Tuk-tuk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tuk-Tuk à Bangkok.

Le tuk-tuk (en thaï « ตุ๊กตุ๊ก » ou « ตุ๊กๆ », prononciation : touk touk) est un tricycle motorisé thaïlandais servant généralement de taxi. Il est constitué d'un ensemble monocorps avec un avant de scooter, sur une roue, avec guidon, prolongé d'une « carriole » recouverte d'une capote, sur deux roues, dans laquelle s'assoient les passagers. Il y a en général de la place pour trois adultes.

Motorisation[modifier | modifier le code]

Le moteur est de faible cylindrée, comparable à ceux équipant les petits deux-roues tels que les scooters. À Bangkok, les Tuk-Tuk fonctionnent au gaz.

Notoriété[modifier | modifier le code]

Ces tricycles, taxis bon marché, sillonnent la plupart des villes du pays et les zones touristiques du sud. Version motorisée du rickshaw indien, le tuk-tuk existe sous ce nom dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, comme le Cambodge (où il est appelé également Tuk-tuk ទុកទុក, mais aussi "Reumok" រ៉ឺម៉ក, qui vient du mot français "remorque", ou encore Kangbei កង់បី (trois roues) ; le nom « tuktuk » est déconseillé par le ministère cambodgien du Tourisme qui préfère le mot « reumok »[1]), le Laos (où on les nomme samlo) ou le Viêt Nam.

On en trouve également en Inde, au Sri Lanka, au Kenya, au Guatemala, au Pérou, en Égypte, en Algérie, à Madagascar et même dans des pays occidentaux de manière moins courante comme le Royaume-Uni ou la France.

En 2014, deux aventuriers finlandais ont entrepris un tour du monde sur un Tuk-Tuk, en vendant de la nourriture par le biais de cet engin partout où ils allaient[2]

Description[modifier | modifier le code]

La partie avant est construite à partir d'une moto ou d'un scooter ; le moteur est un 2-temps en général. En pratique, la construction de ces engins fait maintenant l'objet d'une conception spécifique et leur production est industrialisée. La plupart des tuk-tuk sont équipés d'une carrosserie sans portes avec pare-brise, protégeant ainsi le conducteur en plus des passagers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir article sur Khmerologie [1]
  2. (en) « Tuk Tuk Travellers », sur Tuk Tuk Travellers

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]