L'Étonnante Aventure de la mission Barsac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Étonnante Aventure
de la mission Barsac
Auteur Jules Verne
Pays d'origine France
Date de parution 1919
Dessinateur George Roux
Série Voyages extraordinaires
Chronologie
Précédent Le Secret de Wilhelm Storitz Paris au XXe siècle Suivant

L'Étonnante Aventure de la mission Barsac est un roman publié en 1919 sous le nom de Jules Verne, mais écrit par son fils Michel Verne à partir d'un manuscrit de son père nommé Voyage d'étude.

Le roman raconte une expédition en Afrique dans la boucle du fleuve Niger. Les illustrations du livre sont de George Roux.

Historique[modifier | modifier le code]

L'œuvre paraît sous forme de feuilleton, puis est éditée en volume en 1919, après la mort de Jules Verne.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Amédée Florence, journaliste et narrateur du récit.
  • M. Poncin, obsédé par les statistiques : « dans la boucle du Niger, il y a une moyenne de 9 millièmes de caïman [...] par mètre courant de rivière ».
  • Le député Barsac, homme politique, idéaliste, avec des discours pompeux, voire un peu soporifiques. Initialement, Jules Verne voulait choisir comme titre du livre « Voyage d'étude », mais le roman a finalement pris un titre beaucoup plus accrocheur dont ce personnage secondaire est éponyme.
  • Baudrières, son contraire quant aux idées, avec les mêmes défauts.
  • M. de Saint-Bérain; distrait, passionné de pêche à la ligne : ses rapports avec sa nièce évoquent les personnages des deux oncles dans Le Rayon vert.
  • Jane Buxton : séduisante jeune fille, intelligente et décidée, c'est le pivot autour duquel toute l'action du roman tourne; son corsage lui permet de camoufler un couteau.
  • M. Châtonnay, médecin, amateur de citations malheureusement peu pertinentes.
  • Le capitaine Marcenay ; il est amoureux, mais il obéit aux ordres même s'il a un doute sur leur authenticité et si cela laisse sa bien-aimée sans protection.
  • Marcel Camaret, personnage de savant fou génial, naïf, distrait, mais aussi atteint d'un début de folie des grandeurs.
  • Harry Killer, gangster alcoolique, tyran de Blackland qui manipule Marcel Camaret.
  • Malik et Tongané ; couple de fidèles serviteurs noirs : on retrouve ce genre de personnages stéréotypés dans d'autres romans de Jules Verne (Nord contre Sud, L'Île mystérieuse).
  • Lewis Buxton : banquier, frère de Jane Buxton.

Jules et Michel Verne précurseurs de certains romans policiers du XXe et XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Avec verve et talent, Jules Verne commence le livre par une attaque de banque.

Michel Verne décrit l'autopsie d'un squelette.

Michel Verne précurseur de découvertes techniques[modifier | modifier le code]

  • Système de télésurveillance : Michel Verne l'appelle un « cycloscope ».
  • La transmission sans fil en morse : c'était une invention qui était révolutionnaire à l'époque. Michel Verne cite les découvreurs Édouard Branly et Guglielmo Marconi.
  • Drone : Dans le livre, les « guêpes » sont des engins volants sans pilote permettant de mitrailler le sol.
  • Ensemencement des nuages: Michel Verne décrit aussi un dispositif permettant de déclencher la pluie dans une zone semi-désertique. Ce genre de dispositif qui semblait de la science-fiction même à notre époque, commence à devenir réalité depuis l'ensemencement des nuages avec de l'iodure d'argent selon une technique élaborée depuis 1946 et appliquée dans de nombreux pays (USA, Canada, Australie, Italie...), notamment en Afrique sub-saharienne récemment, et en Chine à grande échelle depuis la préparation des Jeux olympiques de 2008.

Esperanto[modifier | modifier le code]

Jules Verne voulait profiter de ce livre pour vanter les possibilités de l'esperanto comme langage universel ; ce qu'il avait déjà esquissé dans Vingt mille lieues sous les mers : le Nautilus était une société de gens de nationalités diverses, parlant une langue universelle et dont un matelot, arraché par un calmar géant, se souvient brusquement de sa langue d'origine, le français. Son fils conservera seulement l'idée d'une ville (Blackland) où on parle plusieurs langues, mais il ne fera aucune allusion à l'espéranto.

L'Afrique vue par Jules et Michel Verne[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il entama la rédaction de ce roman en juillet 1903 sur la base d'une trame détaillée, Jules Verne avait situé l'action au Congo. La presse, à la suite de Edmund Dene Morel se faisant l'écho en juillet et août 1903 de graves exactions contre les populations indigènes, Jules Verne suspend sa rédaction. Michel Verne publiera en 1913 une version achevée par ses soins (sans que son nom n'apparaisse). Le récit achevé par Michel est situé dans le Soudan français (actuel Mali et Burkina Faso) sans doute suivant le projet de Jules Verne qui ne pouvait plus situer ce récit idéaliste dans une région que l'actualité avait mis au premier plan à cause de cruautés considérables qui s'y seraient commises (la presse ira jusqu'à mentionner trente millions de morts, ce qui paraît peu crédible). Voir État indépendant du Congo.

L'action se passe donc dans la boucle du fleuve Niger. Les auteurs citent de nombreux noms qui font rêver :

Jules Verne décrit l'exploration de la boucle du fleuve Niger par les médecins Barth (1853), Crozat (1890), par des officiers : du lieutenant de vaisseau Caron (1887) au colonel Audéoud (1898).

Le roman montre l'importance du ministère des Colonies à l'époque et le rôle de l'armée dans ces contrées sauvages.

La monnaie utilisée dans cette partie de l'Afrique était les cauris (nom d'une variété de coquillage).

Jules et Michel Verne étaient contre l'esclavage, mais ils renvoyaient dos à dos les préjugés racistes de leur époque et l'antiracisme.

  • Le député Barsac voulait prouver que les populations noires étaient suffisamment adultes pour avoir le droit de vote; l'expédition prouvera le contraire, mais cela ne nuira pas à la carrière politique du député, bien au contraire. C'est que le député Baudrières convaincu de la thèse contraire, n'a pas réussi dans son voyage d'études à prouver qu'il avait raison. Certains de ses arguments s'expliquaient par l'existence même de Blackland. La devise des deux députés, formulée par Barsac (et créée par Michel Verne) c'est « Un homme politique peut se tromper, il ne doit jamais reconnaître son erreur ». Mais il est trahi lorsque Camaret découvre la vérité, l'enlèvement de la mission par les hommes d'Harry Killer lui paraît encore beaucoup plus grave que les massacres de Noirs emprisonnés à Blackland.
  • Il y a une allusion à l'anthropophagie. Dans d'autres romans de Jules Verne, ce thème est abordé, notamment dans Les Enfants du capitaine Grant et Le Chancellor.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptation en dessin animé[modifier | modifier le code]

Certains éléments de cette histoire ont été repris dans le feuilleton en dessin animé japonais (anime) Le Secret du sable bleu (Pata pata hikôsen no bôken) du réalisateur Yano Yuichiro. Il existe un autre anime japonais avec un titre semblable Nadia, le secret de l'eau bleue qui lui s'inspire assez librement de Vingt mille lieues sous les mers, un autre roman de Jules Verne.

Adaptation en film[modifier | modifier le code]

Sahara, film américain de Breck Eisner, sorti en 2005, avec Penélope Cruz et Lambert Wilson, reprend certains éléments de ce livre : le fleuve Niger et la cité industrielle au beau milieu du désert. Ces éléments ne proviennent pas directement du livre de Jules Verne ; ils proviennent sans doute du livre Sahara de Clive Cussler, qui lui-même s'est inspiré de Jules Verne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]