Rainans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rainans
Image illustrative de l'article Rainans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Rochefort-sur-Nenon depuis 1801
Intercommunalité Grand Dole
Maire
Mandat
Franck David
2014-2020
Code postal 39290
Code commune 39449
Démographie
Gentilé Rainantais
Population
municipale
225 hab. (2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 23″ N 5° 28′ 54″ E / 47.1564, 5.4817 ()47° 09′ 23″ Nord 5° 28′ 54″ Est / 47.1564, 5.4817 ()  
Altitude Min. 199 m – Max. 310 m
Superficie 3,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rainans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rainans

Rainans est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté. Label "Villes et Villages Fleuris" (2 fleurs).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chevigny Rose des vents
Auxonne (Côte-d'Or) N Menotey
O    Rainans    E
S
Biarne, Jouhe

Économie ancienne[modifier | modifier le code]

  • Les carrières furent exploitées vers 1900 par la famille Guenne.
  • Café Gey ou café du Centre (avec débit de tabac) au pied de La Chaux. Café tenu par la famille Gey dans la première moitié du XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune viticole du XIIIe au début du XXe siècle.

  • 1263 : première mention du nom du village.
  • 1767 : la seigneurie de Rainans est achetée par Marie-Augustin de Toytot (1712-1805), écuyer, docteur en droit, avocat, subdélégué de l'Intendant de Franche-Comté, conseiller au Parlement de Besançon à Charlotte de Champagné, veuve de François Potier par devant Me Jean-Baptiste Rabusson, notaire royal à Dole de 1755 à 1791.
  • 1836 : réalisation du cadastre.
  • 1866 : érection du clocher de l'église.
  • 1900 : refonte de la cloche fêlée par Ferdinand Farnier, fondeur à Robécourt (Vosges).
  • 16 février 1901 : dissolution de la subdivision de sapeurs-pompiers.
  • 1901-1933 : Gare de Rainans sur la ligne des Chemins de fer vicinaux de Dole à Pesmes.
  • 1903 : installation d'une bascule publique.
  • 1921 : érection du Monument aux Morts.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 réélu en 2014[1] Franck David
(Lyon 1949)
DVD
puis UMP
puis UDI[2]
Vétérinaire, Conseiller général (depuis 2001),
8ème Vice-Président à la Communauté d’Agglomération du Grand Dole
Président de l’Office de Tourisme du pays de Dole
1981 1989 Jean Panier
(1913-2005)
   
1973 1981 Camille Lacroix
(1912-1987)
  Agriculteur
1971 1973 René Chopard
(1912-1988)
  Médaillé militaire
1953 1971 Jules Delvaux
(Villerupt 11/06/1904-1971)
  Officier de la Légion d'Honneur
1944 1953 Maurice Roy    
1904 1944 Henri Rollier
(1870-1946) - (Joseph Roy : adjoint vers 1910)
  Cultivateur
1896 1904 Léon Gey    
1892 1896 Roger Gabriel de Toytot
(Rainans 1832-1906 Dole)
  Propriétaire rentier.
Conseiller général de Rochefort de 1886 à 1892.
1888 1892 Pierre Gey   Propriétaire
1868 1888 Roger Gabriel de Toytot
(Jullien François (en 1869), Tissot Joseph, Aubertin Jules : adjoints)
  Propriétaire viticulteur.
Conseiller général de Rochefort d'octobre 1871 à 1880.
1859 1868 Philippe Gabriel Pernin
(Azans 14/10/1800-Rainans 04/05/1871)
Jullien François (adjoint en 1866)
  Propriétaire.
Président de la Société de Saint-Vernier en 1865.
1852 décembre 1859
(démissionnaire)
Auguste de Toytot
(Rainans 1826-1922)
  Propriétaire viticulteur
président du conseil de fabrique de Rainans.
1841 1852 Philippe Pernin
(Roy : adjoint)
   
1837 1841 Guy François de Toytot
(Mangue : adjoint)
   
1830 1837 Jean Nicolas Dalloz
(Saint-Claude 1761-1846 Rainans)
  Propriétaire.
Conseiller général (1832)
1827 1830 Guy François de Toytot   Ancien Capitaine de Carabiniers et propriétaire.
1821 1827 Aléxis de Toytot
(François Jullien : adjoint)
  Chevalier de Saint Louis
1817 1821 Jean Nicolas Dalloz    
1814 1817 Aléxis de Toytot    
1792 1814 Claude Antoine Breton   Propriétaire
1794
(19 nivôse an II)
  Pierre Jullien    

Sources : La rainette (Bulletin municipal) de juillet 2009 et état civil.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 225 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266 358 403 283 390 379 350 366 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
328 353 372 347 331 308 306 292 247
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251 240 222 188 187 150 131 137 130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
113 115 107 156 172 173 187 192 226
2011 - - - - - - - -
225 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’Église Saint-Antoine a été construite en 1850 aux frais des habitants (15 000 francs). Le clocher a été élevé en 1866 par Roger Gabriel de Toytot, sous la direction de M. Jacquemart, architecte à Dole, et grâce aux deniers de Guy-François-Hubert de Toytot et de sa femme née Wilhelmine Broch d'Hôtelans. L'église se compose d'une tribune, d'une nef, d'un chœur et d'une sacristie.

Objets classés Monument Historique : un reliquaire en argent du XVIe siècle (disparu), une statue de saint Antoine en bois polychrome du XVIIe siècle et deux tableaux et leurs cadres (art populaire du XVIIIe siècle) : saint Antoine et saint Vernier.

  • Calvaire du XVIe siècle.
  • Oratoire dédié à Notre-Dame.
  • Chapelle Pierre-Pfister (monument privé construit en 1946) avec ses fenêtres à meneaux du XVIe provenant du château de Chevigny. Reproduction de l'art des catacombes romaines (fresques).
  • Source et lavoir du Buoton.
  • Monument aux Morts érigé en 1921. Il comporte 15 noms.
  • Jardin de la collection Annabelle (label Jardin Remarquable): collection d'hortensias et hydrangea (agréée CCVS).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Nicolas Dalloz [Saint-Claude (Jura) 21/04/1761 - 1846 Rainans]: Prêtre, professeur d'humanités au collège de Mâcon, puis professeur de philosophie au collège de Saint-Claude, professeur de physique expérimentale et de chimie à l'école centrale du Jura - Secrétaire de la Société d'Agriculture de Dole (rédaction des mémoires) - Maire de Rainans et membre du conseil d'arrondissement de Dole. Ce savant œnologue et agronome a écrit un ouvrage sur l'art de la vinification vers 1820 et a perfectionné le pressoir ainsi que les instruments aratoires usités dans le pays. On lui doit une machine portative à battre le grain (mise en mouvement par un cheval), un appareil pour économiser le combustible dans les poêles de fonte ou de faïence ... Il fait réaliser le cadastre communal en 1836 et fait construire à ses frais une maison d'école en 1849[5].
  • Guy François Hubert de Toytot de Rainans [Gissey-le-Vieil (Côte d'Or) 1789 - 1872 Rainans]: capitaine-commandant au 2ème Régiment de Carabiniers de Monsieur. Période : 1805-1825. Campagnes de l'Empire napoléonien : Prusse et Pologne (1806-1807), Autriche (1809), Russie (1812), Saxe (1813) et France (1814). Décorations octroyées : chevalier de Saint-Louis, chevalier de la Légion d'Honneur et médaille de Sainte-Hélène. Distingué à la bataille de Friedland (1807). Propriétaire du "Château de Rainans" (actuellement la SOGERIM).
  • Roger Gabriel de Toytot (château de Rainans 16/09/1832-15/04/1906 Dole): comte, conseiller général du Jura, maire de Rainans (24 ans), vice-président du syndicat agricole pour l'arrondissement de Dole et président du Comité légitimiste de Franche-Comté jusqu’en 1883. Riche propriétaire, il fut l’auteur de plusieurs ouvrages sur le vignoble, l’élevage et le droit social. Une rue de la commune porte son nom.
  • Pierre Pfister (Besançon 1895 - 1963 Rome) : Prêtre (ordonné en 1924) devenu chanoine français de Saint-Jean-de-Latran (nommé le 13 décembre 1947). Il fut professeur et Directeur au Grand Séminaire de Besançon de 1929 à 1946, professeur d'art sacré à Rome et Camérier Secret Surnuméraire du pape Pie XI en 1936. Mgr. Pfister a écrit : Les catacombes et les premiers chrétiens (éditions SPES, Paris, 1943) - Notre-Dame de Jouhe (imprimerie Delcey, Dole, 1947) - Pages de Rome immortelle (éditions Arthaud, 1954). Amateur de peinture et passionné d'archéologie chrétienne, il a réalisé les fresques du chœur de l’église de Rainans de 1919 à 1923. Monseigneur passait régulièrement ses vacances à Rainans où il fit construire une chapelle dans la maison familiale maternelle, dite maison Gauthier (en face de l'église). Aussi, la "chapelle Saint-Pierre" fut bâtie en 1946 avec des pierres provenant du château de Chevigny.
  • Joseph Thoret (Dole 1892 - 1971 Saint-Rémy-de Provence) : pionnier de l'aviation. Il vécut une partie de son enfance dans sa maison paternelle (l'actuelle Mairie) et fut élève à l'école communale de Rainans (instituteur : Ardiot).
  • Renato Angelo Lorenzo Vercelli (Turin 05/10/1907 - 1988 Rainans) : Artiste peintre italien - paysagiste (bois, étangs...) et portraitiste. Il travailla et résida à Rainans dans les années 1950, 1960, 1970 et 1980. Fils de Giulio Romano et de Maria Frizone. Le 19 août 1952, Renato se marie en la maison commune à Germaine Lance (Rainans 27/12/1911), sans profession, fille de Claude François, vigneron et de Jeanne Françoise Marguerite GERARD.
  • Dominique Lalmand : facteur d'orgue, réside à Rainans bien que son atelier soit à Dole. Il a restauré notamment le grand orgue de la collégiale Saint-Hippolyte à Poligny (Jura), en 1990.
  • David Marcuz : ingénieur du son, musicien (guitariste - bassiste) et compositeur (De Si de La), installé à Rainans depuis 1984.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Fête des Plantes : marché annuel aux plantes créé en 1996. Il a lieu le premier dimanche d'avril.

VTM : Vraiment Très Méchants était un groupe de Rock punk (style : steak-rock saignant!) formé à Rainans, actif de 1996 à 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marquiset A.: Statistique historique de l'arrondissement de Dole, Ch. Deis, Imp.-Lib., Besançon, 1842. Rousset A.: Dictionnaire géographique, historique et statistique ..., 1853-1858.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  2. [1]
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. Rousset A. Dictionnaire géographique, historique et statistique ..., 1853-1858