Star Trek: Deep Space Nine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Star Trek : Deep Space Nine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Trek (homonymie).

Star Trek: Deep Space Nine

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Star Trek: Deep Space Nine

Titre original Star Trek:
Deep Space Nine
Genre Série de science-fiction
Création Rick Berman
Michael Piller
Musique Jay Chattaway, Dennis McCarthy, David Bell, Paul Baillargeon, Gregory Darryl Smith, John Debney
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine Syndication
Nb. de saisons 7
Nb. d'épisodes 176 (liste)
Durée 45 minutes
Diff. originale
Site web http://www.startrek.com/page/star-trek-deep-space-nine

Star Trek: Deep Space Nine (parfois abrégée en DS9) est une série télévisée américaine de science-fiction en 176 épisodes de 45 minutes, créée par Rick Berman et Michael Piller et diffusée entre le et le en syndication.

En France, la série a été diffusée entre le et le sur Jimmy et au Québec sur Ztélé.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Troisième série de l'univers de Star Trek, Star Trek : Deep Space Nine décrit les événements survenus au XXIVe siècle autour de la station spatiale Deep Space Nine (anciennement Terok Nor), commandée par le capitaine Benjamin Sisko.

Initialement en orbite autour de la planète Bajor, une planète récemment occupée par les Cardassiens, cette station est déplacée à proximité d'un vortex artificiel, occupé par des entités intemporelles, découvert par Sisko, et permettant de voyager entre le Quadrant Alpha et le Quadrant Gamma encore inexploré. DS9 a pour mission d'administrer ce secteur de la galaxie devenu un important centre économique et politique.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages réguliers[modifier | modifier le code]

Personnages récurrents[modifier | modifier le code]

Apparitions spéciales[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Emmy Award 1993 : Meilleurs maquillages pour l'épisode La poursuite (Captive Pursuit)
  • Emmy Award 1995 : Meilleurs maquillages pour l'épisode Echos distants (Distant Voices)

Épisodes[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Genèse de la série[modifier | modifier le code]

Conçue en 1991, peu avant la mort de Gene Roddenberry, DS9 commence alors que Star Trek : La Nouvelle Génération est toujours en cours. À partir de la cinquième saison, la série est centrée sur la guerre contre le Dominion.

Spécificités de DS9[modifier | modifier le code]

DS9 est la première série de Star Trek à ne pas avoir été créée par Gene Roddenberry. C'est également la première série de Star Trek dont l'histoire n'est pas basée sur le voyage d'exploration. DS9 introduit dans Star Trek des intrigues se déroulant sur plusieurs épisodes (jusqu'à 10). DS9 développe bien plus les personnages récurrents que les autres séries (certaines espèces apparues dans La Nouvelle Génération sont essentiellement développées dans DS9). Certains personnages principaux de DS9 ne sont pas des membres de Starfleet.

Contrairement à la série précédente, DS9 viole souvent les règles établies par Gene Roddenberry, telle que l'interdiction de conflits entre deux personnages principaux. Les histoires sont également souvent plus sombres, la guerre y est plus présente sous ses différents aspects, et les personnages principaux ont commis ou commettent des actes criminels (meurtres[1], inculpations d'innocents[2], empoisonnement de planète[3]). Néanmoins, ces violations ne sont pas propres à DS9 et l'énoncé de ces règles demeure sujet à caution. Dans TNG, le conflit contre les Romuliens pèse sur les actions des personnages, et, dans le film Insurrection, Picard est conduit à combattre ouvertement Starfleet qui a violé ses principes fondamentaux en décidant de déporter une population entière. Dans Voyager, les conflits entre personnages principaux sont nombreux : Chakotay s'oppose souvent à Janeway et est une fois démis de ses fonctions. Janeway est à son tour démise de ses fonctions de capitaine par le médecin holographique, qu'elle menace d'effacer, c'est-à-dire de tuer. Il est donc difficile d'établir des règles générales sur l'univers de Star Trek.

Thèmes de la série[modifier | modifier le code]

DS9 aborde de nombreux sujets qui se superposent souvent. Les scénaristes ont souligné la grande liberté de traitement dont ils disposaient, ce qui explique que cette série de Star Trek soit souvent considérée comme la plus adulte.

Religion[modifier | modifier le code]

C'est le thème qui imprègne la série tout entière, du fait du caractère profondément religieux des Bajorans, de la présence d'entités quasi-divines dans le vortex qui semblent vouloir contrôler le destin de Bajor, et du rôle d'émissaire de Benjamin Sisko, dont le destin est l'une des clefs de toute l'histoire.

La série aborde plus particulièrement les questions de la foi et du fanatisme[4], de l'interprétation scientifique des phénomènes religieux, des interférences entre pouvoirs religieux et politique, des sectes hérétiques[5].

Religion et science[modifier | modifier le code]

L'opposition entre le point de vue religieux de Bajor et celui, scientifique, de Starfleet, est incarnée dans le personnage de Benjamin Sisko, tout d'abord sceptique à l'égard des entités du vortex, puis partagé entre son devoir et sa foi.

Cette opposition prend également la forme d'un conflit entre les autorités religieuses de Bajor et le projet de Keiko O'Brien, botaniste, de donner des cours à tous les enfants de Deep Space Nine. Souhaitant apprendre aux enfants le point de vue scientifique selon lequel les Prophètes sont des entités étrangères comme d'autres, tout en respectant les croyances bajoranes, elle se voit confrontée au refus du Kai de placer ces deux points de vue sur le même plan.

Religion et pouvoir[modifier | modifier le code]

Théodicée et Armageddon[modifier | modifier le code]

Le thème de l'hérésie prend une dimension nouvelle dans l'épisode 7- 9 (Le Culte - Covenant), lorsque Dukat se proclame émissaire des Pah-wraith, entités emprisonnées dans les cavernes de Bajor, et considérées comme des démons par les Bajorans. Bien que l'authenticité de la foi de Dukat soit remise en cause par Kira Nerys, celui-ci formule le problème théologique de la théodicée, problème qui s'impose aux Bajorans qui doutent des desseins des Prophètes : si les Prophètes sont des dieux qui veillent sur Bajor, pourquoi ont-ils permis que Bajor soit occupée et que des millions de Bajorans soient exterminés ?

Gul Dukat : « Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les Prophètes n'ont rien fait lorsque Cardassia a envahi Bajor ? Vous êtes-vous jamais demandé comment ils ont pu laisser votre peuple souffrir ? »
Kira Nerys : « Les voies des Prophètes sont parfois impénétrables. »
Gul Dukat : « En disant ces mots, sentez-vous combien ils sonnent creux ? Non, il y a une bien meilleure explication. Une explication parfaitement logique. Les vrais dieux de Bajor sont les Pah-wraiths, pas les Prophètes. Ils ont été chassés du Temple céleste parce qu'ils voulaient s'occuper des Bajorans. Leur seul crime a été de se préoccuper de votre peuple. Mais ils n'ont pas pu l'aider, parce qu'ils ont perdu la bataille et ont dû fuir. »[5]

La lutte entre les entités, les Prophètes et les Pah-wraith, donne lieu à un premier Armageddon dans l'épisode 6-21 Le Jour du jugement, combat qui sera interrompu par le Kai Winn. À partir de la révélation de Dukat, la lutte entre bons et mauvais dieux forme l'arrière-plan de la guerre contre le Dominion, dont le dénouement prend la forme d'un Armageddon du Quadrant Alpha.

Guerres[modifier | modifier le code]

Il y a deux guerres durant les trois dernières saisons.

Les missions d'exploration du Quadrant Gamma attirent, au bout de trois ans, l'attention du Dominion, immense empire stellaire vieux de 2 ou 10 000 ans (malheureusement la date n'est pas sûre car une race de Vortas mentit au sujet de l'époque de création de cet empire). Le Dominion est exaspéré par l'intrusion, dans ses territoires, de races inconnues dans le quadrant. Il décide de détruire les colonies installées et les vaisseaux qui explorent le Quadrant Gamma, provenant de la Fédération des planètes unies et de Bajor. Le capitaine Sisko, capturé avec Quark à la fin de la saison 2, apprend alors l'existence du Dominion et la menace qu'il représente.

Au début de la saison 3, le Capitaine Sisko part avec le nouveau vaisseau Défiant et découvre l'identité des dirigeants du Dominion. Les fondateurs sont en fait des métamorphes connus sous le nom de Korrigan, capables de se métamorphoser à volonté. On apprend, à cette occasion, l'origine d'Odo, lui-même métamorphe. Il est déchiré entre le désir de retrouver les siens et l'indignation que leur xénophobie lui inspire.

La première guerre[modifier | modifier le code]

Au cours de la saison 4, les Klingons décident d'envahir Cardassia, croyant la planète infiltrée par le Dominion. En fait, la population de Cardassia, lassée de la tyrannie des militaires, s'est soulevée contre la junte au pouvoir : ce n'est pas le fait du Dominion. Les Klingons refusent de reconnaître leur erreur et rompent les traités avec la Fédération des Planètes Unies, alors alliée de Cardassia. La guerre est déclenchée contre Cardassia, qui est officieusement soutenue par la Fédération des Planètes Unies, en apparence neutre.

La deuxième guerre[modifier | modifier le code]

En 2373, le Dominion décide d'envahir le quadrant Alpha en s'associant l'empire cardassien et en l'incorporant. Cette guerre oblige les Klingons à se retirer rapidement de Cardassia et à signer de nouveau les accords de Khitomer. La Fédération des planètes unies doit se battre avec les Klingons contre le Dominion pour repousser leur invasion. Quant au Dominion, il réussit à s'emparer de la station Deep Space Nine mais le capitaine Benjamin Sisko piége l'entrée du vortex pour empêcher le passage des renforts ennemis. En 2374, la Fédération des planètes unies reprend la station pendant que les Prophètes sécurisent le vortex en détruisant la majeure partie des forces du Dominion. Mais la guerre reprend de plus belle, les Breens s'alliant au Dominion tandis que l'empire romulien s'allie à la Fédération des planètes unies. La guerre se termine par la retournement de Cardassia contre le Dominion, et les Korrigans, mourants, sont guéris par Odo en échange de la paix.

Colonialisme[modifier | modifier le code]

Sexisme et misogynie[modifier | modifier le code]

Exil[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnages, dont certains principaux, sont en situation d'exil, ou sont bannis pendant la série. C'est le cas de Garak et Odo qui tous deux vivent pendant toute la série à l'écart de leur peuple, avant de le retrouver dans le dernier épisode.

La solitude et l'ostracisme que subissent les êtres considérés comme anormaux sont les thèmes de plusieurs épisodes autour du personnage de Julian Bashir, un être humain génétiquement amélioré.

Critique du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La quatrième saison porte une analyse cynique et critique sur le XXe siècle, notamment au travers des différents épisodes qui traitent de voyages dans le temps. La pauvreté, les famines, les épidémies de pathologies curables ou le capitalisme sont autant de thèmes abordés…

Réception[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les avis des fans de Star Trek à propos de la série sont partagés. Certains pensent qu'elle ne respecte pas la vision du futur de Gene Roddenberry, où l'homme s'améliore sans-cesse. D'autres, au contraire, pensent que cet univers était trop manichéen, et que DS9 apporte de la nuance. Pour citer Benjamin Sisko : « Il est facile d'être un saint au paradis » (It's easy to be a saint in paradise). Mais, en considérant la fin de la série, on constate que la vision de Roddenberry est bien respectée, puisque la Fédération sort de la guerre renforcée et liée de manière plus étroite aux Klingons et aux Romuliens ; les Fondateurs, maîtres du Dominion, reçoivent Odo dans le Grand Flux, ce qui laisse supposer qu'ils abandonneront leur désir d'hégémonie ; Cardassia, dévastée, voit son système politique autoritaire anéanti, et doit repartir sur des bases nouvelles ; la culture ferengie est entièrement réformée par le Grand Nagus, qui abolit l'exploitation des travailleurs et les inégalités entre hommes et femmes.

La série est souvent comparée à Babylon 5, dont l'action se déroule également sur une station spatiale, d'où un éternel sujet de dispute entre fans pour savoir qui a plagié l'autre. D'autant plus que certains points communs sont bien trop prononcés pour être le fruit de simples coincidences, comme le fait que chacune des deux séries met en scène un personnage appelé Dukat (Dukhat dans Babylon 5).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Condamné à vingt ans de prison, O'Brien tue un codétenu dans l'épisode Hard Time (4-19, fiche sur Star Trek.com).
  2. Par négligence, Odo fait exécuter trois innocents, dans Things Past, 5-08.
  3. Dans sa lutte contre le Maquis (lutte dont le caractère juste est sans cesse remis en cause par celui qu'il considère comme un traitre : Edington), Sisko est obsédé par une vengeance personnelle, et empoisonne une planète entière pour parvenir à ses fins, dans For the Uniform, 5-13)
  4. (1-20) : Entre les mains des prophètes (In the Hands of the Prophets).
  5. a et b (7-9) : Le culte (Covenant)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :