Marcellus Empiricus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marcellus, surnommé Marcellus Empiricus[1], est un auteur médical latin de l'Antiquité tardive, natif de Gaule, dont est conservé un recueil de prescriptions et de pharmacopée organisé en trente-six chapitres intitulé le De medicamentis.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Les quelques éléments assurés qu'on possède à son propos proviennent de l'épître dédicatoire de son livre. Ce n'était pas un médecin de profession[2], mais un aristocrate et haut fonctionnaire impérial en retraite qui a composé le traité pour ses fils. La première phrase est la suivante : « Marcellus, v(ir) i(llustris), ex-mag(istro) off(iciorum) Theodosii Sen(ioris), filiis suis salutem dicit  ». « Vir illustris » était le titre porté par les sénateurs du plus haut rang, ayant exercé les charges les plus élevées dans l'administration impériale. Un « Marcellus » magister officiorum (chef des bureaux de l'administration centrale) est mentionné dans deux constitutions du Code théodosien datant de l'année 395 : 1er juin 395 (VI, 29, 8) et 24 novembre 395 (XVI, 5, 29), soit après la mort de Théodose Ier, survenue le 17 janvier de cette année ; d'autre part, sa nomination au poste est postérieure à avril 394, date d'une loi mentionnant un autre titulaire. La Souda contient la brève notice suivante : « Μάρκελλος, μάγιστρος Ἀρκαδίου τοῦ βασιλέως, κόσμος ἀρετῆς ἁπάσης ἢ, τό γε ἁρμονικώτερον εἰπεῖν, ἀρετή τις ἔμψυχος » (« Marcellus, magister de l'empereur Arcadius, un monde fait de toute vertu, ou, pour mieux dire, une vertu animée »), confirmant que Marcellus a surtout exercé la charge au début du règne d'Arcadius[3];[4].

Un peu plus loin dans l'épître, citant ses sources, l'auteur s'exprime de la manière suivante : « aliique nonnulli etiam proximo tempore illustres honoribus viri, cives ac majores nostri, Siburius, Eutropius atque Ausonius ». L'Ausone en question doit être Julius Ausonius, père du célèbre poète et dignitaire gallo-romain, médecin de profession, natif de Bazas et installé à Bordeaux, où son fils fut longtemps maître de rhétorique avant de devenir consul et préfet du prétoire sous le règne de son ancien élève Gratien (375-383) ; on suppose donc, puisqu'il est question de « nos concitoyens et anciens », que Marcellus était lui aussi un Gallo-romain natif de Bordeaux ou peut-être Bazas[5]. Siburius, connu par les correspondances de Libanios et de Symmaque, fut magister officiorum et préfet du prétoire de Gaule à Trèves sous Gratien. D'autre part, le De medicamentis contient deux phrases (des incantations magiques) dont la langue est identifiée comme du gaulois, et des noms de plantes explicitement attribués à cette langue.

Une lettre de Symmaque, datée de 399, est adressée à un Marcellus qui possède une propriété en Espagne (mais n'est pas espagnol, et est retourné vivre in avitis penatibus)[6]. Il est certain qu'il était formellement chrétien : une des deux lois qui lui sont adressées par Arcadius lui prescrit de vérifier qu'il n'y ait pas d'hérétiques parmi les fonctionnaires de l'administration centrale, et s'il en trouve, de les destituer et de les chasser de la capitale, ce qui laisse supposer qu'il était lui-même chrétien orthodoxe. Il y a deux ou trois vagues références judéo-chrétiennes dans le traité, mais presque rien[7]. Dans l'inscription dédicatoire célébrant la reconstruction de la cathédrale de Narbonne par l'évêque Rustique (29 novembre 445), conservée dans le musée lapidaire de la ville, on lit le passage suivant : « Marcellus, Galliarum præfectus, Dei cultor, prece exegit episcopum hoc onus suscipere, impendia necessaria repromittens quæ per biennium administrationis suæ præbuit artifici Bernardo, mercedem solidorum sex centorum ad operas et cetera solvenda »[8] ; ce préfet Marcellus est assez probablement le fils ou le petit-fils de l'auteur du De medicamentis.

Le De medicamentis[modifier | modifier le code]

L'appellation « Théodose l'Ancien » appliquée à Théodose Ier dans la première phrase de l'épître dédicatoire paraît impliquer que la rédaction de ce texte est postérieure à l'avènement de Théodose II (1er mai 408). Les sources anciennes qui sont citées sont « les deux Pline »[9], « Apulée »[10], Celse, et deux autres auteurs appelés Apollinaris et Largius Designatianus. Une autre source évidente, mais non citée, est le De compositionibus de Scribonius Largus. Marcellus mentionne aussi, comme indiqué plus haut, trois « compatriotes » récents, et dit également avoir collecté des recettes médicales auprès des « paysans et gens du peuple »[11].

Après l'épître dédicatoire, l'auteur a placé une brève mise au point sur les poids et mesures en latin et en grec, puis une série de sept lettres d'auteurs médicaux (aux attributions en grande partie fantaisistes, en fait des préfaces d'ouvrages utilisés comme sources) : les trois premières (Largius Designatianus à ses fils, Hippocrate au roi Antiochus et Hippocrate à Mécène) sont en réalité trois parties ou variantes de la traduction faite par Designatianus de la lettre de Dioclès de Caryste au roi Antigone le Borgne ; la quatrième (Plinius Secundus à un ami) est la préface du De medicina du Pseudo-Pline ; la cinquième (Cornelius Celsus à G. Julius Callistus) est en fait l'épître dédicatoire des Compositiones de Scribonius Largus ; la sixième (Cornelius Celsus à Pullius Natalis) se réfère à la traduction par Celse de deux ouvrages médicaux grecs ; la septième (Vindicianus Afer à Valentinien) est due au médecin contemporain Vindicianus[12]. Ensuite viennent les trente-six chapitres du traité proprement dit, où les remèdes sont organisés dans l'ordre des parties du corps affectées, « a capite ad calcem » (« de la tête aux pieds »), comme dans les livres de Scribonius Largus et du Pseudo-Pline. À la fin Marcellus a placé un poème De medicina en soixante-dix-huit vers, qu'il dit explicitement, dans sa préface, avoir composé lui-même.

Les remèdes de Marcellus sont généralement préparés à partir de plantes, mais aussi de quelques autres substances, et leur prise doit être accompagnée parfois de formules magiques. Le traité contient en tout 262 noms de plantes, empruntés à plusieurs langues (latin, grec, gaulois[13]), représentant environ 130 plantes différentes (certaines très exotiques dans la Gaule de l'époque, comme le gingembre, la cannelle, le galbanum, la girofle, la tragacanthe). Parmi les autres substances utilisées, on peut relever le salpêtre d'Égypte, ou des escargots africains qu'il faut se procurer vivants. Les recettes ont souvent beaucoup d'ingrédients, en général plus de dix, et jusqu'à soixante-treize pour l'« antidotus Cosmiana » (29, 11).

266 remèdes relèvent de la pure et simple magie. Parmi les incantations magiques qui sont mentionnées, l'une (10, 35) est une adresse aux Matræ, les déesses gauloises tutélaires mentionnées dans des inscriptions. Voici les deux incantations identifiées comme étant en gaulois (ou formées de mots gaulois) :

  • (pour une obstruction du gosier) « exugri conexugri glion aisus scrisumio uelor exugri conexugri lau » (traduction de Léon Fleuriot : « Fuis, va-t-en, chose collante! Ésus, je veux cracher! Fuis, va-t-en, mal! ») ;
  • (pour une poussière dans l'œil) « in mon derco marcos axat ison » (traduction de Léon Fleuriot : « Que Marcos emmène cela (qui est) dans mon œil » ; mais il faut peut-être restituer « in mon derco[n a]marcos », cf. vieil irlandais amarc, « vision, organe de la vue »).

Citations[modifier | modifier le code]

  • Remède pour le mal de rate (23, 49) : « Boire du vinaigre avec une racine de tamaris ou une feuille de cet arbuste ramassée sur le sol. Si vous voulez tester ce remède, donnez-le à un porc pendant neuf jours, tuez-le, et vous constaterez qu'il n'a plus de rate. »
  • Remède pour éliminer les calculs de la vessie (26, 30) : « Enfermez un bouc à part pendant sept jours et nourrissez-le de laurier. Ensuite faites-le tuer par un garçon prépubère et collectez proprement le sang. Faites-en avaler au patient trois scrupuli (env. 4 grammes) dans un cyathus de vin (4,5 centilitres). Si vous voulez une démonstration de l'efficacité de ce remède, mettez quelques cailloux dans une vessie (ce doit être une vessie) avec un peu du sang, fermez-la et mettez-la de côté. Au bout de sept jours vous constaterez que les cailloux sont entièrement dissous. »
  • Test pour reconnaître si une enflure est scrofuleuse (15, 55) : « Mettez un ver de terre sur l'enflure et couvrez-le d'une feuille. Si ce sont des écrouelles, le ver se transforme en terre ; si ce n'en est pas, il reste intact. »

On peut relever l'étrangeté de cet « empirisme » : l'auteur présente comme assurés des résultats d'expériences complètement absurdes.

  • Remède contre les orgelets (8, 190) : « Retirez tous les anneaux de vos doigts, mettez trois doigts de la main gauche autour de l'œil, crachez trois fois et dites trois fois RICA RICA SORO. »
  • Remède pour les conjonctivites (8, 102) : « Capturez une vipère, tuez-la, mettez-la dans un pot en terre et laissez-la pourrir, jusqu'à l'apparition d'asticots. Collectez-les, écrasez-les, ajoutez un peu de safran, écrasez encore, faites un collyre en y mêlant du miel de l'Attique et du lait humain, et appliquez sur les yeux. »
  • Remède pour le mal de hanche (25, 19) : « Jeûner, puis manger un testicule de lièvre cuit. »

Édition[modifier | modifier le code]

L'editio princeps a été réalisée par Janus Cornarius, à Bâle, chez Froben, en 1536. Plus récemment, le texte a été édité par Georg Helmreich, à Leipzig, chez Teubner, en 1889, puis par Maximilian Niedermann, pour la même maison, en 1916.

  • Maximilian Niedermann et Eduard Liechtenhan (éd.), Marcelli De medicamentis liber, Corpus Medicorum Latinorum, V, Berlin, Academie-Verlag, 1968.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carmélia Opsomer et Robert Halleux, « Marcellus ou le mythe empirique », in P. Mudry et J. Pigeaud (dir.), Les écoles médicales à Rome, Genève, Droz, 1991, p. 159-178.
  • Alf Önnerfors, « Marcellus, De medicamentis. Latin de science, de superstition, d'humanité », in G. Sabbah (dir.), Le latin médical. La constitution d'un langage scientifique, Mémoires X, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 1991, p. 397-405.
  • Wolfgang Meid, Heilpflanzen und Heilsprüche. Zeugnisse gallischer Sprache bei Marcellus von Bordeaux (= Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft. Vorträge und kleinere Schriften 63), Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Surnom donné au XVIe siècle par Janus Cornarius, le premier éditeur, à cause de la phrase qui figure au début de la préface du traité (« Libellum hunc de empiricis quanta potui sollertia diligentiaque conscripsi ») et de l'insistance tout au long de l'ouvrage sur la notion d'« experimentum ».
  2. Au début de l'épître, il s'inscrit dans une tradition d'écrivains médicaux non professionnels : « Secutus opera studiorum virorum qui, licet alieni fuerint ab institutione medicinæ, tamen ejusmodi causis curas nobiles intulerunt [...] ».
  3. Ce bref article de la Souda serait une citation d'Eunape de Sardes : hypothèse formulée d'abord par le Hollandais David Ruhnken (1723-1798), reprise par Alan Cameron (« A New Fragment of Eunapius », Classical Review 17, 1967, p. 10-11).
  4. Les dates indiquées permettent de faire l'hypothèse que Marcellus était un proche de Rufin, puissant personnage natif d'Eauze, dans le sud-ouest de la Gaule, magister officiorum à Constantinople en 388, véritable maître du gouvernement en Orient entre le départ de Théodose Ier pour sa campagne contre Arbogast et Eugène (mai 394) et son propre assassinat par les troupes du goth Gaïnas le 27 novembre 395 (cf. Claudien, In Rufinum).
  5. Ausone mentionne un professeur de rhétorique de Bordeaux qui s'appelait Marcellus (Commemoratio professorum, XVIII), un homme d'une génération antérieure, mais peut-être de la même famille.
  6. Le médecin Marcellus (Markellos) dont parle Libanios dans cinq de ses lettres (n° 362, 365, 381, 387 et 395) est a priori une personne différente (c'est un homme assez âgé en 358).
  7. Une invocation « In nomine Christi » en 25, 13 ; « In nomine Domini Jacob, in nomine Domini Sabaoth » en 21, 2.
  8. « Marcellus, préfet des Gaules, adorateur de Dieu, pria l'évêque d'entreprendre cet ouvrage, lui promettant les fonds nécessaires, que pendant les deux années de son administration il versa à l'architecte Bernard, un salaire de six cents sols pour payer les travaux et le reste ».
  9. Il s'agit de l'Histoire naturelle de Pline l'Ancien et du De medicina d'un auteur beaucoup plus tardif (IVe siècle?) appelé conventionnellement « Plinius Secundus Junior », mais qui n'est pas l'épistolier Pline le Jeune.
  10. Non pas le philosophe Apulée de Madaure (Lucius Apuleius), mais Sextus Apuleius Barbarus (IVe siècle?), auteur d'un De herbis.
  11. « Etiam ab agrestibus et plebeiis remedia fortuita atque simplicia, quæ experimentis probaverant, didici ».
  12. Vindicianus était un médecin de la province d'Afrique, ami de saint Augustin (cf. Confess., IV, 3, et VII, 6).
  13. Par exemple visumaros, nom gaulois du trèfle en 3, 9, ou berula, nom gaulois du cresson, en 36, 51.

Liens externes[modifier | modifier le code]