Chien errant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chien paria)
Aller à : navigation, rechercher
Chiens parias à Bornéo.

Un chien errant est un chien qui vit sans entrave ni domicile parce qu'il n'appartient à personne ou parce que le lien avec son maître est cassé, par fugue ou abandon. Le terme de chien paria est aussi employé concernant l'Inde et l'Asie en général. Ce sont alors des commensaux comparables aux pigeons des villes ou aux chats harets, se nourrissant de restes, de déchets, éventuellement de chasse et de nourriture donnée par les hommes.

En Occident, le chien errant est en général sorti de son état de vagabond, soit par un humain de rencontre qui le recueille et l'adopte, soit par des spécialistes chargés de la capture des animaux errants et de leur prise en charge ultérieure.

Comportement[modifier | modifier le code]

Les chiens errants depuis un certain temps se sont habitués, autant que faire ce peut, à leur nouvelle vie. Leur comportement à l'égard de l'homme dépend pour une part du degré de dépendance alimentaire et des relations qui ont pu s'entretenir individuellement lors des dépôts de nourriture qu'ils fréquentent. Les chiens qui peuvent vivre sans dépendre étroitement de l'homme se rapprochent d'animaux sauvages dans leurs mœurs, et donc dans leurs réactions face à l'homme qui les croise.

Le chien paria[modifier | modifier le code]

Chien à Bornéo.

Dans le monde asiatique, l'existence de chiens semi-sauvages de l'Inde a amené à la notion de chien paria, variante locale et admise socialement du chien errant[1]. La question se pose de savoir si ces chiens sont une variété du chien domestique, sa ressemblance avec le dingo australien, qui descend de chiens introduits par l'homme 3 000 ans environ av. J.-C., pouvant le laisser penser[2]. Dans ce cas, il faudrait distinguer des autres chiens errants les vrais chiens parias en raison de leur lien originel avec l'Inde. Le rôle du marronnage est aussi envisagé, tout comme le croisement de chiens parias en voie de différenciation (chiens libres nombreux et à la population durable) et de races domestiques, à la façon dont l'éventuel vrai chien paria aurait disparu par hybridation avec le chien domestique.

Le dingo est généralement considéré proche du chien paria. Son long isolement et sa vie à l'état sauvage font qu'il aurait pu conserver le type originel de chien paria. Quoiqu'ils vivent généralement totalement indépendants de l'homme, certains vivaient en périphérie des groupes humains avec qui ils avaient une relation comparable à celle des chiens parias. Il est également fortement exposé à la pollution génétique, par hybridation avec des chiens domestiques. Les chiens parias d'Asie du Sud-Est sont parfois considérés comme des dingos.

Certaines races de chien se diffusent avec une mise en avant de leur origine ou leur type de « chien paria », notamment le chien de Canaan, originaire d'Israël et des Territoires palestiniens, mais aussi des races comme le basenji ou le chien de Taïwan.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Perrin, « Le chien paria », Le Chien magazine - Suisse,‎ 20 février 2013 (consulté le 14 janvier 2015)
  2. Patrick Straub, « Les Chiens parias d'Inde (Chien magazine de février 2013) », sur futura-sciences.com, Futura-Sciences,‎ 6 mai 2009 (consulté le 14 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]