Peptide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple de peptide.
Exemple de peptide.
Exemple de peptide.

Un peptide est un polymère d’acides aminés reliés entre eux par des liaisons peptidiques.

Il existe une énorme variété de peptides différents. Par exemple, sachant qu'il y a vingt acides aminés distincts chez l'homme, le nombre de peptides différents formés de dix acides aminés est de 2010, soit 10 240 milliards (environ 1013).

Les peptides constitués d’un faible nombre d’acides aminés (de deux à quelques dizaines) sont nommés oligopeptides. Ils ne sont généralement pas issus de la traduction d’ARNm, mais d’une synthèse enzymatique. Ces oligopeptides peuvent aussi être classés selon le nombre d’acides aminés : ceux comportant deux acides aminés (comme l'aspartame ou l'alitame) sont nommés dipeptides, et ceux comportant trois acides aminés sont nommés tripeptides. Généralement, lorsqu’ils sont plus longs, on parle simplement de peptides (c'est-à-dire qu’on ne précise plus le nombre d’acides aminés).

Les polymères comprenant un plus grand nombre d’acides aminés sont nommés polypeptides. Ceux-ci sont généralement issus d’une traduction d’ARNm.

Les protéines, enfin, sont des assemblages d’un ou plusieurs polypeptides ayant subi des modifications post-traductionnelles et un repliement protéinique.

Les neuropeptides sont des peptides sécrétés par un neurone, qui se singularise alors par sa fonction (neurotransmetteur).

Description[modifier | modifier le code]

Après la constitution de la chaine peptidique, une extrémité est porteuse d'un groupement amine libre - l'extrémité N - ou amino-terminale, et l'autre d'un groupement carboxylique - extrémité C - ou carboxyl-terminale. Dans certains cas ces groupements, tout comme les chaines latérales des acides aminés, peuvent être modifiés. Par convention, et également à cause de la direction de leur synthèse, les séquences peptidiques sont toujours considérées dans le sens N vers C. Pour les acides aminés dicarboxyliques ou diaminés, on précise le carboxyle ou l'amine engagé dans la liaison peptidique.

Différentes classes de peptides[modifier | modifier le code]

Les peptides ribosomiques sont synthétisés par traduction de l'ARNm et sont utilisés comme molécule signal ou comme hormone peptidique.

Les peptides non ribosomiques représentent une famille très diverse de produits naturels avec de très nombreuses activités biologiques et de propriétés pharmacologiques.

Les peptides en cosmétique[modifier | modifier le code]

La peau, est de par sa taille, l’un des organes les plus importants du corps humain. Elle est composée de différentes couches de cellules où de nombreux peptides ont pu être identifiés et utilisés en cosmétique.

L’élastine est une protéine structurale secrétée par les fibroblastes impliquée dans les propriétés d’élasticité de la peau. La séquence VGVAPG a été identifiée plusieurs fois dans cette protéine[1]. Le palmitoyle oligopeptide Pal-VGVAPG-OH stimule la prolifération des fibroblastes permettant de rendre à la peau plus d’élasticité. On peut donc le retrouver dans des produits cosmétiques revendiquant une amélioration de la fermeté du buste par exemple ou du visage avec une action contre les rides.

Le collagène est une protéine présente dans la matrice extracellulaire qui confère aux tissus une résistance mécanique à l’étirement. Le GHK[2] a été identifié comme un fragment issu de la dégradation du collagène. Le palmitoyle oligopeptide Pal-GHK-OH stimule la production de collagène permettant le remplacement de celui dégradé. Il peut être utilisé dans des produits cosmétiques ayant des revendications variées par exemple ceux ayant pour finalité de lutter contre les rides ou contre les vergetures. On le retrouve également dans des produits proposant une augmentation du volume des lèvres.

On retrouve également des peptides dans des immunoglobulines qui sont des glycoprotéines douées d’une fonction anticorps[3]. Ainsi le Palmitoyl tétrapeptide-7 (Pal-GQPR-OH) inhibe la production d’interleukine 6 (agent pro-inflammatoire) ce qui a pour effet de protéger la peau des agressions externes retardant ainsi son vieillissement (il stimule également la production de collagène). Là encore les applications sont diverses, mais on peut considérer par exemple qu’en renforçant la structure de la peau fragile du contour de l’œil, cette séquence peptidique permet d’éviter la perméabilité capillaire et donc l’apparition de cernes.

Les peptides sont aussi présents dans des mécanismes décontractant par le biais des enképhalines comme la kyotorphine (YR)[4] identifiée en 1979. Il a pour effet de décontracter les muscles et a donc naturellement été utilisé dans l’industrie cosmétique pour diminuer les rides d’expression.

Enfin les cheveux sont également concernés par les peptides[5]. Ainsi le biotinyl tripeptide-1 (Biot-GHK-OH) agit à la fois sur l’enracinement mais également sur la croissance du cheveu. Il permet donc des revendications cosmétiques contre la chute de cheveux.

L’un des précurseurs dans l’identification et l’utilisation de séquences peptidiques ayant des bénéfices cosmétiques est la société Sederma, basée en France. Ses chercheurs ont mis au point et synthétisé des séquences peptidiques qu’ils ont intégrées dans des ingrédients actifs cosmétiques offrant des bénéfices divers. Les plus connus sont ceux de la gamme des Matrixyl®.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert M. Senior, Gail L. Griffin, P. Mecham, David S. Wrenn, Kari U. Prasad and Dan W. URRY.The journal of Cell Biology, volume 99 september 1984 870-874
  2. François-Xavier Maquart, Loren Pickart, Maryvonne Laurent, Philippe Gillery, Jean-claude Monboisse and Jacques-Paul Borel. Febs Letters, volume 238, number 2, 10 October 1988, 343-346
  3. N.I. VERETENNIKOVA*, G.I. CHIPENS, G.V. NIKIFOROVICH, YA. R. BETINSH International Journal of Peptide and Protein Research Volume 17, April 1981, Issue 4, pages 430–435
  4. Hiroshi Takagi, Hirohito Shiomi Hiroshi Ueda and Hiro Amano. European Journal Of Pharmacology, Vol 55, 1979, p109-111
  5. Uno, H., Kurata, S., J. invest Dermatol, volume 101, 1993, issue 1, 143

Voir aussi[modifier | modifier le code]