Patrick Roy (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patrick Roy et Roy.
Patrick Roy
Patrick Roy, en juin 2010.
Patrick Roy, en juin 2010.
Fonctions
Député de la 19e circonscription du Nord
19 juin 20022 mai 2011
Législature XIIe et XIIIe législatures
Groupe politique Socialiste, radical, citoyen et divers gauche
Prédécesseur Patrick Leroy
Successeur Marie-Claude Marchand
Maire de Denain
20082 mai 2011
Prédécesseur Patrick Leroy
Successeur Anne-Lise Dufour
Biographie
Date de naissance 30 août 1957
Lieu de naissance Denain (Nord)
Date de décès 2 mai 2011 (à 53 ans)
Lieu de décès Valenciennes (Nord)

Patrick Roy, né le 30 août 1957 à Denain et mort le 2 mai 2011 à Valenciennes, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il devient député le 16 juin 2002 dans la dix-neuvième circonscription du Nord du groupe socialiste.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Connu pour ses commentaires virulents, il n'hésite pas à conspuer les orateurs de la majorité dans l'hémicycle. Lors de ses interventions, il est, à son tour, régulièrement conspué par les députés du groupe UMP[1]. Il ne se prive jamais d'une boutade ou d'un mot et est assez souvent rappelé à l'ordre par Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale[2].

Il est régulièrement cité par le chroniqueur Yann Barthès de l'émission Le Petit Journal, le surnommant la mouche du coche en raison de ses interventions fréquentes, bruyantes et moqueuses envers les ministres UMP lors des séances télévisées de Questions au Gouvernement, ainsi que pour son costume dans l'hémicycle (une veste rouge tranchant avec l'habillement généralement austère des autres députés).

Fan de metal[modifier | modifier le code]

Au cours du débat sur la loi Hadopi (printemps et été 2009), Patrick Roy fit connaître son intérêt pour le heavy-metal en brandissant un exemplaire du magazine Rock hard et en citant à deux reprises des groupes tels que Gojira, Dagoba, Opeth et Adagio devant l'Assemblée[3]. Il récidive le 30 mars 2010 en brandissant le numéro spécial de Rock Hard consacré à l'édition 2009 du Hellfest lors des questions au gouvernement, en interrogeant le ministre de la culture Frédéric Mitterrand sur les propos de Philippe de Villiers et Christine Boutin assimilant le festival à un rassemblement sataniste[4]. Le 5 juin 2010, il monte sur scène aux côtés de Mass Hysteria[5] pour interpréter au chant et à la guitare Furia à l'occasion du festival des Métallurgicales de Denain, festival qu'il a lui-même créé[réf. souhaitée].

Le 18 juin 2011, suite à sa mort, le festival Hellfest lui rend hommage en tirant un feu d'artifice en son honneur, sur la chanson For Those About to Rock du groupe AC/DC[6].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

En novembre 2010, il révèle qu'il souffre d'un cancer du pancréas[7],[8]. Il reparaît dans le paysage public à l'occasion de E-toiles d'or 2011 et annonce le 4 février 2011 que son cancer est en rémission[9]. Il reprend ses activités de député le 15 mars 2011. Il profite d'une nouvelle intervention en faveur de plus de diversité musicale et soutient le festival de metal de Clisson, le Hellfest (au cours de laquelle il cite à nouveau plusieurs groupes de Heavy-metal tels que Metallica ou Rammstein), pour remercier ses collègues de tous courants politiques de leur soutien[10].

« Je viens de traverser, je traverse, une période difficile de ma vie d’homme. Dans ce combat contre la mort, j’ai été bouleversé par le soutien de mes collègues de gauche et du groupe socialiste, exemplaires autour du président Jean-Marc Ayrault, de Martine Aubry ; ces soutiens, tellement humains, m’ont permis de garder, toujours, un moral de vainqueur. Merci, merci à toutes et à tous.
Je dois dire aussi que j’ai été autant bouleversé par le soutien tout aussi humaniste du gouvernement, de vous collègues de droite, de vous monsieur le président, je n’oublierai jamais.
Alors que je vous vilipende à longueur de séance – je continuerai demain – vous avez été à mes côtés sans faille, toujours. Combien de fois j’ai pleuré d’émotion en vous lisant, en vous écoutant, en vous recevant, aujourd’hui je vais vous le dire je suis très fier d’appartenir à cette belle démocratie française.
Face à la mort redoutée, il y a la vie espérée. Ce souffle, vous me l’avez tous donné, à gauche, à droite, au gouvernement. Jamais, je n’oublierai. Et ce souffle, il faut aussi le donner aux millions de victimes qui, comme moi, luttent pour la vie. La vie est tellement belle. Ces victimes, aimez-les, aimons-les, entourez-les, entourons-les : le cœur accomplit des miracles.
Dès demain, je redeviens un opposant farouche mais je vais vous le redire : je vous aime toutes et tous, la vie est belle. Merci. »

Il entre à l'hôpital de Valenciennes le 2 mai 2011 et meurt le jour-même, dans le service de soins palliatifs de l'hôpital de Valenciennes, à l'âge de 53 ans[11]. De nombreux hommages lui sont rendus de la part de toute la classe politique française, à commencer par le chef de l'État saluant « son courage face au cancer »[12]. L'après-midi même, tous les députés de l'Assemblée nationale observent en début de séance une minute de silence en sa mémoire[13].

Ses obsèques ont lieu dans la matinée du 7 mai 2011 à Denain, où près de 3 000 personnes sont venues lui rendre un dernier hommage. De nombreuses personnalités politiques avaient aussi fait le déplacement, l'ensemble des parlementaires du Nord-Pas-de-Calais, le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, le président du groupe SRC à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault et la première secrétaire du PS Martine Aubry, la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot, les deux anciens premiers ministres Pierre Mauroy et Laurent Fabius ainsi que l'ancien ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo. Les musiciens du groupe de metal, Mass Hysteria, étaient également présents. Il fut ensuite inhumé dans la plus stricte intimité au cimetière de sa ville natale de Denain[14],[5].

Anne-Lise Dufour-Tonini lui succède à la mairie de Denain[15] et Marie-Claude Marchand à l'Assemblée nationale[16].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :