Vallorbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vallorbe (Suisse-France)
Blason de Vallorbe (Suisse-France)
Héraldique
Vue du village de Vallorbe.
Vue du village de Vallorbe.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Le Creux,Le Day
Communes limitrophes :
Ballaigues, Les Clées, Premier, Vaulion, L'Abbaye, Le Lieu, France La Vallée de Joux
Syndic Stéphane Costantini (depuis 2009)
Code postal 1337
N° OFS 5764
Démographie
Gentilé Les Vallorbiers
Population 3 539 hab. (31 décembre 2013)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ 43″ N 6° 22′ 45″ E / 46.711959, 6.37916746° 42′ 43″ Nord 6° 22′ 45″ Est / 46.711959, 6.379167  
Altitude 770 m
Superficie 2 319 ha = 23,19 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Vallorbe (Suisse-France)

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Vallorbe (Suisse-France)

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Vallorbe (Suisse-France)
Liens
Site web www.vallorbe.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Vallorbe est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Vallorbe se situe en Suisse, dans la chaîne du Jura et plus précisément sur la rivière de l'Orbe, au milieu d'un vallon dominé d'un côté par la chaîne de la Dent de Vaulion, de l'autre côté par celle du Mont d'Or, non fermé par le Mont d'Orzeires (chemin des grottes dans la forêt).

Histoire[modifier | modifier le code]

Vallorbe apparaît pour la première fois dans un document historique en 1139, dans une bulle de l'abbatiale de Romainmôtier. Les premiers habitants s'établissent autour de la Fontaine de St-Pancrace, restaurée en 2003.

La ligne ferroviaire Pontarlier - Vallorbe est ouverte au trafic le 1er juillet 1875 sur 26 km par la Compagnie Jougne - Éclépens (JE). Sur cette ligne se trouve le tunnel de Jougne long de 1662 mètres.

Le 7 avril 1883, un incendie détruit 98 maisons à Vallorbe.

Entre 1937 et 1941, le Fort de Pré-Giroud est construit pour interdire le passage du col de Jougne [3] et soutenir la défense de la frontière pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le 25 septembre 1944, des officiers de la 45e division d'infanterie américaine débarquée en Provence se présentent au poste de frontière de Vallorbe.

En avril 1945, après avoir obtenu des Allemands qu'ils le conduisent en Suisse, et du Gouvernement suisse qu'il accepte sur son territoire, le maréchal Pétain demande à regagner la France. Le 24 avril, les autorités suisses lui font rejoindre la frontière puis il est remis aux autorités françaises le 26 avril au poste frontière de Vallorbe où le général Kœnig est chargé de le prendre en charge à Vallorbe. Pétain est alors conduit en convoi automobile jusqu'à la gare des Hôpitaux-Neufs - Jougne[4], distante de quelques kilomètres où un train spécial le ramène de nuit à Paris. Il est condamné à la peine de mort. Sa peine est commuée en emprisonnement à perpétuité par le général de Gaulle.

Article détaillé : Arrestation du maréchal Pétain.

Le 22 janvier 1984, une liaison TGV est mise en place entre Paris et Lausanne. Cette liaison est exploitée conjointement par la SNCF et les CFF. Le passage de la frontière s'effectue à la gare de Vallorbe, inscrite comme bien culturel suisse d'importance nationale[5].

Le 13 novembre 2000 est inauguré le Centre d’enregistrement de Vallorbe. Toute personne déposant une demande d’asile sur le territoire suisse est automatiquement dirigée vers ce type de centre où elle sera prise en charge pour une durée maximale de deux mois.

Population[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
Année Habitants
1348 500
1703 925
1850 1491
1900 3279
1912 5310
1920 4621
1941 3592
1970 4028
1980 3375
1990 3271
2000 3247
2001 3096
2004 3118
2006 3144
2008 3295
2012 3405
2014 3667

En 2000, 85,5 % des habitants parlent français, 3,5 % italien et 2,4 % albanais. L'industrialisation a conduit Vallorbe à voir son nombre d'habitants augmenter rapidement et la commune a atteint son plus haut point en 1912 (5 310 habitants). Depuis, la population a toutefois baissé radicalement, le village perdant 16 % de sa population entre 1970 et 1980, suivant une tendance que connaissent beaucoup de communes suisses du Jura.

Politique[modifier | modifier le code]

Le Conseil communal est le législatif de la commune de Vallorbe. Il a été traditionnellement dominé par les partis de centre-droite, le Parti radical-démocratique et le Parti libéral, aujourd'hui fusionnés au sein du Parti libéral-radical. Le Parti socialiste a disposé de la majorité des sièges du Conseil communal entre 1950 et 1957. Une Entente communale a brièvement siégé au Conseil communal, obtenant sept sièges en 1977 et cinq en 1981. Lors des élections communales de 2011, c'est l'Union démocratique du centre qui a fait son entrée au Conseil communal. Depuis 1957, le Conseil communal, jusque-là élu selon le système majoritaire, est élu au système proportionnel. Le nombre de membres du Conseil communal vallorbier a varié au cours de l'histoire, allant de 50 à 75 selon les périodes.

Le Conseil communal compte actuellement cinquante membres. Il est composé en 2012 de 27 libéraux-radicaux, 19 socialistes et 4 UDC.

La Municipalité (exécutif) est composée, pour la législature 2011 - 2016, de cinq membres : un libéral (Stéphane Costantini), deux socialistes (Sylviane Tharin et Hervé Foretay) et de deux radicaux (Madeline Dvořāk et Christophe Schwerzmann). Le poste de syndic est occupé par Stéphane Costantini. Jusqu'en 1981, la municipalité était élue par le conseil communal. Depuis lors, elle est élue directement par la population.

Liste des syndics de Vallorbe[modifier | modifier le code]

Nom Début du mandat Fin du mandat Parti
Henri Jaquet-Addor 1922 1925 Parti radical-démocratique (PRD)
Gustave Jaillet-Combe 1926 1929 NC
Henri Jacquet-Addor (2) 1930 1945 Parti radical-démocratique (PRD)
Jean Glardon 1946 1949 Parti radical-démocratique (PRD)
Emile Favre 1950 1953 Parti Socialiste (PSS)
Ernest Truan 1954 1957 Parti Socialiste (PSS)
Jean Glardon (2) 1958 1967 Parti radical-démocratique (PRD)
André Jaillet 1968 1985 Parti radical-démocratique (PRD)
Philippe Mamie 1986 2001 Parti radical-démocratique (PRD)
Laurent Francfort 2002 2008 Parti libéral (PLS)
Stéphane Costantini 2009 Actuellement Parti libéral (PLS), puis Parti libéral-radical (PLR).

Monuments et tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fort de Pré-Giroud.

Sport[modifier | modifier le code]

  • Vélo-Club Vallorbe, fondé en 1926 [9]
  • Hockey-Club Vallorbe, fondé en 1949
  • Club de Karaté
  • Fédération Suisse de Gymnastique
  • Club de football
  • Mur de grimpe, fondé en 1928

Transport[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. Col de Jougne (France), map.geo.admin.ch, consulté le 16 décembre 2012
  4. Roger Maudhuy, Vichy, les procès de la collaboration, Bruxelles, Ixelles éditions,‎ 2011 (ISBN 978-2-87515-379-1, [books.google.fr/books?id=1HCeEVmlIIYC&pg=PT285&dq=Pétain+%2B+fort+de+Montrouge&hl=fr&sa=X&ei=Dn9mU_LjCKaw0QWQ7oHgBQ&ved=0CD0Q6AEwAg#v=onepage&q=Pétain %2B fort de Montrouge&f=false lire en ligne])
  5. a et b [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  6. Site officiel du musée
  7. Spéléo Lausanne
  8. Watch Valley
  9. http://vcv.ch/club/04423399e40ef521b/index.html site officiel du VC Vallorbe

Sur les autres projets Wikimedia :