Néguac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Néguac
Néguac
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Miramichi, Péninsule acadienne
Comté ou équivalent Northumberland
Statut municipal village
Maire
Mandat
Georges Rhéal Savoie
2012-2016
Fondateur
Date de fondation
Jean Savoie
Anne Landry
1757
Constitution 23 août 1967
Démographie
Population 1 678 hab. (2011 en augmentation)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 02″ N 65° 04′ 32″ O / 47.250572, -65.075455 ()47° 15′ 02″ Nord 65° 04′ 32″ Ouest / 47.250572, -65.075455 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. >40 m
Superficie 2 669 ha = 26,69 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle), anglais (minorité)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 13 09038
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Néguac

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Néguac
Liens
Site web http://www.neguac.com/

Néguac (prononciation : /ne.gu.ak/ ou /ni.ga.wek/) (Neguac en anglais, Annikeooek en micmac), est un village du comté de Northumberland, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, au Canada.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Néguac est la francisation de Annikeooek, un mot en langue micmaque[1]. Ceux-ci ne s'entendent pas sur sa signification et Silas Rand, spécialiste des toponymes micmacs, considère qu'il signifie mal situé mais W.F. Ganong croit plutôt que ce nom fait référence au bras de mer derrière l'île au Foin[2]. Ce nom, toujours utilisé par les amérindiens, se prononce a-ne-ké-wé-ok. Il s'épelle officiellement Neguac mais la population utilise majoritairement l'orthographe française, Néguac. Le village a été proclamé « Capitale des Savoie », en reconnaissance de l’une de ses familles fondatrices.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Néguac est situé à 45 kilomètres de route au nord-est de Miramichi. Il est généralement considéré comme faisant partie de la Péninsule acadienne bien qu'il soit lié administrativement et économiquement à la vallée de la rivière Miramichi[3]. Le village a une superficie de 26,69 km2.

Le village est situé sur la rive nord de la baie de Néguac qui est en fait un bras de la rivière Miramichi, situé plus à l'ouest. La baie est séparée du golfe du Saint-Laurent, à l'est, par une dune, la plage de Néguac. Les principaux cours d'eau sont, d'est en ouest, le ruisseau McNights (9 km) et la rivière des Caches (15 km). Tous deux se jettent dans la baie et comptent plusieurs affluents. Il y a aussi quelques étangs. Il y a des marécages et des tourbières, en général le long du rivage. Les principales sont les Terres Noires, à l'est. L'île aux Foins est située au sud-est du village. Le relief est constitué d'une plaine au nord, culminant à environ 45 mètres d'altitude. Les terres descendent ensuite en pente douce jusqu'au rivage. La vallées de la rivière des Caches est assez abruptes.

Néguac est limitrophe de Burnt Church à l'ouest, de Fair Isle au nord et de Tabusintac au nord-est.

Néguac est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[4].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La plupart des habitations sont construites le long du segment de la route 11 qui relie Tracadie-Sheila, à une trentaine de km au nord, à Miramichi, située à 44 km au sud.

Le quartier de Rivière-des-Caches est situé à la limite ouest. Il est en fait situé à cheval entre Burnt Church et Néguac et s'étend sur deux kilomètres le long de la route 11 jusqu'à la rivière des Caches. C'est un quartier mixte, comptant surtout des résidences mais aussi quelques fermes et commerces. À l'est, Haut-Néguac s'étend sur près de deux kilomètres. Ce dernier est un aussi mixte et est généralement confondu avec Néguac. Néguac à proprement parler s'étend sur environ deux kilomètres et comprend la plupart des commerces et institutions. Il y a ensuite Bas-Néguac sur près de deux kilomètres. C'est un quartier mixte, comptant quelques institutions dont l'hôtel de ville, ainsi que des commerces. Il y a finalement Village-Comeau sur près de trois kilomètres, toujours le long de la route 11.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Néguac est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Péninsule acadienne.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Des récifs artificiels destinés aux homards sont installés au large de Néguac en 2004. Selon les biologistes de Pêches et Océans Canada, ce projet est une réussite[6].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 721 logements privés en 2006, dont 655 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 82,4 % sont individuels, 6,9 % sont jumelés, 3,1 % sont en rangée, 1,5 % sont des appartements ou duplex et 1,5 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 4,6 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 79,4 % des logements sont possédés alors que 20,6 % sont loués. 67,2 % ont été construits avant 1986 et 3,1 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,7 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 91 676 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Néguac est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[8]. Les Micmacs pratiquent le commerce de fourrures avec les français à partir du XVIIe siècle[9].

Néguac est fondé par des familles acadiennes fuyant le déportation des Acadiens, les premiers étant Jean Savoie et Anne Landry, ainsi que leurs enfants[9]. Ils avaient passé l'hiver de 1756 à 1757 à Miramichi, où de nombreuses personnes étaient mortes de froid et de maladies.

Le quartier de Rivière-des-Caches est fondé vers 1761[10].

En 1825, Néguac est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km² et 20 000 km² dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[11],[12].

Le bureau de poste de Néguac est fondé en 1857[13]. Le bureau de poste de Rivière-des-Caches et ouvert en 1878 et reste en service jusqu'en 1970[10]. Haut-Néguac compte un bureau de poste entre 1897 et 1901. Un autre bureau est ouvert à Bas-Néguac est ouvert en 1901 mais fermé quelques années plus tard[13]. Le bureau de poste de Village-Comeau est ouvert en 1953 et fermé en 1961[10].

La Caisse populaire de Néguac est fondée en 1939[14].

Le village est constitué en municipalité le 23 avril 1967[15].

Le 26 mai 1982, un feu de forêt détruit quatre maisons et menace de détruire le village[16].

Le Centre La Fontaine est inauguré en 1993[17].

Néguac est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Néguac depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 755 1 754 1 745 1 735 1 697 1 623 1 678
(Sources : [18],[19],[20])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Français
  •      Anglais
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[21],[22],[23]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de cinq conseillers généraux[15].

Lors de l'élection du 12 mai 2008, tous les membres du conseil sont élus par acclamations mais un siège est laissé vacant, faute de candidats[24]. Le conseiller Michel Breau est toutefois élu lors d'une élection partielle tenue le 23 juin 2008[24]. La conseillère Gisèle S. Breau est quant à elle élue dans une autre élection partielle tenue le 11 mai 2009[25]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[15].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Georges Rhéal Savoie
Conseillers généraux Lucie Breau, Marcel A. Cyr, Albertine Y. Savoie, Eymard Savoie, Gisèle Savoie Breau

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Roger Ward, Junior.
Conseillers Émile Basque, Lucie Breau, Marcel Cyr, Régis J. Robichaud, Michel Breau.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 197?? J. Homère Robichaud[26]    
1974 1977 Georges Savoie[27]    
1977 1980 Norbert Allain[28]    
1980 19?? Zoël A. Breau[29]    
  1995 Léandre Rousselle    
1995 1998 Cléo Sonier    
1998 2008 Richard Breau    
2008 2012 Roger Ward, Junior    
2012 en cours Georges Rhéal Savoie    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Néguac fait partie de la Région 4[30], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[31]. Néguac est représenté au conseil par son maire[32]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[33].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Néguac est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[34].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Néguac fait partie de la circonscription provinciale de Baie-de-Miramichi—Neguac, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Serge Robichaud, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Néguac fait partie de la circonscription électorale fédérale de Miramichi, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Tilly O'Neill-Gordon, du Parti conservateur. Elle fut élue lors de la 40e élection fédérale, en 2008.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agence de développement économique communautaire Entreprise Péninsule est responsable du développement économique de Néguac[35].

L'économie de Néguac est depuis toujours basée sur la pêche et la transformation du poisson, principalement du homard et des huîtres[9]. Il y a trois usines de transformation de poissons, d'huîtres et d'autres aliments. Il y a aussi trois usines fabricant des cages de homard, du béton et des couronnes de l'Avent. La municipalité développe actuellement un parc industriel[36]. L'exploitation forestière et l'agriculture ont décliné[9].

Néguac dispose d'une variété de commerces, dont 6 restaurants[37] ainsi que deux terrains de camping, deux motels et un gîte[38]. Le siège-social de la Caisse populaire de Néguac, membre des Caisses populaires acadiennes, est situé au village, l'autre succursale étant à Brantville[14].

Évolution du taux de chômage à Néguac
Sources[39],[40],[41]:

Vivre à Néguac[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école locale, le Centre scolaire-communautaire La Fontaine, accueille les élèves de la maternelle à la 12e année. C'est une école publique francophone faisant partie du sous-district 9 du district scolaire Francophone Nord-Est[17]. En 2005-2006, l'école possède un effectif de 568 élèves[42].

Sport[modifier | modifier le code]

Les différentes associations sportives de Néguac sont regroupées dans l'Association des Loisirs Saint-Bernard inc. Le village compte 2 terrains de baseball, 1 terrain de planche à roulettes, 1 terrain de volleyball, 1 terrain de soccer, un court de tennis, 1 piste d'athlétisme, 1 sentier, des terrains de jeux et un aréna.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Il y a un port à Bas-Néguac. Un bureau de conservation et protection de Pêches et Océans Canada est d'ailleurs situé dans ce quartier.

Il y a un centre de santé, une caserne de pompiers, un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Ce dernier dépend du district 8, dont le bureau principal est situé à Tracadie-Sheila.

Néguac dispose aussi d'un bureau de poste. Le bureau de Services Nouveau-Brunswick ouvert cinq jours par semaines au 430, rue principale. Il abrite aussi des services d'autres ministères ainsi que Service Canada le mardi.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Les anglophones bénéficient quant à eux du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et de l'hebdomadaire Miramichi Leader, publié à Miramichi.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Bernard est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Bathurst. La prière n'est plus récitée au conseil municipal[43].

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Néguac est officiellement francophone[44] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Article connexe : Architecture acadienne.

Le Monument des Savoie, inauguré en 1988, commémore la proclamation du titre de capitale des Savoie la même année.

La maison Otho-Robichaud est un site historique provincial depuis 1994. Construite en 1795, elle serait la plus vieille maison acadienne du Nouveau-Brunswick[9].

Traditions et folklore[modifier | modifier le code]

Le festival Rendez-vous est organisé au mois de juillet. Il inclut des activités culturelles et sportives. La fête nationale de l'Acadie est célébrée le 15 août. Le festival provincial de la citrouille a lieu en septembre. Une cérémonie d'illumination d'un arbre de Noël a lieu à chaque année.

Arts[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une salle multifonctionnelle construite récemment. Le Théâtre Richard-Denys accueille des productions locales et quelques tournées d'artistes établis.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fair Isle Fair Isle Tabusintac Rose des vents
Burnt Church 14 N Tabusintac
O    Néguac    E
S
Burnt Church 14 rivière Miramichi rivière Miramichi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 121.
  2. William F. Ganong, The History of Neguac and Burnt Church.
  3. (fr) Maurice Basque, Entre Baie et Péninsule, Néguac, 1991
  4. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  5. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick »,‎ 2000 (consulté le 19 juin 2009)
  6. Hazouz Bezaz, « Habitats sur mesure », Radio-Canada Nouvelles,‎ 2 août 2007 (lire en ligne)
  7. « Profils des communautés de 2006 - Néguac - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 20 octobre 2009).
  8. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  9. a, b, c, d et e Deborah Welch et Michael Payne, « Néguac », sur L'encyclopédie canadienne.
  10. a, b et c http://archives.gnb.ca/Exhibits/Communities/Details.aspx?culture=fr-CA&community=3344
  11. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ 1942, 119 p., p. 61-62.
  12. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  13. a et b http://archives.gnb.ca/Exhibits/Communities/Details.aspx?culture=fr-CA&community=2742
  14. a et b « Caisse populaire de Néguac », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 1er janvier 2010).
  15. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  16. William Thériault, « Un gigantesque feu de forêt menaçait de détruire Néguac », L'Évangéline, vol. 95, no 102,‎ 27 mai 1982, p. 3 (lire en ligne)
  17. a et b [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  18. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  19. « Profils des communautés de 1996 - Néguac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  20. « Profils des communautés de 2006 - Néguac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  21. « Profils des communautés de 1996 - Néguac - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  22. « Profils des communautés de 2001 - Néguac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  23. « Profils des communautés de 2006 - Néguac - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  24. a et b « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  25. « Événements électoraux locaux de 2009 », sur Élections N.-B. (consulté le 12 octobre 2011)
  26. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  27. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  28. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  29. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 13 mai 1980, p. 16 (lire en ligne)
  30. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  31. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  32. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  33. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  34. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  35. (fr) Site municipal - Commencer une entreprise
  36. (fr) Site municipal - Industries
  37. (fr) Site municipal - Restaurants
  38. (fr) Site municipal -
  39. « Profils des communautés de 1996 - Néguac - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 12 février 2012).
  40. « Profils des communautés de 2001 - Néguac - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 12 février 2012).
  41. « Profils des communautés de 2006 - Néguac - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 12 février 2012).
  42. NOUVEAU-BRUNSWICK, ministère de l'Éducation, Statistiques scolaires, année scolaire 2005-2006, Fredericton, 2006. p. 56.
  43. Radio-Canada, « Plusieurs conseils municipaux de la Péninsule acadienne abandonnent la prière », Radio-Canada Nouvelles,‎ 13 juin 2012 (lire en ligne)
  44. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975