Cordon ombilical

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cordon.
Cordon ombilical d'un nouveau-né

Chez les mammifères placentaires, le cordon ombilical est l'organe qui joint le placenta de la mère enceinte au fœtus ou à l'embryon. C'est dans ce cordon que circulent les vaisseaux sanguins (2 artères et 1 veine) qui alimentent l'embryon puis le fœtus pendant la grossesse. Nutriments et oxygène essentiels à la survie du bébé sont ainsi transmis.

Chez les humains, le cordon ombilical atteint à terme environ 50 cm de long et 2 cm de diamètre.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Le développement considérable de la cavité amniotique et du tube neural entraîne la formation du cordon ombilical pendant la quatrième semaine. Ce cordon contient le canal vitellin, l'allantoïde et les vaisseaux de pédicule embryonnaire ainsi que le mésenchyme extraembryonnaire. Au cours de la quatrième semaine, le cordon ombilical s'individualise à la suite de la délimitation et se trouve sur la face ventrale de l'embryon. À la fin de la quatrième semaine, le cordon est entouré par l'amnios et formé de : ◆ L'allantoïde avec ses vaisseaux (2 artères et 2 veines) ◆ Le mésenchyme extraembryonnaire ◆ Le canal vitellin ◆ Les vaisseaux vitellins (2 artères et 2 veines) À partir de troisième mois, le canal vitellin, l'allantoïde, les vaisseaux vitellins et la veine allantoïde droite régressent. Il reste : les deux artères allantoïdes et la veine allantoïde gauche. À terme le cordon est entouré en périphérie par un tissu conjonctif muqueux appelé gelée de Warthon et il contient les vaisseaux allantoïdes appelés artères ombilicaux (anciens artères allantoïdes) et une veine ombilicale (ancienne veine allantoïde gauche).

Physiologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : circulation fœtale.

Aspect médical[modifier | modifier le code]

Section du cordon[modifier | modifier le code]

Lors de l'accouchement, une fois le bébé sorti du ventre de la mère, deux attitudes sont possibles : le cordon ombilical peut être clampé (pincé) immédiatement pour arrêter la circulation sanguine entre le placenta et le bébé, puis coupé. Il est également possible aussi d'attendre quelques minutes que la circulation sanguine dans le cordon s'arrête d'elle-même. À ce moment, on peut couper le cordon, sans avoir à le clamper ou à le nouer. Le délai de section du cordon varie en particulier suivant les pays, la France et la Grande-Bretagne[1] favorisant par exemple un délai court, contrairement au Danemark[2]. Il ne semble pas avoir de supériorité de l'une ou l'autre méthode pour la mère[3]. Pour le bébé, une section plus tardive permettrait d'avoir un taux d'hémoglobine légèrement supérieur du fait du passage de sang entre le placenta et le nouveau-né, ce qui serait d'autant plus intéressant si l'accouchement est prématuré[3],[4]. Le bénéfice existe, même dans des pays où la carence en fer du bébé est plus rare[5]. Il existe cependant un taux légèrement supérieur d'ictère néo-natal (jaunisse) pouvant nécessiter un traitement par exposition lumineuse (photothérapie)[4].

Par la suite, l'endroit où le cordon ombilical atteignait le ventre du fœtus se referme et la cicatrice ainsi formée s'appelle le nombril ou ombilic. Dans certaines cultures, c'est le père du bébé qui coupe le cordon ombilical. C'est la seule cicatrice qui apparait à la naissance.

Beaucoup plus rarement, le cordon est laissé en place plusieurs jours, le temps qu'il se détache lui-même du placenta (« bébé lotus »). Ce dernier est lavé, séché puis placé dans un tissu. Souvent, il est frotté de sel pour accélérer son séchage et quelques gouttes d'essences odorantes peuvent y être ajoutés[6].

Dans les pays aux conditions sanitaires correctes, l'application d'un antiseptique ne semble pas avoir d'intérêt par rapport à une simple hygiène[7]. Dans les pays moins favorisés, l'application d'un antiseptique sur le moignon du cordon à la naissance et dans les jours qui suivent permet de diminuer les infections locales et la mortalité néonatale[8],[9].

Traction du cordon[modifier | modifier le code]

La traction douce et contrôlée du cordon est une manœuvre utilisée au cours de la délivrance, en association avec l'utilisation d'ocytociques afin de minimiser le risque de survenue d'hémorragie de la délivrance[10]. Elle est pratiquée de manière très variable suivant le pays[11] mais son efficacité semble être réduite ou nulle[12].

Utilisation dans la recherche[modifier | modifier le code]

Le cordon ombilical est une source de cellules souches. De plus en plus aux États-Unis, les hôpitaux proposent de préserver le cordon dans une optique d'éventuelle auto-transplantation, en cas de leucémie de l'enfant par exemple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Farrar D, Tuffnell D, Airey R, Duley L, Care during the third stage of labour: a postal survey of UK midwives and obstetricians, BMC Pregnancy Childbirth, 2010;10:23
  2. Winter C, Macfarlane A, Deneux-Tharaux C, et Als. Variations in policies for management of the third stage of labour and the immediate management of postpartum haemorrhage in Europe, BJOG 2007;114:845-54
  3. a et b Weeks A, Umbilical cord clamping after birth, BMJ, 2007;335:312-313
  4. a et b McDonald SJ, Middleton P, Effect of timing of umbilical cord clamping of term infants on maternal and neonatal outcomes, Cochrane Database of Systematic Reviews, 2008;2, DOI: 10.1002/14651858.CD004074.pub2
  5. Andersson O, Hellström-Westas L, Andersson D, Domellöf M, Effect of delayed versus early umbilical cord clamping on neonatal outcomes and iron status at 4 months: a randomised controlled trial, BMJ, 2011;343:d7156
  6. (en) Informations sur la naissance Lotus
  7. Zupan J, Garner P, Omari AA, Topical umbilical cord care at birth, Cochrane Database Syst Rev, 2004;3.CD001057
  8. El Arifeen S, Mullany LC, Shah R et al. The effect of cord cleansing with chlorhexidine on neonatal mortality in rural Bangladesh: a community-based, cluster-randomised trial, Lancet, 2012;379:1022-1028
  9. Soofi S, Cousens S, Imdad A, Bhutto N, Ali N, Bhutta ZA, Topical application of chlorhexidine to neonatal umbilical cords for prevention of omphalitis and neonatal mortality in a rural district of Pakistan: a community-based, cluster-randomised trial, Lancet, 2012;379:1029-1036
  10. WHO recommendations for the prevention and treatment of postpartum haemorrhage, WHO, 2007
  11. Winter C, Macfarlane A, Deneux-Tharaux C et al. Variations in policies for management of the third stage of labour and the immediate management of postpartum haemorrhage in Europe, BJOG, 2007;114:845-54
  12. Deneux-Tharaux C, Sentilhes L, Maillard F et al. Effect of routine controlled cord traction as part of the active management of the third stage of labour on postpartum haemorrhage: multicentre randomised controlled trial (TRACOR), BMJ, 2013;346:f1541

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]