Alfred Laliberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Alfred La Liberté.
Alfred Laliberté, vers 1920

Alfred Laliberté (Sainte-Élizabeth-de-Warwick dans le canton d'Arthabaska, Québec, Canada19 mai 1878Montréal, Québec13 janvier 1953) est un sculpteur québécois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Laliberté est le fils du cultivateur Joseph Laliberté et de Marie Richard[2]. Il apprend tôt les métiers agricoles, et il s'initie à la sculpture à l'âge de quinze ans. Sur les recommandations du très honorable Sir Wilfrid Laurier, son père lui permet de partir étudier au Conseil des arts et manufactures (CAM) de Montréal à l'âge de dix-huit ans. Il remporte son premier prix à l'Exposition provinciale de la Ville de Québec à l'âge de vingt ans grâce à une statue grandeur nature de Wilfrid Laurier.

En 1902, à l'âge de 23 ans, il part étudier à l'École des beaux-arts de Paris, où il se lie d'amitié avec son compatriote le peintre Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté. De retour au Canada, ses œuvres montrent, en 1907, l'influence du sculpteur Auguste Rodin.

Laliberté devient professeur à l'École des beaux-arts de Montréal en 1922. Auteur de plus de 900 sculptures en bronze, marbre, bois et plâtre, il privilégie les figures nationales comme Louis Hébert, Les Patriotes, le curé Labelle ou Dollard des Ormeaux. Son œuvre comporte également plusieurs centaines de peintures d'intérêt moindre.

Entre 1928 et 1932, il sculpte 215 petits bronzes qui illustrent légendes, coutumes et activités rurales d'antan présentant ainsi l'histoire des pionniers du Canada. Le 22 juin 1940, il épouse Jeanne Lavallée. Il meurt à Montréal en 1953 à l'âge de 74 ans. Laliberté est enterré au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. Il est représenté à la Galerie L'Art français[3].

Au fil de sa vie, Laliberté écrit trois manuscrits: Mes mémoires, Réflexions sur l'art et l'artiste et Les artistes de mon temps. Étant donné son niveau d'étude, c'est sa femme qui recopie une partie de son œuvre. En 1978, ces trois manuscrits sont publiés sous le titre Mes souvenirs.

Le fonds d'archives d'Alfred Laliberté est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Tombe de Wilfrid Laurier à Ottawa
Monument aux Patriotes
prison du Pied-du-Courant
Les petits baigneurs
bain public de Maisonneuve

Collection[modifier | modifier le code]

  • Musée national des beaux-arts du Québec
  • Musée des beaux-arts de Montréal
  • Musée Laurier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Amérique française : Alfred Laliberté (1878-1953) : la sculpture au service de l’histoire et de l’ethnologie
  2. Marianopolis : Alfred Laliberté, sculpteur
  3. André Gascon, "A.-M. et J.-P. Valentin et l'Art français" dans Le collectionneur, vol.1, #2, 1978, p. 10-11, "L'Art français a vendu aussi de nombreux tableaux de peintres devenus "classiques", comme (...) Alfred Laliberté"
  4. Fonds Alfred Laliberté (MSS362) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).