Jean-Luc Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Luc Picard
Personnage de fiction apparaissant dans
Star Trek.

Jean-Luc Picard
Jean-Luc Picard

Naissance 13 juillet 2305
Origine Drapeau de la France France
La Barre
Sexe Masculin
Espèce Humain, Caucasien
Activité(s) Capitaine du Stargazer
Capitaine de l’Enterprise-D
Capitaine de l’Enterprise-E
Famille Maurice Picard (père)
Yvette Gessard (mère)
Marie Picard (belle-sœur)
Entourage William T. Riker
Data
Worf
Deanna Troi

Membre(s) Starfleet

Créé par Gene Roddenberry
Interprété par Patrick Stewart
Film(s) Star Trek : Générations
Star Trek : Premier Contact
Star Trek : Insurrection
Star Trek : Nemesis
Série(s) Star Trek : La Nouvelle Génération
Star Trek : Deep Space Nine
Première apparition Star Trek : La Nouvelle Génération
Dernière apparition Star Trek : Nemesis
Éditeur(s) Paramount Pictures
Site officiel Fiche du personnage

Jean-Luc Picard est un personnage de l'univers de fiction de Star Trek. Il tient le rôle principal de la série Star Trek : La Nouvelle Génération et des quatre films que celle-ci a inspirés. Cet officier de Starfleet est interprété par l'acteur britannique Patrick Stewart.

Picard commande successivement le Stargazer (2333-2355), l’Enterprise-D (2363-2371) et l’Enterprise-E (2372-) à la fin du XXIVe siècle.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Picard est un Humain né sur Terre à La Barre (Haute-Saône) (France) en 2305. Ses parents Maurice et Yvette Picard (née Gessard), qui y exerçaient la profession de viticulteurs, sont tous deux décédés en laissant la gestion de leur propriété à Robert, leur fils aîné.

Personnage éclectique dès son enfance puis son adolescence, le cadet des Picard adore la lecture, la peinture et l’observation des poissons exotiques. Il pratique très tôt l’escrime aussi bien que l’équitation et se passionne également pour l’archéologie (qu’il songe un temps à pratiquer de façon professionnelle), pour le théâtre, pour l’astrophysique et plus accessoirement pour la viticulture (entretenant ainsi un lien plus étroit qu’il n’y paraît avec ses racines familiales).

Après avoir échoué une première fois lors des tests d’entrée à l’Académie de Starfleet, Jean-Luc Picard devient cadet l’année suivante, en 2323, à l’âge de 18 ans. Il remporte la même année le marathon de l’Académie sur Danula II, répare une grave erreur qu’il estime avoir commise grâce aux conseils de Boothby, jardinier du centre de formation des cadets, puis se voit promu enseigne en 2327.

Affecté à la base stellaire Earhart la même année, Picard y est la victime la plus sérieuse d’une rixe contre trois Nausicaans et doit subir d’urgence une transplantation cardiaque (il possède dès lors un cœur artificiel)(TNG : 6x15 : Tapisserie). Devenu lieutenant, il a l’occasion de se distinguer lorsqu’il dirige avec succès une équipe chargée de secourir un émissaire de la Fédération des planètes unies en danger sur Milika III. C’est à cette époque qu’il assiste au mariage de Spock, fils de Sarek.

Navigant à bord du Stargazer lors du décès soudain de son capitaine en 2333, il sauve le bâtiment dont il se voit bientôt officiellement confier le commandement (ce qui fait temporairement de lui le plus jeune capitaine de l’histoire de la flotte). Durant la période au cours de laquelle il commande ce navire (entre 2333 et 2355), le jeune officier ne peut cependant éviter la mort de son ami Jack Crusher, lieutenant sous ses ordres, lors d’une mission au sol dont il avait lui-même pris la tête. Il voit ensuite son vaisseau à moitié détruit par un maraudeur ferengi dans le système de Maxia Zeta. Le Stargazer doit être abandonné par son équipage, qui reste dix semaines à bord des navettes et des capsules de sauvetage du bâtiment avant d’être secouru. Revenu sur Terre, Jean-Luc Picard est traduit devant une cour martiale présidée par le procureur Phillipa Louvois pour la perte du navire dont il avait la charge. Au regard de ses états de service, il est cependant relaxé et maintenu dans les rangs de Starfleet, organisation au sein de laquelle il conserve en outre son grade de capitaine.

Cet épisode ne l’empêche donc nullement de se voir confier huit ans plus tard par l’amiral Norah Satie le commandement de l’Enterprise-D, de Classe Galaxy. Picard découvre ainsi son nouveau vaisseau en 2363 (TNG : 1x01-1x02, Rendez-vous à Farpoint - 1/2 et 2/2). Entre 2364 et 2371, il en assume le commandement avec courage, brio et loyauté. Sa fidélité aux idéaux de Starfleet comme à ceux de la Fédération ne trouve en effet sa limite que dans de rares cas, le capitaine de l’Enterprise agissant alors en fonction d’un profond sens moral et prenant les décisions qui s’imposent avec une remarquable équité.

Sur le plan personnel, l'existence de Jean-Luc Picard est toutefois ponctuée de plusieurs drames. À la tête du vignoble familial depuis la mort de leur père, Robert, son frère aîné, disparaît ainsi en 2371 dans l’incendie de la propriété de la Barre en même temps que son fils unique René (âgé de sept ans lorsque son oncle l'avait rencontré pour la première fois en 2367 (TNG : 4x02 En famille), l’enfant avait alors avoué que son rêve le plus cher était de commander un jour à son tour un vaisseau de Starfleet). Marie, la veuve de Robert, représente donc dès lors la seule famille du capitaine.

Picard est en effet officiellement célibataire même s'il s'est « virtuellement » marié à trois reprises. Au cours de l’existence dont les habitants disparus de Kataan lui ont donné la mémoire en 2368, il devient d'abord le mari d’Eline sous le nom de Kamin,et devient père d'une fille et d'un fils, Méribor et Bataî (TNG : 5x25 : Lumière intérieure). Dans la vision que lui procure Q d’un futur possible en 2397 ? (TNG : 7x25-7x26 Toutes les bonnes choses...), il épouse le docteur Beverly Crusher dont il divorce par la suite. Au sein du Nexus enfin, il se découvre uni à une femme aussi idéale que totalement irréelle. De même qu’il n’a jamais été véritablement marié, Jean-Luc Picard n’a en réalité aucun enfant. À la fin de l’année 2370, il croit être le père d’un jeune homme du nom de Jason Vigo (dont il a effectivement « connu » la mère plusieurs années auparavant) mais cette paternité s’avère en fin de compte n’être qu’un leurre savamment préparé par le Ferengi BOK (TNG : 7x22 Les liens du sang)]. Quant au Nexus, il procure en 2371 au capitaine de l’Enterprise la vision de cinq enfants supposés être les siens.

Le Français a par contre connu de multiples relations sentimentales. De l’enseigne Marta Batanides à Janice (future épouse du docteur Manheim), de Miranda Vigo (qui deviendra la mère du fameux Jason) au procureur Phillipa Louvois, de l’archéologue Vash (Viriade en V.F.) au lieutenant commander Neela Daren et de Lily Sloane (la jeune et jolie assistante de Zefram Cochrane) à Anij du peuple Ba’ku, sans oublier toutes celles qui l’ont poursuivi de leurs assiduités (L’ambassadrice Lwaxana Troi en tête...) ou qui se contentent d’entretenir avec lui une tendre amitié (ce qui est le cas du docteur Beverly Crusher), le succès du fringant capitaine auprès de la gent féminine ne s’est jamais démenti.

Bien qu'il ait perdu l’Enterprise-D sur Véridian III l’année précédente, Picard se voit confier le commandement du tout nouvel Enterprise-E (de Classe Sovereign) en 2372.

À l'encontre des ordres qui lui ont été donnés, Picard intervient en 2373 dans la bataille qui fait rage entre plusieurs vaisseaux de Starfleet et les Borgs. Il n'a en effet jamais pardonné à ces derniers l’assimilation qu’ils lui ont fait subir (en 2367, après lui avoir donné le nom de « Locutus », ils l’avaient en effet contraint à mener contre son propre camp l’offensive lors de la bataille de Wolf 359 et à causer sans en avoir conscience la disparition de 39 vaisseaux de Starfleet ainsi que la mort de 10 000 personnes) et souhaite se venger des représentants les plus belliqueux du collectif lorsque ceux-ci rallient la Terre du XXIe siècle. L’équipage du nouvel Enterprise intervient finalement afin d’empêcher la destruction par les Borgs de la base d’où Zefram Cochrane s’apprête à lancer la fusée qui doit établir le « Premier Contact » historique entre les Terriens et les Vulcains. Jean-Luc Picard doit parallèlement lutter contre une tentative d’assimilation de la totalité de son équipage dirigée par la sulfureuse reine des Borgs. Cette dernière, dont il avait furtivement ressenti l’influence en 2367, lui propose en effet de redevenir Locutus et de s’allier à elle afin de dominer l’univers. Le capitaine parvient toutefois à triompher même s'il perd au passage de nombreux hommes et si son navire subit d’importants dégâts matériels.

En 2375, il est ensuite amené à se rendre sur la planète Ba’ku dont les habitants viennent de découvrir (suite à l’intervention de Data) les observateurs de la Fédération qui les étudiaient jusqu’alors à leur insu. Ce contact permet en fait de mettre au jour une conspiration ourdie par l’amiral Dougherty et par ses alliés Son’a, désireux de s’emparer du secret de la jeunesse éternelle détenu par le peuple Ba’ku. Jean-Luc Picard prend dès lors fait et cause pour cette même ethnie, qu’il défend malgré les mises en garde de sa hiérarchie (en l'occurrence représentée par Dougherty) jusqu’à la victoire finale.

En 2379, c'est contre son propre clone (créé par le Romuliens plusieurs dizaines d'années auparavant et relégué sur la planète Remus) nommé Shinzon qu'il doit se battre et cet affrontement est le dernier qu'il mène en compagnie de son équipage habituel. Le commandeur William T. Riker et la conseillère Deanna Troi quittent en effet l’Enterprise-E au terme de cette mission pour embarquer sur le Titan tandis que le commandeur Data disparaît dans l'explosion du vaisseau-amiral ennemi.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Picard a été capturé et assimilé en 2367 par les Borgs qui l'ont alors retourné contre la Fédération des planètes unies. Cette manipulation, qui l'a conduit à s'opposer à son camp d'origine, explique à elle seule la haine tenace qu'il éprouve envers le collectif borg (un état d'esprit qui joue un rôle important dans le film Star Trek : Premier Contact).

On peut dès lors établir un parallèle entre ce sentiment et la rancœur de James Kirk envers les Klingons : beaucoup de traits de caractère des personnages de la première série ont été repris par ceux des générations suivantes, soit à l'identique, soit traités de façon subtilement différente (c'est le cas s'agissant de la logique de Spock que l'on retrouve chez l'androïde Data et qui est prolongée par les efforts de celui-ci pour devenir Humain là où Spock n'éprouvait que crainte et refoulement).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]