Ribeaucourt (Meuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ribeaucourt.

Ribeaucourt
Ribeaucourt (Meuse)
Entrée de Ribeaucourt.
Blason de Ribeaucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Ligny-en-Barrois
Intercommunalité CC des Portes de Meuse
Maire
Mandat
Luc Breuil
2014-2020
Code postal 55290
Code commune 55430
Démographie
Population
municipale
76 hab. (2016 en diminution de 30,91 % par rapport à 2011)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 42″ nord, 5° 21′ 20″ est
Altitude Min. 292 m
Max. 387 m
Superficie 12,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Ribeaucourt

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Ribeaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ribeaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ribeaucourt

Ribeaucourt est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Orge à Ribeaucourt.

Ribeaucourt est arrosée par l'Orge, un affluent de la Saulx.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ribeaucourt est la déformation de Erembauldocurtis (qui vient de Eremboldus = chef victorieux ou habile et de curtis qui désigne une maison fortifiée), tout comme il en est pour les communes de Ribeaucourt dans la Somme et Raimbeaucourt dans le Nord, ainsi que du lieu-dit Ribeaucourt à Mazinghien aussi dans le département du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

On ignore la liste des premiers seigneurs de Ribeaucourt. Il semble que la seigneurie soit passée par mariage à la famille de Reynel, qui l'apporta en dot avec entre autres les seigneuries de Biencourt-sur-Orge et de Bure à Jean de Joinville, chevalier, sénéchal de Champagne et biographe de Saint Louis, marié en 1261 avec Alix de Reynel. Ribeaucourt est alors bailliage de Saint-Thiébaud, le comte de Bar et l'abbaye Saint-Mihiel y ont des droits. Ribeaucourt resta jusqu'à la Révolution attachée à la seigneurie puis principauté de Joinville.

Du XIIIe au XIXe siècle, Ribeaucourt fut un lieu d'exploitation et de traitement du minerai de fer.

Il fut découvert à la fin du XIXe siècle un sarcophage de pierre et des armes.

L'église fortifiée eut à souffrir de la restauration exécutée par l'architecte Charles Royer en 1890-91 qui chercha à lui rendre l'aspect de l'ancien château qu'elle était à l'origine[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Ribeaucourt fut la commune de la Meuse, à avoir le plus voté pour Jean-Marie Le Pen, lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2002. Son score fut de près de 49 %. Avec les 2,5 % de Bruno Mégret, Ribeaucourt a voté à plus de 51,5 % en faveur de l'extrême-droite[2]. De même qu'en 1995, lors de l'élection présidentielle, la commune avait voté à 44,3 % pour le candidat du Front National.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Luc Breuil    

La municipalité de Ribeaucourt a mis en place une politique de restructuration de la commune. En effet, après avoir construit trois logements, une nouvelle salle des fêtes est en construction.

Économie[modifier | modifier le code]

À la suite de l'adoption en 2006 par le parlement d'une loi sur les déchets nucléaires, l'ANDRA étudie, sur une zone de 28 km2 dont la commune fait partie, la faisabilité d’un site de stockage qui pourrait être créé dans une zone de 200 km2 autour de Bure.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 76 habitants[Note 1], en diminution de 30,91 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405401408407448429427401426
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
371369374363365351325310308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
286275252220196192181152176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1551291431391079210311076
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Paignat (1723-1807), général des armées de la République, est né dans la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ribeaucourt Blason Coupé crénelé : au 1er d'azur au rencontre de taureau d'or bouclé de gueules, accosté de deux molettes d'argent, au 2e d'or au manteau de centurion romain et à l'épée basse d'argent, brochant.
Détails
Création Robert André Louis. Adopté le 27 novembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Meuse. Charles Royer dans Semaine des constructeurs, 10 octobre 1891. Archives de la maison de Ribeaucourt.
  2. http://www.cevipof.msh-paris.fr/publications/notes_etudes/Schwengler01.pdf
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Église », notice no PA00106609, base Mérimée, ministère français de la Culture