Lamèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamèque (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir La Mecque.
Lamèque
Vue aérienne
Vue aérienne
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Péninsule Acadienne
Comté ou équivalent Gloucester
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Réginald Paulin
2012-2016
Constitution 1982
Démographie
Population 1 432 hab. (2011 en augmentation)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 36″ N 64° 38′ 52″ O / 47.793323, -64.64767547° 47′ 36″ Nord 64° 38′ 52″ Ouest / 47.793323, -64.647675  
Altitude Min. 0 m
Superficie 1 245 ha = 12,45 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-506
Code géographique 13 15032
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Lamèque

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Lamèque

Lamèque est une ville du nord-est du Nouveau-Brunswick, située sur l'Île de Lamèque, dans le comté de Gloucester.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie, faune et flore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Péninsule acadienne.
Carte topographique de Lamèque et des environs.

Lamèque est situé au sud de l'île éponyme, à une centaine de kilomètres de route à l'est de Bathurst.

Lamèque est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[1].

L'Écoparc de Lamèque rassemble les nombreuses composantes de la faune et de la flore de la péninsule acadienne.

Le ruisseau Charlemagne.

Logement[modifier | modifier le code]

La ville comptait 604 logements privés en 2006, dont 570 occupés par des résidents habituels[2]. Parmi ces logements, 78,9 % sont individuels, aucun sont jumelés, 4,4 % sont en rangée, 1,8 % sont des appartements ou duplex et 10,5 % sont des immeubles de moins de cinq étages. De plus, 3,5 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que des maisons mobiles[3]. 76,3 % des logements occupés le sont par le propriétaire et 23,7 % sont loués[3]. 74,6 % ont été construits avant 1986 et 11,4 % ont besoin de réparations majeures[3]. Les logements comptent en moyenne 6,9 pièces et ont une valeur moyenne de 79 030 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Lamèque est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuelle côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[4] et ce peuple fréquente les lieux[5]. Le nom de la ville dérive d'ailleurs du micmac « Elmugwadasik », qui signifie « la tête est tournée du côté »[5].

Samuel de Champlain explore Lamèque en 1604 et est le premier à faire mention des lieux[5].

L'explorateur et marchand Nicolas Denys installe un poste de traite et de pêche fortifié sur la rive nord de l'île, dès 1645[6].

En 1761, vingt-cinq Acadiens formant cinq familles s'établissent à Lamèque; ils sont des rescapés de la Déportation des Acadiens[5]. Aujourd’hui, bon nombre des 8 000 habitants de l’île Lamèque sont des descendants de ces familles fondatrices.

La paroisse Saint-Urbain de Lamèque est érigée en 1790[5].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La première église de la paroisse Saint-Urbain est construite en 1835[5].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Un couvent est fondé en 1918 par le curé Alfred Trudel et placé sous la direction des Religieuses Jésus-Marie[7]. La Caisse populaire de Lamèque est fondée en 1937[8].

En 1940, une dizaine de coopératives s'unissent pour former la Coopérative des pêcheurs de l'Île[5].

Une première tourbière est exploitée en 1945[5].

Fondé en 1949 par l'abbé Louis Morin et la congrégation des Hospitalières de Saint-Joseph, l'Hôtel-Dieu de Lamèque est d'abord installé au presbytère de l'église locale, où il dessert les 17 000 habitants de la région. En 1963, l'hôpital déménage dans un édifice moderne de 42 lits, construit au coût de 620 000 $. La propriété de l'hôpital est transférée au gouvernement du Nouveau-Brunswick en 1972[9].

Lamèque est constitué en tant que village en 1966[5]. La pêche commerciale au crabe des neiges commence en 1968[5]. Une commission d'urbanisme est mise sur pied en 1968 mais plus tard remplacée par un comité consultatif[10]. Un terrain récréatif est inauguré en 1972[10]. L'hôtel de ville est terminé l'année suivante[10]. La coopérative des pêcheurs ouvre une nouvelle usine la même année[10]. Lamèque obtient le statut de ville le 3 septembre 1982[11].

Aux prises avec un problème récurrent de recrutement d'effectifs, la vocation de l'hôpital se transforme peu à peu au cours des années 1990. La salle d'urgence diminue d'abord ses heures d'ouverture et certains services de soutien sont régionalisés. Enfin, la réforme des soins de santé annoncée par le premier ministre Bernard Lord, le 29 octobre 2002[12] transforme l'hôpital de Lamèque en centre de santé communautaire. La décision est vivement contestée par une grande partie de la population locale, qui fait valoir que les services d'urgence les plus proches seront maintenant offerts à l'hôpital de Tracadie-Sheila[13], distant de 45 km[14].

La tourbière de Lamèque commence sa production en 1979[15]. La tourbière Sun Gro, sur la rue de la Tourbe, entre en opérations en 1980; c'est la seule toujours en activité[15]. La ville connaît une croissance démographique important à la fin des années 1970 et durant les années 1980 attribuable, selon le journaliste Paul-Arthur Landry, à la croissance de l'industrie de la pêche[16]. Lamèque accueillit la VIe finale des Jeux de l'Acadie en 1986.

Une école élémentaire est fermée en 1996[17].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

L'école Sœur-Saint-Alexandre est inaugurée en 2001[18]. Le parc écologique de la Péninsule acadienne est inauguré en juillet de la même année, après des travaux de huit ans effectués au coût de 1,5 millions $CAD[19]. La coopérative d'énergie renouvelable de Lamèque est mise sur pied en juin 2002[20]. La caisse populaire fusionne avec celle de Sainte-Marie–Saint-Raphaël en 2003 pour former la Caisse populaire des Îles[8]. Lamèque est l'une des localités organisatrices du IVe Congrès mondial acadien, en 2009.

L'aréna des Îles est endommagé par une explosion le 14 mai 2010, sans faire de victime[21].

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

1786: La paroisse d'Alnwick est érigée dans le comté de Northumberland[22].

1814: La paroisse de Saumarez est créée à partir de portions de la paroisse d'Alnwick et d'un territoire non organisé[22].

1826: Le comté de Gloucester est créé à partir des paroisses de Saumarez et de Beresford, du comté de Northumberland[22].

1831: La paroisse de Caraquet est créée à partir d'une portion de la paroisse de Saumarez[22].

1851: La paroisse de Shippagan est créée à partir d'une portion de la paroisse de Caraquet[22].

1851: La paroisse d'Inkerman est créée à partir de portions des paroisses de Caraquet et de Shippagan[22].

1867: Confédération canadienne.

Années 1870: Le comté de Gloucester est constitué en municipalité.

1947: Shippagan est constitué en municipalité dans le territoire de la paroisse.

1958: Le village de Shippagan obtient le statut de ville.

1966: La municipalité du comté de Gloucester est dissoute. La paroisse de Shippagan devient un District de services locaux. Des portions de la paroisse sont détachées pour former le village de Lamèque ainsi que les DSL de Le Goulet, de Sainte-Marie-sur-Mer et de Saint-Raphaël-sur-Mer.

1982: Le village de Lamèque devient une ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville comptait 1 422 habitants en 2006, soit une baisse de 10,0 % en cinq ans[2]. Il y a en tout 570 ménages dont 410 familles[3]. Les ménages comptent en moyenne 2,3 personnes tandis que les familles comptent en moyenne 2,7 personnes[3]. Les ménages sont composés de couples avec enfants dans 25,4 % des cas, de couples sans enfants dans 27,2 % des cas et de personnes seules dans 28,1 % des cas alors que 18,4 % des ménages entrent dans la catégorie autres (familles monoparentales, colocataires, etc.)[3]. 57,3 % des familles comptent un couple marié, 20,7 % comptent un couple en union libre et 22,0 % sont monoparentales[3]. Dans ces dernières, une femme est le parent dans 55,6 % des cas[3]. L'âge médian est de 44,8 ans, comparativement à 41,5 ans pour la province[2]. 86,3 % de la population est âgée de plus de 15 ans, comparativement à 83,8 % pour la province[2]. Les femmes représentent 53,5 % de la population, comparativement à 51,3 % pour la province[2]. Chez les plus de 15 ans, 40,7 % sont célibataires, 38,2 % sont mariés, 6,1 % sont séparés, 4,9 % sont divorcés et 10,2 % sont veufs[2]. De plus, 13,9 % vivent en union libre[2].

Évolution démographique de Lamèque depuis 1976
1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 443 1 584 1 806 1 687 1 671 1 580 1 422 1 432
(Sources : [16],[23],[24],[25],[2])


Les autochtones représentent 3,0 % de la population[26] et aucun habitant fait partie d'une minorité visible[27]. Les immigrants représentent 0,7 % de la population et aucun habitant est un résident permanent[28]. Tous les habitants sont citoyens canadiens et 99,1 % des habitants âgés de plus de 15 ans sont issus de familles établies au Canada depuis trois générations ou plus[28]. En date du 16 mai 2006, 96,6 % des gens avaient la même adresse depuis au moins un an alors que 2,6 % habitaient auparavant ailleurs dans la même ville, qu'aucun habitait ailleurs dans la province, que 1,5 % habitaient ailleurs au pays et qu'aucun habitait ailleurs dans le monde[29]. À la même date, 83,9 % des gens avaient la même adresse depuis au moins cinq ans alors que 9,0 % habitaient auparavant ailleurs dans la même ville, que 4,3 % habitaient ailleurs dans la province, que 2,7 % habitaient ailleurs au pays et qu'aucun habitait ailleurs dans le monde[29].

Tous les habitants ont le français comme langue maternelle[30]. Les deux langues officielles[Note 1] sont comprises par 21,7 % de la population alors que 78,3 % des habitants sont unilingues francophones[30]. Le français est parlé à la maison toute la population[30]. Le français est utilisé au travail par 96,1 % des travailleurs et l'anglais par 3,3 % alors que 1,3 % des travailleurs utilisent les deux langues officielles[31].

Chez les plus de 15 ans, 37,6 % n'ont aucun certificat, diplôme ou grade, 17,0 % ont uniquement un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent et 44,5 % détiennent aussi un certificat, un diplôme ou un grade post-secondaire; par comparaison, ces taux s'élèvent à 29,4 %, 26,0 % et 44,6 % au provincial[32]. Parmi la même tranche d'âge, 16,2 % des gens possèdent un diplôme d'un programme d'un an au CCNB ou l'équivalent, 14,4 % détiennent un diplôme d'un programme de trois ans au CCNB ou l'équivalent, 5,2 % ont un diplôme ou un certificat universitaire inférieur au baccalauréat et 9,2 % ont un certificat, un diplôme ou un grade universitaire plus élevé[32]. Parmi ces diplômés, 9,7 % sont formés en enseignement, aucun en arts ou en communications, aucun en sciences humaines, 2,9 % en sciences sociales ou en droit, 22,3 % en commerce, en gestion ou en administration, aucun en sciences et technologies, aucun en mathématiques ou en informatique, 21,4 % en architecture, en génie ou dans des domaines connexes, aucun en agriculture, en ressources naturelles ou en conservation, 24,3 % en santé, parcs, récréation ou conditionnement physique, 16,5 % en services personnels, de protection ou de transport et aucun dans d'autres domaines[32]. Tous les diplômés post-secondaires ont terminé leurs études au Canada[32].

Économie[modifier | modifier le code]

Travail et revenu[modifier | modifier le code]

Le parc éolien.
La tourbière Sungro de Chiasson-Savoy.

Le recensement de 2006 de Statistique Canada fourni aussi des données sur l'économie. Chez les habitants âgés de plus de 15 ans, le taux d'activité était alors de 61,0 %, le taux d'emploi était de 53,1 % et le taux de chômage était de 12,2 % ; à titre de comparaison, ceux de la province étaient respectivement de 63,7 %, 57,3 % et 10,0 %[33].

Évolution du taux de chômage à Lamèque
Sources[34],[35],[33]:

Parmi la population en âge de travailler, 785 personnes ont déclaré des gains et 1 090 ont déclaré des revenus en 2005[36]. 90,8 % avaient aussi déclarés des heures de travail non rémunérées[33]. Le revenu médian s'élevait alors à 19 585 $ avant et à 18 169 $ après impôt, comparativement à la moyenne provinciale de 22 000 $ avant et 20 066 $ après impôt; les femmes gagnaient en moyenne 7 312 $ de moins que les hommes après impôt, soit 15 404 $[36]. En moyenne, 70,3 % du revenu provenait de gains, 23,3 % de transferts gouvernementaux et 6,1 % d'autres sources[36]. 9,0 % de toutes les personnes dans les ménages avaient un faible revenu après impôt, une situation n'existant pas pour les moins de 18 ans[36].

Parmi la population active occupée, 10,8 % des gens travaillaient à domicile, 1,7 % travaillait ailleurs dans le monde, 12,5 % étaient sans lieu de travail fixe et 75,8 % avaient un lieu de travail fixe[37]. Parmi les travailleurs ayant un lieu de travail fixe, 44,0 % travaillaient en ville, 48,4 % travaillaient ailleurs dans le comté et 6,6 % travaillaient ailleurs dans la province[37].

Principaux secteurs[modifier | modifier le code]

La caisse populaire.

En 2006, on dénombrait 22,6 % des emplois dans l'agriculture, la pêche et les autres ressources, 3,6 % dans la construction, 10,9 % dans la fabrication, aucun dans le commerce de gros, 10,9 % dans le commerce de détail, 2,2 % dans la finance et l'immobilier, 13,1 % dans la santé et les services sociaux, 6,6 % dans l'éducation, 11,7 % dans les services de commerce et 18,2 % dans les autres services[33].

La ville de Lamèque est un centre de services pour les collectivités environnantes[38]. L'économie y est dominée par la pêche, l'exploitation de la tourbe, la culture de petits fruits, le tourisme et les services[6],[38]. Des efforts de diversification économique sont pourtant en cours, notamment dans le secteur de l'énergie éolienne[38]. En fait, le développement économique des îles de Lamèque et Miscou est centré principalement sur la ville[38]. Entreprise Péninsule, un organisme basé à Tracadie-Sheila faisant partie du réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique de la région[38].

Le port de Lamèque est géré par le Comité portuaire de Lamèque Inc. Il compte deux bassins. La flotte est composée de 30 à 45 bateaux, spécialisés dans la pêche au crabe, au homard, à la crevette, au pétoncle, au hareng, à la morue et autres poissons de fond. L'usine de la Société coopérative des pêcheurs compte environ 400 employés. Elle apprête la crevette, le crabe et le hareng[39].

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de six conseillers généraux[11]. Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008[40]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[11].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Rénald Haché
Conseillers Gérard Benoît, Guy O. Chiasson, Marie-Anne Ferron, Linda Robichaud Blanchard et Simon Savoie.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Rénald Haché
Conseillers Gérard Benoît, Guy O. Chiasson, Marie-Anne Ferron, Jules Haché, Simon Savoie et Ricky Ward
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012 en cours Réginald Paulin    
2004 2012 Rénald Haché    
1989 2004 Reginald Paulin    
1980 1989 Jean-Charles Chiasson    
1980 1980 Michel Haché[41]    
1977 1978 Valier Chiasson[42]    
1969 1977 Rufin Chiasson[43],[44]    
1967 1969 Bertin Jean    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Lamèque fait partie de la Région 4[45], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[46]. Lamèque est représenté au conseil par son maire[47]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[48].

Représentation[modifier | modifier le code]

Lamèque est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[49].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Lamèque fait partie de la circonscription de Lamèque-Shippagan-Miscou, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Paul Robichaud, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 1999 puis réélu depuis ce temps.

Drapeau du Canada Canada: Lamèque fait partie de la circonscription d'Acadie-Bathurst. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Yvon Godin, du NPD. Il fut élu lors de l'élection de 1997 contre le député sortant Doug Young, en raison du mécontentement provoqué par une réforme du régime d’assurance-emploi[50].

Vivre à Lamèque[modifier | modifier le code]

Images externes
Photo de l'église Notre-Dame-des-Flots par rebapep / Léola, sur Flickr.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école locale, Sœur-Saint-Alexandre, accueille les élèves de la maternelle à la 8e année. C'est une école publique francophone faisant partie du sous-district 6 du district scolaire Francophone Nord-Est[18]. La ville possède aussi une bibliothèque publique. Un centre d'apprentissage du CCNB-Péninsule acadienne est situé dans le village limitrophe de Haut-Lamèque. Les étudiants peuvent poursuivre leur éducation à Shippagan, qui dispose du campus principal du CCNB ainsi qu'un campus de l'Université de Moncton.

Les anglophones bénéficient d'une école à Brantville accueillant les élèves de la maternelle à la huitième année. Ils doivent ensuite poursuivre leurs études à Miramichi. Les établissements d'enseignement supérieurs anglophones les plus proches sont à Fredericton ou Miramichi.

Médias[modifier | modifier le code]

L'Écho de Lamèque, publié par Cédici à Bas-Caraquet, est distribué mensuellement par la poste. Il a un tirage de 1300 exemplaires gratuits. Le quotidien est L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet. Le journal L'Étoile Péninsule y est également distribué gratuitement hebdomadairement. Le quotidien anglophone est Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean.

Sport[modifier | modifier le code]

Lamèque compte un salon de quilles et des terrains de sport. Plusieurs installations sportives sont installés dans les villages environnants, dont un champ de tir, un champ de pratique de golf et des plages.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La rue Principale.

Lamèque possède aussi un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick, un bureau de poste et une caserne de pompiers. La ville possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 8, dont le bureau principal est situé à Tracadie-Sheila. Il y a aussi un foyer de soins agréé, les résidences Lucien Saindon.

Existant depuis le 20 juillet 1995, la Commission de gestion des déchets solides de la Péninsule acadienne (COGEDES) a son siège-social à Caraquet et la municipalité y a un représentant. Les déchets sont transférés au centre de transbordement de Tracadie-Sheila et les matières non-recyclables sont ensuite enfouies à Allardville.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-des-Flots est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Bathurst. La prière n'est plus récitée au conseil municipal[51].

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Guy Paul Larocque, violoneux né à Lamèque en 1973

Langue[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Lamèque est officiellement francophone[52] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais[30].

Événements[modifier | modifier le code]

Le parc écologique de la Péninsule.

Lamèque accueille chaque été le Festival international de musique baroque de Lamèque[53], un événement unique au Canada. La plupart des concerts sont présentés à l'église Sainte-Cécile de Petite-Rivière-de-l’Île, une pittoresque église de bois, construite en 1813[6] qui dispose d'une acoustique propice.

Fondé en 1976 par le claveciniste acadien Mathieu Duguay, le Festival présente annuellement une dizaine de concerts d'orchestres de chambre, de chorales ou de solistes de renom, qui interprètent des œuvres du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle en respectant les pratiques d'exécution et d'interprétation historiques[53]. Depuis quelques années, le Festival de Lamèque organise également certains concerts à Moncton.

Depuis 1973, le Festival provincial de la tourbe organise une semaine de festivités et de spectacles à la fin juillet afin de saluer l’industrie de la tourbe[54], la seconde en importance dans cette communauté.

Lamèque dans la culture[modifier | modifier le code]

Lamèque fait l'objet d'un poème dans le recueil de poésie La terre tressée, de Claude Le Bouthillier[55].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pointe-Alexandre, paroisse de Shippagan paroisse de Shippagan Coteau Road Rose des vents
Pointe-Alexandre, baie de Lamèque N Haut-Lamèque, Coteau Road
O    Lamèque    E
S
baie de Lamèque ruisseau Charlemagne
Haut-Lamèque
ruisseau Charlemagne
Haut-Lamèque

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouveau-Brunswick est officiellement bilingue, c'est-à-dire que l'anglais et le français ont un statut égal.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Population », sur Statistique Canada (consulté le 27 février 2010).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Recensement Statistique Canada 2006: Familles et ménages
  4. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Études préliminaires - Ville de Lamèque - 2005 », sur Commission d'aménagement de la Péninsule acadienne (consulté le 3 septembre 2010)
  6. a, b et c L'Encyclopédie canadienne. Lamèque Page consultée le 21 juin 2007.
  7. Margerite Michaud, Les Acadiens des Provinces maritimes : Guide historique et touristique, Moncton, Imprimerie acadienne,‎ 1968, 165 p., p. 81-82.
  8. a et b « Caisse populaire des Iles », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  9. Rescol. Historique des hôpitaux de la Péninsule acadienne - Lamèque. Page consultée le 3 juin 2006.
  10. a, b, c et d Paul-Arthur Landry, « Lamèque: un grand festival et deux inaugurations officielles », L'Évangéline, vol. ?, no 185,‎ 1er août 1973, p. 8-9 (lire en ligne)
  11. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  12. Communication Nouveau-Brunswick. Le premier ministre énonce sa vision des soins de santé pour le N.-B.. Page consultée le 21 juin 2007.
  13. Radio-Canada. Réduction des services au centre de santé communautaire de Lamèque. 21 avril 2005. Page consultée le 21 juin 2007.
  14. Google Maps From Lamèque, NB, Canada to Tracadie, NB, Canada. Page consultée le 21 juin 2007.
  15. a et b « Cinq tourbières en fonction aux îles de Lamèque », L'Évangéline, vol. 95, no 141,‎ 22 juillet 1982, p. 23 (lire en ligne)
  16. a et b Paul-Arthur Landry, « Dans la péninsule », L'Évangéline, vol. ?, no 72,‎ 14 avril 1982, p. 7 (lire en ligne)
  17. « Rapport intérimaire du président – Enquête St-Simon/St-Sauveur », sur Commission des plaintes du public contre la GRC (consulté le 3 septembre 2010)
  18. a et b [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  19. « Il y a déjà 10 ans... », L'Acadie Nouvelle,‎ 8 juillet 2011, p. 29
  20. « Il y a déjà 10 ans... », L'Acadie Nouvelle,‎ 11 juin 2012, p. 20
  21. Jean-Mari Pitre, « Explosion à l'aréna », L'Acadie Nouvelle,‎ 14 mai 2010 (lire en ligne)
  22. a, b, c, d, e et f (en) Cleadie B. Barnett, « New Brunswick Parishes », dans New Brunswick's Past, 17 avril 1998 [lire en ligne (page consultée le 27 novembre 2008)].
  23. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités - Miramichi - population 1981 », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  24. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités - Miramichi - population 1986 », sur Statistique Canada (consulté le 9 octobre 2011).
  25. « Profils des communautés de 1996 - Lamèque - Population », sur Statistique Canada (consulté le 6 octobre 2011).
  26. « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Peuples autochtones », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  27. « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Minorité visible », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  28. a et b « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Immigration et citoyenneté », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  29. a et b « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Mobilité et migration », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  30. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  31. « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Langue de travail », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  32. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Scolarité », sur Statistique Canada (consulté le 3 mars 2010).
  33. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 mars 2011).
  34. « Profils des communautés de 1996 - Lamèque - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 13 octobre 2011).
  35. « Profils des communautés de 2001 - Lamèque - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 13 octobre 2011).
  36. a, b, c et d « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Revenu et gains », sur Statistique Canada (consulté le 19 mars 2011).
  37. a et b « Profils des communautés de 2006 - Lamèque - Lieu de travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 mars 2011).
  38. a, b, c, d et e « District de services régionaux 4 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 28 juillet 2011).
  39. (fr) Attractions touristiques - Les quais
  40. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  41. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 13 mai 1980, p. 16 (lire en ligne)
  42. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  43. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  44. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  45. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  46. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  47. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  48. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  49. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  50. (fr) Réal Fradette, « Qui arrivera à défaire Yvon Godin », dans L'Acadie Nouvelle, 20 décembre 2008 [lire en ligne (page consultée le 20 décembre 2008)].
  51. Radio-Canada, « Plusieurs conseils municipaux de la Péninsule acadienne abandonnent la prière », Radio-Canada Nouvelles,‎ 13 juin 2012 (lire en ligne)
  52. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].
  53. a et b Festival international de musique baroque de Lamèque. Page d'accueil. Page consultée le 21 juin 2007.
  54. Festival provincial de la tourbe de Lamèque. Page d'accueil. Page consultée le 21 juin 2007.
  55. Claude Le Bouthillier, La terre tressée : poésie, Tracadie-Sheila, La Grande Marrée,‎ 2011, 109 p. (ISBN 978-2-349-72276-8), p. 15-17

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]