Moto sportive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un exemple de moto sportive, la Ducati 749

Une moto sportive désigne une catégorie de motocyclette se distinguant du reste de la production par un carénage et une position de conduite vers l'avant facilitant l'aérodynamisme et généralement un design rappelant la compétition.

Les termes « supersport » ou « hypersport » désignent des types de motos sportives.

Description[modifier | modifier le code]

L'objectif de ces motos étant la meilleure vitesse et la prise d'angle sur les virages, elles sont généralement dotées de moteurs optimisés pour les montées à hauts régimes, de freins puissants.

A cylindrée égale, elles sont souvent plus performantes et plus fragiles que les machines des autres catégories et souvent plus légères.

Parfois dérivées des modèles de compétition, les motos sportives pourtant homologuées pour un usage routier (rétroviseurs, normes anti-pollution, feux, clignotants et plaque d'immatriculation) restent d'un intérêt limité au quotidien en milieu urbain ou autoroutier (du fait de la position de conduite, l'amortissement et la manœuvrabilité à l’arrêt).

Enjeux économiques[modifier | modifier le code]

Ces motocyclettes sont les vitrines du savoir-faire sportif et parfois technologique des constructeurs.

Elles font la renommée de certaines marques japonaises et européennes qui se livrent à une concurrence plus commerciale que technologique.

Ces motos restent chères à l'achat (image jeune et sportive valorisante), à l'entretien (pièces chères, moteur fragile et pointu, usure des pneus et des freins) et à assurer (leur propension à la vitesse étant accidentogène).

Règlementation française[modifier | modifier le code]

La règlementation française limite la puissance des motocyclettes autorisées à circuler sur route à 100 ch (avec une tolérance de 6 %).

Bon nombre de machines sportives se retrouvent bridées pour le marché français, perdant ainsi parfois jusqu'à 50% de la puissance nominal constructeur.

Toutefois, le Parlement européen pourrait imposer la fin de cette limitation en 2016.

Le permis A2 limite la conduite à des motocyclettes de moins de 34 ch. Aussi, certains constructeurs n'hésitent pas à brider leurs modèles afin de les rendre accessibles à de jeunes conducteurs (par exemple avec le permis A1 ou A2), cette démarche étant purement commerciale au détriment de l'apport technologique vanté et du risque encouru lié au manque d'expérience de la clientèle visée (67% des motocyclistes accidentés ont moins de 5 ans de permis, 20% ont moins d'un an[1]).

Exemples de sportives[modifier | modifier le code]

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

Un exemple de streetfighter sur base de Suzuki GSX-R

Les Streetfighters ("Combattants de la rue") sont des motos sportives modifiées par leur propriétaire, en vue de les rendre esthétiquement plus agressives ou présentables suite à un accident.

Les modifications apportées sont de plusieurs natures :

  • le carénage est enlevé
  • la tête de fourche ainsi que l'optique avant sont remplacées
  • l'ajout d'écopes.

Les sportives ayant subi de lourds dommages, à la suite d'une chute par exemple, nécessitant un changement du carénage (dont le cout s'élève parfois à plusieurs milliers d'euros), sont parfois transformées en streetfighters.

Les anciens modèles de sportives, possédant des carénages relativement carrés, sont également la cible de ces modifications, afin de leur apporter un aspect résolument plus moderne.

Rendu populaire par les motards européens, ce type de motocyclette gagne en popularité à travers le monde. Il ne faut pas les confondre avec les Streetbikes, ni avec les Café racer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « connaitre les risques: Dangereux ou vulnérables ? », sur mutuelle des motards,‎ 2009 (consulté le 17/12/2014)