Hypersialorrhée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hypersialorrhée
Classification et ressources externes
CIM-10 K11.7
CIM-9 527.7
MeSH D012798
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’hypersialorrhée, appelée aussi hypersalivation ou ptyalisme (du grec ptualismos « crachat »), est un terme de médecine caractérisant la sécrétion surabondante de la salive et du fluide muqueux buccal.

Causes[modifier | modifier le code]

L'étiologie est variée, les causes peuvent se classer par origines : bactériennes, gastro-intestinales, respiratoires, cardiovasculaires, alimentaires, mécaniques, nerveuses ou toxiques.

Chez un nouveau-né, toute hypersialorrhée est présumée être le reflet d'une atrésie de l'oesophage jusqu'à preuve du contraire.

L’hypersialorrhée aiguë peut être causée par :

C'est également l'un des symptômes du diverticule de Zenker.

L’hypersialorrhée chronique peut être causée par :

  • la rage
  • la maladie de Parkinson
  • un traumatisme neurologique
  • des médicaments (en prise chronique)
  • une obstruction nasale
  • une taille de la langue disproportionnée
  • le stress
  • la position du corps et de la tête.

Traitement[modifier | modifier le code]

Il peut reposer sur l'administration d'anticholinergiques. En cas d'abcès, le traitement consiste en une antibiothérapie (amoxicilline-clavulanate, céphalosporine associée à du métronidazole, clindamycine) ou en un drainage de l'abcès en cas de non-réponse au traitement médical.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Villeneuve, Maude. (2004), Comment traiter l'hypersalivation, Le Médecin du Québec, volume 39, numéro 6, juin 2004, adapté de Villeneuve M. Comment traiter l’hypersalivation ? Québec P harmacie janvier 2004 ; 51 (1) : 23-4. Site Web : www.quebecpharmacie.or
  2. Davydov L, Botts SR. (2000) Clozapine-induced hypersalivation. Ann P harmacother ; 34 (5) : 662-5
  3. Donaldson SR. Sialorrhea as a side effect of lithium: a case report. Am J Psychiatry 1982 ; 139 : 1350-1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]