Auxange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auxange
Auxange, depuis la Rue du Capitaine
Auxange, depuis la Rue du Capitaine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Gendrey
Intercommunalité Grand Dole
Maire
Mandat
Jean-Claude Robert
2014-2020
Code postal 39700
Code commune 39031
Démographie
Population
municipale
205 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 30″ N 5° 39′ 03″ E / 47.175, 5.6508 ()47° 10′ 30″ Nord 5° 39′ 03″ Est / 47.175, 5.6508 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 271 m
Superficie 5,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Jura
City locator 14.svg
Auxange

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Auxange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auxange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auxange

Auxange est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Auxange, d'une superficie d'environ 5,2 km2, s'étend sur environ 3,5 km dans le sens est-ouest et sur 1,5 à 2 km environ dans le sens nord-sud.

Il est traversé au Sud (d'est en ouest) par le ruisseau l'Arne.

L'autoroute A36 passe dans la forêt en bordure sud du territoire, à 500 m environ du village.

Le territoire communal, assez vallonné, est occupé dans sa grande majorité par des cultures et par des pâtures. Les bois sont assez réduits (La Rochelle, les Petits Bois et quelques bosquets). La commune d'Auxange est néanmoins entourée par de nombreuses forêts (bois du Chaillot à l'Est, forêt d'Arne au Sud, bois de Bussieres et bois de l'Abergement à l'Ouest) mais ces étendues boisées se situent pour la plupart sur le territoire des communes voisines.

Le cœur du village (une cinquantaine d'habitations) se situe dans le fond de la vallée de l'Arne, à quelques dizaines de mètres de ce petit ruisseau (approximativement entre 220 et 230 m d'altitude).


Au Nord-ouest et à l'Est, le village est dominé par de petites collines, qui s'élèvent entre 240 et 260 m environ. En face, au Sud, s'étale la forêt d'Arne, toute proche, traversée d'est en ouest par l'autoroute A36.

La commune compte un hameau de quelques maisons, Les Vernes, situé environ 2 à 2,5 km plus à l'Est, en direction de Gendrey. Ce hameau est situé entre 250 et 265 m d'altitude.

Vers l'ouest, à 500 m environ du village (en direction de Lavans-les-Dole), on trouve également une maison isolée, dans l'ancien hameau de Bathoulange (ou Bathoutange).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sermange Rose des vents
Malange N Gendrey
O    Auxange    E
S
Lavans-lès-Dole

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Audesid ou Alsedus suivi du suffixe -ing francisé en -ange.
  • Autsidingus (787), Aussengis (1128), Ossanges et Aussanges (1278), Auxanges (XIVe siècle), Auxange (1748).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 1869 Jean Paris    
1869 février 1872 (décès) Joseph Verpillet    
1872 1876 Léon Dintroz    
1876 juin 1880 (décès) Jules Lyet    
juin 1880 1881 Jean Baptiste Vincent   Adjoint
1881 1883 François Lyet    
1883 1888 Jean Baptiste Vincent    
1888 1892 Alcide Vincent    
1892 1896 Louis Lyet    
1896  ? Alcide Vincent    
 ?  ?  ?    
 ? mars 1989 Jacques Vincent    
mars 1989   Pierre Rigda    
mars 2001 mars 2008 Philippe Dulieu    
mars 2008 en cours Jean-Claude Robert[1]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 205 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
257 258 261 251 220 235 241 248 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
211 192 170 176 160 163 155 145 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
150 166 144 122 137 138 132 115 111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
109 107 105 101 123 132 145 161 191
2011 - - - - - - - -
205 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château (XIe s).
  • Église de l'Assomption (XVIIe s).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Capitaine Dintroz : sergent-major du capitaine Bonaparte au 4e régiment d’artillerie à Nice en 1793, il est nommé conducteur général d’artillerie de l'Armée d'Italie, avec le grade de capitaine. Il participe à la bataille de Castiglione (1796).
  • François-Sébastien-Siméon Dintroz : infirmier (Né le 1er juin 1838 à Auxange dans le Jura). Laïc de l'Archidiocèse de Paris, martyrisé le 25 mai 1871, à Arcueil, Paris lors du massacre des Moines Dominicains d'Arcueil, pendant la Commune de Paris (1870-1871)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consulté le 2 mai 2010
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011