Soranos d'Éphèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Soranos (ou Soranus) est un médecin grec du début du IIe siècle apr. J.-C., chef de file de l’école méthodique.

Natif d’Éphèse, il fait ses études à Alexandrie avant d’exercer à Rome sous les règnes de Trajan et Hadrien[1]. Il démontre que le fœtus est propulsé, non pas par ses efforts propres, mais par des contractions de l'utérus, et invente la version podalique qui consiste à saisir l'enfant par les pieds pour le retourner avant de l'extraire. Tout comme Galien, il déconseille les rapports sexuels pendant l'allaitement, estimant qu'ils corrompent le lait, voire qu'ils le tarissent[2].

On lui attribue 20 titres, dont un Traité sur les maladies aiguës et chroniques et un Traité sur les maladies des femmes (Τὰ Γυναικεῖα / Tà Gunaikeĩa) en quatre livres[3]. Longtemps connu par la seule paraphrase latine de Caelius Aurelianus, le Traité sur les maladies des femmes a été découvert en 1830 par Friedrich Dietz dans un manuscrit grec de la fin du XVe siècle (Paris Ms. Gr. 2153), qui comprend également une version latine attribuée à un certain Mustio. Le traité a édité en 1927 par Johannes Ilberg dans le Corpus Medicorum Græcorum ; il a été traduit en français dans la collection Guillaume Budé par Paul Burguière, Danielle Gourévitch et Yves Malinas.

C’est dans ce Traité des maladies des femmes qu’on trouve les écrits les plus précis de l’Antiquité sur la grossesse, l’accouchement et l’allaitement[4].

Soranos définit la puériculture comme l'art de décider "quels sont les nouveau-nés qui méritent qu'on les élève"René Etienne[réf. incomplète].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Souda [(en+grc) lire en ligne] à l'article « Soranos ».
  2. Étienne et Francine van de Walle, « Allaitement, stérilité et contraception : les opinions jusqu'au XIXe siècle », Population, no 4/5 (juillet-octobre 1972), p. 687.
  3. E. Kind, cols. 1113-1130, Realencyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft, zweite Reihe, III Bd., Stuttgart, 1927.
  4. Paul Cesbron, « Naître à la vie, en douleur », Spirale, 2008/1 no 45, p 85