Lee Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.

Lee Miller

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Lee Miller par David E. Scherman en 1944

Nom de naissance Elizabeth Lee Miller
Naissance 23 avril 1907
Poughkeepsie, États-Unis
Décès 21 juillet 1977 (à 70 ans)
Chiddingly, Angleterre
Nationalité Américaine
Profession Photographe
Autres activités
Formation
Descendants
Anthony Penrose
Signature de Lee Miller

Elizabeth « Lee » Miller, née le 23 avril 1907 à Poughkeepsie dans l'État de New York aux États-Unis et morte le 21 juillet 1977 à Chiddingly (en) dans le Sussex de l'Est en Angleterre, est une photographe américaine et un modèle.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1925, Lee Miller entreprend des études de théâtre et d'art plastique à l'École des beaux-arts de Paris puis à New York à partir de 1927, où elle pose pour des photographes, dont son père et aussi, Edward Steichen ou George Hoyningen-Huene. Elle travaille comme mannequin pour le magazine Vogue.

En 1929, elle quitte l'Amérique pour Paris et fait la connaissance de Man Ray avec qui elle vit et auprès de qui elle apprend le métier de photographe. En 1930, elle s'établit à son compte. Elle interprète le rôle de la statue dans le film de Jean Cocteau Le Sang d'un poète. Lee Miller quitte Man Ray et revient à New York en 1932 où elle ouvre son propre studio. La galerie Julian Levy organise sa première exposition personnelle. Deux ans plus tard, elle épouse Aziz Eloui Bey, un riche homme d'affaires égyptien et ils s'installent au Caire. Elle photographie alors le désert et des sites archéologiques, et produit une photo connue Portrait of Space.

Lors d'un voyage à Paris en 1937, elle fait la connaissance de l'écrivain surréaliste anglais Roland Penrose. « Penrose avait séduit Lee en Cornouailles et à Mougins en 1937, l'avait poursuivie à travers les Balkans en 1938, conquise en 1939 avec « The Road is Wider Than Long » en Égypte, enlevée et ramenée à Londres via Antibes au début de la guerre »[1]. Elle fréquente le groupe des surréalistes et devient un modèle pour Pablo Picasso qui réalise de nombreux portraits d'elle[2].

En 1940, Lee Miller travaille à Londres pour le magazine Vogue. En 1942, elle devient correspondante de guerre au sein de l'armée américaine et ses reportages et photographies sont publiés dans Vogue. De 1944 à 1946, en équipe avec David Sherman, photographe du magazine Life, elle suit l'armée américaine depuis le débarquement en France jusqu'en Roumanie, en passant par l'Allemagne, l'Autriche et la Hongrie. Elle témoigne de la vie quotidienne des soldats et découvre les camps de concentration de Buchenwald et Dachau. Ses photographies, dont celle de deux soldats ouvrant en pleine clarté un camion rempli de cadavres entassés, sont les premières à révéler le concret de l'horreur des camps. Il lui faudra écrire à Vogue et certifier que les clichés sont authentiques pour que le magazine les publie[3]. Elle fait également alors avec David E. Scherman, correspondant de Life, l'une de ses plus célèbres photos, son autoportrait prenant un bain dans la baignoire personnelle d'Hitler dans son appartement privé au 16, Prinzregentenplatz à Munich[4].

En 1946, avec Roland Penrose, Lee Miller rend visite à Max Ernst et son épouse Dorothea Tanning, en Arizona. Penrose et Lee Miller se marient l'année suivante, en Angleterre et ont un fils Anthony. De 1948 à 1973, elle poursuit son travail pour Vogue Magazine et ses photos illustrent les ouvrages de Penrose, Picasso et Antoni Tàpies. En 1949, Lee Miller s'installe avec son mari à Farley Farm House (en) dans le Sussex en Angleterre. Elle meurt dans sa résidence d'un cancer en 1977.

Son fils, Anthony Penrose, a fondé les archives Lee Miller dans le Sussex et a publié plusieurs livres sur la vie et l'œuvre de sa mère.

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sarah Wilson, La Planète affolée. Surréalisme, dispersion et influences, 1938-1947, catalogue d'exposition au Centre de La Vieille Charité, Marseille, Édition Musées de Marseille/Flammarion, 1986, page 163.
  2. William Rubin (sous la direction de) Picasso et le portrait, coédition Réunion des musées nationaux et Flammarion, Paris, 1996, p. 78 et 86, (ISBN 2-7118-3489-1).
  3. A.-J. Bizimana, 60e anniversaire de la libération d'Auschwitz - Comment la presse a découvert l'Holocauste dans Le Devoir du 27 janvier 2005.
  4. L'étonnante histoire d'une séance photo dans la baignoire d'Hitler pour le magazine Vogue sur www.slate.fr le 2 avril 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carolyn Burke, Lee Miller dans l'œil de l'histoire, Autrement, 2007.
  • Georgiana Colvile, Scandaleusement d'elles. Trente-quatre femmes surréalistes, Jean-Michel Place, Paris, 1999, pages 196 à 205 (ISBN 2-85893-496-7).
  • Marc Lambron, L'Œil du silence, 1993 (Prix Fémina 1993) : de 1944 à 1946, la vie romancée d'Elizabeth Miller.
  • Antony Penrose, The Lives of Lee Miller, Thames and Hudson, Londres, 1985.
  • Antony Penrose, Lee Miller's war 1944-1945, Condé Nast Books, Londres, 1992. Traduction française de Noëlle Akoa Lee Miller photographe et correspondant de guerre, éd. Dumay, Paris, 1994.
  • Antony Penrose, Lee Miller, muse et artiste surréaliste, in La Femme s'entête/La Part du féminin dans le surréalisme, textes réunis par Georgiana Colvile et K. Conley, Lachenal & Ritter, Paris 1998.
  • The Legendary Lee Miller photographer 1907-1977, Lee Miller Archive, East Sussex, 1998.

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Lee Miller ou la Traversée du miroir, film de Sylvain Roumette (France, 1995, 54 min, Production Terra Luna Films).

Liens externes[modifier | modifier le code]