Trike

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un trike classique type "familly" avec ses deux places à l'arrière.

Le trike est une sorte de motocyclette à trois roues, disposées comme sur un tricycle. Le terme original anglophone est une abréviation de tricycle et bike et fait implicitement référence à la culture biker. En France, il peut s'appliquer à des tricycles non motorisés couchés mais il désigne habituellement des engins motorisés à trois roues hybrides, mi-moto/mi-auto, dirigés par un guidon, généralement à fort empattement arrière en principe classés dans l'Union européenne dans la catégorie L5e, depuis 2009 en France[1].

Au titre de l'article R311-1 du code de la route français (inspiré de la directive européenne de 2002), le tricycle à moteur appartenant à la catégorie L5e se définit comme suit : « véhicule à trois roues symétriques, équipé d'un moteur d'une cylindrée supérieure à 50 cm ³ s'il est à combustion interne et / ou dont la vitesse maximale par construction est supérieure à 45 km / h »[2].

D'autres conditions à respecter peuvent expliquer qu'un tricycle à moteur reste homologué dans la catégorie des motocyclettes et non en L5e. Suivant la norme LR3, catégorie TM, il est par exemple nécessaire, entre autres, que la largeur des deux roues du véhicule montées sur le même axe soit égale ou supérieure à 460 mm[3]. Il faut aussi qu'il soit homologué comme tel en France (infra).

Suivant leur puissance, un trike peut se conduire en France et dans certains pays avec le permis A ou, à certaines conditions (infra), avec le permis B (auto).

Trikes motorisés[modifier | modifier le code]

Trikes routiers[modifier | modifier le code]

Ces engins hybrides empruntent à la fois à l'automobile et à la moto. Ils sont le plus souvent à fort empatement arrière et contrairement au side-car, ils sont symétriques, avec un (ou des) passager(s) assis derrière le conducteur. Leur comportement routier ne se compare pas aux deux-roues.

Né aux États-Unis, initialement associé à la marque Harley-Davidson, le terme a franchi l'Atlantique dans les années 1970 mais le trike demeure encore relativement rare en France, indépendamment du développement récent des scooters à trois roues qui ne s'inscrit pas dans la même lignée.

Il n'y a jamais eu de fabrication industrielle d'ampleur sauf Harley Davidson par exception depuis 2009. Les trikes modernes sont généralement de fabrication artisanale et marginale, à base de moto modifiée, de châssis de voiture recoupé ou sur un châssis fabriqué, avec souvent des moteurs de voiture, mais également des moteurs de motos comme Harley Davidson. La tendance est néanmoins à la standardisation semi-industrielle.

Historique du trike[4][modifier | modifier le code]

Le servi-car Harley Davidson.
L'Automouche de Monet-Goyon dernière version (1936)

Bien que le terme n'existait pas encore, on fait généralement remonter le premier « trike » au fameux servi-car que Harley Davidson commercialise à partir de 1932 jusqu'en 1973, moyennant quelques évolutions techniques (fourche hydraulique, démarreur électrique, frein à disque)[5]. Il s'agit initialement d'une moto 750 cm3 dont l'arrière transformé supporte une grosse malle qui est généralement aménagée en large siège matelassé adossé au pilote, avec poignées lattérales, notamment pour la version police[6], avec un usage intense jusque dans les années 1990[7]. Ce type d'engin à fort empatement arrière et géométrie « Delta » (1-2) est encore l'archétype des moto-trikes d'aujourd'hui et préfigure grandement l'évolution vers les trikes classiques de type chopper.

Maquette du tricycle automatique imaginé par Vinci
Heinle & Wegelin Tricycle (1898)

Cependant, c'est oublier, sans qu'il soit besoin de remonter aux croquis de Léonard de Vinci du 16° siècle[8] (photo), ni aux premiers tricycles non motorisés qui naissent plus d'un siècle et demi plus tard[9], que le premier véhicule à moteur à trois roues symétriques de l'histoire, en l'espèce un lourd fardier (transporteur de charges) animé par une machine à vapeur à empattement avant, est dû au français Joseph Cugnot en 1769. À la fin du 19° siècle et dans le prolongement de cette invention, le tricycle motorisé apparaît réellement en France avec De Dion-Bouton, d'abord équipé d'un moteur à vapeur, avec « La Marquise » de 1883/84[10], auquel succédera en 1895 un modèle léger remarquable, premier véhicule de série, équipé d'un 4 cylindres rotatif en étoile, à pétrole, d'un demi-cheval et muni d'un dispositif de changement de rapport de transmission et allumage par rupteur[11]. Contemporaine du tricycle français de J. Virot[12], La Marquise aurait cependant été précédée par les prototypes à vapeur de l'américain Fischer en 1859[13], du belge Jean Joseph Lenoir breveté en 1860[14] et le Sream Tricyckes de l'américain George A Long en 1880[15] et même par le premier tricycle électrique des anglais William Ayrton et John Perry en 1881[16]. En 1886 l'allemand Karl Benz semble néanmoins être le premier à équiper un tricycle d'un moteur à explosion, un deux temps (de 988 cm3) qui parcourt 200 km, précédant de peu le français Félix Millet qui motorise ses tricycles (puis ses motos) avec un 5 cylindres en étoile en 1887[17]. Ces engins majoritairement à géométrie « Têtard » (2-1) accompagnent les débuts de l'automobile et en familiarise l'usage dans un foisonnement de solutions difficile à inventorier. Ettore Bugatti trouve sa vocation à 14 ans en modifiant l'un d'eux, puis il en fabrique à ses débuts avec deux moteurs De Dion-Bouton, le fameux « Prinetti Stucchi 2,5 HP »[18]. Dans les années 1900, sauf exceptions[19], les deux roues se retrouvent plutôt à l'arrière (géométrie « Delta »), les machines à une ou deux places s'allègent avec leurs moteurs, toujours à l'arrière ; le guidon s'impose à ce stade intermédiaire. Dans cette veine, les tricycles français De Dion-Bouton et leurs dérivés chez Terrot, équipés du même moteur[20] que l'on retrouve chez l'anglais Ariel Cycle Co[21] et chez l'allemand Heinle & Wegelin (photo), le tricycle français à moteur Buchet[22] et le tricycle hongrois de János Csonka[23], entre autres ; puis à partir des années 1920-22, les tricycles français Monet-Goyon, dont l'« Automouche »[24] augure certains tricycles pour handicapés[25]. Parallèlement, la moto dont la paternité revient au français Louis-Guillaume Perreaux (1869) et à l'allemand Gottlieb Daimler (1885), se développe sur les deux continents à partir de 1901, date de création de nombreuses marques[26]. En 1932, le « Servi-Car » de Harley Davidson est un dérivé de leurs motocyclettes de série. Il fut cependant précédé d'un an par le « Dispatch remorquage » de Indian[27] qui lui-même était l'aboutissement d'une formule de tricycle de service, encore à roues avant, inaugurée en 1904 par Indian, développée avec son « Tri-Car » (1906) et déclinée également par Harley Davidson (Forecar vers les années 1913-1915) et par plusieurs pays, avant que ne s'impose la solution Servi-Car[28]. Quant au bike-conversion, il remonte sans doute aussi aux années 1930 avec ce kit californien « Cycle-Tow » qui permettait d'ajouter deux roues à l'arrière d'une moto de série, en sus de ses roues d'origine[28] et à ce kit français « Tri Moto » de Ferdinand Bert qui transformait l'avant d'une moto en une sorte de triporteur pour un passager[29].

Le trike de Ed Roth sur base VW

C'est encore aux États-Unis que le trike moderne se conceptualise et se développe avec parfois une imagination débridée, à partir de la fin des années 1960, suite aux initiatives des premiers vétérans du Vietnam qui, blessés notamment aux jambes, veulent continuer de rouler avec leurs motos. Entre autres exemples, le designer-constructeur californien Ed Roth, qui fréquente un moment les Hells Angels, s'intéresse au trike qu'il équipe d'un moteur Volkswagen[30], reprenant cette idée venue des bases US allemandes où les vétérans avaient imaginé un engin hybride comportant l’avant d’une Harley et l’arrière de la mythique Coccinelle, équipée du fameux moteur boxer refroidi par air (flat four VW). Aujourd'hui, bon nombre de trikes européens sont encore mus par un tel moteur, appelé familièrement « cox » dans le monde du trike, à côté de moteurs d'autres marques, y compris de motos comme Harley Davidson. L’emplacement du moteur des trikes passe de l’avant à l’arrière au fil du temps, afin d’utiliser les groupes propulseurs des automobiles à traction avant modernes ou bien les ponts et les arbres de transmission des tractions arrière que propulsent des moteurs de moto. Très lié à l'esprit Harley, le trike s'affirme comme un symbole rebelle et identitaire que s'approprient les bikers, et dans une moindre mesure, d'anciens hippies. Des vedettes du Rock, Elvis Presley aux États-Unis sur un engin dû à Ed Roth, Johnny Hallyday en France sur un trois cylindres Wolswagen ramené du Brésil, associent leur image au trike dans les années 1970-75[31]. C'est dans ces années là que des sociétés comme The Trike Shop (futur Roadsmith)[32], Dragon Trikes[33], Hannigan Motorsports[34] ou Side Car Californie (CSC) naissent aux États-Unis et, plus tard, par exemple Lehman Trikes (1985), Champion (1990) et Motortrike (1994)[35]. Cependant, Harley Davidson n'adaptera son servi-car au trike moderne qu'en 2009 avec le Tri-Glide. En Allemagne Dietrich Fecht produit son premier trike en 1979[36], Freeway apparaît en 1981, CCS Trike en 1982, Boom Trikes[37] et Rewaco en 1990, WK-Trikes et Devil's suivent en 1994 et 1995. L'anglais Mark Grinnall met au point son premier trike sur une base Triumph en 1990[38].

Le Tri Glide de Harley Davidson depuis 2009, seul moto-trike d'usine.

Le phénomène touche pourtant tardivement la France qui refuse systématiquement l'homologation de ces engins; une attitude méfiante qui semble perdurer parfois et qui était contournée à l'époque par quelques amateurs roulants sous plaques étrangères, notamment avec des trikes allemands. Il faudra attendre 1997 après que l'Union européenne ait imposé leur homologation en 1992[39] pour que, après plusieurs années de démarches, Gilles Letondor pour Dragon Trike[40] et Philippe Schoun pour Megaphone Pionnier[41], chacun de leur coté, réussissent à homologuer leur premier trike commercial en France, en août 1997. À l'époque, la carte grise porte la mention « TQM » (tricycles et quadricycles à moteur). Précurseur également, Bruno Westelynck pour EML France ne fait homologuer les premiers motos-trikes Goldwing et Harley respectivement qu'en 1999 et 2007[42].

Malgré sa progressive banalisation, le trike est encore moins développé en France qu'en Angleterre ou en Allemagne, par exemple, si l'on excepte une nouvelle catégorie de véhicules urbains, plus proche du scooter, apparue en 2007-08, qui connaît un développement spectaculaire par effet d'aubaine (infra), au point de séduire nombre de people et le président de la République française, François Hollande lui-même[43]. La population d'utilisateurs (« trikers ») s'étoffe et se diversifie ; l'âge moyen est de 50 ans car les bikers âgés lorgnent de plus en plus vers les trikes[44] bien que de nombreux jeunes soient séduits par le côté fun de l'engin en dépit de son coût, avec une montée en puissance récente des moto-trikes préfigurant l'arrivée en France du Tri-Glide fin 2013. Preuve de la popularité grandissante de cette dernière catégorie, le dirigeant russe Vladimir Poutine s'est affiché sur un moto-trike Harley Davidson converti, successivement en 2010 et 2011, lors de deux manifestations bikers très médiatisées[45], faisant ainsi écho à la présentation du premier Tri-Glide Harley Davidson de l'escorte présidentielle américaine, en tête de la parade inaugurale à l’occasion de l’investiture du président Barack Obama en 2009[46]. Johnny Hallyday dispose également de ce type de trike[47].

Différents trikes motorisés[modifier | modifier le code]

  • Trikes sur base moto (moto-trike ou bike-conversion)[48] - Ces trikes sont des motos, neuves ou non, converties en trois roues à large empattement arrière, qui gardent l'essentiel de leurs caractéristiques et leur look initiaux, le plus souvent de grosses cylindrées, suréquipées d'origine, rarement personnalisées façon chopper. Il est théoriquement possible de transformer soi-même une moto en trike en commandant un kit (notamment sur Internet) - par exemple, le kit vendu par Santiago Chopper permet de transformer en trike une Yamaha XVS 950 Midnight Star - mais le montage nécessite une bonne dose de compétence et l'homologation individuelle est toujours aléatoire[49]. Notamment aux USA, il existe un kit amovible pouvant équiper plus facilement les tourings Harley Davidson, ce qui laisse la moto intacte (voir photo). L'autre solution consiste à choisir un trike "clé en main" ou à s'adresser à des transformateurs utilisant des kits standards. En Europe, les allemands Boom Trike (jusqu'en 2012) et Rewaco proposent des motos déjà converties en trikes (BikeConversion), accessibles en France, sur la base de modèles customs tel que les Yamaha MT-01, Honda Shadow VT 750, Suzuki Intruder (800, 1500 et 1800) et Triumph Rocket III[50]. L'anglais Grinnall transforme des BMW comme la R1200C[51]. Au Canada, RC Trike et aux États-Unis, Roadsmith[52], Lehman, Motortrike, Side Car Californie, Ace Motorworks, Cool Custom Trikes, Champion, Hannigan, Trikes For You font de même, entre autres. Lehman, par exemple, convertit en trike des tourings Harley Davidson (supra, le trike utilisé par Poutine), Gold Wing, Kawasaki Vulcan 900, Suzuki Boulevard C90 et Victory Vision[53]. Depuis 2009, la marque Harley Davidson, qui dérive ainsi son traditionnel servi-car, produit elle-même des trikes d'usine, d'abord un « Tri Glide » sur une base Electra Glide Ultra Classic, puis en 2011 un « Street Glide Trike »[54] (abandonné depuis), destinés initialement seulement au marché d'Amérique du Nord[55]. Le Tri Glide Ultra est importé en France à partir de fin 2013 avec une nouvelle motorisation et une nouvelle planche de bord[56]. En Europe (France y compris) et au Japon, le néerlandais EML transforme les modèles FLH "Touring" et Sportster XL de Harley Davidson en trikes. Également la Street Bob depuis 2013. EML convertit aussi la Honda Gold Wing, des Victory depuis 2013 (supra) et courant 2014 la Yamaha Bolt. Dans tous les cas, EML enlève la roue arrière à la moto d'origine et rajoute un pont pourvue de 2 roues avec différentiel, des pneus arrière larges, une suspension semi indépendante avec barre stabilisatrice (tourings) ou indépendante, un coffre et de larges marche-pieds chromés en option[57]. Depuis 2010 en France, une marque belge Q.Tec permet de faire une transformation semblable, exclusivement sur une base Softail Harley Davidson[58], dont l'une des versions est dédiée aux personnes à mobilité réduite[59]. Le trike sur base Victory Végas est présentée par Rewaco en 2012[60]et la version sur base Victory Judge ou Boardwalk est présenté en 2013 par EML France[61]. Tous ces trikes ont une cylindrée généralement comprise entre 800 et 2 300 cm3 (Triumph Rocket). Par opposition avec la catégorie suivante on qualifie parfois ces trikes de « traditionnels » parce qu'ils sont généralement proches de la moto d'origine et sont dans la tradition du servi-car d'Harley Davidson. Mais le terme reste ambiguë et on parle aussi de « moto-trikes », voire de « trike-servi-cars ». En France, excepté pour le Tri Glide qui est déjà converti, la transformation peut à elle seule coûter environ 8 000 € mais peut être plus onéreuse, autour de 20 000 € en 2013 pour un touring Harley EML, en sus du prix de la moto, soit un coût total à partir de 45 000 €.
  • Trikes classiques - Héritage des trikes modernes apparus dans les années 1980-90, ce sont des trikes d'origine ou montés de toute pièce à partir d'éléments automobiles et moto, motorisés à l'arrière. C'est ici que l'on trouve les engins les plus personnalisés et les plus richement customisés à l'allure généralement de chopper. Ils sont aussi plus imposants. Ces engins sont fortement typés, le plus souvent surbaissés, avec leur pilote calé dans un fauteuil à haut dossier, presque masqué par son guidon, lui-même généralement surélevé, au sommet d'une longue fourche au diamètre variable, doté d'un éclairage pléthorique. Les trikes commerciaux comportent à l'arrière, une place (modèle Chopper) ou deux places (modèle Familly), rarement plus. Leur conception repose sur un châssis, carrossé à l'arrière pour couvrir un moteur et des roues à large empattement (environ 1m80 de large), un double circuit de freinage intégral, une transmission manuelle, des freins à disque avant et arrière et un changement de vitesses central de type automobile (ou parfois lattéral) ; le tout sous diverses motorisations, principalement des moteurs venant du secteur automobile (WW et Ford pour Boum-Wolf, Peugeot pour Easy, Porsche pour le Rewaco FX5, etc.)[62], parfois des moteurs moto comme Harley Davidson (Le modèle FX6 Rewaco). Cependant, pour des raisons de pollution, les constructeurs ont généralement abandonné le moteur 4 cylindres à plat (flat four), refroidissement par air venant de la Volkswagen Coccinelle et se tournent vers des motorisations automobiles modernes beaucoup moins polluantes et surtout beaucoup plus sobres, souvent à injection. Parmi les constructeurs, plus de français comme Megaphone Pionnier (disparu en 2001) ou plus récemment Side-Bike avec son original Celtik Touring (disparu fin 2012)[63] mais il y a les marques américaines, anglaises, ou allemandes comme Boom Trike, Rewaco, Easy Trike, WK Trike, C.C.S, Rassler, Devil’s, Fecht, Freeway, K.B.M, O.Z, Roth, A & M, Custom, Mikado, S.M.T, B.S.M, W.S, Friedrich, ainsi que beaucoup d'autres comme Cosmopolite, Didi Trike (pour handicapés), TWA, Wolf Trikes (sur base Boom), Leonart Royal Enfield, RPS, Wipi Apex-trikes, etc. En France, deux marques se sont progressivement imposées : Boum (modèles 2013 : New Highway, Fighter X11, Mustang Family, Hayabusa…) et Rewaco (modèles 2013 : FX6, RF1 LT2, RF1 LT3…). Ils se partagent l'essentiel du marché même si quelques autres marques, notamment allemandes, sont présentes à la marge. Ces trikes dit « classiques », « conventionnels », « customs » ou « choppers » ont généralement de très fortes cylindrées. Les plus excentriques sont parfois qualifiés de « californiens ». Le coût de tels engins peut atteindre des sommets selon leurs équipements et accessoires et l'imagination de leurs propriétaires mais les prix des modèles commerciaux s'échelonnent de 20 000 € environ jusqu'à plus de 30 000 € (France - 2013).
Le trike inversé Can-Am
Le comportement du MP3 est proche d'un deux-roues.
  • Trikes inversés, scooters et roues inclinables - Bien qu'ils soient classés dans la catégorie générique L5e commune aux trikes certains modèles de tricycles commerciaux récents comportent deux roues à l'avant et une seule roue arrière - type « Têtard » (2-1) - tels que, depuis 2007, le BRP Can-Am Spyder Roadster proche d'un scooter à large empattement. Leur puissance avoisine les 1 000 cm3 et dépasse les 100 cv mais ce type d'engin reste onéreux (environ 20 000 € en 2012). L’avantage de cette géométrie têtard, que l'on retrouve parfois sur des trikes californiens, réside dans le fait de conduire en ayant le gabarit du véhicule dans son champ de vision. Certains constructeurs de scooter se lancent aussi dans la fabrication de modèles avec deux roues directrices avant à faible empattement. Ces véhicules, de type « LMW » (Leaning Multi Wheel ou multi-essieux directeurs), ont un comportement plus proche d'un deux-roues puisqu'ils se penchent dans les virages comme par exemple le Piaggio MP3 qui se décline en version 125, 250, 400 et 500 cm3, également son concurrent italien le Quadro lui aussi décliné en plusieurs versions[64], le Métropolis 400 de Peugeot[65], ou plus récemment le Gilera Fuoco 500 (motorisé par Piaggio)[66] et le Yamaha Tricity[67]. Moyennant quelques adaptations et profitant d'une brèche dans notre législation[68], ces puissants scooters suivent, en effet, depuis 2008 pour les MP3 en France, la réglementation européenne des L5e[69], donc utilisables avec le permis B, à des tarifs plus accessibles (à partir de 6 000 € en 2012), ce qui explique leur irruption invasive dans le champ urbain, par effet d'aubaine. En France, ces types de scooter sont désormais ultra majoritaires dans le monde des trois-roues (60 000 MP3 seraient en circulation selon le constructeur en 2013)[70]. Ils ne sont généralement pas qualifiés de trikes dans le langage courant, ni identifiés comme tels par les initiés, mais cela accentue la confusion au sein de la catégorie L5e qui est globalement visée par la réglementation sans distinction, d'autant qu'il existe des genres de trikes à large empattement arrière qui ont également tout d'un scooter[71]. En outre, les MP3 ne sont qu'une illustration parmi d'autres, de nouvelles catégories prototypes, les « TTW » (Tilting Three Wheeler), véhicules à trois roues inclinables[72] et des trikes inclinables (Tilting Trikes)[73], qu'avait même envisagé Harley Davidson[74], qui se déclinent autant en trois roues arrière ou avant et qui tiennent tantôt du scooter, tantôt d'une petite automobile citadine ou d'une voiturette, sans compter des dispositifs ingénieux rajoutant aux USA deux roues inclinables à une moto[75], ce qui ajoute à cette anarchie des genres. Pour autant certains voient dans ces engins, majoritairement à voie étroite, une solution d'avenir face à la densification de la circulation[76].

Expérience de conduite d'un trike[modifier | modifier le code]

Position comparée dans un virage entre une moto classique et un trike

Si la position de conduite ne diffère pas de celle d'un deux-roues pour les motos converties, elle est nettement plus basse et plus allongée pour les autres trikes qui bénéficient de sièges de type voiture. La vision de la route en est différente pour le pilote. Quant au(x) passager(s), il est généralement très confortablement installé à l'arrière. Un trike gagne globalement en confort, en stabilité, en visibilité et donc, en sécurité, à l'égal d'une automobile : plus besoin de poser le pied à terre à l'arrêt ; plus de craintes de perdre l'équilibre en passant sur une aspérité routière ou en glissant sur une flaque d'huile ou une bande détrempée. Il faut par contre prendre la mesure du gabarit arrière de l'engin, aussi large qu'une automobile moyenne, et oublier ses réflexes de motard. De ce point de vue, le trike impressionne et se fait mieux respecter des autres véhicules. Il se voit et ne prend personne au dépourvu.

La conduite d'un moto-trike diffère sensiblement de celle d'un trike classique. Du fait de cylindrées élevées, le trike est plus maniable et plus réactif que ne le laisse supposer son poids moyen qui oscille entre 350 et 600 kg. Il perd cependant en souplesse dans les courbes et sur les routes peu carossables. Cela est plus sensible avec un moto-trike, notamment le Tri Glide et les tourings EML au comportement proche d'un quad. Prendre un virage serré avec ce type d'engin qui reste perpendiculaire au sol nécessite de balancer le haut du corps pour accompagner le mouvement et de tourner fortement le guidon pour forcer l'engin sous-vireur à ne pas quitter la bonne trajectoire. Les virages prononcés à vitesse de croisière sur un moto-trike demeurent en effet une sinécure[54]. Risquer un tout-droit avec un moto-trike n'est pas si rare pour les novices lors de la prise en main, mais l'engin se dompte rapidement. La direction d'un trike est de toutes façons plus sensible et doit être plus précise qu'un deux-roues, dans la mesure où le moindre mouvement ne se compense pas automatiquement par l'inclinaison de l'engin. Elle est aussi plus dure pour un moto-trike qu'un trike classique qui, par comparaison, est proche des effets d'une direction assistée automobile. Cependant, la maniabilité dépend notamment du type de fourches, plus souples lorsqu'elles sont à balancier (trikes classiques récents) que si elles sont parallèles (trikes anciens et moto-trikes) et de la présence (ou non) d'un différentiel sur les roues arrière. Elle dépend aussi de la suspension arrière, généralement indépendante[77] (trikes classiques et beaucoup de moto-trikes), ou semi-indépendantes et moins souples sur certains autre moto-trikes (tourings EML et Tri Glide). En toute hypothèse, il est nécessaire de choisir une trajectoire confortable du fait que les deux roues arrière sont susceptibles d'absorber un peu plus d'aspérités qu'une seule roue ; ce qui est plus sensible avec un moto-trike et moins sur un trike classique notamment du fait de l'empattement plus large de celui-ci (1m80 en moyenne contre 1m30 pour le moto-trike) et du type de suspension. Cette dernière peut par ailleurs générer un peu de roulis, mais sentir l'arrière d'un trike chasser sagement dans une courbe prise à bonne vitesse est, par ailleurs, une nouvelle sensation agréable mais plus risquée avec un moto-trike. Néanmoins, ce sont des engins de loisir, plus faits pour la balade familiale que pour la vitesse malgré les performances de certains trikes (plus de 200 km/h pour le Boom Hayabusa, par exemple)[78]. La conduite reste cependant physique, notamment pour certains moto-trikes qui, excepté la relation parfois délicate avec la force centrifuge, procurent des sensations similaires à celles d'une moto classique ; alors que l'on est plus proche du confort et des sensations sécurisantes d'une automobile avec un trike classique, même si le port du casque, la conduite au guidon et à l'air libre, ramènent clairement dans le monde motard. Finalement, le moto-trike n'a pas les atouts confort du trike classique mais il permet de continuer à chevaucher sa moto de prédilection. À noter que la géométrie delta du trike semble aussi plus aisée que la géométrie têtard[54].

Si pour la majorité de ses utilisateurs, le trike est une expérience de liberté et un art de vivre démarqué, qui se pratique en toute sécurité, pour d'autres, il cumule tous les inconvénients : ceux d'un deux-roues soumis aux aléas des intempéries et ceux de l'automobile qui doit subir embouteillages et pollution sans pouvoir se faufiler dans la circulation[79].

La réglementation pour conduire un trike[modifier | modifier le code]

En France, une réglementation dissuasive et mal ciblée[modifier | modifier le code]
Exemple d'un trike CCS base voiture homologué en MT3 (moto) en 2008
La législation obligeant à deux feux de route pour ce Tri Glide européen dépassant 1m30 en largeur, la marque HD a fait le choix d'occulter le phare central au profit des feux latéraux
  • Homologation et carte grise - Certains trikes commercialisés ou transformés en France bénéficient d'une homologation constructeur L5e pour le territoire national. Il est donc difficile de les exporter ensuite pour les besoins d'une revente (exemple les trikes Touring EML). D'autres bénéficient cependant d'une homologation européenne qui est valable sur l'ensemble de l'Union européenne (exemple les trikes Q.Tec). Dans toutes ces hypothèses et en conséquence des dispositions concernant l'homologation[80], une moto transformée doit changer de carte grise et perd à cette occasion sa dénomination et sa marque au profit de celles du transformateur considéré comme le « constructeur ». Pour tous les trikes d'origine, convertis ou non, le coût de la carte grise est dissuasif, faussement aligné sur celui des automobiles, équivalant au double d'une moto[81]. Pour une moto déjà immatriculée et convertie, le propriétaire ne supporte que le coût raisonnable du changement de catégorie (tarif d'un cheval fiscal). Les mentions y figurant sont « TM » (tricycle motorisé) qui est la catégorie nationale et « TMP2 » (>15W)[82]. L'homologation nationale individuelle d'une machine artisanale ou d'un trike acheté à l'étranger est plus problématique puisqu'elle nécessite une patiente démarche personnelle, notamment auprès de la DREAL (a remplacé la DRIRE et l'ancien service des mines)[83]. En outre, dans ce cas, bien qu'il puisse s'agir physiquement d'un trike sur base moto ou non, ce dernier sera le plus souvent classé en MT3 (moto) plutôt qu'en L5e sans que les raisons soient bien claires.
  • Application du code de la route - Globalement, pour les règles de conduite et l'équipement nécessaire, le code de la route français ne distingue pas les trikes, des différents tricycles motorisés, tous regroupés dans la catégorie L5e, ni parfois cette catégorie de celle des deux-roues, voire des automobiles. Les mesures s'appliquant aux uns s'appliquent aux autres, selon. Ainsi en est-il en principe du port du casque (Article R431-1 du code de la route), sauf exception[84], mais contrairement à un deux-roues, le trike ne saurait être immobilisé en cas de manquement[85]. Ainsi, des éléments de signalisation-éclairage[86] et des rétroviseurs[87] devant équiper le trike, plutôt aligné ici sur le cas d'un véhicule quelconque, même si un trike peut être pourvu que d'un seul feux de route, mais il en faut deux espacés d'au moins 9 cm, ainsi que deux feux de croisement, si l'empattement dépasse 1m30 (Article R313-3 et Directive UE de 2009)[86]. De même, suivant cette fois-ci le cas des motos, de l'obligation qui avait été prescrite de porter en toutes circonstances un vêtement muni d'un dispositif rétro-réfléchissant[88] (pas seulement en cas d'arrêt d'urgence)[89];
    Les trike ont comme les motos généralement un passage réservé aux péages d'autoroute et acquittent le même tarif… s'ils ne sont pas confondus avec une automobile par les bornes automatiques !
    une disposition contestée à l'époque par le Collectif des Trikers de France qui releva son inutilité pour des engins forts visibles (large empattement et éclairage de type auto, par ailleurs quasi obligatoire de jour - infra) qui, de plus, ne présentent pas les mêmes risques que les deux-roues (par exemple un trike ne peut faire du remonte-file et ne risque pas une perte d'équilibre)[90]. Or, la catégorie fourre-tout L5e semble avoir globalement été visée par un ensemble de mesures sécuritaires à cause de la prolifération notamment de puissants scooters à deux ou trois roues à forte accidentalité[91]. En outre, la position généralement surbaissée du pilote peut rendre le dispositif prévu inopérant. Curieusement, les trikes (à l'instar des deux-roues) sont plus sévèrement réprimés que les automobiles pour le non-respect de cette disposition qui donne lieu à un retrait de deux points au permis[92]. Aussi les autorités firent-elles un geste en faveur des trikes en mars 2012[93], avant de reporter cette mesure sine die pour l'ensemble des véhicules visés[94]. Il en est de même du Contrôle technique des motocyclettes prévu pour 2016 et repoussé à 2022, devenu une faculté dépendante de la volonté des Etats mais dans la mesure où la catégorie L5e ne fera pas l'objet de mesures particulières[95]. Par contre, malgré son respect systématique par les trikers[96], l'obligation de circuler de jour en feux de croisement ne concerne théoriquement pas la catégorie L5e[97], du moins pour l'instant[98]. De même, pour le transport des passagers et notamment des enfants où aucune disposition ne semble viser la catégorie L5e. Ici on doit plutôt s'inspirer des règles en vigueur pour les motos (Articles R431-5 et R431-11 du code de la route)[99]. La réglementation pour l'attelage d'une remorque est la même que pour les deux-roues et les quads. Cela doit être notamment autorisé par la carte grise[100]. S'agissant de l'immatriculation, la plaque fixée à l'arrière d'un trike L5e doit se conformer à celle d'une automobile et non à celle des motos. Elle doit être rivetée, à fond blanc, de dimensions 275x200 mm pour les immatriculations depuis le 1er juillet 2009 (le format 1 ligne est aussi possible)[101]. À immatriculation inchangée, les autres plaques restes légales si elles l'étaient au moment où elles ont été apposées lors de la dite immatriculation. Un nouveau format 210x130 mm est toutefois envisagé[102]. Comme sur tout véhicule, il est nécessaire d'apposer le certificat d'assurance, de manière à ce que le recto soit visible à l'extérieur. Pour un trike, comme pour un deux-roues, il doit être précisément disposé sur une surface située à l'avant du plan formé par la fourche avant[103], ce qui ne règle pas sa vulnérabilité au vol. Enfin, par défaut, les règles de dépassement et de circulation sont celles qui s'appliquent aux side-cars et lorsqu'ils empruntent une autoroute (autorisés seulement si leur puissance est supérieure à 15 kilowatts notamment)[104], les trikes suivent le tarif de la catégorie 5 (moto et side-car)[105], bien que les péages automatisés les détectent parfois en tant qu'automobiles du fait de leur gabarit[106].
Attestation de formation 7 h pour la conduite avec le permis B en France, nécessaire rétroactivement malgré l'équivalence reconnue sur ce permis
  • Dispositions particulières propres au permis de conduire - Ici, malgré quelques dispositions spécifiques aux tricycles, la législation française a récemment procédé à un alignement surprenant sur certaines règles propres aux motos légères (50 à 125 cm3). Le code de la route distingue les tricycles dont la puissance n’excède pas 15 kW (20 CV) et les autres. Les premiers peuvent être conduits avec les permis A1, A2, A3, A, B ou B1. Les plus puissants, classés L5e, nécessitent le permis A ou A3[107]. Leur puissance n'est pas limité à 100 cv comme c'est le cas des deux-roues[107]. Autre différence notable avec les deux-roues supérieurs à 125 cm3, mais comme les motos légères, ces tricycles L5e peuvent également être conduits avec le permis B[108], ce qui semble logique puisque, malgré leur puissance, leur comportement routier présente quelques similitudes avec l'automobile (supra). Cependant alors qu'il ne faut aucune conditions supplémentaires pour les possesseurs d'un permis A, sinon une ancienneté de permis de deux ans requise pour la conduite d'un trike quel que soit le permis, curieusement, depuis le 1er janvier 2011, les titulaires du permis B (rétroactivement, quelle que soit la date d'obtention du permis)[109] ne peuvent conduire un tricycle qu'après avoir suivi une formation de 7h[110]. Cela donne lieu à la remise d'une attestation (qui est de droit, dès lors que le stage a été suivi, sans considération pour l'aptitude réelle du futur pilote). Celle-ci doit ensuite être présentée avec le permis de conduire pour justifier de la conduite de l'engin. Cette attestation s'impose aussi pour la conduite, avec le permis B, des deux-roues 125 cm3 et scooters à trois roues plus puissants, plus particulièrement visés avec logique par cette mesure[111]. Or le véhicule pour lequel l'attestation est obtenue est indifférent. Comme il n'existe pratiquement aucune auto-école disposant de trikes, ni de moniteurs formés, la formation sera effectuée le plus souvent sur une moto légère 125 cm3 ou un scooter de faible cylindrée[112], ce qui est paradoxal avec les objectifs sécuritaires annoncés qui visent notamment la maîtrise de l'engin. En outre, la formation est ainsi difficilement accessible à certains handicapés pour qui le trike est pourtant parfaitement adapté, sans compter le préjudice causé aux loueurs de trikes pour qui la location préjuge souvent d'une vente[113]. Si le trike est déjà acquis, un accord avec l'assureur peut néanmoins palier cette difficulté[114]. Cette formation reste acquise même en cas d'invalidation, d'annulation du permis de conduire, de renouvellement du permis ou d'interruption prolongée dans sa pratique. Sont néanmoins exonérés de formation ceux qui peuvent justifier de la conduite d'un tricycle (50 cm3 et +), ou d'une moto légère, entre le 1er janvier 2006 et le 1er janvier 2011, ne serait-ce qu'un jour (article R221-8 du code de la route). La preuve doit être apportée par un document délivré par un assureur : le "relevé d'informations"[107]. Sauf bonne volonté de l'assureur, cela ne concerne que l'assuré et non le pilote secondaire (même conjoint) s'il n'est pas mentionné au contrat. Cette équivalence avec le permis B n'est valable que sur le territoire français ou dans les pays qui la reconnaissent, au cas par cas, comme ceux de l'ensemble de l'Union européenne (à l'exception de la Grèce)[107].

Les trikes tous-terrains[modifier | modifier le code]

Honda ATC 70, Suzuki ALT50, Yamaha Tri-Zinga

Ancêtre du quad, le premier trike tous-terrains, le Honda US90, apparaît en 1969[115]. Il a inauguré une nouvelle catégorie, les « ATC » (All Terrain Cycle), qui connaît d'autres modèles comme le Kawasaki Tecate et le Yamaha Tri-Z[116] ou le Suzuki Alt 50 Trailbuddy, par exemple.

L'arrivée en Europe a eu lieu au début des années 1980, avec des moteurs de 200 cm³ (4-temps), 250 cm³ (2-temps) ou même 350 cm³ (4-t). Le pilotage délicat de ces engins a entraîné une interdiction à la vente en France à partir de 1986 consécutive à un accord entre les fabricants et la Commission de sûreté de produit de consommation des États-Unis (U. S. CPSC) pour en cesser la production[117].

Les trikes non motorisés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tricycle.

Un type particulier de tricycle non motorisé de la famille des vélos couchés ou bent est en France appelé également trike, par analogie, en raison de la position du pratiquant qui évoque celle des pilotes des trikes motorisés. Ne sont donc visés ici que les vélos couché à trois roues.

Ce type de trike non motorisé peut présenter deux géométries différentes :

  • Tadpole : deux roues avant directrices et une roue arrière motrice
  • Delta : une roue avant directrice et deux roues arrière. Dans ce cas, il y en a une seule de motrice ou bien les deux avec ou sans un différentiel.

Ces trikes peuvent se présenter en tandem avec plusieurs dispositions possibles :

  • en ligne le sens de marche
  • en ligne dos à dos
  • côte à côte : dans ce cas, la géométrie est souvent delta avec chaque personne qui pédale sur une roue indépendante.

Il est aussi possible d'accrocher facilement les trikes delta les uns aux autres en retirant la roue avant du trike suiveur. De véritables trains de trike delta peuvent ainsi être réalisés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article R311-1 du code de la route modifié par le décret n°2009-497 du 30 avril 2009 - art. 2, en conformité avec l'article premier 2°c de la Directive 2002/24/CE du Parlement Européen et du Conseil du 18 mars 2002. Mais l'identification de cette catégorie administrative remonte à 1980 lors de la création du permis A4 correspondant à la conduite des "tricycles et quadricycles à moteur" (TQM), devenue successivement AT puis B1 et scission du permis moto A en trois sous-catégories A1 A2 et A3.
  2. Sur Légifrance : Article R311-1 du Code de la route
  3. 5 conditions sont nécessaires pour entrer dans la famille des tricycles à moteur de plus de 50 cm3 :
    - Le poids total du véhicule doit être inférieur à 1000 kg
    - La largeur des deux roues du véhicule montées sur le même axe doit être égale ou supérieure à 460 mm
    - Un dispositif de freinage doit permettre de freiner simultanément les 3 roues
    - Le véhicule doit disposer d'un système d'éclairage spécifique : veilleuse face avant, clignotants sur la partie la plus large du véhicule, double éclairage de la plaque d'immatriculation
    - Le véhicule doit être équipé d'un frein de parking.
    Voir par exemple : Le trike sur motoservices.com (consulté le 29 janvier 2012)
  4. Selon notamment : sriwils.com ; trikeyannkrystine.centerblog.net  ; the-triker-rebelle.e-monsite.com ; sudtrike.fr ; motomag.com ; Histoire de la 3-roues, sur 3-wheelers.com et une autre page (traduit en français) ; passion-3-roues.centerblog.net ; mototrikes.harley.online.fr
  5. Il semble avoir été précédé par un utilitaire japonais de Mazda en 1931 mais qui ne prévoyait pas de passager arrière : Mazda 3 wheelers sur 2000gt.net (consulté le 22 février 2012)
  6. Sur l'illustration qui suit, un policier américain marque à la craie, qu'il tient au bout d'une longue tige, les flancs des pneus des voitures qui seront ensuite verbalisées pour mauvais stationnement : Le servi-car Harley Davidson Police sur Legendmotorbike.com (consulté le 23 janvier 2012). Le servi-car était pourtant initialement destiné à l'usage des garages et stations services dans le ramassage et la livraison des voitures des clients : Harley-Davidson Trike sur harleydavidsonmuseum.com (traduit en français) consulté le 24 janvier 2012.
  7. (en) Motorcycle: Twins - Servi-Car, 1932 - 1974 sur is-it-a-lemon.com (consulté le 24 janvier 2012)
  8. Le génie de la Renaissance, Léonard de Vinci, a-t-il inventé l'auto?
  9. (en)The history of the tricycles (actualisé le 29 mars 2013)
  10. De Dion Bouton et Trépardoux Dos-à-Dos La Marquise 1884 sur tf1.fr (consulté le 23 janvier 2012). Voir également L'ère du tricycle à moteur sur histomobile.com (consulté le 21 mars 2012)
  11. La puissance de ce moteur évoluera au fil du temps : Les tricycles De Dion-Bouton sur de.dion.bouton.pagesperso-orange.fr (consulté le 23 janvier 2012). Voir également : La légende De Dion Bouton sur masculin.com (consulté le 23 janvier 2012)
  12. 1859: le 3 roues a J.Virot sur passion-3-roues.centerblog.net (consulté le 28 février 2014)
  13. 1859. Voiture à vapeur de Fischer (États-Unis) sur http://users.skynet.be (consulté le 28 février 2014)
  14. The First Internal Combustion Engine sur http://patentpending.blogs.com (consulté le 28 février 2014)
  15. LONG Steam Tricycle, voiture routière de 1880
  16. Un musée allemand reproduit la première voiture électrique de l’histoire! sur http://www.voiture-electrique-populaire.fr (consulté le 28 février 2014)
  17. Évolution générale des moteurs et des véhicules : Depuis les origines : de la cocotte-minute au huit cylindres sur moto-histo.com (consulté le 23 janvier 2012)
  18. Ettore Bugatti – Légende et pionnier de l’automobile sur bugatti.com (consulté le 13 février 2012) - Voir aussi : Bruno Nicolini, Paolo Maggi, 3°… Ettore Bugatti, Tecnograf, 2009, 146 p.
  19. Par exemple le Cyclonnette de 1904 avec sa direction en queue de vache : sur Wikimedia Commons
  20. Le tricycle De Dion-Bouton 1899 sur jurabik.free.fr (consulté le 29 janvier 2012) et Les tricycles, quadricycles & automobiles Terrot 1900-1902 sur terrot.club.pyreneen.free.fr (consulté le 23 janvier 2012)
  21. Ariel Cycle Co sur http://www.gracesguide.co.uk (consulté le 28 février 2014)
  22. Early French Racing Motorcycles sur http://theoldmotor.com (consulté le 5 mai 2011)
  23. Sur Wikipédia Commons : Le trike Csonka 1900
  24. Les tricycles à moteur Monet-Goyon
  25. Le Monet-Goyont rappelle le tricycle, version à guidon, de Poirier datant de la première moitié du XX° siècle : Les Tricycles Poirier 50 cm3. L'entreprise existe toujours sous le nom de Invacare Poirier
  26. Même si les USA revendique leur part, le premier brevet (américain) a été officiellement déposé par Perreaux pour un deux-roues motorisé à vapeur, tandis que Daimler peut être crédité d'avoir développé la première moto (cadre en bois) dotée d'un moteur quatre temps à pétrole. Le terme « Motocyclette » est déposé en 1897 par des français, les frères Eugène et Michel Werner - Voir : L'histoire de la moto sur www.toutsurlamoto.com (consulté le 5 mars 2014)
  27. Motorcycle Throwback - The 1931 Indian Dispatch-Tow sur http://www.bikebandit.com (consulté le 28 février 2014)
  28. a et b A nos anciens/Une brève histoire 1 sur passion-3-roues.centerblog.net (consulté le 28 février 2014)
  29. Le Tri-moto Bert : création originale de Ferdinand Bert sur passion-3-roues.centerblog.net (consulté le 28 février 2014)
  30. (en) Rat Fink! Ed "Big Daddy" Roth 75 sur /st-james.hubpages.com (consulté le 10 février 2012)
  31. Pour une illustration globale, voir : Historique du trike. Pour le trike d'Elvis Presley : (en) What is the Elvis connection with Ed Roth, and Gene Winfield? - Pour le trike de Johnny Hallyday voir : Jean Basselin, Rock'n'Roule. Motos de légendes, voitures de rêves..., édition Arthéléna, oct. 2007, p. 116. Il semble qu'il ait eu beaucoup de mal à l'homologuer en France.
  32. The Trike Shop développe un trike sur base Volswagen dès 1972 et sur base Harley Davidson seulement en 2011, après s'être renommé Roadsmith en 2006 : About Roadsmith and The Trike Shop site officiel (consulté le 10 mars 2012)
  33. Dragon trikes (consulté le 21 mars 2012)
  34. Site officiel de Hannigan Motorsports
  35. Motor Trike
  36. Historique du trike sur fr.autoscout24.be (consulté le 13 février 2012) - (de) Qu'est-ce qu'un trike sur trikers.org (consulté le 13 février 2012)
  37. Historique Boom-Trikes 1990 - 2008
  38. Bref historique de Grinnal cars
  39. Directive 92/61/CEE du Conseil, du 30 juin 1992, relative à la réception des véhicules à moteur à deux ou trois roues
  40. Pour ce faire, Gilles Letondor s'est associé à Bruno Selle au sein de l'entreprise Dragon Trike près d'Avignon : Ma petite entreprise Gilles Letondor sur motomag.com (consulté le 21 mars 2012) et Hommage a CUGNOT, le concepteur du TRIKE sur sriwils.com (consulté le 21 mars 2012) sur sriwils.com r (consulté le 21 mars 2012)
  41. Pour ce faire, Patrick Schoun s'est associé à Jean-Pierre Martin au sein de l'entreprise Megaphone près de Metz : Mégaphone construit dans la Meuse les premiers « trikes » français sur archives.lesechos.fr (consulté le 21 mars 2012)
  42. Pour Goldwing il s'agissait du modèle Bermuda dont la production fut arrêtée en 2006. Le modèle Martinique ne sera homologué qu'en 2005 : EML Bermuda et Martinique ; pour Harley Davidson (modèle Manathan) : Un "ElectrTrike" déposé sous le sapin !. Voir aussi Le trike a le vent en poupe à Bailleul sur lindicateurdesflandres.fr (consulté le 23 avril 2012)
  43. Francois Hollande sur un MP3 sur forum.motoservices.com (consulté le 25 mars 2013)
  44. Les bikers âgés lorgnent de plus en plus vers les trikes sur leblogmoto.com (consulté le 29 janvier 2012)
  45. Vladimir Poutine se met au trike (+vidéo) sur motomag.com (consulté le 31 janvier 2012) - Vidéo insolite : Vladimir Poutine se la joue métal en Harley ! sur moto-station.com (consulté le 31 janvier 2012) - Parmi d'autres dans le monde, les télévisions françaises ont rendu compte de cette prestation : Poutine en trike Harley sur LCI et FR3 sur centerblog.net (consulté le 31 janvier 2012)
  46. Harley-Davidson et police américaine : un siècle de partenariat par Sebastien Fremont Document de la revue RMF - Barack Obama : un président et un trike sur jcbiker.over-blog (consulté le 24 mars 2013)
  47. Il s'agit d'un trike Street Glide Harley Davidson d'usine : Johnny Hallyday Harley Davidson 3 roues sur http://www.concentrations.fr (consulté le 27 février 2014) - Également : Johnny Hallyday HD 3 roues Vidéo sur DailyMotion (consulté le 29 mars 2013)
  48. Pour une définition et une présentation de la gamme de moto-trikes proposée en France : http://mototrikes.harley.online.fr (Voir le Guide des moto-trikes pour les nuls)
  49. Trike, moto à 3 roues et permis B : Le guide d'achat Moto-Station.com ! sur moto-station.com (consulté le 12 mars 2012)
  50. TRIKES : autre ligne sur trikeyannkrystine.centerblog.net (consulté le 14 février 2012) - moto-trike Boom et moto-trike Rewaco
  51. Grinnall BMW 1200C Trike
  52. Roadsmith développe des trikes Honda et Harley Davidson : Trikes Roadsmith site officiel (consulté le 10 mars 2012)
  53. Products Lehman Trikes
  54. a, b et c Harley-Davidson Street Glide Trike FLHXXX 2011 : essai sur le site moto123.com (consulté le 22 août 202)
  55. Tri Glide Ultra classic (harley-davidson.com - Canada, consulté le 31 août 2011)
  56. Tri Glide Ultra 2014 sur www.harley-davidson.com (consulté le 29 août 2013)
  57. Les kits Trike EML V3, Manhattan et Martinique (emltrike.com/fr, consulté le 1er septembre 2011)
  58. Q3R Harley Davidson (consulté le 20 décembre 2011)
  59. Q-Tek pour personnes à mobilité réduite sur moto.caradisiac.com (consulté le 19 mars 2012)
  60. [http://www.adn-motors.com/rewaco-victory-1700-a-partir-de-2756000--trike-rewaco-victory-victory-trike-1700-trike-rewaco-verquin-adn-motor-s-trike,d,13837.htm Rewaco Victory 1700
  61. La Victory Judge chez Duyme's Motors
  62. Les constructeurs disparus, l'allemand TrikeTec et les français Dragon Trike et Megaphone Pionnier utilisaient respectivement un moteur de Smart et un moteur de Renault Mégane.
  63. Essais - Side-Bike Celtik Touring 2000 cm3 - L’aventure Side-Bike définitivement terminée sur motomag.com (consulté le 24 mars 2013)
  64. 3D et 4D Quadro Technologie : dossier complet (125etscooters.com consulté le 8 février 2012)
  65. Peugeot Metropolis 400, l'alternative française aux tricycles italiens sur www.largus.fr (consulté le 29 août 2013)
  66. Un scooter 3 roues de feu ! sur http://www.scooter-infos.com (consulté le 2 mars 2014)
  67. Nouveau segment. Nouveau concept. Nouveau Tricity ! site officiel de Yamaha
  68. Le blitzkrieg des trois-roues in Deux et trois-roues motorisés : Compatible costume-cravate par Sebastien Dumoulin, sur lenouveleconomiste.fr (consulté le 8 février 2012)
  69. Piaggio tricycle à moteur sur concentrations.fr (consulté le 24 janvier 2012)
  70. Piaggio France fête son 60000ème MP3 vendu en France sur http://moto.caradisiac.com (consulté le 27 février 2014). En 2010 le site motorevue.com annonçait une vente annuelle en France de 15 000/an : Quadro Technologie ose le "MP4" (consulté le 8 février 2012)
  71. En France : le Celtik et le Sidebike; En Chine : 3 Wheels Scooter (FPM200E) sur ecvv.com (consulté le 18 mars 2012)
  72. http://www.troisroues.com/galerie.html Classification des TTW]
  73. Tlting Trikes
  74. Le Trike Corner Harley Davidson (prototype 2008)
  75. Notamment monté sur des Harley Davidson : Trike alternatives (consujlté le 2 septembre 2013)
  76. Problématique mobilité sur troisroues.com (consulté le 22 février 2012)
  77. Suspension de trike moto mis en place
  78. Liste des trikes Boom (catalogue 2012)
  79. En ce sens par exemple : « Trike » in Lexique Harley (passion-harley.fr, consulté le 20 janvier 2012). En ce sens également, le slogan du site "Chez Bandana" sur concentrations.fr : « Le trike les inconvénients de la voiture & de la moto, mais quel pied ! »
  80. Code de la route - Chapitre Ier : Réception et homologation (Légifrance)
  81. Ce coût est contesté, comme la base de calcul dont il résulte : une lettre du sénateur-maire Philippe Dallier datant de 2010 explique le problème au Ministre de l'Économie et des finances de l'époque.
  82. Arrêté du 5 novembre 1984 modifié relatif à l'immatriculation des véhicules - Annexe II A sur carte-grise.org (consulté le 21 mars 2012)
  83. La procédure individuelle française, toujours très longue et pleines d'embûches, semble ignorer assez largement ce que préconise la Commission européenne : voir sa communication interprétative de 1996 concernant les procédures de réception et d'immatriculation de véhicules précédemment immatriculés dans un autre État membre. La démarche est cependant plus aisée lorsqu'un modèle strictement identique a déjà été précédemment homologué par quelqu'un d'autre en France
  84. Comme le stipule le même article R431-1, le port du casque n'est pas obligatoire si le trike est équipé d'origine de ceintures de maintien et/ou de sécurité, puis homologué comme tel. Ce sont des modèles avec arceaux notamment.
  85. Article L431-1 du code de la route
  86. a et b Article R. 313-1 et suivants du code la route - Voir également la Directive européenne 2009/67/CE du 13 juillet 2009 relative à l’installation des dispositifs d’éclairage et de signalisation lumineuse sur les véhicules à moteur à deux ou trois roues
  87. Article R. 316-6 du code de la route
  88. Arrêté du 3 janvier 2012 relatif aux équipements rétroréfléchissants... (Légifrance.gouv)
  89. Articles 23 et 25 du décret n° 2012-3 du 3 janvier 2012 instituant le nouvel article R. 431-1-2 du code de la route. Curieusement, le trike était explicitement exclu jusque là dans cette hypothèse : Article R416-19 du code de la route
  90. Le ride sur Paris le 04 avril 2012 - Lettre envoyé à M. Guéant (concentrations.fr, consulté le 10 janvier 2012)
  91. Voir les attendus (Notice) ne visant que les deux-roues de plus de 125 cm3 en tête du décret du 3 janvier 2012 portant diverses mesures de sécurité routière - Également cette information de la Sécurité routière pour la formation 7 heures (abordée ci-dessous) orientée exclusivement sur les scooters alors qu'elle s'applique aussi aux trikes : Un scooter à deux ou trois roues ne se conduit pas comme une voiture (consulté le 10 janvier 2012) - Dans le même esprit, cet échange lors des questions au Gouvernement en mai 2009 : Question de M. Georges Mothon et réponse de M. Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux transports et cette étude : Sécurité routière et usage des deux-roues motorisés en Île-de-France - juin 2009
  92. Répression routière: retrait de 2 points pour non-port gilet jaune (LePost.fr, consulté le 4 janvier 2012)
  93. Pour les Trikers de France, Pascal Camus, a obtenu une lettre du préfet Délégué à la sécurité et à la circulation routières, en date du 29 mars 2012, semblant reconnaitre que les dispositions prises sont mal adaptées aux trikes. Cette lettre annonce une instruction qui serait donnée aux forces de l'ordre d'appliquer cette mesure « avec discernement et pédagogie », ce qui pourrait signifier de ne pas l'appliquer aux trikes ayant un empattement minimum de 130 cm. Voir cette Information Trikers de France du 29 mars 2012 sur le site concentrations.fr (consulté le 18 juin 2012)
  94. [Arrêté du 18 décembre 2012 abrogeant l’arrêté du 3 janvier 2012 relatif aux équipements rétroréfléchissants portés par tous conducteurs ou passagers d’une motocyclette d’une cylindrée supérieure à 125 cm3 ou d’un véhicule de la catégorie L5e d’une puissancesupérieure à 15 kW http://www.nord-msr.fr/IMG/pdf/brassard_abroge_18_12_2012.pdf]
  95. Contrôle technique : le Parlement Européen acte le report à 2022 sur www.motomag.com (consulté le 12 mars 2014)
  96. Les trickers, pour partie d'anciens motards deux-roues, respectent cette habitude, d'autant que les forces de l'ordre mal averties n'hésitent pas à les arréter sinon. En outre, les motos converties en trikes conservent l'allumage automatique des feux prévu d'origine.
  97. Article R416-17 du code de la route
  98. Selon une directive européenne de 2008 l'obligation d'équiper les véhicules de feux diurnes couplés avec le démarrage, déjà obligatoire pour les automobiles neuves depuis février 2011, est étendue à tous les véhicules neufs à partir du 7 août 2012. Mais cette mesure ne s'impose pas aux trikes déjà en circulation et ne concerne pas l'obligation de rouler en feux de croisement.
  99. Code de la route : Chapitre Ier : Motocyclettes, tricycles et quadricycles à moteur, cyclomoteurs et cycles (Légifrance)
  100. Quelle remorque puis-je tracter avec quel permis ? sur mutuelledesmotards.fr (consulté le 30 janvier 2012)
  101. Arrêté du 9 février 2009 fixant les caractéristiques et le mode de pose des plaques d'immatriculation des véhicules (annexe 1)
  102. Le Conseil national de la sécurité routière dans sa résolution en date du 21 juin 2013 préconise une uniformisation 2-roues et 3-roues à 210 x 130 mm : Texte (format pdf)
  103. Cela résulte du code des assurances appuyé des sanctions prévues au code de la route : Justifier que l'on est bien assuré en cas de contrôle sur motoservices.com (consulté le 29 janvier 2012)
  104. Article R 421-2 du Code la route sur Légifrance
  105. Classification tarifaires des véhicules
  106. Ce qui oblige systématiquement à alerter le poste de commande, une fois la fiche autoroute introduite, pour qu'il affiche manuellement le bon tarif, si tel n'est pas le cas.
  107. a, b, c et d Mutuelle des motards de France : Avec quel permis puis-je conduire mon 3-roues ? (consulté le 10 janvier 2012)
  108. Article R. 221-8 du code la route modifié par l'article 4 du Décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 portant diverses mesures de sécurité et Arrêté du 17 décembre 2010. L'article R. 221-8 a depuis été modifié deux fois, dernière version selon le décret n° 2013-58 du 17 janvier 2013. Ces mesures sont conformes à la Directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 2006 relative au permis de conduire qui prévoit le permis B en équivalence pour la conduite d'un trike (article 6 3.a) et offre une garantie aux droits acquis avant le 19 janvier 2013 (article 13-2)
  109. En contradiction semble-t-il avec la garantie des droits acquis prévue par la Directive européenne du 20 décembre 2006 précitée (article 13-2).
  110. Auparavant, seule la conduite d'une moto 125 cm3 était soumise, depuis le 1er janvier 2009, à une obligation semblable, d'une durée de 3 heures.
  111. Avant de monter dessus, apprenez à le maîtriser (deux-roues de 50 à 125 cm3 et scooters de plus de 50 cm3)
  112. Certains fabricants ou transformateurs de trikes comme Boom, Rewaco, EML ont néanmoins un accord avec une auto-école en local à qui il prête un engin en cas d'achat.
  113. Les loueurs ont d'ailleurs rejoint la fédération des Trikers de France pour dénoncer cette conséquence : Information Trikers de France du 04 avril 2012 sur www.concentrations.fr (consulté le 4 avril 2012)
  114. Après accord, certains assureurs acceptent de couvrir l'usage de son engin personnel pour la durée du stage 7h.
  115. (en) [traduit en français] Historique de l'ATC90 sur atc90.tripod.com (consulté le 29 janvier 2012)
  116. Le Kawasaki Tecate 3 et le Yamaha Tri-Z 250 sur bikepics.com (consulté le 29 janvier 2012)
  117. ATC250R (multilingualarchive.com, consulté le 11 janvier 2012) - Passion ATC Réglementation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Peu de sources sur le sujet précis** souvent plus axées sur les trois-roues automobiles :

  • (en) Malcolm Bobbitt, Three-Wheelers, Veloce, 2003
  • (en) John Cleve Graham, The 3-Wheelers Almanac, Bookmarque Publishing, 1997, 176 p (ISBN 9781870519441)
  • (en) Jake Grubb, Sport trikes go street legal, in Popular Mechanics, juin 1974, p. 77-81 (**)
  • (en) Ken Hill, Three Wheeler, Shire Publications Ltd, 1986, 32 p (ISBN 9780852637852)
  • (en) Adam Quellin, The little book of trikes, Veloce, décembre 2011 (**)
  • (en) Chris Rees, Three-Wheelers, from Morgan to Messerschmitt, Benz to Bond and beyond..., Blueprint Books Ltd, 1995 (ISBN 9781899814053)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]