Famille de Banyuls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marquis de Montferré)
Aller à : navigation, rechercher
de Banyuls de Montferré
Armes de la famille.
Armes de la famille : de Banyuls de Montferré
Blasonnement Fascé de sable et d'argent de six pièces
Lignées de Banyuls (XIIe siècle),
de Banyuls de Montferrer (XVe siècle),
de Banyuls de Montferré (XVIIIe siècle)
Branches Roche, de Place (XXIe siècle)
Période XIIe siècle-
Pays ou province d’origine Banyuls-dels-Aspres, (comté de Roussillon)
Allégeance Catalogne Catalogne
(Comté de Barcelone Comté de Barcelone,
Royaume de Majorque Royaume de Majorque),
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Banyuls-dels-Aspres,
Saint-Jean-Lasseille,
baronnie de Nyer,
marquisat de Montferrer
Demeures Château de Nyer
Château de Mollet
Charges Maître de forges
Fonction(s) militaire(s) Gouverneurs (Ferrare, Huesca, comtés de Roussillon et de Cerdagne, Abruzzes),
Commandeurs (Ordre du Temple, Ordre de Saint-Jean de Jérusalem),
Maréchaux de camp
Fonction(s) ecclésiastique(s) Abbés (Saint-Martin du Canigou , Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech, Saint-Michel-de-Cuxa, Sainte-Marie de Corneilla-de-Conflent) , chanoines (Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, Cathédrale Sainte-Eulalie-et-Sainte-Julie d'Elne, ordre de Saint-Augustin)
Récompense(s) militaire(s) ordre de Saint-Louis, Ordre national de la Légion d'honneur

La famille de Banyuls, aussi connue depuis le XVe siècle sous son nom de Montferrer puis depuis le XVIIIe siècle de Montferré[1] est une famille de noblesse immémoriale[2] originaire du Roussillon. Ses membres furent influents dans l'histoire de cette région du Moyen Âge à la Révolution française avant de se disperser dans l'Ariège, les Baléares, le Gard puis le Maine.

Titres et fiefs de l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

  • Au XIVe siècle, ils devinrent les barons de Nyer. La baronnie de Nyer, qui relevait de la vicomté du Conflent, appartenait au haut Moyen Âge à la famille de Ça Rocha. Vers 1340 une fille de cette famille s'est mariée avec Raymond IV de Banyuls, lui apportant en dot les baronnies de Nyer, de Laroque de Conflent[3] et de Porcinyans. Leur fils unique Berenguer décédant sans postérité en 1375 laissa Nyer, Laroque de Conflent et Porcinyans en héritage à son oncle Dalmau II de Banyuls, frère cadet de son père Raymond IV. La baronnie de Nyer fut le fief principal de la famille jusqu'à la Révolution.
  • Au XVe siècle vinrent aussi s’ajouter au patrimoine de la famille les seigneuries de Réal et d’Odeillo.
  • En 1488, Eléonore de Pontòs, née de Blan, apporta en dot à Jehan III de Banyuls, le château et la seigneurie de Montferrer. Les descendants des anciens seigneurs de Banyuls-dels-Aspres annexèrent à leur nom celui de Montferrer (devenu par usage Montferré) sans qu'une nouvelle distinction nobiliaire vint s'ajouter à la désinence onomastique de la Maison.
  • En avril 1675, Louis XIV érigea en Marquisat le domaine féodal de Montferrer. Depuis cette date, l'aîné de famille porte le titre de marquis de Montferré.
  • Au XVIe siècle, vint s'ajouter la seigneurie de Puig.
  • Au XVIIe siècle, ils héritèrent des seigneuries de Leca et des Graüs (commune de Thuès-Entre-Valls).
  • Au XVIIIe siècle, ils héritèrent de la seigneurie de Millepetit (commune de Trèbes).
  • Les douze seigneuries furent conservées jusqu’à la Révolution.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La famille de Banyuls de Montferrer est à l'origine de Banyuls-dels-Aspres.
Il s'agirait d'une branche cadette subsistante de la famille des Vicomtes de Castelnou[4].
Lors de la conquête des territoires de l'actuelle France par Charlemagne en 811, dès que celui-ci récupère le Roussillon, il le place dans son système féodal divisé en comtés et marches. Le Sud de la plaine est intégré au comté de Besalú (ville actuellement en Espagne). Auparavant dominée par une aristocratie locale d’origine tribale ou wisigothique, l’attitude d’indépendance que manifeste la région oblige rapidement les Carolingiens à mettre en place des comtes d’origine franque, dominés par Bernard de Gothie puis Guifred le Velu, comte de Barcelone, à l’origine de la Catalogne. De cette aristocratie franque est originaire la très puissante famille des Vicomtes de Castelnou, également Vicomtes du Vallespir, incontournable du Xe au XIVe siècle. Une branche cadette subsistante de cette famille aurait donné la famille de Banyuls que l’on retrouve comme seigneurs de Banyuls depuis l’origine[5].
L’histoire écrite de la famille débute avec deux frères, Bernard Ier de Banyuls et Pierre Ier de Banyuls. On trouve leurs traces dans divers documents datés de 1132, 1134 et 1164.
Le cinq des nones d'octobre 1132, ils apposent leur signature, au bas de l'acte de donation d'un manse (petit domaine féodal) adjacent à la localité de Banyuls-dels-Aspres, qui fut consenti aux templiers du Mas Deu. On sait que leur père était déjà seigneur de Banyuls. Le 10 juillet 1150 à la mort de ce dernier, Pierre Ier et Bernard Ier signent une convention afin de délimiter les propriétés de chacun, issues d’un honor que leurs parents viennent de leur transmettre en héritage, de part et d’autre de la Voie Domitienne, « chemin franc » reliant La Cusa à Perpignan.

De la Catalogne à la France[modifier | modifier le code]

En 1659, le traité des Pyrénées signe la partition de la Catalogne. Le célèbre article 42 stipule que « les monts Pyrénées qui avaient anciennement divisé les Gaules des Espagnes seront aussi dorénavant la division des deux mêmes royaumes ». Le Roussillon, le Conflent, le Vallespir et la Cerdagne où la famille de Banyuls réside deviennent Françaises.

Thomas II de Banyuls de Montferrer[modifier | modifier le code]

  • Alors seigneur de Nyer, Montferrer, Réal, Odeillo, Puig et Léca, devenu militaire, il prend parti pour la France en 1641 et commande un régiment.
  • Le 8 juin 1642 Louis XIII roi de France le nomme procureur royal des comtés du Roussillon et de Cerdagne.
  • Il quitte le parti de la France en 1652 comprenant que Louis XIV veut conserver le Roussillon alors qu'il est lui-même pur catalan.
  • En juillet 1653 il est dépossédé de ses terres en faveur de Josep Margarit, resté fidèle au roi.
  • Il a deux fils:
Charles Ier (1647-1687)
François (1648-1695)

Charles Ier de Banyuls de Montferrer[modifier | modifier le code]

  • Il épouse Thomasine d'Ardenne et d'Aragon en 1663.
  • Malgré son alliance avec la fille d'un partisan de la cause française, il soutient les Angelets de la terre[6] et est entrainé par sa mère, fidèle à l'Espagne, dans la conspiration de Villefranche en 1674 pour livrer Villefranche-de-Conflent aux Espagnols.
  • On confisque tous ses biens en Roussillon. Il s'enfuit en Espagne dans la famille de sa belle-mère. Il est condamné à mort le 21 juin 1674 par le Conseil souverain mais ne sera pas exécuté, il est exilé en Espagne.
  • Son épouse, profitant du crédit qu'avait son père, se fait donner par Louis XIV tous les biens confisqués sur son mari et obtient même qu'on érige pour elle en marquisat la terre de Montferrer en avril 1675. En revanche, le château féodal de Mollet, à Montferrer est rasé par Vauban afin d'éviter de servir de repaire à un éventuel soulèvement. La famille de Banyuls qui se partageait entre les châteaux de Montferrer et de Nyer réside alors dorénavant à Nyer.
  • Charles meurt à Barcelone en 1687 sans postérité. Sa femme décède en 1693 avec le titre de marquise de Montferrer.

François de Banyuls de Montferrer[modifier | modifier le code]

  • Frère de Charles Ier, il prend sa succession à la mort de ce dernier. Baron de Nyer, seigneur de Réal, Odeillo, les Cortals, Léca, la Rocha, les Graüs.
  • Il devient militaire au service du roi de France. Il part pour la campagne de Hollande. Fin 1671 il devient capitaine. Le 16 février 1690 à Mézières il épouse Anne Martin, il a alors le grade de Premier Capitaine au régiment étranger de Cavalerie du dauphin.
  • En juin 1694 il obtient du roi de France que le marquisat de Montferrer lui revienne ainsi que sur ses descendants. Il devient ainsi le 1er marquis de Montferrer.
  • Il a deux fils : François-Gérard IV dont descendent tous les Banyuls suivants et Jean III, ecclésiastique, chanoine de la cathédrale Saint-Jean de Perpignan.

François-Gérard IV de Banyuls de Montferrer[modifier | modifier le code]

  • Le 18 février 1713 il fait reconnaissance au Roi du château et du territoire de Montferrer.
  • Ses affaires sont en mauvais état. Les dettes de son père n'ont fait qu'empirer, et Nyer est devenu un village pauvre. La plupart des forges sont fermées (pas assez productives, et le bois nécessaire a épuisé les forêts)
  • Un riche mariage le tire d'affaire. Le 2 août 1717 il épouse Madeleine de Forcades, née à Perpignan. Son argent lui permet de sortir Nyer de la misère, il développe les vers à soie, fait des plantations de bois précieux.
  • Son niveau de vie revient à celui que ses ancêtres possédaient. Il a 14 enfants, tous doté de bonnes situations et bien en vue dans la société de l'époque. Il meurt à Perpignan le 2 avril 1762, et est inhumé à l'église Saint-Joseph. Parmi ses trois fils, deux sont ecclésiastiques (Henri et Ange), son fils aîné Joseph lui succède.

Joseph de Banyuls de Montferré[modifier | modifier le code]

(1723-1801)

  • Marquis de Montferrer (4e), baron de Nyer, seigneur de La Rocha, de La Réal, d'Odeillo, de Puig, de Leca et de Millepetit
  • Seul de sa famille susceptible de transmettre son patronyme, il a seize enfants, dont cinq fils qui atteignent l'âge adulte:
  1. Raymond qui suit
  2. Jean-Baptiste qui devient ecclésiastique (cf Personnages - Ecclésiastiques)
  3. Jacques, sans postérité, Chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem (1773) puis commandeur de Térmens et de Collioure, et qui finit sa vie à Majorque.
  4. Joseph, Maréchal de camps et armées du roi, Général commandant la 1ère subdivision à Périgueux (1826), dont est issue la branche du Maine.
  5. Pierre, compagnon de Napoléon Bonaparte à l'École Militaire de Paris[7], Élève du collège militaire de Sorèze[8] le 20 septembre 1782, sorti le 9 décembre 1784 comme sous-lieutenant dans le Régiment de Soissonnais[9]. Chevalier de Malte le 5 novembre 1791, il abandonne le service le 12 janvier 1792, passe alors à Malte et meurt des suites des blessures qu'il a reçues sur les galères de la Religion dans un combat contre les pirates.

Fin de la branche du Roussillon[modifier | modifier le code]

  • Raymond de Banyuls de Montferré (1747-1829) (cf Personnages-Seigneurs, militaires et/ou diplomates)
  • Il a un seul fils, prénommé aussi Raymond (1811-1876)[10], issu de son second mariage (veuf), qui atteint l'âge adulte.
  • Ce dernier meurt sans postérité malgré deux mariages (veuf) : c'est la fin de la famille de Banyuls dans le Roussillon.

La branche du Maine[modifier | modifier le code]

  • On retrouve la branche cadette issue de Joseph II de Banyuls de Montferré (1764-1833) installée dans le Maine à la fin du XIXe siècle ; cette dernière devient branche aînée à l’extinction de la branche du Roussillon en 1876.
  • Henri II de Banyuls de Montferré (1826-1910) devient en 1876 le 7e marquis de Montferré. La famille ne compte alors plus que trois représentants masculins : Henry II et ses deux fils Marie-Henry (1862-1929) et Raoul (1863-1942) de son mariage avec Marie-Pauline, née Fournier de Boisayrault d'Oyron (1838-1868).
  • Marie-Henry de Banyuls de Montferré perd son seul fils Jacques III de Banyuls de Montferré mort pour la France en 1915, Raoul de Banyuls de Montferré perd l'un de ses deux fils, Raymond XI de Banyuls de Montferré, mort pour la France lui aussi en 1915.
  • En 1971 meurt Pierre de Banyuls de Montferré, 10e marquis de Montferré, second fils de Raoul. Son seul fils, Raymond XII de Banyuls de Montferré, étant mort pour la France en 1953 en Indochine, il est le dernier descendant masculin en ligne directe.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • La famille est aujourd'hui représentée par deux branches : la branche Roche et la branche de Place[11]

Personnages[modifier | modifier le code]

Seigneurs, militaires et/ou diplomates[modifier | modifier le code]

  • Ramon de Banyuls (XIIe siècle), cavaller, commissaire de Jacques Ier d'Aragon alors Roi de Majorque, chargé du ressort judiciaire sur les vallées de Ribes.
  • Dalmau de Banyuls, décédé en 1345, gouverneur et capitaine-général de Ferrare de 1309 à 1313, condottiere au service de la République de Venise, conseiller du roi Sanche de Majorque, lieutenant du roi à Majorque, chancelier du Royaume.
  • Huguet de Banyuls[12] commande en 1361 les troupes royales à la grange du Pujol afin de protéger la région contre les exactions des Almogavres mettant le pays à feu et à sang car non employés en dehors d'une période de guerre. Il s'engage à rendre la place à l'abbaye de Fontfroide une fois le danger écarté, ce qu'il fait l'année suivante en 1362.
  • Jean de Banyuls, seigneur de Nyer, de Réal et de Montferrer, décédé en 1527, Viguier de Conflent et de Capcir, bailli de Villefranche-de-Conflent.
  • Thomas Ier de Banyuls, seigneur de Nyer et de Montferrer, né vers 1556, décédé le 15 mai 1627, Nyer (66), inhumé le 17 mai 1627, Nyer (66), gouverneur de Huesca en Aragon, fondateur en 1625 de la Confrérie de la chapelle de la Vierge dans l'église de Nyer, chef des Nyerros.
  • Thomas II de Banyuls (1619-1659), petit-fils du Thomas précédent, seigneur de Nyer, de Montferrer, de Réal, d'Odeillo, de Puig et de Léca, gouverneur des comtés de Roussillon et de Cerdagne, et de la province des Abruzzes.
  • Jacques de Banyuls de Montferré, né le 28 juillet 1760, Perpignan (66), baptisé le 28 juillet 1760, Perpignan (66), Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, décédé le 1er janvier 1850, Artà, Mallorca, Catalunya (Espagne) (à l'âge de 89 ans), chevalier de Saint-Jean de Jérusalem (1773) puis commandeur de Térmens et de Collioure.
  • Raymond de Banyuls, marquis de Montferrer (5e), baron de Nyer, né le 19 septembre 1747, Nyer (66), château, mort le 20 avril 1829, Perpignan (66) (à l'âge de 81 ans), député de la noblesse du Roussillon aux Etats-Généraux de 1789, capitaine au Régiment d'Anjou, lieutenant dans l'armée de Condé puis au service de l'Espagne, lieutenant-colonel.
  • Joseph de Banyuls, comte de Montferré, né le 14 mars 1764, Perpignan (66), décédé en 1833, Bordeaux (33) (à l'âge de 69 ans), maréchal de camps et armées du roi, Général commandant la 1ère subdivision à Périgueux (1826), Officier de la Légion d'Honneur, de Saint-Louis et de Saint-Jean de Jérusalem, chevalier de l'Ordre royal de Charles III d'Espagne.
  • Gaston de Banyuls, baron puis comte de Montferré (1793-1850), Capitaine de grenadier au 5e régiment d'infanterie de la garde royale, principal fait d'armes : premier homme à investir le fort du Trocadéro lors de la Bataille du Trocadéro. Maire de Barjac (1832-1835), puis (1837-1848). Fondateur de l'ensemble industriel de Ribeshautes. Il est officier de la Légion d'Honneur et Chevalier de Saint-Louis.
  • Ernest de Banyuls de Montferré (1795-1827), major au 50ème régiment de ligne à Arras. Partisan des Bourbons lors du retour de Napoléon de l'Île d'Elbe en 1815, il se met à la tête de la population de Dijon et désarme les fédérés. Il meurt à 32 ans d'un combat en duel. Il est chevalier de la Légion d'Honneur et de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Ecclésiastiques[modifier | modifier le code]

Château de Peñíscola : Frise des armes de Arnauld de Banyuls et de Bérenger de Cardona.
Sceau d'Arnauld de Banyuls; Aragon; Cire jaune, 27 mm de diamètre, représentant une croix avec des étoiles sur deux angles et des boucliers sur les deux autres angles. Texte: S. AR..........GARDENNI.

Arbre généalogique descendant[modifier | modifier le code]

La première partie de l'arbre est affichée ici. Joseph de Banyuls de Montferré (1723-1801) est le fils aîné de François-Gérard IV de Banyuls, marquis de Montferrer (3e), baron de Nyer, seigneur de Leca, de Real et d'Odeillo (1692-1762). Joseph a deux frères, prêtres, et deux sœurs. De lui descendent tous les Banyuls de Montferré suivants.

Joseph de Banyuls de Montferré (1723-1801), marquis de Montferrer (4e), baron de Nyer
x (1) (1746) Jacquette de Bellissen (1728-1789)
   │
   ├──> Raymond de Banyuls (1747-1829), marquis de Montferrer (5e), baron de Nyer (député de la noblesse en 1789)
   │    x (1) (1776) Jeanne de Ros (1753-1798)
   │    │  │
   │    │  ├──> Rosalie de Banyuls de Montferré (1777-1780)
   │    │  ├──> Abdon-Melchior de Banyuls de Montferré (1779-1780)
   │    │  ├──> Jacques de Banyuls de Montferré (1781-1786)
   │    │  └──> Raymond de Banyuls de Montferré (1784-1786)
   │    │  
   │    x (2) (1810) Marie-Thérèse Gandouard de Magny (1771-1821)
   │       └──> Raymond de Banyuls (1811-1876), marquis de Montferrer (6e)
   │            x (1) (1856) Antoinette Dufay (1804-1861)   
   │            │ sans postérité
   │            x (2) (1862) Blanche de Thonel d'Orgeix (1828-1881) 
   │              sans postérité
   │
   ├──> Marie Françoise de Banyuls de Montferré (1748-?)
   │
   ├──> Nn (1749-1749)
   │
   ├──> Magdalena de Banyuls y de Bellissen (1750-?)
   │    x (1776) Mariano de Guanter y de Gazanyola (1719-1798)
   │
   ├──> Joseph Antoine Zacharie de Banyuls de Montferré (1753-1755)
   │
   ├──> Jean Baptiste de Banyuls de Montferré (1755-1827) (vicaire général et chanoine)
   │
   ├──> Marie Thérèse de Banyuls de Montferré (1757) (chanoinesse)
   │
   ├──> Joseph Jean Augustin de Banyuls de Montferré (1758-1761)
   │
   ├──> Jacques de Banyuls de Montferré (1760-1850) (commandeur de Saint-Jean de Jérusalem)
   │
   ├──> Marie Augustine de Banyuls de Montferré (1761-1761)
   │
   ├──> Joseph Xavier de Banyuls de Montferré (1763-1764)
   │
   ├──> Joseph de Banyuls, comte de Montferré (1764-1833) (Général de brigade)
   │    x (1776) Victoire de La Croix de Castries (1765-?)
   │    │
   │    ├──> Gaston de Banyuls, baron de Montferré (1793-1850)
   │    │    x Marthe Desmé de Chavigny (1799-1865)
   │    │    sans postérité
   │    │
   │    ├──> Ernest de Banyuls, vicomte de Montferré (1795-1827)
   │    │    x Charlotte Georgette de Montecler (1804-1883)
   │    │    │
   │    │    └──> Henri de Banyuls, marquis de Montferré (7e) (1826-1910)
   │    │         x Marie-Pauline Fournier de Boisayrault d'Oyron (1838-1868)
   │    │         │
   │    │         ├──> Marie-Henry de Banyuls, marquis de Montferré (8e) (1862-1929)
   │    │         │    x Tiburgette de Vincens de Causans (1868-1946)
   │    │         │    │
   │    │         │    ├──>  Renée de Banyuls de Montferré (1891-1987)
   │    │         │    │    x Bernard Martin du Puytison (1892-1985)
   │    │         │    │
   │    │         │    ├──>  Suzanne de Banyuls de Montferré (1892-1984)
   │    │         │    │    x Jean Guyot d'Asnières de Salins, marquis d'Asnières (7e) (1888-1973)
   │    │         │    │    │
   │    │         │    │    └──> branche Roche
   │    │         │    │
   │    │         │    └──> Jacques de Banyuls de Montferré (1894-1915) (mort pour la France)
   │    │         │
   │    │         └──>  Raoul de Banyuls de Montferré, marquis de Montferré (9e) (1863-1942)
   │    │              x Marie-Jeanne Prévost de La Boutetière de Saint-Mars (1869-1944)
   │    │              │
   │    │              ├──> Germaine de Banyuls de Montferré (1889-1972)
   │    │              │    x Jean, vicomte de Vion de Gaillon (1883-1964)
   │    │              │    │
   │    │              │    └──> branche Roche
   │    │              │    
   │    │              ├──> Raymond de Banyuls de Montferré, vicomte de Montferré (1890-1915) (mort pour la France)
   │    │              │
   │    │              └──> Pierre de Banyuls de Montferré, marquis de Montferré (10e) (1892-1971)
   │    │                  x Marie Martin de Marolles (1900-1960)
   │    │                  │
   │    │                  ├──> Marie-Thérèse de Banyuls de Montferré (1922-1955) (avocate)
   │    │                  │
   │    │                  ├──> Jacqueline de Banyuls de Montferré (1924-2012)
   │    │                  │    x Jean de Place (né en 1925)
   │    │                  │    │
   │    │                  │    └──> branche de Place
   │    │                  │   
   │    │                  ├──> Marthe de Banyuls de Montferré (née en 1924)
   │    │                  │    x Fernand de Gérus (+1984)
   │    │                  │
   │    │                  └──> Raymond de Banyuls de Montferré(1927-1953) (mort pour la France)
   │    │
   │    └──> Anatole de Banyuls de Montferré (1797-1800)
   │              
   ├──> Marie Anne Luce de Banyuls de Montferré (1765-1808)
   │    x (1806) Louis-François de Castéras
   │
   ├──> Angélique de Banyuls de Montferré (1767-?)
   │    x (1794) Hyacinthe Laurent de Caloüin, comte de Tréville
   │
   ├──> Pierre de Banyuls de Montferré (1768-?)
   │
x (2) (1797) Jeanne de Vialis
   │
   └──> Marie-Thérèse de Banyuls de Montferré (1798-1813)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de la famille de Banyuls de Montferré. Elles ont été reprises comme armes de la commune de Nyer (Pyrénées Orientales), fief principal de la famille du XIVe siècle à la Révolution
Fascé de sable et d'argent de six pièces

Fascé de sable et d'argent de six pièces[15].

Avant le XIVe siècle, les armes ne sont pas figées. On trouve aussi comme variantes fascé de sept pièces, ou fascé de sable et d'or.

Timbre: Couronne de marquis ou casque de marquis (d'argent; taré de trois quart, et à neuf ou onze barreaux)

Supports: Deux chimères affrontées à la tête de bouc, aux ailes de dragons déployées, au corps de sirène.

Cimier: Chauve-souris aux ailes étendues et posée de front.

Terrasse: Lévrier passant.

Les armes de la famille ont été reprises comme armes de la commune de Nyer, le timbre et les supports dans celles de la commune de Montferrer qui a gardé la disposition fascée, mais en remplaçant les couleurs par celle de la Catalogne (Chaque commune doit avoir des armes différentes). Les armes de la commune de La Llagonne sont également, pour la partie inférieure, celles de la famille. Quant à Banyuls-dels-Aspres, le blason est d'argent trois fasces de sable.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la maison des chevaliers de Banyuls, barons de Nyer, marquis de Montferré, seigneurs de La Rocha, Porcinyans, Fornols, Puig, Réal, Odeillo, Leca, Millepetit 1132-192, par M. l'abbé Jean Capeille, curé à Banyuls-dels-Aspres/ la version en catalan
  • La Maison de Banyuls de Montferré et les Familles Alliées de Marie-Suzanne Pollet, tome I et tome II
  • Nobiliaire universel de France ou Recueil général des Généalogies historiques des Maisons Nobles de ce Royaume, volume 4, par Nicolas Viton de Saint-Allais, avec le concours de Mrs de Courcelles, l'abbé de l'Espines, de SAIN-PONS & Autres généalogistes célèbres
  • Bulletin archéologique, historique et artistique de la Société archéologique de Tarn-&-Garonne, Volume 40, p.124
  • Les celleres et la naissance du village en Roussillon (Xe-XVe siècles), par Aymat Catafau, Llibres del Trabucaire, 1998, p.209-212.
  • Dieu,le roi, les hommes: Perpignan et le Roussillon, 1580-1830, par Raymond Sala, 1996
  • Histoire de l'abbaye royale de Saint-Michel de Cuxa, diocèse de Perpignan, par François Font, 1882
  • Revue des questions historiques, Volumes 102-103, 1925
  • "L'Ordre de Malte, ses grands maîtres et ses chevaliers", dans le Nobiliaire universel de France, par Nicolas Viton de Saint-Allais, Ange Jacques Marie Poisson de La Chabeaussière, Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, l'abbé de Lespines, de Saint-Pons, Ducas, Johann Lanz
  • Knights of Malta: a gallery of portraits, par Claire Éliane Engel, 1963
  • La circulation des élites européennes: entre histoire des idées et histoire sociale, par Henri Bresc, Fabrice d'Almeida et Jean-Michel Sallmann, 2002
  • Les guerres de Joseph de La Trinxeria (1637-1694): la guerre du sel et les autres, par Alain Ayats
  • "Histoire socioculturelle des armées III, Les Problèmes de personnel dans l'armée française, La légion départementale des Pyrénées Orientales (1815-1820), Un microcosme militaire à l'heure de la remise en état de la défense du territoire national", par Quentin Chazaud, in hiers du Centre d'Etudes d'Histoire de la Défense, n°30, sous la direction de Claude d'Abzac-Epezy, 2007
  • Mémoires du comte Roger de Damas: : Vienne de 1806 à 1814, suivis de lettres inédites de Marie-Carolina, reine de Naples, au comte Roger de Damas (1801-1814), volume 2, par Léonce Pingaud, 1914
  • Biographie nouvelle des contemporains ou dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution Française, ont acquis de la célébrité par leurs actions, leurs écrits, leurs erreurs ou leurs crimes, soit en France, soit dans les pays étrangers, volume 1, par Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Etienne de Jouy et J. de Norvins, 1820
  • Catalogue des gentilshommes de Roussillon, Foix, Comminges et Couseran qui ont pris part ou envoyé leur procuration aux assemblées de la noblesse pour l'élection des députés aux Etats-Généraux de 1789, par Louis de La Roque et Edouard de Barthélemy, 1863
  • Becoming a Counterrevolutionary: A Conservative Noble in the National Assembly, 1789-1791, par Timothy Tackett, 2003
  • Histoire de l'armée de Condé, Volume 1, par Théodore César Muret
  • Histoire du Roussillon, Paris, tome 1, p. 506,(APO B15 , 139), 1928, editions Champion (4e série, p 32-34), et Notices généalogiques, par Henry, baron de Woelmont de Brumagne
  • Histoire du Roussillon et Œuvres posthumes de Jean de Gazanyola, augmenté des notes recueillies et classées par Clément de Lacroix.
  • The Revolt of the Catalans. A Study in the Decline of Spain (1598-1640). Cambridge, University Press, 1963, de Elliott

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le patronyme complet est bien de Banyuls de Montferré, le nom d'usage étant "de Montferré" à partir du XIXe siècle.
  2. Extraction chevaleresque prouvée (XIIe siècle) et féodale supposée.
  3. Orthographié aussi La Roqua, Ça Rocha ou la Rocha suivant les sources
  4. Raconté dans Bulletin archéologique, historique et artistique de la Société archéologique de Tarn-&-Garonne, Volume 40, page 124, à propos de l'histoire de la lignée des Vicomtes de Castelnou: "C'est avec Jaspert V, dernier vicomte de Castelnou, mort en 1321, qu'elle prit fin. Cependant cette famille illustre, dont plusieurs membres s'étaient détachés au XIIIe siècle pour aller prêter main forte au roi Jacques le Conquérant, se continua encore par une branche cadette dite de Banyuls de Montferrer plusieurs fois alliée aux Alemany, Çagarriga, des neuf barons de Charlemagne."
  5. Tiré de la revue des langues romanes, volume 67, par la Société pour l'étude des langues romanes, 1970, p.68: "Ortaffa, Nyer, Oms, Montferré, Enveitg, Cabestang, Périllos, ne sont que de petits villages sans aucune importance, de petits hameaux presque inconnus, et cependant les familles qui en portent les noms remontent aux premiers temps de la Féodalité, peut-être à l'époque de Charlemagne, et n'ont cessé, quelques-unes jusqu'à nos jours, d'occuper un rang des plus élevés et d'exercer une influence considérable autour d'elles."
  6. Els angelets de la terra (en français, "les petits anges de la terre") sont les paysans du Roussillon qui se sont soulevés contre le roi Louis XIV pour protester contre l'établissement de l'impôt sur le sel.
  7. Cité plusieurs fois dans La jeunesse de Napoléon d'Arthur Chuquet
  8. Site de l'association sorézienne, Annuaire XVIIe-XVIIIe-XIXes siècles
  9. État Militaire de France pour l’année 1789, Seconde Partie, Troupes, Chapitre II, Infanterie Françoise et Étrangere, Soissonnois.
  10. Le 8 juillet 1862, à sa demande, la cour Impériale de Montpellier examine sa requête afin de rectifier son acte de naissance en y rétablissant la double particule et en y indiquant son titre de marquis afin d'être dénommé "Joseph-Raymond de Banyuls, marquis de Montferré". Cité dans Origine, Tymologie & Signification Des Noms Propres Et Des Armoiries Par Adolphe De Coston
  11. Patronyme relevé de façon indépendante, décrets signés du Premier Ministre et du Garde des Sceaux publiés au Journal Officiel et validés par arrêts du Conseil d'État. La branche Roche de Banyuls de Montferré descend de Marie-Henry et de Raoul et la branche de Place de Banyuls de Montferré de Raoul.
  12. Histoire du Roussillon de Jean Gazanyola et Bulletin de la Société agricole, scientifique & littéraire des Pyrénées-Orientales, Volumes 39 à 40
  13. Cité dans le Nobiliaire universel de France, ou recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume Volume 3, Partie 1, par Nicolas Viton de Saint Allais
  14. Raymond et Jean-Baptiste sont frères et députés l'un dans l'ordre de la Noblesse, l'autre dans l'ordre du Clergé (cf Liste des députés des États généraux de 1789, par ordre, bailliage et sénéchaussée)
  15. Certificat des preuves de noblesse de d'Hozier et Sérigny