Agility

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'agility (signifiant tout simplement « agilité » en anglais), ou agilité, est un sport canin, dans lequel le chien évolue sur un parcours d'obstacles sous la conduite de son maître.

L'agility est une discipline ouverte à tous les chiens. Elle consiste à leur faire négocier divers obstacles dans le but de mettre en valeur leur intelligence et leur souplesse. Il s'agit d'un jeu éducatif et sportif qui favorise leur bonne intégration dans la société. Cette discipline implique une bonne harmonie entre le chien et son maître et aboutit à une entente parfaite de leur équipe ; il est donc nécessaire aux participants de posséder les bases élémentaires d'éducation et d'obéissance.

L'agility est une discipline qui complète parfaitement l'éducation car elle permet d'apprendre en s'amusant. Par ailleurs, c'est aussi un véritable sport qui nécessite un apprentissage encadré et progressif en partenariat avec un moniteur diplômé et d’expérience, afin d'éviter diverses erreurs difficile à corriger par la suite.

Border collie au slalom

Dans les équipes confirmées, le chien évolue avec célérité sur le parcours et son maître ne le contrôle plus qu'avec des instructions vocales ou grâce au langage corporel. L'équipe cynophile doit faire preuve d'une grande complicité et le maître fait appel à une obéissance parfaite de son compagnon. En compétition, la précision et la vitesse sont très importantes. En effet, le franchissement des obstacles répond à des règles bien codifiées susceptibles d'entraîner des pénalités. La vitesse ne rentre en jeu qu'à égalité de pénalités, et l'adresse doit primer sur la vitesse : c'est un sport d'adresse avant d'être un sport de vitesse.

Origine[modifier | modifier le code]

En 1977, John Varley, membre britannique du comité organisateur, souhaite créer un programme de démonstration susceptible de distraire le public de la plus grande exposition canine mondiale, dite la Crufts, qui se déroule à Birmingham, Angleterre.

La réflexion et le travail de plusieurs clubs canins aboutissent en 1978 à une démonstration d'agility, activité ludique et sportive adaptée du jumping pour les chevaux. Cette démonstration est suivie d'un 1er championnat en 1979 remporté par le border collie Conny Cluff.
Les américains de l'United States Dog Agility Association (USDAA)[1], membres de l'International federation of cynological sport (IFCS) devancent les français en 1986.
En France le 1er janvier 1988 la Société centrale canine (SCC) approuve un projet de règlement présenté par Jean-Paul Petitdidier, vice-président en 2008. Une sous-commission est alors chargée de la diffusion de l'activité. Elle organise le 1er championnat de France en 1989 lors de l'exposition canine de Longchamp le 1er vainqueur "COOL" un Berger Belge Tervuren, appartenant a Rémy DAGES de la région Aquitaine. La création de la Commission nationale d'éducation et d'agility (CNEA), aujourd'hui Commission nationale d'éducation et d'activités cynophiles (CNEAC), en 1991 et la délivrance d'une licence aux compétiteurs participent enfin à la stabilisation de l'agility.

Catégories de chiens[modifier | modifier le code]

En France, on trouve quatre catégories de chiens. Chaque chien en fonction de sa taille devra concourir dans les catégories suivantes :

  • A = chien de moins de 37 cm au garrot;
  • B = chien de 37 cm et moins de 47 cm ;
  • C = chien de 47 cm et plus ;
  • D = chiens molossoïdes, peu véloces.

La France a ajouté au règlement de la Fédération cynologique internationale (FCI) une quatrième catégorie (D), selon une liste évolutive, pour permettre à tous les chiens de pratiquer l'agility en compétition[2]. Quelques cas particuliers sont pris en compte pour le classement de certaines races dans les catégories A, B et C[3].

Le règlement international ne compte, lui, que trois catégories[4] :

  • Catégorie "S" (Small) pour les chiens plus petits que 35 cm au garrot
  • Catégorie "M" (Medium) pour les chiens de 35 cm à moins de 43 cm au garrot
  • Catégorie "L" (Large) pour les chiens de plus de 43 cm au garrot

La hauteur des sauts est plus élevée qu'en France.

Les obstacles[modifier | modifier le code]

Les obstacles à zone[modifier | modifier le code]

Ces obstacles doivent être franchis par le chien en respectant le poser d'au moins une patte aussi bien dans la zone d'entrée que dans celle de sortie.Maintenant,il y a les zones électronique pour ne plus faire d'erreurs de jugement.

en concours:
chaque zone non respectée est pénalisée de 5 points

Passerelle[modifier | modifier le code]

Hauteur minimum : 1,20 m ; Hauteur maximum : 1,35 m. Largeur de la planche de marche : mini 30 cm, maxi 40 cm. Longueur de chaque élément : mini 3,60 m, maxi 4,20 m.

Les rampes sont pourvus de liteaux cloués à espaces réguliers (env. tous les 25 cm) pour faciliter l'accès et éviter les glissades. Ces liteaux auront une hauteur de 5 à 10 mm. Les parties montantes et descendantes sont peintes sur une longueur de 90 cm pour marquer la zone de contact.

en concours:
Le chien qui saute de l'obstacle avant d'avoir touché avec au moins une patte la partie descendante est pénalisé d'un refus. Le chien doit donc reprendre l'obstacle avant de poursuivre le parcours. Si le chien descend de l'obstacle après avoir posé une patte dans la descente, cela est jugé comme une faute. Le chien doit donc poursuivre son parcours sans reprendre cet obstacle. Dans les 2 cas, cela coûte 5 point à l'équipe.
Berger belge Tervueren sur la palissade

Palissade[modifier | modifier le code]

ou A ou toit
Composée de deux éléments formant un A. Largeur mini : 0,90 m qui pourra être portée en partie basse à 1,15 m. A - B - C - D = le point haut à 1,70 m

Les rampes sont équipées de liteaux cloués à espaces réguliers (environ tous les 25 cm) pour faciliter l'accès et éviter les glissades. La montée et la descente sont peintes sur une longueur de 106 cm pour marquer la zone de contact. Le sommet de la palissade ne devra présenter aucun danger pour le chien, au besoin on fixera une faîtière de protection de caoutchouc.

en concours:
Le chien qui saute de l'obstacle avant d'avoir touché avec au moins une patte la partie descendante est pénalisé d'un refus. Le chien doit donc reprendre l'obstacle avant de poursuivre le parcours. Si le chien descend de l'obstacle après avoir posé une patte dans la descente, cela est jugé comme une faute. Le chien doit donc poursuivre son parcours sans reprendre cet obstacle. Dans les 2 cas, cela coûte 5 point à l'équipe.

ou balançoire
Largeur mini 30 cm, maxi 40 cm, longueur mini 3,65 m, maxi 4,25 m. Hauteur du pivot central par rapport au sol = 1/6e de la longueur de la planche. Exemple : L = 3,65 m, h = 60 cm pour L = 4,25 m h = 70 cm


Les zones de contact sont identiques à celles de la passerelle. Elle doit être stable et antidérapante, mais ne comportera pas de liteaux. La balançoire doit être équilibrée, son basculement ne doit être ni trop rapide ni trop dur pour permettre aux petits chiens de pouvoir la faire basculer.

C'est un obstacle qui peut être potentiellement dangereux sur lequel le chien peut très vite se faire peur, et qu'il convient de gérer avec le plus grand calme. Il existe un moyen de contrôle : Il faut placer une charge d'un kilogramme à l'extrémité de la balançoire, son basculement jusqu'au sol doit s'effectuer entre 3 et 4 secondes. Si cela n'est pas le cas régler le point de basculement.

en concours
Le chien peut être pénalisé de différentes manières sur cet obstacle :
s'il monte de biais, il sera pénalisé d'un refus et devra reprendre l'obstacle ;
s'il ne touche pas la zone de montée, il sera pénalisé d'une faute ;
s'il monte mais s'éjecte avant qu'il ait franchit l'axe central, il sera pénalisé d'un refus et devra reprendre l'obstacle ;
s'il saute après avoir franchi l'axe et ne touche pas la zone, il sera pénalisé d'une faute car la balançoire n'a pas touché le sol, et d'une 2e faute car il n'a pas touché la zone, s'il touche la zone mais que la balançoire n'a pas touché le sol, il sera pénalisé d'une faute, et si la balançoire touche le sol mais que le chien ne touche pas la zone, il sera pénalisé d'une faute également.
Pour la balançoire ou la passerelle : largeur de 30 cm pour le championnat et les concours internationaux.

Les Sauts[modifier | modifier le code]

Épagneul nain papillon franchissant une haie double ou Oxer

Haie simple[modifier | modifier le code]

Barres : largeur 120 à 150 cm, diamètre des barres 3 à 5 cm.
Hauteur : suivant les catégories:

  • A:35 cm
  • B et D: 45 cm
  • C: 60 cm

Une haie simple est muni de 2 barres. Les barres en métal sont interdites, elles doivent être en bois ou en matériau synthétique sécurisé. La barre supérieure doit pouvoir tomber facilement. Les haies peuvent être construites de façons différentes entre les montants :
Panneaux pleins - Panneaux à claire-voie - Panneaux avec balais, qui comporteront toujours une barre de chute en partie supérieure
Les ailes des haies doivent être construites de manière à interdire le passage du chien. Les ailes d’une haie doivent être indépendantes l’une de l’autre et avoir une hauteur minimum de 1 mètre coté support de barres.

Oxer[modifier | modifier le code]

ou Haie double
Réalisé par assemblage de 2 haies simples à barres uniquement. La mise en place doit se faire en ligne droite part rapport à l’obstacle précédent. Un différentiel de 10cm de hauteur sur la barre de la haie arrière par rapport à la première haie de l’oxer.
Hauteur et largeur : suivant les catégories:

  • A : 35 cm en hauteur et 30 cm en largeur.
  • B et D : 45 cm en hauteur et 40 cm en largeur.
  • C : 60 cm en hauteur et 55 cm en largeur.

Mur[modifier | modifier le code]

ou viaduc

Largeur mini 120 cm, épaisseur du mur environ 20 cm. Panneau plein comprenant 1 ou 2 ouvertures en forme de tunnel. Sur la partie supérieure du mur seront posés des éléments amovibles en forme de tuiles. mêmes hauteurs que pour les haies simples

en concours
la faute est établie si l'un des éléments tombe, jusqu'au passage du prochain obstacle.
Les refus : cette faute couvre à la fois les arrêts devant l'obstacle, ou le chien qui n'est plus en mouvement, les dérobades latérales pour éviter l'obstacle, le dépassement de l'obstacle obligeant le chien à faire un demi-tour pour le franchir

Saut en longueur[modifier | modifier le code]

Composé d'éléments (2 à 5), écartés les uns des autres pour obtenir un saut de 0,40 m à 1,50 m, le plus petit élément placé devant. Longueur des éléments : 1,20 m mini ; hauteur de l'élément le plus élevé : 28 cm., hauteur de l'élément le plus bas 15 cm; largeur des éléments 15 cm, légèrement inclinés; Les quatre coins sont matérialisés par des piquets de hauteur d'environ 1,20 m avec protection supérieure, indépendants des éléments.

en concours le chien qui passe le saut en longueur en marchant sera pénalisé d'un refus : 5 points
la chute de l'un des éléments d'encadrement du saut en longueur (piquets) n'est pas pénalisable s'il n'entraine pas la chute de l'un des éléments de l'obstacle proprement dit.
Berger des shetland sautant dans un pneu

Pneu[modifier | modifier le code]

standard ou ouvrant
Diamètre d'ouverture 45 cm mini, 60 cm maxi.
Epaisseur du pneu : minimum : 8 cm, maximum : 18 cm.
Largeur du cadre : maximum 150 cm.
Distance de l'axe du pneu par rapport au sol : A = 45 cm B - D = 55 cm C = 80 cm

  • La partie inférieure du pneu devra être obturée par raison de sécurité,
  • Le pneu sera réglable en hauteur par un système de chaînes ou de cordes,
  • Les fixations rigides seront exclues.
  • Les pieds support seront d'une longueur de 1 mètre de chaque côté du pneu.
en concours le saut entre le cadre et le pneu est pénalisé d'un refus: 5 points
En cas d’utilisation d’un pneu ouvrant le chien qui dissociera les deux parties du pneu en sautant à l’intérieur de celui-ci est pénalisé d’une faute.
S’il désolidarise les deux parties du pneu en heurtant le pneu ou en passant entre le pneu et le montant, il sera pénalisé d’une élimination pour destruction d’obstacle.

Autres obstacles[modifier | modifier le code]

Table[modifier | modifier le code]

Utilisation de la table lors d'un concours d'agility.
Chinook sur la table.

le chien doit monter dessus en marquant un arrêt de 5 secondes.

  • Surface : minimum 0,90 m × 0,90 m, maximum 1,20 m × 1,20 m
  • Hauteur : A: 35 cm- B, C et D: 50 cm

Elle doit être stable avec une partie supérieure antidérapante et doit également pouvoir s'ajuster aux deux hauteurs. La table pourra être équipée d'un comptage électronique comprenant :

  • 1 zone de contact électronique à poser sur le plateau de la table. Cette zone sera plus petite que le plateau (-10 cm de chaque côté).
  • 1 système électronique de comptage avec un signal sonore (GO) de fin de décompte des 5 secondes.
en concours
S'il quitte la table avant la fin des 5 secondes et l'ordre du juge, il sera pénalisé de 5 points et il devra remonter sur la table pour refaire ses 5 secondes sous peine d'élimination au prochain obstacle. Le décompte commence lorsque le chien est sur la table.
Si le conducteur déclenche le comptage électronique, il sera éliminé. L'accès est autorisé par les trois côtés A B et C, si le chien dépasse la table et monte par D, il sera pénalisé d'un refus mais ne sera pas éliminé pour prise d'obstacle à l'envers.
De même si le chien glisse sur la table et remonte par D, il sera pénalisé d'une faute, mais ne sera pas éliminé
Si le chien passe sous la table, c'est un refus.

Slalom[modifier | modifier le code]

12 poteaux, hauteur mini 1 m à 1,20 m. Intervalle entre chaque poteaux de 60 cm. Les poteaux devront être rigides de Ø 3 à 5 cm
Les poteaux en métaux sont interdits, ils doivent être en bois ou en matériaux synthétique sécurisé.

en concours
Au départ, le premier piquet doit se trouver à la gauche du chien, le deuxième à sa droite et ainsi de suite.
Si le chien prend un mauvais départ, il sera pénalisé d'un refus ; s'il manque une porte, il sera pénalisé d'une faute. Dans tous les cas, le conducteur devra immédiatement corriger en ramenant son chien à l'endroit de la faute, ou en reprenant l'obstacle du début, au choix du conducteur, celui-ci prenant le risque d'être pénalisé d'un refus si le chien n'entre pas correctement dans le slalom.
Le slalom est le seul obstacle sur lequel on oblige le chien à revenir à l'endroit de la faute ; il est ainsi pénalisé par le temps.
De ce fait, toutes les mauvaises entrées seront pénalisées d'un refus = 5 points ; par contre les fautes dans le slalom même seront limitées à 5 points maximum.
Pénalisation maximum sera égale à 15 points, ( 2 refus, le 3e refus étant éliminatoire = 10 points + une ou plusieurs fautes = 5 points).En cas de mauvaise sortie, l'élimination sera prononcée si le conducteur n'en tient pas compte et franchit l'obstacle suivant.
Si le chien remonte le slalom à l'envers de plus de deux portes il sera éliminé.
Bull Terrier sortant d'un tunnel.

Tunnel rigide[modifier | modifier le code]

Diamètre intérieur 60 cm, longueur 3 à 6 m, Flexible il permettra de former une ou plusieurs courbes. Lorsqu’il est placé en U, le numéro mis entre les deux trous, autorise le chien à prendre l’une ou l’autre des entrées

en concours
le chien qui met une patte ou la tête dans le tunnel et qui se retire, sera sanctionné d'un refus

Tunnel souple[modifier | modifier le code]

ou chaussette

  • Entrée en arceau rigide sur une longueur de 90 cm,
  • Hauteur 60 cm, largeur 60 à 65 cm,
  • Sortie en matériau souple, longueur 2,5 à 3,50 m, Diamètre 60 à 65 cm.

La sortie du tunnel sera fixée au sol de manière à garder un passage d'environ 50 cm.

en concours
le chien qui met une patte ou la tête dans le tunnel et qui se retire, sera sanctionné d'un refus

Épreuves[modifier | modifier le code]

types d'épreuves

Les épreuves de concours se divise en deux types :

  • Agility avec zones de contact et table
  • Jumping sans zones de contact ni table
classes

Il existe 3 classes :

  • 1°degré : Réservée aux chiens n'ayant pas encore obtenu leur « Brevet Agility ».
  • 2°degré : Ouverte aux chiens ayant déjà obtenu leur « Brevet Agility ».
  • 3°degré : Ouverte aux chiens ayant été classés 3 fois, sans fautes, dans les 3 premiers d'une

épreuve 2°degré. La redescente dans une classe inférieure est possible suivant la réglementation de chaque pays.

La préparation du parcours[modifier | modifier le code]

Pour un Concours officiel, il doit être mis à disposition du Juge :
SAUTS : Minimum 13 haies, 1 pneu ouvrable ou fermé, 1 mur ou viaduc, 1 saut en longueur.
ZONES DE CONTACTS : 1 passerelle, 1 palissade, 1 balançoire.
AUTRES OBSTACLES : 1 slalom, 1 table (2 hauteurs), 2 tunnels rigides, 1 tunnel souple.
Sauf cas de force majeure, aucun agrès ne sera remplacé pendant une épreuve.

Les obstacles obligatoires sur une épreuve « AGILITY »
Le slalom ; La table ; Tunnels rigides et/ou souple ; Obstacles à zones ; Haies simples.

Les obstacles obligatoires sur une épreuve « JUMPING »
Le slalom ; Les haies ; Tunnels rigides et/ou souple ;

Les obstacles ne doivent présenter aucun danger pour le chien et leurs dimensions doivent être conformes aux prescriptions

Le parcours est laissé à l'appréciation du juge. Il le trace avec l'aide matérielle des organisateurs. La disposition, la qualité et le nombre des obstacles déterminent la complexité et la rapidité du parcours qui doivent permettre une évolution aisée et sans heurts du chien. L'imagination du juge est cependant bridée par les aspects réglementaires. Ils fixent des limites d'une part à la longueur du parcours et d'autre part au nombre, qualité et disposition des obstacles selon la catégorie des chiens[5].
Le juge mesure avec précision la longueur L(m) et choisit la vitesse d'évolution V(m/s) en fonction du niveau de l'épreuve et de la complexité du parcours. Le Temps de parcours standard TPS(s) est calculé selon la formule: TPS(s) = L(m)/V(m/s).
Il reste alors à déterminer le temps maximum de parcours TMP(s) qui sert de référence pour l'octroi des pénalités. Il sera, sans être inférieur à 1,5 fois le temps de parcours standard, généralement le double de ce dernier[6]. Chaque seconde qui dépasse le TPS donne un point de pénalité. Au-delà du TMP, l'équipe ne sera pas classée.

Jugements[modifier | modifier le code]

Tous les jugements sont sans appel.

Généralités[modifier | modifier le code]

L'objectif du parcours est d'amener le chien à passer l’ensemble des obstacles, dans l’ordre prescrit, sans pénalité, et dans la limite du TPS. Le TPS n'est qu'un indice de base, et la rapidité ne doit être pas considérée comme le critère principal. Le juge dispose des cinq premiers passages pour vérifier son adéquation et le modifier le cas échéant.

Cas d'ex-æquo

La décision se fera en faveur du conducteur qui aura le moins de fautes aux obstacles. C'est seulement dans le cas d'égalité de fautes aux obstacles, que l’on tiendra compte pour le classement du meilleur temps. Si par hasard deux chiens se trouvaient être ex-æquo, à la fois en pénalités sur obstacle et au chronomètre, le juge peut demander un parcours supplémentaire pour départager les conducteurs.

Chronomètre électronique

L’utilisation d’un chronomètre électronique sur un concours est autorisée. Un chronomètre manuel est obligatoire en cas de dysfonctionnement du chrono électronique. SCC/CNEAC/REGLEMENT/AGILITY | mis à jour 01/2012 DEPART ET ARRIVEE Les piquets matérialisant le «départ» et «I’ arrivée» doivent être installés contre les montants de la première et de la dernière haie du parcours. Si le chien passe à côté du premier obstacle, il est sanctionné d’un refus et le chronométrage manuel commence dés qu’il franchit la ligne de départ. La distance entre la sortie du SAS et la haie de départ située devant cette dernière est obligatoirement de 6 mètres. Il en est de même entre la haie d’arrivée et le SAS de sortie.

Pénalités[modifier | modifier le code]

Deux types de pénalités sont appliqués :

  • Pénalités pour fautes de parcours : 5 points par faute
  • Pénalités pour dépassement du TPS : 1,00 point par seconde

Les fautes d'ordre général[modifier | modifier le code]

Le départ

Le chien, dès la sortie du SAS, doit marcher sous le contrôle du maître, mais peut-être amené en laisse. Une seule mise en place est accordée au conducteur (sauf pour l'équipe qui débute). Une seconde mise en place par manipulation du chien entraîne l'élimination. Le conducteur qui prend son chien par la peau du cou pour le mettre au départ est éliminé de l'épreuve pour maltraitance à animaux.

  • Le conducteur ne doit pas passer entre les poteaux de «départ» et «d'arrivée». S'il le fait, il se verra pénalisé de 5 points, et de plus le chronomètre se déclenchera dès son passage.
  • Une fois la ligne de départ franchit, le maître ne peut la franchir en sens inverse et retourner à son chien (1 faute).
  • Le maitre et le chien entre en contact sur le parcours (1 faute).
  • Le conducteur touche un obstacle (1 faute).

Fautes aux obstacles[modifier | modifier le code]

Chaque faute est sanctionnée par une pénalité de 5 points.

Les tombés

La faute est établie si l'un des éléments tombe avant le passage de l’obstacle à suivre et que le juge signale la faute.

Les refus

Cette pénalité couvre à la fois :

  • Les arrêts devant l'obstacle,
  • Le chien qui n'est plus en mouvement sur le parcours,
  • Les dérobades latérales pour éviter I’ obstacle,
  • Le dépassement de l'obstacle,
  • Le saut entre le cadre et le pneu.
  • Le chien qui passe le saut en longueur en marchant.
  • Le chien qui met une patte ou la tête à l’entrée du tunnel à négocier et qui se retire.
Les zones de contact

Le chien qui ne pose pas une patte dans la zone de contact (montée et descente) des obstacles à zones est pénalisé de 5 points.

Le refus implique la reprise de l’obstacle, dans le cas contraire il est éliminé.
Pour les autres fautes, tombées d'un élément ou manquement des zones de contact,
le conducteur est pénalisé, mais continue son parcours.

Fautes entraînant l'élimination[modifier | modifier le code]

  • Incorrection envers le juge
  • Brutalité envers son chien
  • A la deuxième manipulation du chien.
  • Dépassement du «TEMPS MAXIMUM DE PARCOURS» (TMP)
  • Prendre le départ avant l’ordre du juge.
  • Au troisième refus
  • Ne pas prendre les obstacles dans l'ordre imposé
  • Oublier de passer un obstacle
  • Prendre les obstacles dans le mauvais sens
  • Le chien ou le conducteur détruisent un obstacle qui ne peut plus être négocié en cas de second passage.
  • Le conducteur passe lui-même un obstacle, saute par-dessus ou passe par-dessous l’obstacle
  • Le conducteur déclenche le décompte électronique de la table.
  • Le conducteur tient quelque chose en main.
  • Le conducteur replace le chien au départ après que celui-ci a passé la ligne «Départ» (sauf sur ordre du juge).
  • Le chien porte un collier
  • Arrêt définitif du parcours par le conducteur qui sort du terrain sans ordre du juge
  • Le chien s'oublie, quitte le terrain ou n'est plus sous le contrôle de son maître.
  • Le chien mordille constamment le conducteur.
  • Le chien porte un collier à pointe dans l’enceinte ou l’environnement du concours.

L'élimination entraîne la disqualification et la sortie immédiate du conducteur et de son chien. Le conducteur et son chien quittent aussi vite que possible le terrain. Le juge peut laisser terminer l’épreuve à condition que la fin du parcours s’effectue par l’enchainement des obstacles restants et sans reprendre l’agrès ayant motivé la disqualification. L’élimination doit être signifiée clairement (coup de sifflet etc.) par le juge.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'United States Dog Agility Association Consulté le 24 janvier 2008
  2. Règlement Agility de la Société centrale canine. (SCC) Introduction. Catégorie D. Consulté le 24 janvier 2008
  3. idem. Cas particulier. id..
  4. Règlement Agility de le Fédération cynologique internationale (FCI) Introduction. id.p.3
  5. Règlement Agility de la Société centrale canine. (SCC) Parcours.p.4 et 5. Consulté le 28 janvier 2008
  6. idem. TPS,TMP. id.p.5.

Liens externes[modifier | modifier le code]