Acide gras essentiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
EFA to Eicosanoids.svg

Les acides gras essentiels ou indispensables, (ou anciennement vitamine F), constituent une famille d'acides gras contenant plusieurs liaisons doubles, que ne peuvent fabriquer les mammifères, qui doivent les trouver dans leur alimentation.

Lorsque les acides gras essentiels ont été découverts en 1923, ils ont été appelés vitamine F, appellation depuis tombée en désuétude[1].

Acide gras indispensables[modifier | modifier le code]

L’organisme des mammifères est capable de synthétiser des acides gras à partir de l’acide oléique. Cependant, ce n’est pas le cas de certains acides gras à 34 atomes de carbone contenant plusieurs liaisons doubles ; ils ne sont fabriqués que par des bactéries ou des végétaux. Les mammifères ne peuvent donc les obtenir que par leur alimentation. On les appelle acides gras indispensables. Ils sont également parfois appelés vitamine F[2] (appellation désuète).

Il faut faire attention au vocabulaire.

Du point de vue physiologique, on distingue :

  • les acides gras indispensables : acides gras que l'organisme ne peut pas synthétiser et qui doit donc être apporté par l'alimentation. Ils sont nécessaires au développement et au bon fonctionnement du corps humain (ce sont les acide linoléique et acide α-linolénique) ;
  • les acides gras conditionnellement indispensables : acides gras qui jouent un rôle vital pour l'organisme, mais qui peuvent être synthétisés. Ils sont nécessaires pour la croissance normale et les fonctions physiologiques des cellules mais ils peuvent être fabriqués à partir de leurs précurseurs s'il sont apportés par l'alimentation. Ils sont donc rigoureusement requis si leur précurseur indispensable est absent (ce sont les autres acides gras des familles oméga 6 et oméga 3) ;
  • les acides gras non indispensables ou bien non essentiels.

L'ensemble des acides gras indispensables et conditionnellement indispensables constituent les acides gras essentiels. Les autres acides gras sont dits non essentiels[3].

L’acide linoléique oméga 6 et l’acide linolénique oméga 3 sont des acides gras indispensables. Ils servent de précurseurs à plusieurs acides gras qui sont parfois appelés également acides gras essentiels.

Acides gras précurseurs[modifier | modifier le code]

Chez l'homme, deux acides gras indispensables se distinguent par l'importance de leur rôle :

On retrouve ces mêmes deux acides gras indispensables chez de nombreux animaux, dont le chien et le chat ; chez le chat, l'acide arachidonique (ω6) vient compléter cette liste.

Ni l'homme, ni l'animal ne sont capables de les synthétiser, mais l'un et l'autre peuvent ajouter à ces deux acides gras indispensables des doubles liaisons supplémentaires, entre la dernière double liaison et la fonction carbonyle en 1(COOH), et allonger la chaîne de carbones à cette extrémité.

Ainsi l’acide γ-linolénique et l’acide arachidonique sont synthétisés par l’organisme. La synthèse de ce dernier diminue avec l’âge, il devient donc indispensable chez les personnes âgées[4].

L'ensemble des dérivés obtenus constitue les deux familles d'acides gras oméga-3 et oméga-6, qui sont nécessaires au maintien d'une fonction bio-chimique, cellulaire ou physiologique donnée. Il n'existe ni transformation métabolique, ni substitution fonctionnelle entre les deux familles Oméga-6 et Oméga-3[5].

Les acides gras des séries oméga-3 et oméga-6 sont très importants pour l'organisme car ce sont des constituants des membranes cellulaires. (Ils sont en compétition dans l'organisme, en effet les enzymes utilisées par une voie ne sont plus utilisables par l'autre)[pas clair].

La famille des oméga-3[modifier | modifier le code]

L'acide α-linolénique (ALA) est le précurseur de la famille des oméga-3. Grâce à des enzymes, l'acide α-linolénique va être transformé en acide eicosapentaénoïque (EPA), lui-même précurseur de deux groupes de molécules :

Les eicosanoïdes jouent un rôle anti-inflammatoire et anti-allergique. Ils assurent la protection des artères et du cœur.

L'acide docosahexaénoïque assure l'intégrité des fonctions cérébrales, joue un rôle dans la formation des spermatozoïdes ainsi que dans le développement du cerveau et de la rétine. On peut le trouver directement dans l'alimentation (poissons gras tels le saumon, le thon blanc, la sardineetc.).

La famille des oméga-6[modifier | modifier le code]

L'acide linoléique (AL) est le précurseur de la famille des oméga-6. Toujours sous l'action d'enzymes, l'acide linoléique est transformé en acide γ-linolénique (AGL), que l'on peut trouver directement dans l'alimentation : huiles de bourrache, d'onagre, de graines de cassis, mais aussi dans le lait maternel.

L'acide γ-linolénique (AGL ou GLA) est lui-même précurseur de l'acide dihomo-γ-linolénique (DGLA), constituant très important des phospholipides de la membrane cellulaire, et acide gras à son tour précurseur :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burr, G.O., Burr, M.M. and Miller, E., « On the nature and role of the fatty acids essential in nutrition », J. Biol. Chem., vol. 86, no 587,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 17 janvier 2007)
  2. Biochimie dynamique de Jacques-Paul Borel et Alain Randoux (ISBN 978-2-8041-2453-3), p. 110.
  3. « Les lipides | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr (consulté le 17 février 2020).
  4. Diététique et nutrition, Marian Apfelbaum, Monique Romon, et Michèle Dubus (ISBN 978-2-294-70566-3) p. 56.
  5. Rapport sur les acides gras de la famille oméga 3 et système cardiovasculaire : intérêt nutritionnel et allégations

Voir aussi[modifier | modifier le code]