Amidou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hamidou Benmassoud)
Aller à : navigation, rechercher

Amidou

Nom de naissance Hamidou Benmessaoud
Naissance 2 août 1935
Rabat (Maroc)
Nationalité Drapeau du Maroc Marocain
Drapeau de France Français
Décès 19 septembre 2013 (à 78 ans)
Clichy (Hauts-de-Seine, France)
Profession Acteur

Hamidou Benmessaoud (variantes : Ben Messaoud, Benmassoud, Ben Massoud), dit Amidou, est un acteur maroco-français né le 2 août 1935 à Rabat[1] et mort le 19 septembre 2013 à Clichy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amidou arrive en France à l'âge de 17 ans et s'inscrit au Conservatoire national supérieur d'art dramatique : il est le premier acteur marocain à y obtenir un prix d'interprétation[2]. En 1960, il fait ses premiers pas au cinéma dans Le Propre de l'homme, le premier film de Claude Lelouch. Il devient ensuite un acteur fétiche de ce réalisateur, avec qui il tourne onze films : il tient le rôle principal masculin dans La Vie, l'Amour, la Mort et joue des seconds rôles d'importance variable dans Un homme et une femme, Vivre pour vivre, Le Voyou, La Belle Histoire ou encore And Now... Ladies and Gentlemen. Au théâtre, il travaille à l'Odéon au sein de la compagnie de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault : il tient l'un des rôles principaux dans Les Paravents de Jean Genet, lors de la création de la pièce à l'Odéon sur une mise en scène de Roger Blin[3].

Il a aussi tourné avec de nombreux autres réalisateurs de renom dont Alain Cavalier dans La Chamade, Philippe de Broca dans La Poudre d'escampette, Georges Lautner dans La Valise et dans plusieurs long métrages d'Alexandre Arcady dont L'Union sacrée, Le Grand Pardon 2 et Comme les cinq doigts de la main. Il est l'un des tous premiers acteurs maghrébins à connaître une certaine notoriété dans le cinéma français[4] ; on le surnommait parfois « le Belmondo marocain »[5].

Dans les années 1980, il fait aussi une apparition en « guest star » dans le clip vidéo de Gérard Blanc Une autre histoire, où il prend les traits, tour à tour, d'un douanier marocain puis d'un magnat séducteur en compagnie d'Annie Pujol.

Parlant aussi anglais, il est apparu dans divers films américains, avec William Friedkin (Le Convoi de la peur, L’Enfer du devoir), Otto Preminger dans Rosebud, John Huston dans À nous la victoire, John Frankenheimer dans Ronin, Tony Scott dans Spy Game, jeu d'espions[2].

Il a par ailleurs tourné pour la télévision. Son dernier rôle important pour le petit écran est celui du père d'Aïcha Bouamazha dans le téléfilm Aïcha et ses suites, réalisés de 2008 à 2011 par Yamina Benguigui.

Le 19 septembre 2013, il décède à l'âge de 78 ans à l'hôpital parisien Beaujon[5] après une hospitalisation d'environ deux mois[1].

Il est le père de l'actrice Souad Amidou, née en 1959[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélections et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d MAP, « L'acteur marocain Hamidou Benmessaoud dans un état critique », Aujourd'hui le Maroc, Casablanca,‎ 10 septembre 2013
  2. a, b et c Mort d'Amidou, premier acteur marocain à s'être fait un nom en France, Le Parisien, 20 septembre 2013
  3. Dècès d'Hamidou Benmassoud, acteur fétiche de Claude Lelouch, France 24, 20 septembre 2013
  4. Amidou, fiche sur cineartistes.com
  5. a, b, c et d Dia Thierno Ibrahima, « Mort de Amidou, à l'âge de 78 ans », sur Imagesfrancophones.org,‎ 23 septembre 2013
  6. Tarik Qattab, « Tanger : Des vivats pour Duvivier », Aujourd'hui le Maroc, Casablanca,‎ 27 septembre 2004 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]