Association des maires ruraux de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Association des maires ruraux de France
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association d'élus (association loi 1901)
But Défense et promotion de la ruralité et de la liberté communale
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1971
Fondateur Etienne Furtos, Jean Herbin, François Paour, Gérard Pelletier, Andrée Rabilloud, Pierre-Yves Collombat
Identité
Siège 302 rue Garibaldi 69007 Lyon
Personnages clés Michel Fournier, Président
Dominique Dhumeaux, 1er vice-président,
Jean-Paul Carteret, 2e vice-président
John Billard, Secrétaire général,
Louis Pautrel, trésorier adjoint
Domnique Chappuit, trésorière
Daniel Barbe, vice-président
Sébastien Gouttebel, vice-président
Jean-Jacques Marty, vice-président
Nadine Kersaudy, secrétaire générale adjointe
Yvan Lubranesky, vice-président
Michel Gros, vice-président
Fanny Lacroix, vice-présidente
Andrée Rabilloud
Pierre-Yves Collombat
Président Michel Fournier (depuis 2020)
Membres env. 10 000
Slogan Des maires au service des maires
Site web http://www.amrf.fr/

L’Association des maires ruraux de France réunit les élus des communes de moins de 3 500 habitants, pour représenter, défendre et promouvoir les communes rurales et la liberté municipale. À ce titre, elle peut être considérée comme un lobby du monde rural et des collectivités.

Présentation[modifier | modifier le code]

L’Association des maires ruraux de France (AMRF) se présente comme une fédération qui « s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité ».

Bureau[modifier | modifier le code]

Les membres du bureau national de l'AMRF et leur commune[1]
Fonction Nom Commune
Président Michel Fournier Les Voivres, Vosges
Premier vice-président Dominique Dhumeaux Fercé-sur-Sarthe, Sarthe
2e vice-président Jean-Paul Carteret Lavoncourt, Haute-Saône
Trésorière Dominique Chappuit Rosoy, Yonne
Secrétaire général John Billard Le Favril, Eure-et-Loir
Trésorier adjoint Louis Pautrel Le Ferré, Ille-et-Vilaine
Vice-président Daniel Barbe Blasimon, Gironde
Vice-président Sébastien Gouttebel Murol, Puy-de-Dôme
Vice-président Jean-Jacques Marty Saint-Ferriol, Aude
Secrétaire générale adjointe Nadine Kersaudy Cleden-Cap-Sizun, Finistère
Vice-président Yvan Lubraneski Les Molières, Essonne
Vice-président Michel Gros La Roquebrussanne, Var
Vice-présidente Fanny Lacroix Châtel-en-Trièves, Isère

Engagements[modifier | modifier le code]

L'AMRF indique plusieurs engagements, dont la volonté de défendre la liberté communale, l'indépendance vis à vis des partis politiques, le développement des services publics, la lutte contre la désertification et l'équité dans l'aménagement du territoire[2].

Services et publications[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, l'AMRF propose à ses adhérents la possibilité de créer le site internet de la commune via une plateforme de publication[3].

Le journal officiel de l'association s'intitule "36000 communes" ; il est adressé aux adhérents de l'AMRF, ainsi qu'à tous les parlementaires, les conseils généraux, les conseils régionaux[4], les ministères et les préfectures. Il est disponible en ligne dans les archives le mois suivant sa parution.

La vie de l'AMRF est rythmée par deux événements chaque année : une assemblée générale au printemps à Lyon, qui réunit les grands électeurs de l'association, et un congrès à l'automne organisée chaque année dans un département différent : Nord (2019)[5], Hautes-Alpes (2018)[6], Finistère (2017)[7], Loire (2016)[8], Puy-de-Dôme (2015)[9], Indre (2014)[10], Haute-Saône (2013)[11].

Historique[modifier | modifier le code]

L'Association des Maires Ruraux de France (AMRF) a été créée en 1971, en réaction à la loi Marcellin (Loi sur les fusions et regroupements de communes) qui proposait de fusionner les communes, pour en supprimer environ un tiers. À l'initiative d'Étienne Furtos, maire d'Unias, un groupe d'élus ruraux créent l'Association des Maires de France – Communes Rurales (A.M.F. - C.R.). Cinq ans plus tard, l'association se prononce contre le rapport Guichard, qui propose de regrouper les communes et de réformer l'organisation territoriale. L'association adoptera le nom de Fédération Nationale des Maires Ruraux (FNMR) en 1983.

D'abord centrée sur la défense des communes, la FNMR (fédération nationale des maires ruraux), plus spécialisée que l'AMF, devient un centre de réflexion sur l'autonomie locale, la fiscalité, puis l'urbanisme, l'intercommunalité (décentralisation de 1982, loi ATR, ou schéma d'aménagement du territoire établis par Charles Pasqua). À partir de 1983, la FNMR défend l'idée d'un statut des élus, jusqu'à son adoption en 1992 (en 1987, Yves Galland proposait de limiter le statut de l'élu aux communes de plus 500 habitants). Elle a poursuivi son action autour de la question de la responsabilité pénale de l'élu local. Depuis le début des années 1990, la défense des services publics locaux (présence postale, santé, perceptions...) est l'un de ses engagements forts.

En 1986 et 1988 ont lieu des États Généraux de la Ruralité. Puis, en 1991, la FNMR participe à la conception des "Maisons de Service Public" et des "Points Multi-Services", inaugurés à titre expérimental en Isère et dans la Haute-Saône. En 2003, la FNMR prend le nom actuel d'Association des maires ruraux de France (AMRF).

L'AMRF est composée d'associations organisées par départements. Elle est présente dans 83 départements français[12].

Liste des présidents successifs[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs de l'association
Période Identité Commune
1971-1983 Étienne Furtos Unias (42)
1983-1999 François Paour Saint-Bernard (01)
1999-2008 Gérard Pelletier Raze (70)
2008-2020 Vanik Berberian Gargilesse-Dampierre (36)
depuis 2020 Michel Fournier Les Voivres (88)

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 1971 : création de l'« AMF - Communes Rurales » à la suite de la loi Marcellin[13]
  • 1983 : l’association adopte le nom de FNMR et milite pour un statut de l’élu[13]
  • 1994 : « Manifeste pour le monde rural »[14], texte fondamental de l'AMRF
  • 1998 : la FNMR fonde avec la SMACL l’Observatoire des risques juridiques des collectivités territoriales[15]
  • 2000 : rassemblement et "Appel de Gergovie" pour l’avenir des communes rurales[16]
  • 2001 : la FNMR dépose une pétition de 6000 signatures de maires pour un vrai statut de l’élu[17]
  • 2003 : la FNMR devient l’AMRF, et réaffirme son attachement aux services publics
  • 2004 : Manifeste des élus locaux pour des services de proximité[18]
  • 2005 : l’AMRF recueille 6200 délibérations[19] poussant à la création du fonds postal de péréquation territoriale
  • 2009 : opération "École numérique rurale"[20] du plan de relance économique de la France de 2008-2009
  • 2015 : Mobilisation contre la loi NOTRe[21],[22]
  • 2016 : États Généreux de la Ruralité[23]
  • 2018 : Mairie ouverte - cahiers de doléances[24],[25]
  • 2019 : Lancement de l'Agenda rural[26]
  • 2019 : Parlement rural[27]

Prises de position[modifier | modifier le code]

L'AMRF prend position sur un certain nombre de sujets : En 2018, dans le contexte du mouvement des gilets jaunes, l'association prend l'initiative de cahiers de doléances accessibles en mairie[28]. L'ensemble de ces doléances a été remis au Président de la République en main propre par le président de l'AMRF[29].

L'association attire l'attention sur les déserts médicaux[30], et s'oppose aux recommandations du conseil scientifique relatives à la tenue des élections régionales et départementales en 2021[31].

Le président de l'AMRF estime en 2017 que les maires sont très courtisés, voire « harcelés » au moment de la récolte des parrainages pour l'élection présidentielle[32], en soulignant que le principe des parrainages entraîne un potentiel « chantage aux subventions futures »[33].

L'AMRF passe en février 2019 un accord avec Airbnb, plateforme de location saisonnière. Il s'agit de développer le potentiel touristique des territoires ruraux[34], au moment où les grandes villes cherchent à mieux contrôler la plateforme[35]. Pour chaque annonce nouvelle créée, Airbnb s'engage à verser 100€ à un fonds dédié au financement de projets touristiques ruraux selon les conditions convenues entre Airbnb et l'AMRF[36],[37].

L'association participe régulièrement au débat public par des manifestes ou des rapports remis lors des grands aménagements législatifs concernant la ruralité et le rôle de la commune[38]. Elle est ainsi associée à un lobby[39],[40],[41], mais indique agir pour le compte de l'intérêt général[40].

L'AMRF est à l'origine de l'Agenda rural, repris par le Gouvernement en 2019, avec 173 mesures pour la ruralité[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les membres du Bureau – Association des Maires Ruraux de France », sur www.amrf.fr (consulté le )
  2. « Des maires au service de la ruralité », sur Paroles d'élus (consulté le )
  3. « Campagnol – Association des Maires Ruraux de France », sur www.amrf.fr (consulté le )
  4. Mensuel "36000 communes" téléchargeable en ligne
  5. Géraldine Woessner, « Comment le gouvernement câline les maires ruraux », sur Le Point, (consulté le )
  6. « Réunis en congrès, les maires ruraux sifflent le « plan vélo » », L'interconnexion n'est plus assurée,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « congrès amrf »
  8. « L’AMRF dénonce les « conventions de ruralité » de l’Education nationale », sur Courrier des maires (consulté le )
  9. « Congrès national des Maires ruraux les 26 & 27 septembre 2015 à Murol (63) », sur Bulletin des Communes, (consulté le )
  10. « Réforme territoriale : la jacquerie des maires ruraux », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  11. « En direct sur Internet - Politique - Les maires ruraux seront en congrès national ce samedi à Port-sur-Saône (70). Sans la ministre Duflot, mais avec le très remonté président de l’AMRF, Vanik Berberian. Il dresse un état des lieux critique. « On va le payer très cher » », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  12. « Adhérer – Association des Maires Ruraux de France », sur www.amrf.fr (consulté le )
  13. a et b « Qui sommes-nous ? – Association des Maires Ruraux de France », sur www.amrf.fr (consulté le )
  14. Manifeste pour le monde rural
  15. « Observatoire Smacl des risques de la vie territoriale | Interdoc », sur www.interdoc.asso.fr (consulté le )
  16. « Appel de Gergovie »
  17. « Historique de l'AMRF »
  18. « Dix associations d'élus locaux signataires du «Manifeste pour des services publics de proximité équitables et performants» | Maire-Info, quotidien d'information destiné aux élus locaux », sur www.maire-info.com (consulté le )
  19. « 6 200 délibérations et 120 maires ruraux au Sénat les 8 et 9 mars | Maire-Info, quotidien d'information destiné aux élus locaux », sur www.maire-info.com (consulté le )
  20. « 50 millions d'euros pour aider 5.000 écoles rurales à s'équiper en numérique », sur Banque des Territoires, (consulté le )
  21. « Vanik Berberian : les communes nouvelles ne peuvent être que "le fruit d'une décision de la population" », sur Banque des Territoires, (consulté le )
  22. « Manifestation de maires ruraux à Paris | Maire-Info, quotidien d'information destiné aux élus locaux », sur www.maire-info.com (consulté le )
  23. « Vanik Berberian convoque des "Etats généreux de la ruralité" », sur Banque des Territoires, (consulté le )
  24. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/cahiers-de-doleances-dans-les-mairies », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le )
  25. « Les cahiers de doléances désormais entre les mains d'Emmanuel Macron », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  26. « Agenda rural : faire des campagnes des territoires d’avenir », sur Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales (consulté le )
  27. « Naissance du Parlement rural français », sur Banque des Territoires, (consulté le )
  28. Pauline Pennanec'h, « "Gilets jaunes" : qu'est-ce que l'on retrouve dans les cahiers de doléances ? », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  29. « Les maires ruraux ont confié les cahiers de doléance à Emmanuel Macron », sur Courrier des maires (consulté le )
  30. « Déserts médicaux: l’accès aux soins se dégrade en zone rurale selon plusieurs études », sur Journal L'Est Eclair, (consulté le )
  31. Le Point avec AFP, « Régionales : les maires ruraux disent non aux recommandations du conseil scientifique », sur Le Point, (consulté le )
  32. Alexandre Sulzer, « Parrainages à la présidentielle: des maires sans étiquette très courtisés », sur LExpress.fr, (consulté le )
  33. Cécile Mazin, « Les "J'accuse" d'Alexandre Jardin : “Le viol légal, ça suffit.” », sur ActuaLitté.com, (consulté le )
  34. « Les maires ruraux signent un accord avec Airbnb pour développer le potentiel touristique des campagnes », sur Franceinfo, (consulté le )
  35. Thibaut Déléaz, « Après les villes, Airbnb mise sur les villages », sur Le Point, (consulté le )
  36. « Campagnes d'avenir l Airbnb et l'AMRF », sur Airbnb (consulté le )
  37. Sarah Calamand, « Airbnb et les maires ruraux s'allient pour booster le tourisme », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  38. César Armand, « Comment se prépare le plan national en faveur des territoires ruraux », sur La Tribune, (consulté le )
  39. Haude d'Harcourt, « Le lobby des maires », Pouvoirs,‎ , p. 71-80 (lire en ligne)
  40. a et b Jean-Baptiste Forray, « Lobbying : le cumul, meilleur allié des associations d'élus locaux », sur La Gazette des Communes, (consulté le )
  41. « Un nouveau lobby pour les ruraux - 01/10/2015 », sur La Lettre A, (consulté le )
  42. « Avec la visite d'Édouard Philippe dans le Nord, le gouvernement au chevet des maires ruraux », sur Le HuffPost, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]