Bistouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Différents bistouris à lame fixe ou non.

Un bistouri est un instrument utilisé en chirurgie pour faire des incisions. En 1564, Ambroise Paré publie Dix livres de la chirurgie : avec le magasin des instruments nécessaires à icelle, où se trouve le premier usage connu du mot bistouri (en fait bistorie, féminin) dans le sens chirurgical[1].

Il est parfois improprement appelé scalpel, qui n'est utilisé que pour les dissections (incisions sur des cadavres). Le scalpel est souvent constitué d'un manche de bois et d'une lame non amovible en acier. On trouve également le terme de lancette.

Le bistouri est stérilisable, le scalpel ne l'est pas.

Un bistouri comporte un manche et une lame. La lame peut être de différentes formes (droite, courbe, en faucille…).
Elle est extrêmement aiguisée. L'incision doit se faire sans effort.

Le bistouri peut être à usage unique. Il est alors en plastique. Il peut aussi être en métal. Dans ce cas, c'est la lame qui est à usage unique.

Il existe également des bistouris électriques. Le courant électrique qui arrive dans l'extrémité du bistouri dissèque les tissus. Cet appareil n'incise pas si l'opérateur n'envoie pas d'impulsion électrique. L'inconvénient de l'appareil est de laisser une brûlure, raison pour laquelle il ne s'emploie pas au niveau de la peau lors de la première incision. Il est par contre extrêmement utile pour arrêter les hémorragies en cautérisant les veinules et artérioles sectionnées. L'impulsion électrique peut être transmise par l'intermédiaire d'autres instruments de chirurgie tels les pinces. La pince qui ferme une artériole saignante, reçoit l'impulsion par contact avec le bistouri électrique et cautérise l'artère qu'elle obstrue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Centre national de ressources textuelles et lexicales, article bistouri, qui signale qu'on trouve en 1464 le mot masculin bistorit dans le sens de « poignard » (Lit. remiss. ex. Reg. 199 ch. 599 dans Du Cange t. 1, p. 600c, s.v. bistoria : Ung coustel poignant, nommé Bistorit).

Sur les autres projets Wikimedia :