La Vieille Fille (Balzac)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vieille Fille
Image illustrative de l'article La Vieille Fille (Balzac)
Pierre Vidal (illustrateur)

Auteur Honoré de Balzac
Genre Roman réaliste
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Edmond Werdet
Collection Scènes de la vie de province, Les Rivalités
Date de parution 1837
Série La Comédie humaine
Chronologie
Précédent La Muse du département Le Cabinet des Antiques Suivant
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Vieille Fille.

La Vieille Fille est un court roman d’Honoré de Balzac écrit en 1836.

Historique du texte[modifier | modifier le code]

Parue d’abord en feuilleton dans le quotidien La Presse d’Émile de Girardin, puis édité chez Werdet en 1837, dans les Études de mœurs, section les Scènes de la vie de province, La Vieille Fille est reprise en 1839 aux éditions Charpentier, avant de s’insérer, avec le Cabinet des Antiques dans un groupe isolé : Les Rivalités des Scènes de la vie de province de La Comédie humaine publié en 1844 dans l’édition Furne.

Cette œuvre est dédiée au beau-frère de Balzac, ingénieur du corps royal des ponts et chaussées, Eugène Midy de la Greneraye Surville. Cependant, Balzac a offert le manuscrit de ce roman à la comtesse Guidoboni-Visconti[1], en 1844.

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1816, à Alençon, Rose Cormon, quarante ans, attend toujours le mari digne de son rang. Issue de la bonne bourgeoisie, elle est parmi les plus plus riches personnes de la ville. La description minutieuse de sa maison et de la vie qu’elle y mène sont typiques de la manière balzacienne.

Autour de Rose s’agitent deux prétendants : le chevalier de Valois, vieux beau qui a gardé les manières de l’Ancien Régime, et Monsieur du Bousquier, ancien agioteur du Directoire. L'un, royaliste ultra, est d'une grande distinction ; l'autre, vulgaire au physique comme au moral, est un libéral. Tous deux convoitent la main et la fortune de Rose Cormon, le premier afin de retrouver son train de vie d'avant la Révolution, le second afin d'investir dans l'industrie du département. Les deux prétendants incarnent l'antithèse entre passé et futur, et se livrent une sourde lutte. Du Bousquier calomnie le chevalier en prétendant qu'il a secrètement épousé la blanchisseuse Césarine, sa logeuse. Pour se venger, le chevalier lui adresse la jolie Suzanne (future Madame du Val-Noble) qui se dit enceinte de du Bousquier afin de le faire chanter. Aux deux rivaux s'ajoute Anasthase Granson, bien plus jeune que Rose et réellement amoureux d’elle, et qui se suicidera de chagrin.

Désespérée par la nouvelle que le vicomte de Troisville, sur lequel elle avait mis ses espérances, est déjà marié, Rose Cormon finit par arrêter son choix sur du Bousquier. La déception sera vive pour celle qui attendait tant des joies du mariage et qui aurait « acheté un enfant par cent années d'enfer » : la dernière ligne du roman confirme brutalement ce que laissaient attendre de nombreuses allusions tout au long du récit, du Bousquier est impuissant.

Thème[modifier | modifier le code]

Le roman offre un tableau très nuancé de la vie de province, des rivalités politiques et financières, des différentes sociétés qui s’y côtoient, sans jamais tomber dans la caricature.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce roman court et incisif se démarque par la densité du récit et l’enchaînement rapide des événements. Si l’auteur prend le temps de décrire minutieusement le cadre (la ville d’Alençon), la maison de la vieille fille (Mademoiselle Cormon), il entre directement dans le vif du sujet. Quelques considérations politiques émaillent le texte.

Le portrait de Mademoiselle Cormon est un des plus réussis de La Comédie humaine, l’auteur livrant ici une de ses analyses les plus nuancées des rapports sociaux, des intérêts financiers et politiques d’une ville de province.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) R. Butler, « Restoration Perspectives in Balzac’s La Vieille Fille », Modern Languages: Journal of the Modern Language Association, 1976, n° 57, p. 126-31.
  • René Guise, « Balzac et Le Charivari en 1837 », L'Année balzacienne, 1985, n° 5, p. 133-54.
  • (en) Fredric Jameson, « The Ideology of Form: Partial Systems in La Vieille Fille », Sub-stance: A Review of Theory and Literary Criticism, 1976, n° 15, p. 29-49.
  • (en) Fredric Jameson, « The Political Unconscious », The Novel: An Anthology of Criticism and Theory, 1900-2000, éd. et intro. Dorothy J. Hale, Malden, Blackwell, 2006, p. 413-33.
  • Patricia Kinder, « Un Directeur de journal, ses auteurs et ses lecteurs en 1836 : autour de La Vieille Fille », L’Année balzacienne, 1972, p. 173-200.
  • Nicole Moret, « Alençon, ville-corps », L’Année balzacienne, 1985, n° 5: 297-305.
  • Armine Kotin Mortimer, « Le Corset de La Vieille Fille », L’Œuvre d’identité : essais sur le romantisme de Nodier à Baudelaire, éd. et intro. Didier Maleuvre, éd. et intro. Catherine Nesci, Montréal, Université de Montréal, 1996, p. 39-48
  • (en) Allan H. Pasco, « Dying with Love in Balzac’s La Vieille Fille », L’Esprit Créateur, Winter 1995, n° 35 (4), p. 28-37.
  • Lise Queffélec, « La Vieille Fille ou la science des mythes en roman-feuilleton », L’Année balzacienne, 1988, n° 9, p. 163-77.
  • (en) Christopher Whalen Rivers, Face value : physiognomical thought and the legible body in Marivaux, Lavater, Balzac, Gautier, and Zola, Madison, University of Wisconsin Press, 1994 (ISBN 9780299143947)
  • (en) Michael Tilby, « Balzac and the Poetics of Ignorance : La Vieille Fille », Modern Language Review, oct 2005, n° 100 (4), p. 954-70.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Maurois, 1965, p. 324-326.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Balzac au théâtre.