Métabief

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Métabief
Vue générale de l'église paroissiale de Métabief.
Vue générale de l'église paroissiale de Métabief.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Mouthe
Intercommunalité Communauté de communes du Mont d'Or et des deux Lacs
Maire
Mandat
Gérard Deque
2014-2020
Code postal 25370
Code commune 25380
Démographie
Gentilé Chats-Gris
Population
municipale
1 088 hab. (2011)
Densité 189 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 27″ N 6° 21′ 09″ E / 46.7741666666, 6.352546° 46′ 27″ Nord 6° 21′ 09″ Est / 46.7741666666, 6.3525  
Altitude Min. 923 m – Max. 1 419 m
Superficie 5,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Métabief

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Métabief

Métabief (prononcé [me.ta.bje ]) est une commune rurale française de montagne, située dans le département du Doubs en région de Franche-Comté. Elle fait partie du Massif du Jura.

Les habitants de la commune s'appellent les Chats Gris.

Métabief est une station de montagne du Haut-Doubs qui s'étend sur 576 hectares, à 1 000 mètres d'altitude, et qui connaît une activité tant en hiver (ski alpin (avec 42 km de pistes de ski alpin situées autour du Massif du mont d'Or[1]), ski de fond, raquettes de neige, etc.) qu'en été (randonnée, VTT, etc.).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Antoine Touillon-et-Loutelet Les Hôpitaux-Neufs Rose des vents
N Jougne
O    Métabief    E
S
Longevilles-Mont-d'Or

Toponymie[modifier | modifier le code]

Métabiez, lo Mytabie environ Joigne en 1280 ; Métabey en 1292 ; Mytabiez en 1365 ; Mestabie en 1614 ; Mestabier au XVIIIe siècle[2].

Métabief est la voie d'accès idéale au Mont d'Or (point culminant du département du Doubs avec 1 463 m d'altitude) par les pistes et remontées mécaniques de la station de ski de Métabief, routes ou encore en randonnée.

La commune de Métabief est située à 75 km au sud de Besançon, 20 km au sud de Pontarlier et 5 km au nord-ouest de la frontière suisse dont la ville la plus proche est Vallorbe à 10 km (musées, grottes, etc.)[3].

Le Parc naturel régional du Haut-Jura est distant d'environ 8 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient de "mete" ou "methe" pour borne et de "bief" qui signifie ruisseau. On trouve la trace du nom de la commune en 1250 lors de la rédaction d'une convention de délimitations des terres. Les habitants de Métabief ont été affranchis en août 1393 par Jean de Chalon.

En 1793, la commune porte le nom de Mestabiez, puis de Metabief en 1801.

  • 1979

Le décret du 12 mars 1979 classe la commune de Métabief parmi la liste des stations nationales de sports d'hiver.

  • 1993

La commune a accueilli les Championnats du monde de VTT en 1993 avec un record d'affluence (70 000 personnes sur le site lors de la journée du dimanche). Nicolas Vouilloz a une nouvelle fois été sacré champion du monde (Junior) lors de l'épreuve de descente cette année-là. La catégorie élite est remportée par l'américain Mike King

  • 1996

La commune accueille les Championnats d'Europe de VTT.

  • 2002

La commune accueille le Trophée National des Jeunes VTTistes.

  • 2001 et 2003

La commune accueille les Championnats de France de VTT.

  • 2004

La commune accueille le Trophée Européen des Jeunes VTTistes.

  • 2006

Ouverture du nouveau télésiège 6 places qui permet l'accès à l'ensemble du domaine et la liaison avec l'ensemble des pistes des secteurs de Métabief, " Paradis ", " Super-Longevilles " et " Piquemiette ".

  • 2012

La commune accueille FESTO, rencontre annuelle de jeunes espérantophones.

Économie[modifier | modifier le code]

Dès le XVe siècle, le développement de la commune connut un essor grâce à l'exploitation des mines de fer dit limonite de Métabief dont la fonte était extraite dans les hauts fourneaux de Rochejean et Pontarlier, et aussi de l'artisanat lié à la fabrication d'outils agricoles et d'exploitation des forêts. À partir du milieu du XIXe siècle, cette industrie a souffert de la concurrence de la fonte belge et écossaise et de la diminution des quantités de bois qui servait à l'alimentation des forges. Les habitants réorientèrent alors leur activité sur l'agriculture et la production laitière, avec aussi la fabrication du gruyère de Comté et le vacherin Mont d'Or, avec le défrichement en parallèle[4].

En 1879, une usine communale est construite à la place de l'ancien moulin incendié, qui a une activité de scierie-menuiserie de 1883 à 1985 et de meunerie jusqu'en 1960[5]. Cette ancienne usine hydraulique est inscrite au registre des monuments historiques depuis juin 1992.

Dès 1953, la commune connut un nouveau développement avec les sports d'hiver et l'essor de la station de ski de Métabief.

Spécialités gastronomiques locales[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires locales sont principalement fromagères : le comté, le morbier, la cancoillotte, et surtout le Mont d'Or (fromage saisonnier d'hiver) et le Petit Sancey (en été). Toutes les charcuteries fumées (souvent au tuyé) sont également au rendez-vous (viande des Grisons, brési, jambon de montagne, etc.).

Fromageries[modifier | modifier le code]

  • Fromagerie d'Alpage du Père François : possibilité de démonstration de fabrication et petits déjeuners dégustation de juin à septembre.
  • Fromagerie du Mont d'Or Sancey Richard : visite et film en 3 langues.
  • Caves d'affinage du fort Saint-Antoine : il s'agit d'un ancien fort militaire devenu cave d'affinage de comté.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • l'Open Enduro est une compétition VTT qui se tient en mai.
  • Le Trail du Mont d'Or : le 3ème dimanche de juin.
  • le Festival de la paille fin juillet : 12e édition en 2012 avec la venue de 11000 visiteurs[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1853 1865 Aimé CLAUDET    
1865 1870 Antoine BALLABEY    
1870 1871 Constant COLIN    
1871 1872 Joseph Léandre LABRUT    
1872 1878 Auguste MAIRE    
1878 1882 Jacques François MARANDIN    
1882 1884 Joseph COLIN    
1884 1888 Aimé LOMBARDE    
1888 1893 Jacques François MARANDIN    
1893 1900 Joseph FERREUX    
1900 1934 Marius MARANDIN    
1934 1944 Paul CHARNAUX    
1944 1971 Xavier AUTHIER    
mars 1971 1977 Bernard MARANDIN    
mars 1977 1983 Gabriel MAIRE    
mars 1983 1989 Gabriel MAIRE    
mars 1989 1995 Patrick LARCHER RPR  
mars 1995 2001 Patrick LARCHER RPR  
mars 2001 2008 Gérard DEQUE DVD  
mars 2008 2014 Gérard DEQUE [7] DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 088 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
239 221 235 215 235 297 292 290 288
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233 216 212 234 247 251 270 263 252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
235 240 204 165 150 157 171 137 124
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
123 165 197 250 504 691 907 897 1 085
2011 - - - - - - - -
1 088 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un monument aux morts original car orné des photos des disparus.
  • Le musée de la Meunerie qui a rouvert en 2012[10].

Ancienne abbaye à proximité[modifier | modifier le code]

  • L'abbaye de Mont-Sainte-Marie, qui se trouvait à environ cinq kilomètres de Métabief et qui avait été construite en 1199, fut détruite à la Révolution. Dans leurs cahiers de doléances, les habitants se plaignaient des lourdes charges qu'ils avaient à payer à l'abbaye.

Sites intéressants à proximité[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Joux.
  • La maison consacrée à l'espace naturel du Haut Doubs[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :