Abainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abainville
Abainville
Carte postale du village vers 1920.
Blason de Abainville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Intercommunalité Communauté de communes des Portes de Meuse
Maire
Mandat
Jean-Claude Herpierre
2020-2026
Code postal 55130
Code commune 55001
Démographie
Gentilé Abainvillois
Population
municipale
290 hab. (2019 en diminution de 2,36 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 56″ nord, 5° 29′ 43″ est
Altitude Min. 282 m
Max. 388 m
Superficie 13,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Ligny-en-Barrois
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Abainville
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Abainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abainville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abainville

Abainville est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Abainville est arrosée par l'Ornain.

Elle est située à mi-chemin entre Neufchâteau au sud-est et Bar-le-Duc au nord-ouest. La commune est traversée par le GR714.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Abainville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,8 %), forêts (26,8 %), prairies (12,8 %), zones urbanisées (2,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Abainville est mentionnée pour la première fois en 1151 sous le nom Abuni villa dans le diplôme de Henri, évêque de Toul, Abienville en 1318, Aubienville en 1321, Abieville en 1580, Abianville en 1700, Abanivilla en 1711[8]..

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville au sens ancien de « domaine rural ». Le premier élément Abain- semble rappeler le nom du propriétaire du lieu, Abbon[9] (comprendre le nom de personne germanique Abbo au cas régime), bien que les formes anciennes vont plutôt dans le sens d'un anthroponyme germanique Abbewin[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1790, le village, situé dans le Barrois mouvant, dépendait du bailliage de Saint-Thiébault, puis de celui de Lamarche, de la prévôté de Gondrecourt et du Parlement de Paris. Il faisait partie du diocèse de Toul et passa, en 1822-1823, à celui de Verdun[9].

Le site est occupé dès le Haut-Moyen Âge, comme l'atteste la découverte fortuite, vers 1886, de « tombes avec haches, sabres, lances ». Cette nécropole mérovingienne est probablement celle remise au jour en 1972, au lieu-dit Derrière-le-Grand-Jardin, à moins de cent mètres au nord du village. Le site, bouleversé de 1972 à 1974 par une sablière et qui n'a pu être fouillé totalement, a fourni un abondant matériel des VIe et début VIIe siècles[9].

En 1318, la seigneurie appartenait à Gauthier de Prie, écuyer, seigneur de Demange-aux-Eaux qui la céda au comte de Bar, Édouard Ier. En 1397, elle se trouvait entre les mains d'Alix d'Abainville. Au cours des XVe et XVIe siècles, à l'occasion des dénombrements de terres, on relève les propriétaires de fiefs suivants : Pierre de Toul, dit Jobart, écuyer (1456), Jean-Antoine de Bilistein (1487, 1510), Claude d'Augy (1574), Charles Coirenot, écuyer apostolique (1588). Ce dernier était apparenté à Jean Coirenot, abréviateur et président de la chancellerie romaine, originaire d'Abainville, mort vers 1566. Au début du XVIIIe siècle, un fief appartenait aux Circourt de Gérauvilliers[9].

Depuis les temps les plus reculés, les forêts constituent la plus grande richesse de la commune ; les habitants en possédaient les droits d'usage comme l'attestent plusieurs lettres patentes dont celle accordée par le roi de France Charles IX, le . De plus, les richesses forestières furent exploitées au cours du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, dans les importantes forges locales[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte postale de l'usine Le Granit

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors des élections européennes de 2019, Abainville a un taux de participation supérieur à celui de la France (61,63 contre 50,12) Le Rassemblement National y fait un score supérieur à son score national (36,96 contre 23,34) tandis que la République en Marche y fait un score inférieur (13,77 contre 22,42) Les Républicains y fait un score supérieur (11,59 contre 8,48) mais Europe-Ecologie-Les Verts y font un score inférieur (6,52 contre 13,48 au niveau national). Le Parti animaliste obtient 5,80% contre 2,16 au niveau du pays.[11]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[12] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 1 0,48
Marine Le Pen (FN) 69 33,01
Nicolas Sarkozy (UMP) 65 31,10 108 59,02
Jean-Luc Mélenchon (FG) 15 7,18
Philippe Poutou (NPA) 2 0,96
Nathalie Arthaud (LO) 2 0,96
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 13 6,22
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 5 2,39
François Hollande (PS) 37 17,70 75 40,98
Inscrits 250 100,00 250 100,00
Abstentions 40 16,00 33 13,20
Votants 210 84,00 217 86,80
Blancs et nuls 1 0,48 34 15,67
Exprimés 209 99,52 183 84,33

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[13] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 9,60 19
Marine Le Pen (FN) 32,32 64 57,06 97
Emmanuel Macron (EM) 14,65 29 42,94 73
Benoît Hamon (PS) 2,53 5
Nathalie Arthaud (LO) 0,00 0
Philippe Poutou (NPA) 1,52 3
Jacques Cheminade (SP) 0,51 1
Jean Lassalle (R) 1,52 3
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 12,12 24
François Asselineau (UPR) 0,51 1
François Fillon (LR) 24,75 49
Inscrits 244 100,00 243 100,00
Abstentions 39 15,98 52 21,40
Votants 205 84,02 191 78,60
Blancs 6 2,93 14 7,33
Nuls 1 0,49 7 3,66
Exprimés 198 96,59 170 89,01

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2020 Daniel Lhuillier[14] PS Retraité de l'enseignement
Conseiller général du canton de Gondrecourt-le-Château (1998-2015)
25 mai 2020 En cours Jean-Claude Herpierre [15]   Ancien cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Abainvillois[16].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 290 habitants[Note 2], en diminution de 2,36 % par rapport à 2013 (Meuse : −4,17 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
290321334314514519572675783
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664687776770735725718668598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612272493523443384377364322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
349369327349305318334342298
2015 2019 - - - - - - -
305290-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Une forge à l'anglaise (avec fours à puddlage et laminoirs) a été établie par Edouard Muel-Doublat en 1823 à Abainville. Elle était une des plus importantes de France à cette époque. En 1834, l'énergie hydraulique de l'Ornain a été complétée par une machine à vapeur de 80 cv. Ces forges, ainsi que les ouvriers, furent représentés par le peintre Ignace-François Bonhommé vers 1835-1840[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château d'Abainville.
  • Église paroissiale Saint-Martin[22], construite en 1625 fut détruite au XIXe siècle et reconstruite à partir de 1880 par l'architecte Alexandre Guiot ; les verrières (au total vingt-sept) ont été fabriquées dès 1883 à Bar-le-Duc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Abainville Blason
D'or au haut fourneau de sable maçonné d'argent, flambant de gueules et libérant une coulée du même, accompagné à dextre d'une massette et d'un ciseau de sculpteur d'azur croisés formant un sautoir et à senestre des mêmes contournés. Mi-vêtu en chef d'azur à une croisette recroisetée d'or à dextre et à senestre.
Détails
Blason composé par R.A Louis avec les conseils de la Commission héraldique de l'UCGL et mis à disposition de la commune en 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k392996/f50.image.r=cate%20de%20cassini%20de%20la%20meuse
  9. a b c d et e Gondrecourt-le-Château, inventaire topographique, 1981 (ISBN 2-11-080752-0), p. 83.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 1a
  11. « Abainville : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le ).
  12. Ministère de l'Intérieur - Meuse (Lorraine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abainville » (consulté le ).
  13. Ministère de l'Intérieur - Meuse (Grand Est), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abainville » (consulté le ).
  14. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Abainville », sur www.amf.asso.fr (consulté le ).
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. https://www.habitants.fr/meuse-55
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Les forges d'Abainville, sur L'Histoire par l'image, en ligne.
  22. Base Mérimée, Inventaire général du patrimoine culturel de Lorraine, référence n° IA00035873