Politique environnementale des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article décrit la politique environnementale des États-Unis, c'est-à-dire l'ensemble des lois et des décisions gouvernementales ayant des conséquences sur l'environnement.

« Le secteur de la gestion de l'environnement fait des États-Unis le premier État dans le monde par sa puissance : près de 115 200 sociétés y sont liées ; 1,3 million d'actifs y sont employés[1]. »

Selon American Solar Energy, il y aurait 8,5 millions d'emplois verts aux États-Unis en 2008[2].

Timbres américains, 1970
Vue aérienne d'une centrale solaire en Californie (Kramer Junction)

Protection de la nature[modifier | modifier le code]

Parcs nationaux[modifier | modifier le code]

Le premier parc national, instauré aux États-Unis, est le parc national de Yellowstone (en 1872). En 1890, la frontière est officiellement fermée et le Yosemite Act reconnaît le besoin de protéger les espaces naturels, en particulier à l'Ouest. Le pays compte aujourd’hui 57 parcs nationaux ; en 2003, 34,4 millions d'hectares sont classés parcs d'État ou parcs nationaux[3]. Au début du XXIe siècle, les États-Unis possèdent 380 parcs et monuments nationaux[4].

Forêts[modifier | modifier le code]

Pfeiffer Big Sur State Park, Californie
Classement des dix plus grands pays par la forêt en 2005

La protection des forêts américaines est une préoccupation ancienne : en 1887, le gouvernement crée le Forest Bureau au sein du département de l'Agriculture[5]. En 1891, sept millions d'hectares sont déjà préservés et le président peut classer des zones en « forest reserve » qui deviendront plus tard les « national forest ».

L'espace forestier public, qui représente 1/3 des forêts du pays, est géré par le United States Forest Service. Cette agence fédérale a été créée en 1905 et emploie aujourd'hui près de 30 000 personnes[6]. Il est par la suite rattaché au département de l'Agriculture. Il joua un grand rôle pendant la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale et appliqua les méthodes du productivisme scientifique.

Le Civilian Conservation Corps (CCC, Corps civil de protection de l'environnement) était un programme créé pendant le New Deal (1933) par le président des États-Unis Franklin D. Roosevelt, qui était attentif aux problèmes environnementaux. Grâce à des travaux de reboisement, de lutte contre l'érosion et les inondations, ce programme financé par des bons du Trésor[7] permit l'embauche de milliers de jeunes chômeurs dans tout le pays.

Pendant les Trente Glorieuses, la consommation de bois augmente et les forêts américaines deviennent des espaces de loisir et de récréation, dans la droite ligne de l'esprit pionnier et du Mutiple Use Sustained Yield Act de 1960. Devant la pression des protecteurs de la nature, notamment du Sierra Club, le Congrès vote le Wilderness Act (1964) qui crée des zones totalement protégées des activités humaines. Le Forest Service doit abandonner 20 % de ses forêts publiques[6]. En 1976, le National Forest Management Act essaie de concilier les intérêts industriels et la protection de la nature. Sous la présidence de Ronald Reagan, la production de bois repart à la hausse, notamment dans les États du Nord-Ouest. La loi sur la protection de la chouette tachetée permet de stopper les coupes massives : dans les années 1990, la vente de bois des forêts fédérales chute de 70 %[8]. Aujourd'hui, les forêts couvrent 226 millions d'hectares dont 75 millions sont protégés des coupes illégales[9]. Les neuf bureaux régionaux du NFS gèrent 155 forêts[10].

Les États-Unis utilisent beaucoup le bois comme matériau de construction dans l’architecture civile (green houses). Ses qualités écologiques sont nombreuses (voir l’article bois).

Législation fédérale[modifier | modifier le code]

Les années 1960 et 1970 voient une prise de conscience des problèmes écologiques et des gaspillages aux USA : la biologiste américaine Rachel Carson (1907-1964) publie en 1962 Silent Spring (Le Printemps silencieux), qui accuse certains pesticides d'être dangereux pour les oiseaux et pour l'homme. Rachel Carson a été auditionnée par le Congrès après la publication de son livre, qui aurait contribué à lancer le mouvement écologiste dans le monde. Celui-ci a eu une très forte influence aux États-Unis où il a poussé les élus à établir de nouvelles lois sur l'autorisation des pesticides.

Environmental Protection Agency
  • La loi sur la politique environnementale (National Environmental Policy Act ou NEPA) a été signée le 1er janvier 1969 par le président Lyndon B. Johnson. Elle contraint les organismes fédéraux à préserver les écosystèmes lors de la construction de bâtiments ou d'infrastructures nationales ; la Environmental Protection Agency est instaurée.
  • Lois contre les dégazages sauvages en mer :
    • Le 26 septembre 2005, la compagnie Moller-Maersk a été condamnée à payer une amende de 500 000 dollars après avoir rejeté des hydrocarbures en mer.

Quelques lois environnementales votées par le Congrès américain :

Année Nom Thème Références
1955 Air Pollution Control Act Air PL 84-159
1963 Clean Air act Air PL 88-206
1965 Motor Vehicle Air Pollution Control Act Air PL 89-272
1966 Clean Air Act Amendments of 1966 Air PL 89-675
1967 Air Quality Act Air PL 90-148
1969 National Environmental Policy Act Air PL 91-190
1970 Clean Air Act Extension Air PL 91-604
1976 Toxic Substances Control Act Air PL 94-469
1977 Clean Air Act Amendments of 1977 Air PL 95-95
1990 Clean Air Act Amendments of 1990 Air PL 101-549
1948 Water Pollution Control Act Océans, mers, fleuves PL 80-845
1965 Water Quality Act Océans, mers, fleuves PL 89-234
1966 Clean Waters Restoration Act Océans, mers, fleuves PL 89-753
1969 National Environmental Policy Act Océans, mers, fleuves PL 91-190
1970 Water Quality Improvement Act Océans, mers, fleuves PL 91-224
1972 Water Pollution Control Act Océans, mers, fleuves PL 92-500
1974 Safe Drinking Water Act Océans, mers, fleuves PL 93-523
1976 Toxic Substances Control Act Océans, mers, fleuves PL 94-469
1976 Loi Magnuson–Stevens sur la gestion et la conservation des ressources halieutiques Océans, mers, fleuves (pêche)
1977 Clean Water Act Océans, mers, fleuves PL 95-217
1987 Water Quality Act Océans, mers, fleuves PL 100-4
1918 Migratory Bird Treaty Act Nature
1934 Migratory Bird Hunting Stamp Act Nature (préservation des zones humides)
1964 Wilderness Act of 1964 Nature PL 88-577
1968 Scenic Rivers Preservation Act Nature PL 90-542
1969 National Environmental Policy Act Nature PL 91-190
1970 Wilderness Act of 1970 Nature PL 91-504
1977 Surface Mining Control and Reclamation Act Nature PL 95-87
1978 Wilderness Act of 1978 Nature PL 98-625
1980 Alaska Land Protection Act Nature PL 96-487
1994 California Desert Protection Act Nature PL 103-433
1946 Coordination Act Espèces en voie d'extinction PL 79-732
1966 Endangered Species Preservation Act Espèces en voie d'extinction PL 89-669
1969 Endangered Species Conservation Act Espèces en voie d'extinction PL 91-135
1972 Marine Mammal Protection Act Espèces en voie d'extinction PL 92-522
1973 Endangered Species Act of 1973 Espèces en voie d'extinction PL 93-205
1965 Solid Waste Disposal Act Divers PL 89-272
1969 National Environmental Policy Act Divers PL 91-190
1970 Resource Recovery Act Divers PL 91-512
1976 Resource Conservation and Recovery Act Divers PL 94-580
1980 Comprehensive Environmental Response, Compensation, and Liability Act ("Superfund") Divers PL 96-510
1982 Nuclear Waste Repository Act Divers PL 97-425
1982 Hazardous and Solid Wastes Amendments Act Divers
1986 Superfund Amendments and Reauthorization Act Divers PL 99-499
1990 Oil Pollution Act 1990 transport d'hydrocarbures (loi adoptée à la suite de la catastrophe de l'Exxon Valdez
2002 Small Business Liability Relief and Brownfields Revitalization Act ("Brownfields Law") Divers PL 107-118
1972 Federal Environmental Pesticide Control Act Divers PL 92-516
1972 Ocean Dumping Act Océans, mers, fleuves

Lutte contre le réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Les émissions de gaz à effet de serre des États-Unis sont en rapport avec les distances qui séparent les grandes villes, l'étalement urbain des métropoles, la relative faiblesse de l'utilisation des transports en commun et les aléas climatiques : lorsque l'hiver est moins froid dans le Nord du pays, les émissions de gaz à effet de serre diminuent[12]. Elles dépendent également du prix du pétrole : lorsque ceux-ci augmentent, les centrales thermiques se tournent vers le gaz qui est moins polluant[12]. D’après l’EPA, les émissions de GES ont baissé de 1,1 % en 2006 aux États-Unis [13], le Texas étant dans le peloton de tête des États polluants.

Malgré les difficultés de l'adoption d'une politique fédérale de lutte contre le réchauffement climatique, liée au refus de signer le protocole de Kyoto et due à un climatoscepticisme qui fait des États-Unis une exception parmi les pays développés, certains États, dont en particulier le Massachusetts et l'État de Washington, ont mis en place certaines mesures. D'autres, comme l'Arizona de Jan Brewer, ont pris des mesures ambiguës. D'autres initiatives ont échoué : ainsi, la Commission législative sur le Global Climate Change mise en place par le gouverneur de la Caroline du Nord Mike Easley en 2005 et qui a publié un rapport en 2009, a été paralysée par l'opposition de l'industrie.

Énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie aux États-Unis.
Production énergétique aux États-Unis
Nature Production Année Part[14] (%)
Éoliennes
(capacité en MW)
25 170[15] 2008
Production hydroélectrique
(en milliards de kWh)
268[16] 2004 44,8
Géothermie
(en MW)
2 687[17] 2007 5,8
Biomasse 45,8
Solaire 1,1
Total des énergies
renouvelables
150 millions
de TEP
2006 100

En 2007, les énergies renouvelables représentaient 9,6 % du total de la production d'énergie primaire aux États-Unis, le nucléaire 11,7 %[18]. Selon une étude publiée en septembre 2006 par le Center for American Progress et le Worldwatch Institute[19] la production globale d'énergie éolienne a été multipliée par trois entre 2000 et 2005, celle du photovoltaïque par six, celle du carburant à base d'éthanol par deux et celle du biodiesel par quatre[20].

Énergie éolienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie éolienne aux États-Unis.

En 2004 les États-Unis ont produit 6 752 MWe d'énergie éolienne, en troisième position derrière l'Allemagne et l'Espagne. Le pays est passé en deuxième position en 2007 avec une production totale de 16,8 MWh[21]. En 2007, la capacité éolienne installée aux États-Unis a augmenté de 45 % et 9 milliards de dollars ont été investis dans ce secteur[22]. Les éoliennes fournissent un pourcent de l’électricité américaine, soit l’équivalent de 4,5 millions de foyers[22]. À la fin 2007, les éoliennes installées au Texas développaient une puissance totale de 4 356 mégawatts, contre 2 439 mégawatts en Californie, et 1 300 mégawatts au Minnesota et en Iowa[23]. En 2008, les États-Unis sont devenus le premier pays pour la capacité d’énergie éolienne avec 25 170 MW installés devant l’Allemagne (23 902 MW)[15]. Ce secteur emploie 85 000 Américains[15].

Les grands parcs éoliens se trouvent au Texas, en Californie, au Minnesota et dans l'Iowa.

Énergie solaire[modifier | modifier le code]

En 2004-2005, l'énergie solaire captée sur les toits par des cellules photovoltaïques représentait 950 000 mégawatts dans tout le pays. En 2004, 14 000 mégawatts photovoltaïques ont été vendus aux États-Unis. Plusieurs entreprises américaines de recherche dans l'énergie solaire comme Nanosys et Nanosolar (Palo Alto, Californie) ou Konarka (Lowell, Massachusetts) ont reçu des aides fédérales (de la part de la Defense Advanced Research Projects Agency et du Department of Energy and the Navy). En 2008, le pays comptait plus de 125 projets solaires pour un potentiel total 70 000 megawatts[24]. Le 27 octobre 2009, le président Barack Obama a inauguré la plus grande centrale solaire des États-Unis à Miami. Équipée de plus de 9 000 panneaux, celle-ci va permettre d'éclairer plus de 3 000 foyers[25]. L'entreprise Florida Power & Light a annoncé l'ouverture pour 2010 d'une centrale solaire de 180 000 miroirs[26]. Elle se situera sur la côte orientale, au nord du comté de Palm Beach et s'étendra sur plus de 200 hectares[26].

Biomasse[modifier | modifier le code]

Avec 30,7 % du total mondial, les États-Unis sont le premier producteur d'électricité à partir de la biomasse, devant l'Allemagne et le Brésil (7,3 %)[27].

Biocarburants[modifier | modifier le code]

Les États-Unis sont, depuis 2006, les premiers producteurs mondiaux de bioéthanol. Leur production s'élevait à 6,21 millions de mètres cubes en 2001, 10,2 millions de mètres cubes en 2003[28] et 28 milliards de litres en 2007 (Brésil, auparavant en tête, 22 milliards de litres en 2007) [29]. En 2006, 10 % de la production de maïs est transformée en biocarburants aux États-Unis[30]. En décembre 2006, on comptait 107 distilleries de biocarburant en activité contre 54 en 2000[31]. Le principal producteur d'éthanol est Archer Daniels Midland. Le Middle West est la principale région de production.

Recyclage et tri des déchets[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, l’industrie du recyclage représente 236 milliards de dollars, 1,1 million de salariés et 56 000 entreprises[32].

Certaines villes ont un objectif de « zéro déchet », comme San Francisco qui recycle en 2014 plus de 80 % de ses déchets suite à une politique volontariste[33].

Acteurs de la politique environnementale américaine[modifier | modifier le code]

Associations, groupes de pression et entreprises[modifier | modifier le code]

Le gouvernement américain doit compter sur les actions des associations de protection de l'environnement. La plupart ont été fondées sur la côte ouest dans les années 1970. Dès 1979, l’Académie nationale des sciences américaine avait initié la première étude sur le réchauffement de la planète[34].

Nom Siège Date de fondation Nombre de membres Site web
Natural Resources Defense Council New York 1970 1 200 000[35] http://www.nrdc.org/
Société nationale Audubon New York, Washington, D.C. 1905 http://www.audubon.org/
Defenders of Wildlife Washington, D.C. 1947 500 000[36] http://www.defenders.org/
Blacksmith Institute New York, Londres 1999 http://www.blacksmithinstitute.org/
The Nature Conservancy Arlington (Virginie) 1951 1 000 000[37] http://www.nature.org/
Green For All Oakland 2007 http://www.greenforall.org/
Rainforest Action Network San Francisco 1985 http://ran.org/
Sierra Club San Francisco 1892 1 300 000[38] http://www.sierraclub.org/
The Wilderness Society Washington, D.C. 1935 350 000[39] http://wilderness.org/
Rainforest Alliance New York 1987 35 000[40] http://www.rainforest-alliance.org/
Acterra Palo Alto 1970 http://www.acterra.org/
United States Climate Action Network 1989 http://www.usclimatenetwork.org/
Eco-cycle Boulder (Colorado) 1976 http://www.ecocycle.org/
Environmental Defense Fund New York 1967 http://www.edf.org/home.cfm
  • National Geographic Society fondée en 1888 (site web).
  • Ligue des électeurs pour la préservation de l’environnement.
  • Clean Air Watch, présidée par Frank O'Donnell en 2005 (site web).
  • Centre pour la diversité biologique (Center for Biological Diversity) basé en Arizona
  • NRDC : National Resources Defense Council.
  • National Environmental Trust site web
  • Conseil de défense des ressources naturelles (National Resources Defense Council site web)
  • Amis de la Terre USA (Friends of the Earth USA)
  • Le parti vert des États-Unis, qui obtint plus de 2 882 000 de voix à l'élection présidentielle de 2000.
  • Chrysler-BMW possède une flotte de voitures (moteurs thermiques) roulant à l'hydrogène H2, sans pile à combustible, avec réservoir cryogénique.
  • American Progress Action Fund
  • Redefining Progress
  • Institut de l’environnement et du développement global (GDEI).
  • La vitesse maximale autorisée sur les autoroutes est de 104 km/h sauf dans certains États comme la Californie (120 km/h). Une baisse de 10 km/h fait consommer 10 à 25 % de carburant en moins.
  • Plusieurs journaux américains ont réfléchi sur l'impact écologique de leurs activités : ainsi, le groupe de presse Time Inc. pense à faire planter des arbres, Hearst Corp. et News Corporation cherchent à réduire leurs émissions à GES[41].
  • En mars 2007, les trois principaux constructeurs automobiles américains (General Motors, Ford et Chrysler), pressent le président George W. Bush d'instaurer de nouvelles mesures incitatives pour développer les biocarburants. Ils prennent l'engagement de rendre la moitié de leurs véhicules capables de rouler soit au biocarburant soit avec un carburant intégrant 85 % d'éthanol d'ici 2012[42].
  • Plusieurs entreprises américaines[43] du secteur informatique se sont joints à Climate Savers Computing Initiative, dont le but est de réduire la consommation électrique des ordinateurs. Ils devraient collaborer avec le World Wildlife Fund (WWF) et 25 autres associations.
  • L'entreprise de construction automobile américaine General Motors commercialisera d'ici à 2010 un véhicule totalement électrique, la Chevrolet Volt[44]. Le 3 juin 2008, le PDG de l'entreprise Rick Wagoner a indiqué une reconversion de la production vers des modèles qui consommeront moins de carburant[44]. Au salon automobile de Détroit de 2009, les constructeurs américains ont présenté des modèles électriques tels que la Converj (Cadillac) ou la 200c (Chrysler). Ford a annoncé le lancement d'un programme écologique nommé "ecoboost".
  • La chaîne Planet Green sur le réseau câblé Discovery Home Channel est spécialisée dans le style de vie écologique.
  • Zipcar est actuellement la première société d'autopartage du monde[45]. elle est implantée dans une soixantaine de villes aux États-Unis et compte 325 000 utilisateurs[45]. Elle propose de petits véhicules et des automobiles moins gourmandes en carburant.

Les politiques fédérales[modifier | modifier le code]

éoliennes au Texas

Dès la présidence de Richard Nixon, le gouvernement fédéral engagea un programme d'écologie[46]. Le sénateur démocrate Gaylord Nelson créa le Jour de la Terre (Earth Day) célébré depuis 1970. Depuis 1970 et sa création, l’Agence de protection de l’environnement (Environmental Protection Agency ou EPA) est le principal organe de ces politiques.

En 1972, le Congrès adopte la loi sur les pesticides (Federal Insecticide, Fungicide, and Rodenticide Act en anglais) qui établit des normes et un label (aujourd'hui remplacé par le Food Quality Protection Act). En 1973, le président Nixon lance le Project Independence, qui vise à limiter la dépendance du pays à l'égard du pétrole importé par le développement d'un éventail de mesures d'économie d'énergie et le développement de sources d'énergies alternatives[47].

Le président Jimmy Carter demande à l’Académie nationale des sciences américaine d'étudier l'augmentation des gaz à effet de serre : le projet revient au comité Charney[48] qui prévoit d'importants changements climatiques à venir[49].

Le Congrès a voté en 1992 la loi sur la politique de l’énergie (Energy Policy Act -EPAct- ou Public Law 102-486) qui encourage à privilégier d’autres sources d’énergie que le pétrole (éthanol, méthanol, biodiesel, gaz naturel, hydrogène et électricité).

Administration Clinton (1993-2001)[modifier | modifier le code]

L'administration Clinton a signé le protocole de Kyoto en décembre 1997, mais celui-ci n'a pas été accepté par le Congrès. Les États-Unis sont le seul pays des Huit à n'avoir toujours pas ratifié ce protocole, même si la Californie s'est engagée à atteindre ses objectifs. C'est aussi en 1992 que les États-Unis se sont dotés d'un label écologique, appelé Energy Star. Il est décerné aux produits et aux bâtiments qui respectent les normes pour réduire la consommation d'électricité. Bill Clinton souhaitait aussi imposer une taxe sur l’énergie, mais une fois encore, le Congrès dominé par les républicains a refusé de la voter.

Administration Bush (2001-2008)[modifier | modifier le code]

En effet, le gouvernement de George W. Bush a ensuite décidé de se retirer des négociations tout en proposant quelques mois plus tard un autre plan moins contraignant que celui de Kyoto, le « Clear Skies and Global Climate Change », du 14 février 2002, qui développe une approche graduelle, à moyen ou long terme, face à l’effet de serre. Il prévoit :

  • de baisser les émissions de gaz à effet de serre du PIB de 18 % en dix ans ;
  • de donner 700 millions de dollars supplémentaires (soit 4,5 milliards au total) à la recherche sur les changements climatiques ;
  • d’exempter de 4,6 milliards de dollars d’impôts sur cinq ans pour ceux qui investissent dans les énergies renouvelables.

L’administration Bush a également remis en cause des dispositifs plus ou moins anciens de lutte contre la pollution dans le pays : normes de pollution pour les centrales thermiques, taxe spéciale sur les firmes pétrolières et chimiques pour financer le nettoyage des rivières polluées…

En 2003, le département de l'Énergie des États-Unis a lancé le programme de recherche FutureGen, afin de répondre aux exigences environnementales de l'utilisation du charbon[50].

En 2004, le sénateur républicain John McCain et le démocrate Joseph Lieberman déposent un projet de loi visant à limiter les rejets dans l’atmosphère ; soutenu par les grandes entreprises Alcoa, DuPont de Nemours et American Electric Power, il n’est pourtant pas adopté.

Lors du sommet du G8 à Gleneagles du 6 juillet 2005, le président George W. Bush a reconnu pour la première fois que la production de gaz à effet de serre de l'activité humaine était en partie responsable du réchauffement climatique, tout en réaffirmant son opposition au protocole de Kyoto, en particulier sous le prétexte que celui-ci est moins contraignant pour les pays en voie de développement (PVD). Mais il continue, officiellement, de plaider pour la recherche et le développement de sources d'énergies non-polluantes, plutôt que par une réduction des gaz à effet de serre.


Le 28 juillet 2005, Washington a signé un accord à Vientiane avec cinq pays d'Asie-Pacifique (Australie, Inde, Japon, Chine et Corée du Sud) visant à développer de nouvelles technologies pour lutter contre l'émission des gaz à effet de serre. La structure de cet accord s'appelle depuis fin 2005 Asia-Pacific Partnership for Clean Development and Climate Change (Partenariat Asie-Pacifique sur le développement propre et le climat, ou AP6). Le Canada s'est joint à ce partenariat en 2007. Selon ses détracteurs, cet accord qui n'impose aucun objectif chiffré en termes de pollution, permettrait aux États-Unis de contourner, voire de torpiller l'accord de Kyoto.

Le Congrès a voté le 29 juillet 2005 la loi de réforme sur le secteur énergétique, qui prévoit :

  • de réduire la dépendance énergétique des États-Unis ;
  • d'augmenter les sources d'énergie renouvelable ;
  • d'encourager l'utilisation des biocarburants ;
  • l'extension de la période de l'heure d'été, du deuxième dimanche de mars au premier dimanche de novembre ;
  • d'améliorer le secteur nucléaire (George W. Bush a promulgué une loi pour construire de nouvelles centrales nucléaires[51]) ;
  • de moderniser les usines thermiques au charbon et le réseau[52].

Par ailleurs, les États-Unis, avec l'Union européenne, la Russie, le Canada, la Chine, le Japon et la Corée du Sud, et après de rudes négociations, participent finalement au financement du projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) prévu à Cadarache (France). Selon ses partisans, ce projet pourrait être une solution partielle à la crise énergétique et à l'utilisation des énergies fossiles (notamment du pétrole) et de l'uranium.

En octobre 2005, Bush a appelé ses concitoyens à réduire leur consommation de pétrole. Sur l'année, les Américains ont acheté plus de bicyclettes que d'automobiles[53]. En mai 2006, le président s'est prononcé pour la construction de nouvelles centrales nucléaires ; à Pottstown (Pennsylvanie), il a également promu les biocarburants et les sources d'énergie renouvelable[54].

Les États-Unis sont les deuxièmes producteurs mondiaux de bioéthanol. Leur production s'élevait à 6,21 millions de mètres cubes en 2001 et 10,2 millions de mètres cubes en 2003[28]. En 2005, le secteur de la production d'énergie propre a enregistré aux États-Unis une croissance de 50 %[55].

Le ministère de l'Environnement a en outre créé un programme facultatif de réduction d'émissions de gaz. 86 entreprises, totalisant 8 % des émissions américaines de carbone, ont pris la décision d'adhérer au réseau de Climate Leaders[56].

Le département de l'Énergie soutient divers projets de promotion des énergies propres comme celui de la société Boeing-Spectrolab qui a créé des modules photovoltaïques transformant directement le rayonnement solaire en électricité[57]. Enfin, l'administration Bush stimule la recherche sur la pile à hydrogène et la séquestration géologique du carbone[58].

En avril 2005, le vote d'une loi permet d'avancer de trois semaines le passage à l'heure d'été aux États-Unis et au Canada[59]. Les experts estiment que cette décision pourrait entraîner une économie d'énergie de 4,4 milliards de dollars d'ici à 2020.

En 2006, le gouvernement fédéral américain a affecté environ 2,2 milliards de dollars à la Recherche-Développement environnementale[60].

En janvier 2007, l'administration Bush propose un plan d'économies en énergie[61]. Le 4 avril 2007, la Cour suprême confie toute légitimité à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) pour réglementer les émissions de dioxyde de carbone des automobiles.

Le 31 mai 2007, avant le sommet du G8 à Heiligendamm, le Président américain annonce que : « Les États-Unis prennent cette question [du réchauffement climatique] au sérieux […] et vont travailler avec d'autres pays pour établir un nouveau cadre pour les émissions de gaz à effet de serre quand le protocole de Kyoto expirera en 2012. […] D'ici à la fin de l'année prochaine, l'Amérique et d'autres pays fixeront un objectif mondial à long terme pour réduire les gaz à effet de serre[62]. »

Le 5 août 2007, les députés américains votent une loi contraignant les fournisseurs d'électricité à tirer 15 % de leur production des énergies éolienne et solaire avant 2020. Le texte a été adopté à une majorité de 241 contre 172[63].

La conférence de Washington sur le changement climatique a lieu en septembre 2007. Washington participe en décembre à la conférence de Bali.

En mars 2008, lors de la Conférence internationale des énergies renouvelables à Washington (WIREC), le gouvernement américain s'est engagé à ce qu'à partir de 2013, 7,5 % de l'énergie électrique utilisée proviendra des ressources renouvelables[64]. Les États-Unis contribuent à hauteur de milliards de dollars au Fonds pour les technologies propres, dans le cadre de la Banque mondiale[65].

Le 8 juillet 2008, George Bush signe un texte engageant les États-Unis à réduire de moitié des émissions des GES d'ici à 2050, à Toyako (Japon), dans le cadre d'une réunion du G8.

À la fin de l'année 2008, le Congrès américain a voté la poursuite de la politique d'incitation fiscale pour la production d'énergies renouvelables : il s'agit d'un montant de 18 milliards de dollars d'aides et crédits d'impôts en faveur des ménages et des entreprises qui investissent dans le solaire et l'éolien[66].

Quelques semaines avant de quitter ses fonctions, le président Bush a signé une circulaire ordonnant aux agences fédérales de ne plus demander d'avis consultatif auprès des agences environnementales spécialisées (ce que requiert l'Endangered Species Act de 1973, ou loi sur les espèces menacées) avant de prendre des décisions pouvant mettre en danger des espèces protégées[67]. Le nouveau président Barack Obama a annulé cette circulaire en mars 2009[67].

Administration Obama[modifier | modifier le code]

Pour lutter contre le réchauffement climatique, Barack Obama proposait dans sa campagne présidentielle d'augmenter le prix de l'électricité, d'investir dans les biocarburants, les énergies alternatives[68],[69] et se déclare favorable à l'instauration d'un marché du CO2 (obligeant les entreprises polluantes à racheter un « droit à polluer » auprès d'entreprises non polluantes). Comme son ancien adversaire républicain à l'élection présidentielle de 2008, John McCain, il est plutôt favorable également au développement de l'énergie nucléaire comme solution aux problèmes climatiques mais sa position sur le sujet est devenue ambivalente durant la campagne électorale[70].

Le 19 mai 2009, le président Barack Obama a annoncé de nouvelles normes strictes à l’échelle nationale pour les véhicules[71]. Ces normes devraient commencer à être appliquées à partir de 2012, et devraient porter à la fois sur les émissions de gaz des véhicules et leur consommation d’essence. L'objectif est de faire passer d'ici à 2016 la consommation moyenne autorisée pour les véhicules neufs (voitures et pick-ups) à 6,6 litres pour 100 km[72]. Washington espère en cinq ans diminuer de 30 % les émissions de gaz à effet de serre et économiser près de deux milliards de barils de pétrole.

Le 27 mai 2009, Barack Obama a proposé deux mesures visant à réduire les importations américaines en matière énergétique. Une partie du Plan de relance économique sera consacrée au développement de technologies solaires et à un programme visant au développement de l’énergie géothermique[73].

Le 1er juin 2009, le secrétaire à l’Énergie Steven Chu a annoncé un fonds de 256 millions de dollars afin d’améliorer l’efficience énergétique des principales industries aux États-Unis[74]. Le 26 juin 2009, le Congrès américain vote le Clean energy and Security Act qui prévoit une réduction des gaz à effet de serre[75]. Mais faute de majorité de 60 voix au Sénat, l'examen du projet de loi sur l'énergie, adopté par la Chambre des représentants en 2009, a été ajourné le 22 juillet 2010, ce qui rend son adoption peu probable. Ce recul, qui ne traduit pas en loi les engagements pris à Copenhague, fragilise la position de l'exécutif américain dans les négociations internationales à venir[76]. Barack Obama instaure une journée du recyclage (America Recycles Day) le 15 novembre 2009[32].

Fin octobre 2010, le gouvernement américain a donné son autorisation pour construire la plus grande installation solaire du monde en Californie près de Blythe[77]. Composée de quatre centrales solaires de 250 mégawatts chacune, elle pourra produire jusqu'à 1 000 mégawatts d’électricité. Le projet de la firme Solar Millennium LLC couvrira quelque 2 842 hectares.

Exemples à l’échelle des États[modifier | modifier le code]

USNWRsystemlogo.png

Le développement durable est de plus en plus une préoccupation des États fédérés et des municipalités américaines. Les initiatives à l'échelon local sont plus dynamiques que les politiques fédérales : ainsi, depuis 2001, les États du Texas, de la Californie, du New Hampshire, ont instauré un dispositif de contrôle des émissions de gaz pour différents secteurs industriels et énergétiques. Le dispositif adopté par la Californie, qui s’appliquera à partir de 2009, prévoit de réduire les émissions de gaz polluants de 22 % en moyenne d’ici 2012 et de 30 % d’ici 2016. En outre, le principe des marchés des permis d’émission consiste à accorder aux industriels « pollueurs » gratuitement, à prix fixe ou aux enchères, des quotas d’émissions de CO2, que ceux-ci peuvent ensuite s’échanger. Chaque émetteur de CO2 doit alors vérifier qu’il détient autant de permis d’émission que ce qu’il va émettre. Dans le cas contraire, il se trouve contraint ou bien de diminuer ses émissions, ou bien d’acheter des permis. Inversement, si ses efforts de maîtrise des émissions lui permettent de posséder un excédent de permis, il peut les vendre. De tels procédés ont été réalisés pour réduire les pluies acides aux États-Unis et ont connu des succès (programme « Acid rain »). Ce système des marchés de permis d’émission fait partie du dispositif du protocole de Kyoto. D'autres décisions pour réduire les émissions de CO2 sont prises par les États fédérés : en 2005, 18 de ces États obligeaient les producteurs d’électricité à utiliser en partie des sources d’énergie renouvelables. 130 villes des États-Unis ont décidé de respecter les principes du protocole de Kyoto en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre[78].

La Western Regional Climate Action Initiative est une collaboration d'États américains et de provinces canadiennes créée en février 2007. Elle a notamment pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle vise à développer un marché du carbone nord-américain afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre relâchées dans l'atmosphère. La WCI a pour objectif une réduction de 15 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020, par rapport à l'année de référence de 2005.

La Californie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Environnement en Californie.
Éoliennes en Californie

La Californie a toujours été pionnière en matière de protection de l’environnement aux États-Unis : l’État a été le premier à imposer l’essence sans plomb et le pot catalytique[79]. Elle abrite aussi toutefois l'une des régions où la qualité de l'air est la plus mauvaise des États-Unis : la vallée de San Joaquin, qui produit plus de 50 % des fruits et légumes des États-Unis et est aussi un important centre de production pétrolifère.

Dès 2004, une décision de justice de la Californie contraint les constructeurs automobiles à réduire de 18 à 25 % la pollution engendrée par leurs véhicules[55]. Alors que la population californienne représente 12 % de la population américaine, elle ne consomme que 7 % de l’électricité produite dans le pays ; ainsi, la Californie se trouve à la première place pour la rentabilité énergétique par personne. En 2003, 77 761 véhicules fonctionnant avec un carburant alternatif au pétrole roulaient en Californie, soit 15,2 % du total américain[80]. La production électrique par des énergies renouvelables (hors hydroélectricité) représente en 2007 25,8 % de la production nationale, soit 2 229 milliers de MWh[80]. La production d'électricité de la Californie se répartit comme suit : 12 % d'énergie renouvelable, 12 % d'hydraulique, 15 % de nucléaire, 17 % de charbon, 44 % de gaz naturel[81].

L'État s'est engagé à limiter les émissions de gaz à effet de serre : les objectifs annoncés sont une diminution de 11 % avant 2010 et 87 % avant 2050[78]. Le 30 août 2006, le gouvernement et le Parlement de Californie signent un accord pour diminuer la production de gaz à effet de serre, mettant l’État en conformité avec le protocole de Kyoto[82]. La décision AB32 (Global Warming Solutions Act) a été prise de réduire d’un quart les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020[83]. Des sanctions financières seront prises contre les industries qui ne respectent pas cet engagement. Un marché de permis d’émissions sera créé et contrôlé par l’Air Resources Board[84].

La Californie s'est aussi engagé à respecter des règles plus strictes sur la consommation et les pots d'échappement de véhicules neufs ; cette politique est imitée par deux autres États de l’Ouest : Washington et Oregon[85]. Le 20 septembre 2006, Bill Lockyer le ministre de la Justice de la Californie, lance des poursuites judiciaires contre trois constructeurs automobiles américains et trois japonais, et leur demande des dommages et intérêts pour la pollution qu'ils engendrent[86]. Selon lui, les véhicules automobiles représentent 30 % des émissions de dioxyde de carbone de l'État.

En 2005, le gouverneur républicain Arnold Schwarzenegger proposait que le budget de l’État de Californie finance à hauteur de 6,5 millions de dollars la construction de stations pour les véhicules roulant à l'hydrogène. En 2006, la Californie a adopté l'Assembly Bill 32 qui impose une réduction des émissions de GAS au niveau de 1990 en 2020[2].

Le code d'éducation de la Californie (chapitre IV, sections 8700 à 8784) insiste pour que les élèves soient sensibilisés aux problèmes de l'environnement[87]. L'état a imposé en 2005 aux propriétaires de bâtiments au toit plat d'utiliser des revêtements blancs[88]. Par le référendum du 4 novembre 2008, les Californiens autorisent l’accroissement de la production d’énergie renouvelable[89]. Le 23 avril 2009, la Californie se dote d'une réglementation contraignante pour réduire de 10 % l'intensité carbone des productions des raffineries, des producteurs et des importateurs de carburants vendus dans l'état d'ici à 2020[90].

En 2008, le taux de recyclage des déchets a atteint 58 % du total en Californie[91].

  • Énergie solaire
Centrale solaire en Californie

Grâce à son bon ensoleillement, la Californie développe l’énergie solaire : l’État abrite des collecteurs cylindro-paraboliques dont la puissance atteint 80 MW, la plus grande centrale à tour comme Solar one puis Solar 2 ne dépasse pas 10 MW. Les centrales solaires du désert des Mojaves ont une capacité totale de 354 MW[92].

Un projet de loi oblige les promoteurs immobiliers à installer un système d’énergie solaire sur 15 % des nouvelles maisons construites en Californie à partir de 2006. Le projet de loi prévoit que, d’ici à 2010, 55 % des maisons seront équipées en panneaux solaires. Le gouverneur Arnold Schwarzenegger avait fait campagne pour inciter à installer des systèmes solaires dans la moitié des maisons de l’État à partir de 2005.

  • Biocarburants

Les bus de la ville de Berkeley roulent au biodiesel obtenu à partir du retraitement des huiles alimentaires (issues par exemple de la cuisson des frites de la restauration rapide)[93]. Sur les 350 000 véhicules hybrides en circulation aux USA, 25 % roulent en Californie[2]. La Californie a adopté une loi qui contraint les grands groupes automobiles à vendre des véhicules respectant des normes strictes de rejets de CO2.

  • Énergie éolienne

La Californie est l’État où l’énergie éolienne est la plus développée avec une capacité de production de plus de 2 040 MW installés en 2004, loin devant le Texas (1293 MW)[94]. La principale région de production se trouve au nord de l'État, à l'est de San Francisco

  • Géothermie

À 150 km au nord de San Francisco, 19 centrales géothermiques (350 puits) sont contrôlées par la société Calpine dans les comtés de Lake et de Sonoma. Elles produisent environ 850 megawatts, c'est-à-dire presque autant qu'une petite centrale nucléaire.

Le Texas[modifier | modifier le code]

Le Texas est le premier producteur d'énergie éolienne du pays. Des projets éoliens sont en cours d’étude au Texas : Shell et TXU Corporation prévoient de construire la plus grande ferme éolienne du monde d’une puissance de 3000 mégawatts[23]. Le centre de contrôle de General Electric à Sweetwater, dans l’Ouest du Texas commande plus de 800 turbines[95].

Les autres États[modifier | modifier le code]

Le potentiel éolien aux États-Unis (en bleu foncé, les régions les plus venteuses)
Panneaux solaires sur le toit d'une maison en Nouvelle-Angleterre
  • New York : La tour de la liberté, qui remplacera les twin towers du World Trade Center, respectera des normes écologiques : 20 % de son électricité sera produite par des éoliennes.
  • Le gouverneur de l'État de New York, le républicain George Pataki, a réuni plusieurs États du Nord-Est autour d'un plan surnommé « le mini-Kyoto ». L'organisation de la Northeast States for Coordination Air Use, fondée le 7 décembre 2005 rassemble sept États et vise à une baisse de 10 % des émissions de CO2 d'ici à 2019 dans le BosWash[96].
  • La Nouvelle-Angleterre est par ailleurs, avec la Californie, favorable à l'application du protocole[97]. La région du Nord-Est des États-Unis[98] a également signé un accord (Regional Greenhouse Gas Initiative) qui prévoit une diminution des GES de 10 % à partir de 2009, la mesure incitant à investir dans des technologies propres[12]. En 2007, le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick a annoncé un investissement de 68 millions de $ afin d'accroître de 600 % sur quatre ans l'utilisation de l'énergie solaire dans les écoles, les entreprises et les foyers de l'État[12].
  • Wisconsin : en 2005, la construction d'un parc à éoliennes a été décidée dans le Sud de l'État. Il fournira de l'électricité à 72 000 foyers et coûtera 250 millions de dollars. Le parc aura une capacité de 200 mégawatts et s'étendra sur 50 miles carrés. Il alignera 133 turbines de 11,80 mètres de hauteur avec des pales de 3,80 mètres. Dans l'État du Wisconsin, seul 4 % de l'électricité est produite par des énergies renouvelables, notamment grâce à 55 turbines réparties dans 5 parcs à éoliennes qui produisent 53 mégawatts. Le gouverneur Jim Doyle souhaite augmenter cette proportion à 10 points d'ici à 2015[99].
  • L'État du Nevada a pour objectif d'atteindre le seuil de 20 % de sa consommation en énergie renouvelable, d'ici à 2015, notamment grâce aux centrales solaires installées dans le désert[92]. La centrale thermo-solaire Nevada Solar One est en construction depuis le 11 février 2006 à Boulder City. À terme, elle développera une puissance de 64 mégawatts et sera la troisième du monde[92]. Selon ses concepteurs, la centrale devrait permettre d'éliminer un volume de pollution équivalent à la suppression d'un million de voitures en circulation sur le territoire des États-Unis.

Les politiques municipales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes aux États-Unis.
Toit vert de type « culture intensive » à Manhattan (New York)
Piste cyclable à Minneapolis
Times Square (New York) interdit à la circulation automobile (21 mai 2009)
Toit vert de l’hôtel de ville de Chicago
Immeuble respectant les normes LEED, Santa Monica
Marché à Cambridge dans le Massachusetts

Les municipalités américaines sont de longue date des acteurs locaux de la politique environnementale. Ainsi, dans la deuxième moitié du XXe siècle, la cité industrielle de Pittsburgh exigeait des efforts de la part des usines pour réduire la pollution atmosphérique[100].

Fondé en 2007, le Mayors Climate Protection Center est une institution de l’U.S. Conference of Mayors à laquelle participent de nombreuses municipalités américaines. Il a pour but d’encourager le développement durable dans les villes du pays. L’U.S. Mayors Climate Protection Agreement (« accord des maires des États-Unis sur la protection du climat »), lancé à l’initiative du maire de Seattle, est un accord qui vise à atteindre ou à dépasser les objectifs de réduction de gaz à effet de serre fixé par le protocole de Kyoto. Ils étaient 136 signataires en juin 2005[101] et 294 en 2006, représentant 49,2 millions d'habitants et 44 États (sur 50)[96]. En 2009, plus de 850 maires américains[102] avaient signé l’accord, parmi lesquels figurent les maires de New York, Los Angeles, Chicago, Dallas, Philadelphie, Atlanta, Boston, Détroit, Denver, Washington, Miami, Los Angeles, San Francisco[103], qui sont les villes les plus peuplées du pays. Il existe en outre des cadres régionaux d’action pour le développement durable comme Green Cities California qui regroupe neuf villes de Californie.

Les grandes villes américaines possèdent une commission chargée de l’environnement (Department of Environmental Protection et Natural Resources Defense Council à New York, The Environmental Affairs Department à Los Angeles, Department of Environment à Chicago ou San Francisco, Office of Sustainability and Environment à Seattle) qui collabore avec les autres institutions municipales et les associations environnementales locales. Chaque municipalité porte ses efforts pour résoudre des problématiques particulières : replanter des arbres à Seattle ; réduire les déperditions de chaleur des immeubles à New York ; lutter contre les gaspillages en eau, les incendies et la pollution atmosphérique à Los Angeles.

Les villes de l’Ouest sont particulièrement réputées pour leurs efforts dans la protection de l’environnement car elles sont confrontées au réchauffement climatique et à la dégradation des ressources naturelles. Ainsi, Portland est la ville la plus verte du pays[104]. Cependant, de plus en plus de municipalités en dehors de cette région s’engagent dans cette voie : c’est le cas des anciennes cités industrielles en reconversion telles que Pittsburgh ou des villes du nord comme Minneapolis.

Boulder, ville modèle[modifier | modifier le code]

La ville de Boulder (100 000 habitants) dans le Colorado est la première du monde à appliquer depuis 2007, une taxe carbone locale[105]. Elle est entourée de 21 500 hectares d’espaces protégés parcourus par 480 kilomètres de pistes cyclables et d’allées vertes[106]. Les scientifiques du Centre national pour la recherche atmosphérique, situé au sud de la ville, ont obtenu avec Al Gore le prix Nobel de la paix pour leur travail au sein du GIEC. Depuis avril 2007, la municipalité de Boulder impose une taxe sur l’électricité provenant des centrales au charbon[106] ; un tiers des déchets urbains sont recyclés[106]. Depuis le 8 septembre 2009, la ville est la première du monde à être entièrement équipée de smart grids[107]. En 1976, Boulder est le lieu de naissance de l'association Eco-cycle pour le tri des déchets[107].

Nouvel urbanisme[modifier | modifier le code]

De plus en plus de municipalités américaines adoptent les règles du New Urbanism : retour à un habitat dense favorables aux piétons[108]. À Flint, les maisons abandonnées à cause de la crise des subprimes ont été rasées[109]. Pittsburgh, l'ancienne cité de la sidérurgie, s'est reconvertie dans les services et multiplie les murs végétaux, les potagers sur les toits[110]. Plusieurs cités américaines organisent des Green Business Conferences[91]. La ville de Phoenix s’est donné pour objectif d'atteindre la neutralité carbone[108].

Politique des transports[modifier | modifier le code]

Ans le cadre de l’U.S. Mayors Climate Protection Agreement, de nombreuses municipalités se sont fixé des objectifs chiffrés de réduction d’émission de GES. Pour cela, de nouvelles politiques des transports sont mises en place. Il s’agit de développer les véhicules électriques, les pistes cyclables et les transports en commun. À New York, la loi impose l’aménagement de parcs à vélo dans les parcs de stationnement de la ville. Au printemps 2007, le maire Michael Bloomberg a promis une réduction de 30 % des émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2030 dans sa ville. Il a décidé de mettre en œuvre une politique de rénovation énergétique des gratte-ciel, de plantation d'un million d'arbres et d'instauration d'un péage pour les véhicules pénétrant dans Manhattan[111]. Los Angeles possède déjà 215 km de pistes cyclables[112] et 122 km de bandes cyclables[113]. À Minneapolis, l'utilisation du vélo comme mode de transport a été largement incitée par la construction d'un réseau dense de pistes cyclables et pour l'avenir, la mairie teste un nouveau système de bus fonctionnant à l'énergie hybride. Le réseau de pistes cyclables est constitué de 55 km de routes équipées de pistes et de 90 km de voies uniquement cyclables[114]. Minneapolis est l'une des villes américaines ayant le plus fort taux d'habitants utilisant le vélo (2,63 % de la population). Chaque jour, c'est en moyenne près de 10 000 personnes qui se déplacent à vélo dans la ville.

7 % des habitants de Washington DC pratiquent le covoiturage[115] ; plus de la moitié prennent les transports en commun pour aller travailler et 12,5 % vont travailler à pieds[115]. Depuis juin 2008, les habitants de Washington peuvent utiliser des vélos en libre service (les Smartbikes de Clear Channel Outdoor)[116],[117]. D'après le Bureau du Recensement des États-Unis, 623 000 Américains utilisent un vélo pour aller travailler en 2008, soit une augmentation de 33 % par rapport à 2004[116],[117].

Dans le Middle West, la ville de Minneapolis a réalisé d'importants efforts en matière d'environnement, sous l'impulsion de son maire R.T. Rybak : elle est l'une des premières villes des États-Unis à réduire ses émissions de gaz à effet de serre en dessous des seuils prescrits par le protocole de Kyoto. Petit à petit, les feux de signalisation sont dotés de lumières LED et la ville a accru son utilisation de papier recyclé de 95 % en quatre ans, ce qui représente aujourd'hui environ 30 % de l'ensemble du papier utilisé. En dehors de l'agglomération, trois centrales électriques qui fonctionnaient autrefois au charbon ont été converties en centrale à gaz naturel[118].

Par leur politique environnementale (énergies renouvelables, remplacement des bus et camions polluants, en utilisant des sources de lumières plus économiques), 70 villes américaines ont fait baisser de plus de 23 millions tonnes les émissions de dioxyde de carbone en 2004[119].

Écoconstructions[modifier | modifier le code]

Les municipalités américaines consacrent une part de plus en plus élevée de leur budget aux écoconstructions (green buildings). Il s’agit d’élaborer des plans de rénovation ou de construction de bâtiments aux normes du LEED : à New York la Local Law 86/2005 met en œuvre cette politique. À Los Angeles, des mesures fiscales encouragent les entreprises et les particuliers à installer des panneaux solaires qui, depuis 1999, représentent une capacité totale de 16 mégawatts[120]. 10 % de l’énergie consommée dans la ville est déjà d’origine renouvelable[121] : l’objectif de la cité des anges est d’atteindre 40 % en 2020[121]. Minneapolis compte huit bâtiments dotés de l'energy Star, label fourni par l'EPA aux édifices respectant certaines normes environnementales.

Chicago est surnommée « Green Roofs City » : les toitures végétales représentent une superficie totale de plus de 418 000 m2[122]. Le maire Richard M. Daley a fait de sa ville la première d'Amérique du Nord en matière de « toits verts » grâce à des incitations fiscales qui ont été mises en place depuis le début des années 2000[123]. Les toitures vertes se développent également dans l'agglomération et l'État de New York qui subventionne ces projets[123].

Plantations d’arbres, développement des parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Dans les villes américaines, les jardins communautaires se multiplient : on en comptait 70 en 2007 à Seattle[124]). À Los Angeles, le programme « Trees for a Green LA » encourage les habitants à planter des arbres pour réduire le smog et améliorer le cadre de vie. Le maire démocrate Antonio Villaraigosa a annoncé qu'il fera planter un million d'arbres dans sa ville et qu'il encouragera les carburants « propres » avant la fin de son mandat[96]. Depuis 1989, 500 000 arbres ont été plantés à Chicago[125].

Gestion des ressources en eau[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une problématique commune à toutes les municipalités américaines, mais qui se pose avec plus d’acuité dans les villes de l’Ouest. Les autorités de Los Angeles font la chasse aux usages prohibés et lancent des campagnes de sensibilisation pour économiser d’eau. Pour faire face à la pénurie d'eau et à la sécheresse, la municipalité de Las Vegas (Nevada) encourage l'abandon des pelouses par les habitants au profit de jardins plantés de cactus. Elle lutte contre le gaspillage de l’eau : les particuliers négligents risquent une amende pouvant aller jusqu’à 5 000 dollars (3 200 euros) pour les fuites d’eau[126].

Gestion des déchets et tri sélectif[modifier | modifier le code]

Les villes de l’ouest possèdent les plus forts taux de recyclage des États-Unis : par exemple, il est de 65 % à Los Angeles[127]. La municipalité de San Francisco a interdit les sacs plastiques[2] ; 69 % des déchets y sont recyclés[2],[128]. Portland (Oregon) est la plus en pointe du monde dans le recyclage des déchets[28].

Efficacité énergétique[modifier | modifier le code]

En février 2009, le maire de Los Angeles a annoncé que la municipalité remplacera 140 000 ampoules des lampadaires et feux de signalisation par des diodes électroluminescentes[129]. Le secrétaire à l'Énergie Steven Chu a annoncé son intention de développer les Smart Grids (réseau de distribution d'électricité) [130]. Austin (Texas) et Boulder (Colorado) ont déjà mis en place ces réseaux intelligents.

Construction écologique[modifier | modifier le code]

Un label national appelé LEED est attribué aux bâtiments verts. Le plus haut degré de ce classement est appelé LEED Platinumet impose des règles très strictes de respect de l'environnement.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, ISBN 2-7011-3204-5, p.115
  2. a, b, c, d et e Armelle Vincent, « Californie, la passion de l'écologie », dans Géo n°356, octobre 2008, p.58
  3. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, ISBN 2-7011-3204-5, p.101
  4. « Au cœur des parcs américains », dans Terre sauvage n°223, décembre 2006-janvier 2007, p.18
  5. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, ISBN 2-7011-3204-5, p.102
  6. a et b Olivier Delbard, La politique… dans Transatlantica, 2005 [lire en ligne] (mis en ligne le 24 mars 2006)
  7. A. Kaspi, Franklin Roosevelt, Fayard, 1988, p. 233
  8. Robert H. Nelson, A burning issue. A case for abolishing the U.S. Forest Service, Political Economy Forum, Rowman and Littlefield Publishers, Lanham, 2000, page 152
  9. WWW.YANNARTHUSBERTRAND2.ORG - États-Unis
  10. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, ISBN 2-7011-3204-5, p. 105
  11. Philippe Randrianarimanana, « Bush recule devant les ours polaires », dans Courrier international du 02/01/2007, [lire en ligne]
  12. a, b, c et d Beth Daley, « Emissions down, but lasting efforts may suffer », dans The Boston Globe du 03-01-2008, [lire en ligne]
  13. Hervé Kempf, « Les discussions entre grands pays sur le climat reprennent dans une atmosphère apaisée », dans Le Monde du 17-04-2008, [lire en ligne], mis en ligne le 16-04-2008
  14. (fr) « Les États-Unis en route pour l'après-pétrole », Technologies internationales (consulté le 13-12-2007)
  15. a, b et c (en) « US and China in race to the top of global wind industry », Global Wind Energy Council,‎ 2 février 2009 (consulté en 8 février 2009)
  16. (fr) « Production et consommation d'énergie hydraulique (ou hydroélectrique) », Planète énergie.com (consulté le 13-12-2007)
  17. (fr) « La production d’électricité », Géothermie perspectives (consulté le 13-12-2007)
  18. (en) « Primary energy overview » [PDF], Ernergy Information Administration (consulté le 22-11-2008)
  19. American Energy : The Renewable Path to Energy Security, septembre 2006
  20. (fr) « Entreprendre dans les énergies renouvelables », Bulletins électroniques,‎ 07-12-2007 (consulté le 13-12-2007)
  21. « 2.455 mégawatts : l’éolien français accède au 3e rang européen », dans Libération du 11-02-2008, [lire en ligne]
  22. a et b (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times,‎ 23-02-2008 (consulté le 23-02-2008)
  23. a et b (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times,‎ 23-02-2008 (consulté le 23-02-2008)
  24. (en) Peter Maloney, « Solar Projects Draw New Opposition », The New York Times,‎ 23-09-2008 (consulté le 24-09-2008)
  25. « La Floride parie sur l’énergie solaire », Voice of America,‎ 28-10-2009 (consulté le 29-10-2009)
  26. a et b (en) Kate Galbraith, « A Solar Boost for the Sunshine State », The New York Times,‎ 02-12-2008 (consulté le 20-04-2009)
  27. Pierre Le Hir, « La France veut développer les centrales à biomasse », dans Le Monde du 10-01-2009, [lire en ligne], mis en ligne le 09-01-2009
  28. a, b et c Alain Faujas, « Biocarburants : une fausse-bonne idée ? » dans Le Monde, 09/06/2006 [lire en ligne]
  29. Le Brésil lance une campagne internationale pour promouvoir l'éthanol, 25 février 2008, AFP
  30. Georges Quioc, « L'agriculture attise l'appétit des financiers » dans Le Figaro du 08/07/2006, [lire en ligne]
  31. Antoine Reverchon, « Biocarburants : les gagnants et les perdants d'une "nouvelle économie" », dans Le Monde du 03/04/2007, [lire en ligne]
  32. a et b (en) « Presidential Proclamation - America Recycles Day », The White House (consulté le 28-11-2009)
  33. Alexandre Pouchard, « Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet » », Le Monde,‎ 28 mai 2014 (lire en ligne).
  34. Elizabeth Kolbert, « Dans l’Arctique en plein dégel », dans Courrier international, n°766, 07/07/2005, [lire en ligne]
  35. (en) « About NRDC: Who We Are », Natural Resources Defense Council (consulté le 29-04-2009)
  36. (en) « Our History », Defenders of Wildlife (consulté le 29-04-2009)
  37. (en) « About us », The Nature Conservancy (consulté le 29-04-2009)
  38. e « Welcome to the Sierra Club », Sierra Club (consulté le 29-04-2009)
  39. (en) « New opportunities to protect wilderness and wildlife begin with you », The Wilderness Society (consulté le 29-04-2009)
  40. (en) « Our Mission », Rainforest Alliance (consulté le 29-04-2009)
  41. « La presse rattrapée par ses papiers », dans Courrier international du 26/10/2006, [lire en ligne]
  42. « Bush poussé à encourager l'éthanol », dépêche publiée le 26/03/2007 dans Le Figaro, [lire en ligne]
  43. Dell, Google, Hewlett Packard, IBM, Intel, Microsoft ; lire « Les entreprises d'informatique promettent de s'engager en faveur des économies d'énergie », dans Le Monde du 15/06/2007, [lire en ligne]
  44. a et b « General Motors prend un virage stratégique vers les voitures "vertes" », dans Le Monde du 03-06-2008, [lire en ligne]
  45. a et b Nathalie Brafman, « Aux États-Unis, Zipcar réinvente la voiture », dans Le Monde du 11-2009, [lire en ligne]
  46. Jean-François Revel, L’Obsession anti-américaine, Paris, Plon,‎ 2002 (ISBN 2259194494), p. 286
  47. (en) Charles E. Brown, World energy resources, New York, Springer,‎ 2002 (ISBN 3-540-42634-5), p. 227
  48. Du nom de son directeur, le météorologue américain Jule Charney
  49. Elizabeth Kolbert, « Dans l’Arctique en plein dégel », Courrier international, no 766,,‎ 7 juillet 2005 (lire en ligne)
  50. Jean-Michel Bezat, « Le charbon chinois, menace écologique majeure » dans Le Monde du 08/04/2007, [lire en ligne]
  51. « George W. Bush prône un renforcement de l'énergie nucléaire aux États-Unis » dans Le Nouvel Obs web, 25/05/2006
  52. Le Figaro, 30/07/2005
  53. Dans Libération, 5 octobre 2005
  54. « George W. Bush prône un renforcement de l'énergie nucléaire aux États-Unis » dans Le Nouvel Obs web, 25/05/2006 ; lire aussi : Gérard Granier, Yvette Veyret, Développement durable. Quels enjeux géographiques ?, dossier n°8053, Paris, La Documentation française, 3e trimestre 2006, ISSN 04195361, page 12
  55. a et b Marion Festraëts, Christophe Carrière, « L'Amérique vire au vert », dans L'Express, 10/10/2006
  56. Anne Collet et Hoda Saliby, « Nairobi, nouvelle capitale de la lutte contre le réchauffement », dans Courrier international du 07/11/2006, [lire en ligne]
  57. Pierre Le Hir, « Performance record pour des cellules solaires conçues aux États-Unis », dans Le Monde du 14/12/2006, [lire en ligne]
  58. Christian de Perthuis, « Climat : le trou noir de l'après-2012 », dans Le Monde du 27/01/2007, [lire en ligne]
  59. « 4,4 milliards de dollars : économies attendues aux États-Unis d'ici à 2020 avec l'avancement de l'heure d'été », dans Le Monde du 14/03/2007, [lire en ligne]
  60. Selon l'American Association for the Advancement of Science : lire (fr) « Les pôles d'excellence en recherche environnementale aux États-Unis - Volume 1 : les acteurs fédéraux », Bulletins électroniques (consulté le 13-12-2007)
  61. Nicolas Cori, « Les industriels américains carburent à l'éthanol », dans Libération du 28/03/2007, [lire en ligne]
  62. « George W. Bush tente de reprendre la main dans la lutte contre le réchauffement », dans Le Monde du 31/05/2007, [lire en ligne]
  63. « États-Unis : la Chambre des représentants vote un texte ambitieux sur la réduction des gaz à effets de serre », dans Le Monde du 5/07/2007, [lire en ligne]
  64. (en) Site officielle de la WIREC 2008
  65. Laurence Caramel, « L'activisme de la Banque mondiale sur le climat inquiète les pays en développement », dans Le Monde du 28-03-2008, [lire en ligne], consulté le 11-04-2008
  66. (fr) « Le congrès américain prolonge les avantages fiscaux sur les énergies renouvelables », Greenunivers (consulté le 24-11-2008)
  67. a et b Cornelia Dean, Bid to Undo Bush Memo on Threats to Species, New York Times, 3 mars 2009
  68. Philippe Grangereau, « Obama, son Amérique à lui », Libération avec Reuters,‎ 21 mai 2008 (consulté le 26 juin 2008)
  69. Virginie Robert, « Barack Obama, un programme économique pour la classe moyenne », Les Échos,‎ 18 février 2008 (consulté le 26 juin 2008)
  70. Emmanuel Garessus, « Les contradictions de Barack Obama sur le nucléaire », Le Temps,‎ 10 juin 2008 (consulté le 23 juin 2008)
  71. Lire l'article Obama annonce de nouvelles normes pour les véhicules sur Wikinews
  72. « Chronologie », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.10-11
  73. « États-Unis : le président Obama annonce deux initiatives énergétiques » dans Voice of America du 27-05-2009, [lire en ligne]
  74. (en) « Secretary Chu Announces $256 Million Investment to Improve the Energy Efficiency of the American Economy », département de l'Énergie des États-Unis (consulté le 06-06-2009)
  75. « Chronologie », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.11
  76. Le Sénat inflige un revers à Barack Obama sur le climat (Corine Lesnes), Le Monde, 26 juillet 2010, page 4
  77. (fr) « Un gigantesque complexe d'énergie solaire verra le jour en Californie », Le Monde,‎ 26-10-2010
  78. a et b Dans le journal Libération, 9 juin 2005, page 13
  79. Claudine Mulard, « La Californie, chantre entêté de l'air pur » dans Le Monde du 23/09/2006, [lire en ligne]
  80. a et b (en) « State Energy Profiles : California », Energy Information Administration (consulté le 14-12-2007)
  81. "En Californie, Schwarzenegger veut plus d'énergies vertes", dans Le Figaro du 20-11-2008, [lire en ligne]
  82. « La Californie s'engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre », dépêche AFP dans Le Monde, 31/08/2006, [lire en ligne]
  83. « Landmark deal on greenhouse gas emissions » dans le San Francisco Chronicle du 30/08/2006, [lire en ligne]
  84. Marc Lifsher, « Gov. Reaches Landmark Deal on Greenhouse Gas Emissions » dans le Los Angeles Times, du 30/08/2006, [lire en ligne]
  85. source : Le Figaro, 5 juillet 2005
  86. « Réchauffement climatique : la Californie poursuit six constructeurs automobiles » dans Le Monde du 20/09/2006, [lire en ligne]
  87. Extrait du code de l'éduction de Californie (lire en anglais)
  88. Stéphane Foucart, « Peignons les toitures en blanc pour contrer le réchauffement climatique » dans Le Monde du 26-09-2008, [lire en ligne]
  89. (en) « National ballot questions », Boston.com (consulté en 5 novembre 2008)
  90. « La Californie s'engage dans la lutte contre les gaz à effet de serre », dans Le Monde du 24-04-2009, [lire en ligne]
  91. a et b Claudine Mulard, « Le marché du vert en plein essor », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.117
  92. a, b et c Claudine Mulard, « Une centrale solaire géante pour alimenter la Californie » dans Le Monde du 11/04/2006, [lire en ligne]
  93. Pour en savoir plus, consulter l’article de Marion Festraëts dans l’Express daté du 23 août 2004
  94. Source web site web de l’American Wind Energy Association
  95. (en) Clifford Krauss, « Move Over, Oil, There’s Money in Texas Wind », The New York Times,‎ 23-02-2008 (consulté le 23-02-2008)
  96. a, b et c Guillaume Serina, « La révolte des maires américains », dans Le Monde du 12/10/2006, [lire en ligne]
  97. Sylvie Briet, « Kyoto: le Québec sur un air différent », dans Libération du 03/10/2006, [lire en ligne]
  98. Nouvelle-Angleterre, Delaware, New Jersey, Maryland et New York
  99. source : Associated Press
  100. Cynthia Ghorra-Gobin, La Ville américaine : espace et société, Paris, Nathan Université, 1998, (ISBN 2091910163), p. 44
  101. Source : L'Express, 4 juillet 2005
  102. (en) « Climate Protection », Seattle Office of Sustainability and Environment (consulté le 28-11-2009)
  103. (en) « List of Participating Mayors », Mayors Climate Protection Center (consulté le 28-11-2009)
  104. (en) « Portland - 2008 US Cities Sustainability Ranking », SustainLane.com (consulté le 28-11-2009)
  105. Grégoire Allix, « La taxe carbone ? Une réussite à Boulder, petite ville du Colorado », Le Monde,‎ 06-09-2009 (consulté le 06-09-2009)
  106. a, b et c Florence Williams, « Boulder, paradis des écolos », dans Courrier international n°915, du 15-05-2008, [lire en ligne]
  107. a et b Grégoire Allix, « Un laboratoire écologique dans le Colorado », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.114-115
  108. a et b Grégoire Allix, « Les écoquartiers fleurissent enfin », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.57
  109. Grégoire Allix, « Les mégapoles, victimes de leur gigantisme », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.59
  110. Marie-Béatrice Baudet, Sylvain Cypel, « Pittsburgh. La métamorphose de la cité d'acier », dans Bilan Planète 2009, Le Monde hors-série, M01545, p.115
  111. Thomas Dévry, « New York concentre son énergie sur ses vieux gratte-ciel », dans Libération du 14/05/2007, [lire en ligne]
  112. (en) « City of LA General Plan, Transportation Element, Bicycle Plan Ch. 5,Bike Paths », City of Los Angeles (consulté le 28-11-2009)
  113. (en) « City of Los Angeles, General Plan, Transportation Element, Bicycle Plan, Commuter Bikeways », City of Los Angeles (consulté le 28-11-2009)
  114. (en) - Ci.minneapolis.mn.us/bicycles - Bicycling in Minneapolis
  115. a et b (en) « city commuting », sustainlane.com (consulté le 28-11-2009)
  116. a et b Nicolas Martelin, « Les vélos en libre-service arrivent à Washington » dans Le Figaro du 12-06-2008, [lire en ligne]
  117. a et b « Les vélos libre-service déboulent aux États-Unis », dans L'Expansion du 12-06-2008, [lire en ligne]
  118. (en) Northstar.sierraclub.org - North Star Journal North Star Journal, n° 25 (octobre/novembre 2005).
  119. Cité dans le San Francisco Chronicle (Lire en ligne)
  120. [PDF] (en) « Residential Solar Incentive Program », Los Angeles Department of Water and Power (consulté le 28-11-2009)
  121. a et b (en) « Environment », City of Los Angeles (consulté le 28-11-2009)
  122. (en) « Chicago », SustainLane.com (consulté le 28-11-2009)
  123. a et b Marian Burros, « L'agriculture urbaine se rapproche du soleil », Courrier international,‎ 07-07-2009 (consulté le 08-07-2009)
  124. [PDF] (en) « City of Seattle 2006 - 2007 Environmental action agenda a global city acting locally », Seattle Office of Sustainability and Environment (consulté le 28-11-2009)
  125. (en) « Chicago », SustainLane.com (consulté le 28-11-2009)
  126. Gaëlle Dupont, « Las Vegas, la pécheresse assoiffée » dans Le Monde du 09-04-2008, [lire en ligne]
  127. (en) « Recycling », City of Los Angeles, Bureau of Sanitation (consulté le 28-11-2009)
  128. (en) « Waste Managment », SustainLane.com (consulté le 28-11-2009)
  129. Claudine Mulard, « À Los Angeles, l'éclairage public s'apprête à faire sa révolution verte », dans Le Monde du 03-03-2009, [lire en ligne]
  130. (en) « Secretary Chu Announces $620 Million for Smart Grid Demonstration and Energy Storage Projects », département de l'Énergie des États-Unis (consulté le 28-11-2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Olivier Delbard, « La politique du United States Forest Service », dans Transatlantica (revue d'études américaines), 2005, Couleurs d'Amériques [lire en ligne] (mis en ligne le 24 mars 2006).
  • (fr) Collectif, « L'écologie aux États-Unis », dans Revue française d'études américaines n°70, octobre 1996.
  • (fr) Marion Festraëts, Christophe Carrière, « L'Amérique vire au vert », dans L'Express, 10/10/2006, [lire en ligne]
  • (fr) Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, (ISBN 2701132045) : Des milieux à protéger, pages 101-113
  • (fr) Yves Boquet, Ville et environnement aux États-Unis, in G. Wackermann, éd. Ville et environnement, Ellipses, Paris, 2005, (ISBN 2729824502), p. 247–262
  • (fr) Armelle Vincent, « Californie, la passion de l'écologie », dans Géo n°356, octobre 2008, p. 52-64