Richard Lindzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Richard Siegmund Lindzen, né le 8 février 1940[1], est un physicien américain, professeur de météorologie au Massachusetts Institute of Technology. Lindzen est connu pour son travail sur la dynamique de la moyenne atmosphère, les effets de marée atmosphérique et la photochimie de l'ozone. Il a publié plus de 200 papiers et ouvrages scientifiques[2]. Il est l'un des principaux auteurs du chapitre 7, "Processus climatiques physiques et rétroactions", du troisième rapport d'évaluation du GIEC sur le changement climatique. Il est un climatosceptique bien connu, dénonçant l'alarmisme en matière de réchauffement climatique[3] et un critique de ce qu'il affirme être des pressions politiques exercées sur les climatologues pour les conformer à ce qu'il appelle l'alarmisme climatique[4]. Il a émis en 2001 l'hypothèse de l'effet iris[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Richard Lindzen » (voir la liste des auteurs)

  1. (en)eaps.mit.edu [PDF]
  2. (en) « Curriculum Vitae of Richard Siegmund Lindzen » (consulté le 16 June 2009)
  3. (en) William K. Stevens, « SCIENTIST AT WORK: Richard S. Lindzen;A Skeptic Asks, Is It Getting Hotter, Or Is It Just the Computer Model? », The New York Times,‎ June 18, 1996 (lire en ligne)
  4. (en)http://www.opinionjournal.com/extra/?id=110008220
  5. (en) Lindzen, R.S., M.-D. Chou, and A.Y. Hou, « Does the Earth have an adaptive infrared iris? », Bull. Amer. Met. Soc., vol. 82, no 3,‎ 2001, p. 417–432 (DOI <0417:DTEHAA>2.3.CO;2 10.1175/1520-0477(2001)082<0417:DTEHAA>2.3.CO;2, Bibcode 2001BAMS...82..417L, lire en ligne)