Cumes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cumes (homonymie).
Cumes
Cuma (italien), Κύμη ou Κύμαι (grec ancien)
L'antre de la Sybille.
L'antre de la Sybille.
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région antique Grande-Grèce
Coordonnées 40° 50′ 31″ N 14° 03′ 21″ E / 40.84194, 14.0558340° 50′ 31″ Nord 14° 03′ 21″ Est / 40.84194, 14.05583  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
City locator 4.svg
Cumes

Cumes (en italien : Cuma ; en grec : Κύμη ou Κύμαι) est une ancienne cité de la Grande-Grèce, située au bord du golfe de Gaète (mer Tyrrhénienne), à 12 km à l'ouest de Naples, en Campanie. C'est aujourd'hui une zone archéologique de première importance, qui présente des vestiges nombreux et variés, dont le plus illustre est l'antre de la Sibylle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La cité de Cumes fut fondée au VIIIe siècle av. J.-C. par les Grecs de la colonie de Pithécusses (actuelle île d'Ischia, habitée par des Chalcidiens de l'île d'Eubée). Elle est la deuxième colonie grecque de la Magna Graecia.

Ce n'est qu'une fois la colonie de Pithécusses assurée de sa sécurité qu'une partie de la population est venue s'établir sur la terre ferme. Un commerce prospère se développa avec les Lucaniens, peuple italiote provenant de l'intérieur des terres. Les Lucaniens vendaient de l'orfèvrerie étrusque, tandis que les Grecs échangeaient des céramiques et des bijoux originaires de cités grecques de Méditerranée orientale.

Au cours de la première moitié du VIe siècle av. J.-C., on construisit une enceinte qui délimitait une superficie de quelque 110 ha. Les Cumains construisirent deux temples dédiés à Zeus et Apollon reconvertis en basiliques paléochrétiennes au IVe siècle. Le temple d'Apollon se trouve au sommet de l'acropole où l'on accède par la voie sacrée.

Cumes fut nommée Paléopolis (« la vieille ville ») après que sa prospérité eut permis à une partie de sa population alliée à des exilés de Samos l'édification de Dicéarchie (future Pouzzoles) en 531 av. J.-C. et surtout de Neapolis (« la nouvelle ville »).

En 524 av. J.-C. et en 504 av. J.-C., les troupes de Cumes placées sous le commandement d'Aristodémos défirent les étrusques par deux fois. A partir de cette date, Aristodemos Malakos devient tyran de Cumes jusqu'à sa mort en 490 av. J.-C..

En 474 av. J.-C., les flottes de Cumes et de Syracuse, sous la direction de Hiéron de Syracuse, mirent en déroute les Étrusques au large de Cumes[1]. Cette défaite sonna le glas du dynamisme des cités étrusques méridionales[1]. Après la fondation d'un poste avancé sur Ischia par Hiéron, les routes commerciales au large de la Campanie passèrent sous le contrôle de Syracuse.

En 421 av. J.-C., les Samnites s'emparèrent de la ville.

En 338 av. J.-C., la ville fut soumise par Rome, sous le statut de civitas sine suffragio.

La Sibylle de Cumes[modifier | modifier le code]

La Sibylle de Cumes est l'une des douze sibylles du monde grec et l'une des plus importantes.

Le parc archéologique[modifier | modifier le code]

La zone archéologique de Cumes comprend l'acropole où se situent la zone sacrée avec les temples de Zeus et d'Apollon, et l'ensemble de l'antre de la Sybille et des thermes, situés en contrebas. Le port de Cumes semble avoir été situé dans la zone lagunaire.

Deux tunnels routiers romains sont encore visibles à proximité, ainsi que le passage voûté routier dit « Arco Felice ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p.78.

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Richer, Delphes, Délos et Cumes, Julliard, Paris (1970).
  • Jean-Luc Lamboley, Les Grecs d'Occident, la période archaïque, Paris, Sedes, 1996. (ISBN 2-7181-9344-1)
  • Pier Giovanni Guzzo, Magna Grecia. Les colonies grecques dans l'Italie antique, Paris, Gallimard, « Découvertes », 1997. (ISBN 2-0705-3418-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]