Adrien Turnèbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adrien Turnèbe

Description de l'image  Adrianus Turnebus - Imagines philologorum.jpg.
Autres noms Adrianus Turnebus
Activités Écrivaine
Naissance 1512
Les Andelys
Décès 1565
Paris
Langue d'écriture Français
Mouvement Humanisme

Adrien Turnèbe, ou Tournebeuf, ou Adrianus Turnebus en latin, né aux Andelys en 1512 et mort le à Paris, est un poète et humaniste français.

On l'envoie étudier à Paris à l’âge de douze ans. Après avoir enseigné les lettres à l'université de Toulouse, il revient à Paris en 1547 comme professeur de lettres grecques et latines au Collège royal.

En 1552, il se voit confier, aidé de son ami Guillaume Morel, l’impression des œuvres grecques à l’Imprimerie royale. L’imprimeur Henri Estienne a suivi quelque temps ses leçons. Mort de la tuberculose trois ans plus tard, sa disparition fut l’objet d’un intense débat - qui donna lieu à pas moins de 600 pièces en vers et en prose – sur ce que, d’une orthodoxie un peu douteuse durant sa vie, il aurait abjuré le catholicisme pour embrasser le calvinisme sur son lit de mort[1].

Ses œuvres se composent principalement de poésies, d’essais de philologie, de commentaires sur Eschyle, Sophocle, Théophraste, Philon d'Alexandrie, Cicéron et de traductions des auteurs grecs en latin et en français.

Son fils Étienne a édité ses œuvres complètes en trois tomes (Strasbourg, 1600) ; son fils Adrien a édité ses Adversaria contenant des explications et des corrections de nombreux passages des auteurs classiques ; son fils Odet est un dramaturge qui a laissé quelques comédies.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De legibus libri tres, Hildesheim ; New York, Georg Olms Verlag, 1973.
  • Adriani Turnebi Adversariorum, Aureliopoli, excudebat Petrus Quercetanus, 1604.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Demerson, op. cit.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]