Samoyède (chien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samoyède.
Samoyède
{{#if:
Samoyède
Samoyède

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Caractéristiques
Taille 57 cm ± 3 cm (M), 53 cm ± 3 cm (F)
Poil Double et de longueur moyenne, avec un sous-poil doux, court et dense.
Robe Blanc pur, crème ou blanc et biscuit.
Tête Forte
Yeux Brun foncé, en forme d'amande.
Oreilles Dressées sur la tête, triangulaire et assez petites.
Queue Attachée assez haut, portée sur le dos ou sur le côté.
Caractère Amical, ouvert, éveillé, vif. Ni agressif ni craintif.
Autre
Utilisation Chien de traîneau, Chien de compagnie
Nomenclature FCI
  • groupe 5
    • section 1
      • no 212

Le samoyède (en cyrillique russe Самоедская собака, Samoïedskaïa Sobaka) est une race de chien originaire de Sibérie en Russie. Sélectionnée comme chien de traîneau depuis la nuit des temps par les Samoyèdes, la race est importée en Angleterre à la fin du XIXe siècle. De type spitz, la race est caractérisée par une robe blanc pur à poils longs.

Historique[modifier | modifier le code]

Un samoyède en 1915.

Le samoyède tire son nom de la tribu des Samoyèdes vivant au nord de la Sibérie, il gardait les troupeaux de ces tribus nomades et était utilisé pour la chasse à l’ours[1]. Les Samoyèdes utilisaient des chiens blancs, noir ou tachetés de marron pour garder les troupeaux de rennes. Au nord, les chiens étaient d’un blanc pur, d'un caractère doux et étaient utilisés comme chiens de traîneau et chiens de chasse. Les chiens ne quittaient pas leur propriétaire et dormaient à l’intérieur des abris où ils servaient de source de chaleur[2].

En 1889, le zoologiste britannique Ernest Kilburn Scott passe trois mois avec des tribus Samoyèdes. Il ramène en Angleterre Sabaka, un chiot mâle marron, puis fait importer un peu plus tard Withey Petchora, une femelle de couleur crème et Musti, un mâle blanc[2]. Dans les années 1880, d'autres spécimens sont importés par les Anglais pour des expéditions au Pôle Nord[1]. Le premier standard est rédigé en Angleterre en 1909[2]. Le samoyède est utilisé de nos jours pour tirer le traîneau ou la pulka[1].

À l'origine, il existait en réalité une variété plus importante de robes : noire, pie, crème, biscuit et blanche. Les chiens blancs constituaient une minorité parmi tous ceux-ci. C'est pour cette raison qu'aujourd'hui encore des taches crème ou même biscuit sur les oreilles ou le corps sont présentes et acceptées. Il n'est d'ailleurs pas rare de trouver un poil noir dans sa fourrure, relique de leurs ancêtres. Ce chien est blanc aujourd'hui car ce sont les chiens les plus blancs que l'on ramena en Europe après les expéditions sibériennes et que l'on sélectionna jusqu'à obtenir le type actuel[réf. nécessaire].

Employée lors des premières expéditions polaires (pôle sud avec Roald Amundsen), la race peut résister à des températures extrêmes de --40 °C[réf. nécessaire]. La race avait à ses débuts trois types bien distincts :

  • un type « renard », plus petit, que la tribu samoyède utilisait davantage pour la compagnie des enfants et que l'on écarta dès le début ;
  • un type « ours », plus trapu, présentant néanmoins des aplombs souvent trop affaissés, utilisé à l'origine pour la chasse et qui eut cependant beaucoup de succès au Royaume-Uni fut un temps pour sa belle tête et le « sourire » caractéristique de la race, ainsi que ses petites oreilles;
  • un type « loup », plus élancé et musclé, avec une ossature idéale pour le trait. Il eut beaucoup de succès aux États-Unis, même si on lui reprochait d'avoir des oreilles trop grandes.

Aujourd'hui, on s'efforce de croiser les deux derniers types pour obtenir un sujet « parfait » selon les critères du standard, mais il n'est pas encore évident d'obtenir les qualités des deux types et on peut toujours voir les différences entre des lignées « ours » ou « anglais » et « loup » ou « américain ».

Standard[modifier | modifier le code]

Le « sourire du samoyède » est typique de la race.

D’aspect élégant, le samoyède est un spitz de l'Arctique de taille moyenne. Le corps est compact, mais souple. La queue est attachée assez haut, elle est portée en action courbée vers l’avant à partir de la base, sur le dos ou sur le côté. L’expression du visage est caractéristique, c'est ce que l’on appelle le « sourire du samoyède ». La tête est forte, de forme cunéiforme. Les yeux sont en forme d'amande, assez écartés et bien enchâssés dans les orbites. Ils doivent être de couleur brun foncé. Les muqueuses (lèvres, truffe et pourtour des yeux) doivent être noires. Les petites oreilles sont de forme triangulaires, dressées et mobiles. Les commissures des lèvres sont légèrement recourbées[2].

Le poil doit être bien fourni, lourd, souple et dense. Les seules couleurs de robe admises par le standard sont le blanc pur, crème, blanc et biscuit, la robe la plus connue étant le blanc[2].

Tempérament[modifier | modifier le code]

Le samoyède s'entend bien avec les enfants.

Le samoyède est décrit dans le standard FCI comme amical, ouvert et éveillé[2]. L'instinct de la chasse est très peu marqué[2]. Il cherche à plaire naturellement à son maître et son tempérament très doux lui fait rechercher la compagnie des enfants[1].

Utilité[modifier | modifier le code]

Chien polyvalent par excellence, il s'illustre aussi bien en agilité, en expositions canines, au cani-cross, qu'en attelage à traîneau ou ski-joring l'hiver et kart ou bikejoring l'été (attelage avec un ou deux chiens sur VTT ou trottinette tout-terrain). Il est considéré comme un très bon chien de tête, les mâles, bien qu'imposants, ne sont pas aussi puissants que les malamutes et moins rapides que les huskys. Un attelage 100 % samoyèdes constitue un compromis qui ne se rencontre que rarement en compétition, bien qu'ils aient de véritables qualités. Les mâles seront plutôt attelés juste devant le traîneau (wheel dogs, puissants) et les femelles devant, plus rapides, en tant que chiens de tête, très attentives aux ordres. Il pourra même être utilisé comme chien de berger à l'occasion, comme le faisait la tribu samoyède avec ses rennes. En règle générale, le Samoyède est doué dans les disciplines dynamiques, qui requièrent une part de mouvement. L'obéissance statique « pure » n'est pas un domaine de prédilection pour cette race nordique, même si un bon renforcement positif pourra développer ses capacités d'écoute. Pour les sportifs, les ordres concernant les directions de l'attelage seront appris dès quatre mois et la traction au delà de douze mois afin d'éviter tout problème de croissance ostéo-articulaire[réf. nécessaire].

Soins et entretien[modifier | modifier le code]

Mue[modifier | modifier le code]

Les femelles entières effectuent généralement 2 mues par an (deux à trois mois environ après les chaleurs), alors que les femelles stérilisées et les mâles présentent une fourrure plus fournie et ne muent qu'une fois par an. Certains propriétaires de samoyèdes font filer le sous-poil très duveteux et réalisent des mailles diverses avec celui-ci (écharpes, pulls, bonnets, gants...)[réf. nécessaire].

Alimentation[modifier | modifier le code]

La viande crue est la base de l'alimentation traditionnelle du samoyède, accompagnée de légumes et de riz très cuit. Il convient toutefois d’ajouter des corps gras, des vitamines et oligo-éléments indispensables à tous les nordiques. Les aliments industriels conviennent également très bien[1].

Le samoyède peut vivre en appartement à condition d'avoir beaucoup d'activités sportives. En ville, la tenue en laisse est vivement conseillée[1].

Prédispositions raciales[modifier | modifier le code]

Bien que le samoyède soit considéré comme une race relativement rustique de par ses caractéristiques morphologiques et l'étude de son génome, très proches du loup, le croisement consanguin d'individus dans le but de créer des lignées hypertypées aboutit souvent à la sélection concomitante d'anomalies génétiques. Néanmoins, quelques prédispositions raciales sont bien connues chez le samoyède:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Samoyède - Description », sur http://www.scc.asso.fr, Société centrale canine (consulté le 8 novembre 2013)
  2. a, b, c, d, e, f et g « Standard FCI N°212 », sur http://www.fci.be, Fédération cynologique internationale,‎ 9 janvier 1999 (consulté le 8 novembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]