arnaud-Guilhem » fut retrouvé par les archivistes du diocèse d’Auch, connu de leurs prédécesseurs mais sans cote, à la suite d'une demande de M. Charles Bisaro, directeur émérite des pèlerinages de l’archidiocèse de Toulouse, qui effectuait des recherches en approfondissement du sujet avec l'autorisation de son archevêque Mgr Émile Marcus. Il compte plus de 400 pages. Aujourd'hui depuis 2003, des messes sont autorisées sur le site, dans le cadre de ces événements, et inscrites dans secteur pastoral local. L'une d'elles fut concélébrée par le M. le vicaire épiscopal de Toulouse, Jean François Brignol, accompagné de trois prêtres le 25 juin 2005, anniversaire des événements (veille de Saint Jean Baptiste). Anniversaire fêté chaque année depuis 2003, le dernier samedi de juin, messe le matin vers 10 h., chapelet mensuel, messe également mi-septembre pour la fête de Notre Dame des sept Douleurs. Selon le manuscrit du XIXe siècle conservé à l'archevêché d'Auch, le Christ supposé demande instamment que la très sainte Vierge Marie soit honorée sous le titre de Notre Dame d'Arnaud-Guilhem[10],[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[12],[13].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cagire-Garonne-Salat et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Arnaud-Guilhem faisait partie de l'ex-canton de Saint-Martory) ainsi que de la communauté de communes du canton de Saint-Martory.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Pierre Mourlan    
mars 2001 mars 2014 Georges Daunes PS  
2014 2016
(démission)[14]
Rose Vinsonneau SE  
2016 En cours Jean-Pierre Vialatte    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16]. En 2017, la commune comptait 231 habitants[Note 3], en augmentation de 1,32 % par rapport à 2012 (Haute-Garonne : +6,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
575615705605706642625674570
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
578545470468454429433410402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
390383411377340338287263239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
237198192191191167198223232
2017 - - - - - - - -
231--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Arnaud-Guilhem fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Tarot,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  7. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et noms de lieux du Midi de la France, éd. du Beffroi, 2002
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. En souvenir de Notre-Dame de Picheloup sur La Dépêche.fr.
  10. [http://www.arnaud-guilhem.org Les Servants de Notre Dame d'Arnaud-Guilhem
  11. Association des amis de ND de Picheloup
  12. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  13. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 13 août 2020).
  14. La Dépêche du Midi, « Arnaud-Guilhem. Les élections des 22 et 29 novembre sont annulées », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  18. « Arnaud-Guilhem. La légende de Notre-Dame de Picheloup », sur ladepeche.fr (consulté le 16 décembre 2019)
  19. Alphonse Dumail, Les Églises du diocèse de Comminges - Chapelles et monuments dédiés à Notre-Dame, Société des Etudes du Comminges, (ISBN 2-9511114-1-X), p. 211-219