Mancioux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mancioux
L'église de Mancioux.
L'église de Mancioux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes Cagire-Garonne-Salat
Maire
Mandat
Henri Goizet
2014-2020
Code postal 31360
Code commune 31314
Démographie
Gentilé Manciousains
Population
municipale
442 hab. (2014en augmentation de 4.49 % par rapport à 2009)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 31″ nord, 0° 57′ 08″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 485 m
Superficie 7,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Mancioux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Mancioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mancioux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mancioux
Liens
Site web http://www.mairie-mancioux.fr/fr/index.html

Mancioux est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Manciousains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le canal de Saint-Martory à Mancioux.

Commune de l'unité urbaine de Boussens, située sur le canal de Saint-Martory et à la confluence de la Garonne avec la Noue, dans le Comminges, à 21 km au nord-est de Saint-Gaudens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mancioux
Auzas Le Fréchet Boussens
Laffite-Toupière Mancioux
Saint-Martory Roquefort-sur-Garonne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Garonne, son affluent la Noue ainsi que par le canal de Saint-Martory.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès :

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités industrielles entre 1912 et 1917

À partir de la fin du XIXe siècle, la possibilité d'utiliser l'énergie hydraulique a donné naissance à une activité industrielle en relation avec la création de centrale hydroélectrique. Les trois communes de Roquefort-sur-Garonne, de Mancioux et de Boussens occupent un point de passage obligé sur la cluse ouverte par la Garonne dans le chaînon des Petites Pyrénées, position qui permettait de contrôler les flux de circulation longeant les Pyrénées entre la Méditerranée et l’Aquitaine. La Garonne permettait de développer des centrales au fil de l’eau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne, de la communauté de communes Cagire-Garonne-Salat et du canton de Bagnères-de-Luchon (avant le redécoupage départemental de 2014, Mancioux faisait partie de l'ex-canton de Saint-Martory).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Georges Sirgant    
mars 2008 en cours Henri Goizet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 442 habitants, en augmentation de 4,49 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
428 518 481 490 551 556 578 608 628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
539 542 483 476 494 446 437 409 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351 358 377 340 333 318 311 354 373
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
377 393 347 406 391 344 418 441 442
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[5] 1975[5] 1982[5] 1990[5] 1999[5] 2006[6] 2009[7] 2013[8]
Rang de la commune dans le département 184 221 207 229 266 255 258 264
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1912, Jean Charrié, jeune ingénieur agronome, est venu s’installer avec son épouse à Roquefort-sur-Garonne, puis à Mancioux. Il venait d’être recruté pour remettre en état la centrale hydroélectrique de Mancioux. Plus tard, il participera au développement d’une unité de production de chlore liquide à Estarac, sur la commune de Boussens.

Jean Charrié dispose d’un appareil photo de type Vérascope qui autorise des vues en relief. Ce sont ces photos qui sont restituées dans le curieux du patrimoine, des événements climatiques. Il livre une série de clichés sur les trois communes[10]

De plus, engagé dans un important effort de construction ou de reconstruction d’usines, Jean Charrié réalise une série de photographies au gré des changements. Ces photos ont une grande valeur pour la mémoire industrielle.

Les vues prises entre 1912 et 1913 présentent la remise en fonction de la centrale hydroélectrique[11].

Puis, de 1916 à 1917, elles retracent la création d’une unité de production de chlore liquide, probablement lancée pour répondre aux besoins de l’armée dans la guerre chimique[12].

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Centre communal d'action sociale,

Enseignement[modifier | modifier le code]

Mancioux fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un groupe scolaire : maternelle et primaire[13].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Fête locale troisième week-end de juillet,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque, chasse,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Association de protection du biotope de l'île de Begue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]