Pierre Belon Lapisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anne Pierre Nicolas de Lapisse .
Pierre Belon Lapisse
Image illustrative de l'article Pierre Belon Lapisse

Naissance 25 novembre 1762
Lyon (Rhône)
Décès 30 juillet 1809 (à 47 ans)
bataille de Talavera de la Reina (Drapeau de l'Espagne Espagne)
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 17791809
Conflits Guerre d'indépendance américaine
Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions baron de l'Empire
Commandant de la Légion d'honneur
Chevalier de l'Ordre de la Couronne de Fer
Hommages arc de triomphe de l'Étoile, 37e colonne.

Pierre Belon Lapisse, né le 25 novembre 1762 à Lyon, mort le 30 juillet 1809 à Olalla en Espagne, suite à ses blessures reçues à la bataille de Talavera de la Reina), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française[modifier | modifier le code]

Lapisse s'engagea au régiment d'Armagnac, dédoublement du régiment de Navarre, le 5 avril 1779, et fit comme soldat les campagnes d'Amérique de 1780 à 1783. Nommé, le 10 décembre 1789, lieutenant dans la compagnie franche des chasseurs corses, il devint adjudant-major le 9 mai 1793, lorsque le 16e bataillon d'infanterie légère, dans lequel cette compagnie avait été incorporée, forma le noyau de la 10e demi-brigade de la même arme. Capitaine le 2 août suivant, chef de bataillon le 2 germinal an II, il servit en Corse pendant ces deux années, et fut blessé au siège de Bastia et au camp de Fornali. Fait chef de brigade le 6 germinal an III, et envoyé dans le Piémont, il reçut une nouvelle blessure devant Ormea.

Il passa, en l'an IV, à l'armée d'Italie, et fut mis à la suite de la 57e demi-brigade, avec laquelle il partagea les dangers et les succès qui signalèrent si glorieusement les armées dans cette contrée durant les ans IV et V. Employé, en l'an VI, aux armées d'Angleterre et de Mayence, il alla prendre, le 22 prairial an VII, le commandement de la 36e demi-brigade à l'armée du Danube. Son nom, inconnu jusqu'alors, figura dignement parmi ceux des braves qui out illustré les annales militaires de la Révolution française. À la bataille de Zurich (du 1er au 4 vendémiaire an VIII), il fut chargé, avec le chef de brigade Lochet, d'effectuer le passage de la Linth par le pont de Grynan. Lochet se trouvait déjà sur l'autre rive et vigoureusement abordé par 3 bataillons russes, lorsque le pont se rompit. Lapisse, par un feu de mousqueterie des mieux nourris, mit le désordre dans les rangs de l'ennemi, el Lochet acheva de le culbuter à la baïonnette.

Sous le Consulat[modifier | modifier le code]

Promu général de brigade sur le champ de bataille, et confirmé le 27 du même mois, (26 septembre 1799) il eut encore l'occasion de déployer ses talents et sa valeur sous Masséna, Brune et Moncey, qui commandèrent successivement l'armée d'Italie après la victoire de Marengo. Il se fit principalement remarquer, le 22 nivôse an IX, à Castel-Franco, où il eut un cheval tué sous lui, en enlevant, avec la 1re brigade d'avant-garde, les posilions de l'ennemi. En l'an X et en l'an XI, Lapisse fit partie de la division française à la solde de la République ligurienne, et en l'an XII, alors qu'il était employé au camp de Bayonne, le premier Consul, à qui le ministre de la Guerre l'avait précédemment proposé pour un sabre d'honneur, le nomma membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire. Fait commandant de l'Ordre le 25 prairial suivant, il fut attaché, en l'an XIII, au camp de Brest, et en l'an XIV à la 1re division du 7e corps de la Grande Armée.

Général d'Empire[modifier | modifier le code]

Pendant la campagne de Prusse en 1806, il s'empara de Plock, après en avoir chassé les Russes. À Golymin, il combattit avec sa valeur accoulumée, et le 30 décembre 1806 l'Empereur l'éleva au grade de général de division pour le récompenser de ses longs et importants services. Il servit, l'année suivante, en Pologne. En 1808, il passa au 1er corps de l'armée d'Espagne, et reçut la décoration de la Couronne-de-Fer, et le titre de baron de l'Empire, avec l'autorisation d'ajouter à son nom celui de Sainte-Hélène. Napoléon lui accorda ces distinctions pour la bravoure et l'intelligence dont il fil preuve au siège de Madrid. Resté en Espagne en 1809, sa division contint seule le royaume de Léon jusqu'au Duero. Placé ensuite dans le corps du maréchal Victor, il combattit avec un dévouement des plus héroïques, le 28 juillet 1809, à la bataille de Talavera de la Reina, où il fut blessé mortellement. Transporté a Santa-Olalla, il expira deux jours après.

L'Empereur, par décret du 1er janvier 1810, ordonna que sa statue serait placée sur le pont de la Concorde, mais les événements de l'époque s'opposèrent à l'exécution de ce projet. Son nom est gravé sous le pilier Ouest de l'arc de triomphe de l'Étoile.

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason famille fr Pierre Belon Lapisse (baron).svg
Armes du baron de Sainte-Hélène et de l'Empire

Ecartelé, au premier d'azur au tétraêde d'argent, accompagné de trois molettes d'éperon de même deux et une; au deuxième des barons militaires; au troisième de gueules au château d'argent maçonné et ajouré de sable, ayant une de ses tours en ruine, au quatrième d'or à trois têtes de more, tortillées d'argent deux et une.[1]

Livrées : les couleurs de l'écu[1]

Hommage, honneurs, mentions,...[modifier | modifier le code]

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 37e et 38e colonnes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 3, Bureau de l'administration,‎ 1844 (lire en ligne) ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]