Doge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doge (homonymie).
Portrait du 77e doge de Venise Andrea Gritti par Titien.

Le doge était le premier magistrat de plusieurs républiques italiennes, particulièrement de Venise et Gênes. Héritier du dux, fonctionnaire byzantin au temps où Ravenne et Venise faisaient partie de l'empire byzantin, ce fonctionnaire devenu puissant essaye de créer une succession dynastique mais doit céder la place, au temps des duchés médiévaux, à un personnage élu par ses pairs nobles. C'est la seule magistrature avec le procurateur de Saint-Marc qui est viagère (dogat à vie généralement donné à un homme d'expérience).

La dogaresse est la femme du doge.

Doge de Venise[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Doge de Venise.

À Venise, le doge avait pour attributions principales :

  • de décider la guerre ou la paix, de commander les armées, de nommer aux fonctions civiles et ecclésiastiques, de présider le sénat : mais il ne pouvait prendre aucune résolution sans l’assentiment du Conseil des Dix. La monnaie était frappée au nom du doge, mais non à ses armes; il ne pouvait choisir une épouse ailleurs qu’à Venise. En entrant en charge il se fiançait avec la mer Adriatique, usage qui faisait sans doute allusion à l’empire que Venise avait sur les mers.

Le premier doge fut Paolo Lucio Anafesto (697). Le 120e et dernier doge, Ludovico Manin, était en exercice lorsque la république de Venise fut conquise par les armées françaises (1797).

Les doges vénitiens les plus célèbres sont les Dandolo, les Faliero, les Tiepolo et les Gradenigo.

Doge de Gênes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Doge de Gênes.

À Gênes, la dignité de doge fut créée en 1339 et fut d’abord conférée à vie, le tout premier doge fut Simon Boccanegra; le doge devait être de famille plébéienne et de la faction gibeline. Parmi ces doges perpétuels : les noms de Guarco, Montaldo, Fregoso et Adorno, familles en perpétuelle lutte qui faillirent plusieurs fois plonger la République dans le chaos.

En 1528, Andrea Doria fit décréter qu’on élirait un nouveau doge tous les deux ans et qu’il serait choisi parmi les familles aristocratiques (28), ce doge devait partager le pouvoir avec un conseil de 400 membres, le Sénat, choisis dans la noblesse et un censeur et deux consuls. Les Spinola, les Doria, les Grimaldi, les Imperiali, les Durazzo, les Balbi, les Pallavicino mais aussi les Lomellini, les Brignole-Sale sont les plus célèbres de ces derniers doges. Gênes cessa d’avoir des doges en 1797, le dernier fut Giacomo Maria Brignole Sale, seul doge élu deux fois, en 1779 et en 1795, lors de l’occupation de cette république par les années françaises.

En 1802, à l’image de la France, la République ligurienne se dota d’un doge, membre de la famille des Durazzo.

Littérature[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Salomon Reinach, Le mariage avec la mer, Cultes, mythes et religions, t. II, Éd. Ernest Leroux, Paris, 1906, pp. 206-219.