Tabusintac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tabusintac
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Northumberland
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Fondateur
Date de fondation
Variés
époque précolombienne
officiellement en 1790
Démographie
Population 833 hab. (2011 en diminution)
Densité 5,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 39″ N 65° 00′ 44″ O / 47.327363, -65.012197 ()47° 19′ 39″ Nord 65° 00′ 44″ Ouest / 47.327363, -65.012197 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 60 m
Superficie 15 359 ha = 153,59 km2
Divers
Langue(s) Anglais et français
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 130093
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Tabusintac

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Tabusintac
Liens
Site web http://www.tabusintac.org/

Tabusintac, ou Tabustinac, est un village du comté de Northumberland, à l'est de la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Le village a le statut de DSL.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le nom Tabusintac, qui se prononce ta-bou-sine-tak, provient du micmac Taboosimkik. Ce toponyme signifierait « deux noms », en référence à un Micmac ayant deux noms, ou « deux entrées », en référence à l'anse Française et à la rivière Tabusintac, ressemblant à deux larges rivières à leur confluent près du golfe du Saint-Laurent. Le nom s'épelait Tabisintac jusqu'en 1857, ensuite Tabucintac jusqu'en 1931, où l'orthographe actuelle apparut[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le village de Tabusintac est situé au bord des baies de Néguac et de Tabusintac, séparées du golfe du Saint-Laurent par des dunes, et comprend principalement la basse vallée de la rivière Tabusintac.

À l'embouchure de la rivière, le terrain est plat. Sur la rive droite se trouve un grand marais, les Terres Noires, et un autre plus petit sur la rive gauche. Le terrain s'élève lentement, pour former un plateau avec la vallée de la rivière, plus abrupte, au milieu.

Un autre cours d'eau important est le ruisseau Stymiest Mill, un des affluents de la Tabusintac. Dans la rivière se déversent aussi les ruisseaux Big Marsh, Coal Mine, Cowassaget, de l'Anse, Gaspereau, Limekiln, McLeods, McRobie, Palmer's, Stilson, Straight, Weeks et le Petit Ruisseau du Nord. Dans les deux baies se déversent les ruisseaux Luftburry's, Fraser et Malpec.

Il n'y a pas de lac importants. Il y a plusieurs anses dans la rivière, la plus importante étant l'anse Française (French Cove), au bord des Terres Noires.

Il y a quelques îles dans la rivière, soit l'île Campbell's, l'île McLeod's et l'île Redpine. Comme mentionné plus haut, les baies sont séparées du golfe par la plage de Néguac, la plage de Tabusintac, l'île Crab, le récif Murray et d'autres dunes plus petites.

Le village comprend différents quartiers ou hameaux, dont voici une description des principaux. Sur la rive gauche, d'amont en aval, se trouvent Cairn's point, Gaythorne et Wishart's point. Sur la rive gauche se trouve Tabusintac. Juste au sud de Tabusintac se trouve Coverdell. Dans les terres, à l'ouest, se trouve Price Settlement et Stymiest Road.

Tabusintac est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de Tabusintac est composé principalement de roches sédimentaires du groupe de Pictou datant du Pennsylvanien (entre 300 et 311 millions d'années)[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Péninsule acadienne.

Logement[modifier | modifier le code]

Selon Statistique Canada, le village comptait 451 logements privés en 2011, dont 349 occupés par des résidents habituels[4]. Parmi ces logements, 92,9 % sont individuels, 2,9 % sont des maisons mobiles et 2,9 % sont des immeubles de moins de 5 étages[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tabusintac est habité depuis des millénaires par les Micmacs, qui y possèdent toujours une réserve, Tabusintac 9. Ils avaient trois villages le long de la rivière, soit à la pointe Cain's, à la pointe Wishart's et à la pointe aux Indiens. Des traces de cimetières ont été découvertes. Ces gens se sont ensuite pour la plupart déplacés vers de meilleurs endroits[6].

Selon William Francis Ganong, il pourrait y avoir eu un village acadien ancien à Tabusintac, ce qui expliquerait le nom de l'anse French[7].

Durant les années 1790, plusieurs familles françaises et anglaises s'établirent simultanément à Tabusintac. Du côté français il y avait la famille de Jacques Breau. Du côté anglais, il y avait Duncan Robertson, John MacLeod et William Tobin, dirigés par Philipp Hierlihy et son épouse Charlotte[6].

En 1825, Tabusintac est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km² et 20 000 km² dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[8],[9].

Le champ de tir de Tracadie, d'une superficie de 18 000 hectares, est ouvert dans le nord de Tabusintac en 1939 et utilisé jusqu'en 1994[10]. Le site est nettoyé et transféré au gouvernement provincial en 1997[10].

L'école rurale de Tabusintac est inaugurée en 1987[11].

Tabusintac est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

La caisse populaire de Tabusintac ferme en 2010, à la suite d'une vague de regroupements[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de Statistique Canada, il y avait 868 habitants en 2006, comparativement à 893 en 2001, soit une baisse de 2,8 %. Il y a 412 logements privés, dont 353 occupés par des résidents habituels. Le village a une superficie de 153,58 km2 et une densité de population de 5,7 habitants au kilomètre carré[13].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Tabusintac est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Colin Harding    
         
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Tabusintac fait partie de la Région 4[14], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[15]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[16]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[16]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[17].

Le 1er juillet 2014, une partie de Tabusintac rejoindra la nouvelle municipalité régionale du Grand Tracadie-Sheila. Cette constitution fait suite à un plébiscite tenu en décembre 2013. La nouvelle municipalité comprendra dix-neuf autres districts de services locaux ainsi que la ville de Tracadie-Sheila[18].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Tabusintac fait partie de la circonscription provinciale de Baie-de-Miramichi—Neguac, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Serge Robichaud, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Tabusintac fait partie de la circonscription électorale fédérale de Miramichi, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Tilly O'Neill-Gordon, du Parti conservateur. Elle fut élue lors de la 40e élection fédérale, en 2008.

Vivre à Tabusintac[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Les anglophones doivent fréquenter l'école rurale Tabusintac de Brantville de la maternelle à la huitième année. Ils doivent ensuite poursuivre leurs études à Miramichi jusqu'en douzième année. Les établissements d'enseignement supérieurs anglophones les plus proches sont à Fredericton ou Miramichi.

Les francophones bénéficient d'une école à Néguac accueillant les élèves de la maternelle à la douzième année. La ville de Shippagan compte le CCNB-Péninsule acadienne et un campus de l'Université de Moncton.

Il y a une bibliothèque publique à Tracadie-Sheila et une autre à Miramichi. Le bibliobus du Nord fait toutefois un arrêt à Tabusintac[19].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Tabusintac bénéficie d'un foyer de soins agréés, la Tabusintac Nursing Home. Il y a aussi un bureau de poste. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Néguac.

Le bassin et l'estuaire de Tabusintac est une région naturelle d'importance internationale. La zone naturelle protégée de Tabusintac est situé dans les limites du territoire et un sentier de 2 km longe la rivière[20].

L'église Saint-Georges de Covedell est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Bathurst.

Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et de l'hebdomadaire Miramichi Leader, publié à Miramichi. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Alnwick Alnwick Brantville Rose des vents
Alnwick
Fair Isle
N Brantville
O    Tabusintac    E
S
Fair Isle
Néguac
golfe du Saint-Laurent golfe du Saint-Laurent
Enclave : Tabusintac 9

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 267.
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. (en) [PDF] Ministère des Ressources naturelles et de l'énergie du Nouveau-Brunswick, « Bedrock Geology of New Brunswick »,‎ 2000 (consulté le 19 juin 2009)
  4. « Profils des communautés de 2006 - Tabusintac - Population », sur Statistique Canada (consulté le 2 février 2013).
  5. « Profils des communautés de 2006 - Tabusintac - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 2 février 2013).
  6. a et b (en) History
  7. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 296
  8. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ 1942, 119 p., p. 61-62.
  9. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  10. a et b « Champ de tir de Tracadie », sur Ressources naturelles N.B. (consulté le 3 mars 2012)
  11. [PDF] « Anglophone North », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  12. « Les caisses populaires acadiennes ont le vent dans les voiles », sur Radio-Canada.ca,‎ 15 avril 2011 (consulté le 18 avril 2011)
  13. « Chiffres de population et des logements, Canada, provinces et territoires, et localités désignées, recensements de 2006 et 2001 - Données intégrales », sur Statistique Canada (consulté le 20 avril 2010).
  14. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  16. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  17. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Création de la Municipalité Régionale du Grand Tracadie-Sheila » [PDF],‎ février 2014 (consulté le 29 mars 2014)
  19. « Arrêts de bibliobus », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 4 novembre 2012)
  20. http://www.tourismenouveaubrunswick.ca/Produit.aspx?pid=465

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]