Niger (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

9° 39′ 00″ N 10° 52′ 00″ O / 9.65, -10.8667 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niger (homonymie).
Niger
Le Niger à Koulikoro (Mali).
Le Niger à Koulikoro (Mali).
Le fleuve Niger avec les limites nationales
Le fleuve Niger avec les limites nationales
Caractéristiques
Longueur 4 184 km
Bassin 2 262 000 km2
Bassin collecteur bassin du Niger
Débit moyen 6 000 m3/s (Sokoto)
Régime pluvial tropical
Cours
Source au pied des Monts Loma
· Localisation Tembakounda
· Altitude 490 m
· Coordonnées 9° 39′ 00″ N 10° 52′ 00″ O / 9.65, -10.86667 (Source - Niger)  
Embouchure l'océan Atlantique
· Altitude 0 m
· Coordonnées 5° 19′ N 6° 25′ E / 5.317, 6.417 (Embouchure - Niger)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Guinée Guinée
Drapeau du Mali Mali
Drapeau du Niger Niger
Drapeau du Bénin Bénin
Drapeau du Nigeria Nigeria

Le Niger est un fleuve d'Afrique occidentale, le troisième du continent par sa longueur après le Nil et le Congo. Il prend sa source en Sierra Leone à 800 m d'altitude au pied des Monts Loma pour, après une grande boucle aux confins du Sahara se jeter dans l'océan Atlantique au Nigéria. Son cours traverse ou borde six États et il inspire son nom à deux d'entre eux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Carte de l'Afrique gravée et imprimée à Amsterdam, 1660.

L'étymologie du nom du fleuve est incertaine. Sur les anciennes cartes européennes, le nom est donné au bras moyen du fleuve au Mali actuel. Sur la carte hollandaise de 1660, ci-contre, le Niger apparaît comme identique au fleuve Sénégal (rio senega) qu'il prolonge après Tombouctou prenant alors le nom de fluvius Niger. Cette carte montre que les Européens connaissent l'existence d'un grand fleuve à l'intérieur des terres, mais n'en connaissent clairement ni la source (sur la carte, quelque part dans la région des Grands Lacs) ni le delta (confondu avec celui du fleuve Sénégal). Dans le golfe du Bénin, le fleuve qui débouche n'est pas identifié par le cartographe.

Il est tentant, avec un peu d'eurocentrisme, de faire du latin Niger (« noir ») l'étymon du fleuve. Mais les Portugais, premiers explorateurs et colonisateurs des côtes africaines, nous auraient laissé, sans avoir recours au latin, un Rio Negro (comme ils l'ont fait ailleurs, au Brésil, par exemple) en utilisant leur propre langue dans les cartes diffusées. De plus, les eaux du fleuve ne sont pas noires (ce qui explique le plus souvent l'appellation de rio negro). La tentation d'explication suivante serait de dire que le fleuve a été nommé ainsi pour le désigner comme le « fleuve des Noirs ». Elle ne tient pas non plus : aucune autre rivière africaine, asiatique ou américaine n'a pris le nom de la couleur du peuple qui en habite les rives.

L'explication la plus probable est que les Portugais, comme ils le font pour le Sénégal, adoptent le nom local du fleuve et l'étymologie la plus probable, si l'on retient cette hypothèse, est le touareg gher n gheren (« fleuve des fleuves ») abrégé en ngher et en usage le long des rives à Tombouctou[1].

Il est utile, en soutien de l'étymon d'origine berbère, de mentionner que la table de Peutinger mentionne un fleuve africain, le flumen Girin (« fleuve Girin ») et légende : Hoc flumen quidam Grin vocant, alii Nilum appelant, dicitur enim sub terra Etyopium in Nylum ire Lacum, « ce fleuve est nommé Grin, d'autres l'appellent Nil. On dit qu'il coule au sud de (« sous ») l'Éthiopie (« l'Afrique ») et se jette dans le lac du Nil. » Notons qu'en dépit de ces explications, le Girin et le Nil ne sont pas, topographiquement parlant, reliés par le cartographe antique.

Le Niger a plusieurs noms locaux dont le mandingue Jeliba ou Joliba ou Dhioliba, le songhaï Issa Beri (littéralement: le grand cours d'eau).

Géographie[modifier | modifier le code]

L'énigme du Niger[modifier | modifier le code]

Le Niger est longtemps resté une énigme pour les géographes. Les caravanes sahéliennes qui commerçaient avec l'Afrique du Nord depuis Tombouctou rapportaient que cette ville était irriguée par un grand fleuve mais c'était la seule information dont disposaient les géographes européens qui ont, de manière plus ou moins sérieuse, plus ou moins documentée, rempli les blancs. Les hypothèses les plus fantaisistes étaient avancées.

Certains le confondaient avec le Sénégal ou avec le Congo, d'autres en faisaient une branche du Nil et pour d'autres encore, c'était une rivière tributaire d'un lac intérieur.

Dans le livre V de son Histoire naturelle, Pline l'Ancien mentionne ce fleuve à plusieurs reprises[2] : « le fleuve Nigris sépare l'Afrique de l'Éthiopie ». L'Afrique étant pour Pline la province romaine correspondant à notre Afrique du Nord et l'Éthiopie, un terme générique pour toute l'Afrique noire. « Dans l'intérieur de l'Afrique, du côté du midi, au-dessus des Gétules, et après avoir traversé des déserts, on trouve d'abord les Libyégyptiens, puis les Leucéthiopiens; plus loin, des nations éthiopiennes : les Nigrites, ainsi nommés du fleuve dont nous avons parlé. » Cette mention corrobore l'hypothèse faite ci-dessus sur l'étymologie du nom : le peuple africain prend, pour l'auteur latin son nom du fleuve et non l'inverse. « Le Nigris a la même nature que le Nil ; il produit le roseau, le papyrus et les mêmes animaux ; la crue s'en fait aux mêmes époques; il a sa source entre les Éthiopiens Taréléens et les Oecaliques. » Hélas pour les géographes futurs, Pline ne nous renseigne pas sur ces deux peuples. La source du Niger reste donc un mystère imprécis. Plus loin, Pline suppose que le Nil et le Niger sont reliés entre eux : « [le Nil] se dérobe encore une fois dans des déserts de vingt journées de marche, jusqu'aux confins de l'Éthiopie; et lorsqu'il a reconnu derechef la présence de l'homme, il s'élance, sans doute jaillissant de cette source qu'on a nommée Nigris. Là, séparant l'Afrique de l'Éthiopie, les rives en sont peuplées, sinon d'hommes, du moins de bêtes et de monstres : créant des forêts dans son cours, il traverse par le milieu l'Éthiopie, sous le nom d'Astapus, mot qui, dans la langue de ces peuples, signifie une eau sortant des ténèbres. »

En 1812, Le Niger est encore crédité d'un cours est-ouest et son embouchure est située "quelque part" au Sierra Leone.

Au milieu du XIVe siècle, le voyageur et géographe arabe, Ibn Battûta, traverse le Sahara, longe le Niger qu'il croit, lui aussi, être le Nil, pour rejoindre Gao, et l'empire du Mali. Il remonte le fleuve jusque Tombouctou qu'il quitte en traversant le désert vers son Maroc natal — il ne tente pas, hélas pour la précision géographique, de le remonter jusqu'à l'Égypte. Le flou reste entier.

Un siècle plus tard, les explorateurs portugais sont les premiers à explorer systématiquement et à coloniser les côtes africaines pour sécuriser la route maritime vers l'Inde. Le Niger est toujours mentionné sur leurs cartes mais, la plupart du temps, comme l'amont du fleuve Sénégal. À dire vrai, l'Afrique intérieure les intéresse peu.

Cela reste vrai pour les puissances coloniales successives qui prennent la haute main en mer : Hollandais, Français, Anglais, tous dressent des cartes et toutes se trompent quant au fleuve qui nous intéresse.

À la fin du XVIIIe siècle, il devient clair que le Niger n'est pas le Nil ni le Sénégal et Tombouctou est une ville mythique dans l'imaginaire européen à la suite des descriptions qu'en a laissées Léon l'Africain sur sa richesse en or, étoffes et esclaves, qui aiguise la soif de connaissance (sinon d'or) des Européens. Les Anglais fondent, en 1788, l'Association pour la promotion et la découverte des parties intérieures de l'Afrique (Association for Promoting the Discovery of the Interior Parts of Africa), plus connue sous le nom abrégé d'Association africaine. Son but est la localisation précise de Tombouctou et la définition du tracé du Niger. Plusieurs expéditions sont organisées.

Le major Daniel Houghton (1740-1791) établit que le cours du fleuve orienté ouest-est empêche qu'il soit le prolongement du fleuve Sénégal. Il meurt lors d'une expédition exploratoire. On doit à son successeur, Mungo Park (qui sera indirectement à l'origine du mythe des Monts de Kong, qui délimiteront sur la plupart des cartes du XIXe siècle le bassin du Niger du Golfe de Guinée), d'avoir, lors d'une expédition en 1805, descendu le fleuve sur 1 600 km de Bamako à Boussa afin de prouver sa route exacte vers l'océan Atlantique. Reste à en trouver la source.

Alexander Gordon Laing, militaire britannique en poste au Sierra Leone, est le premier explorateur qui, au début des années 1820 estime avec précision les coordonnées géographiques de la source du fleuve (quand bien même il ne peut l'atteindre, la région étant aux mains des indigènes). Il meurt, lui aussi, à Tombouctou en 1826 lors d'une mission géographique d'exploration du cours du Niger. En 1828, René Caillé est le premier Européen à revenir vivant de Tombouctou, ce qui lui vaut un prix de la part de la Société de géographie. Il fait part de ses découvertes dans son récit Voyage à Temboctou et à Djenné dans l'intérieur de l'Afrique, publié en 1830.

Bassin hydrographique[modifier | modifier le code]

Le bassin du fleuve Niger

Il prend sa source au pied des monts Tingi, à la frontière de la Sierra Leone et de la Guinée. Il prend une direction nord-est, traversant la Guinée et le sud du Mali où, après avoir traversé Bamako, il reçoit le Bani, qui vient de Côte d'Ivoire. Par la suite il arrose Tombouctou et Gao.

Entre KéMacina et Tombouctou il s'étend en une vaste plaine inondée de près de 40 000 km2 au maximum de l'inondation, dans ce qu'on appelle le delta intérieur, où son débit est réduit. Il y perd entre 25 et 50 % de ses eaux, principalement par évaporation.

Il se dirige ensuite vers le sud-est, traverse l'ouest du Niger dont la capitale Niamey, longe la frontière Niger-Bénin, puis le Nigeria où il s'oriente de plus en plus vers le sud, vers un delta marécageux. Avant de rejoindre l'Atlantique à Port Harcourt après un périple de 4 184 km, il reçoit à Lokoja en rive gauche son principal affluent, la Bénoué, en provenance du Cameroun, qui double son débit avant le delta maritime.

Malgré sa faible anthropisation, le fleuve Niger fait partie de ces fleuves (tout comme le Sénégal) qui ont été fortement aménagés depuis les années 1980 à cause de l'accentuation de la sécheresse. Par le biais de l'Autorité du Bassin du Niger (ABN), organisme de coopération internationale entre neuf pays qui se partagent son bassin (1980), et la création de l'Office du Niger (1932), le fleuve constitue un véritable enjeu agricole mais aussi électrique. L'aménagement de barrages (le barrage hydroélectrique de Sélingué, celui de Kainji) a désormais la vocation de sortir les pays africains de la dépendance énergétique (hydroélectricité) et céréalière (irrigation de périmètre de riziculture).

Les pays membres de l’Autorité du bassin du Niger ont signé à Niamey le 30 avril 2008 la charte de l’eau du bassin du Niger[3]. Cet instrument juridique concerne l’ensemble des « activités consacrées à la connaissance, la gouvernance, la préservation, la protection, la mobilisation et l’utilisation des ressources en eau du bassin » et s’applique au fleuve Niger, à ses affluents, sous affluents et défluents[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

Pêcheur Bozo sur le fleuve Niger près de Gao, au Mali.
Moisson en pinasse sur le fleuve Niger près de Bourem, au Mali.

Le cours du fleuve peut être divisé en quatre sections :

Principales villes arrosées[modifier | modifier le code]

De l'amont vers l'aval, les villes suivantes sont arrosées par le fleuve : la capitale du Mali : Bamako, Koulikoro, Ségou, Djenné, Mopti, Niafunké, Tombouctou, Gao, Tillabéri, Niamey, Kollo, Say, Gaya, Malanville, Onitsha, Port Harcourt.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gouvernance environnementale.

En 2004 a été signée à Paris une déclaration sur « Les principes de gestion et de bonne gouvernance pour un développement durable et partagé du bassin du Niger » par neuf chefs d'État et de gouvernement (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigeria). Une « vision claire et partagée » du Bassin du Niger a été élaborée, afin de créer un « environnement propice » à la coopération et de préparer un « Plan d’Action de Développement Durable (PADD) », accepté par tous les acteurs du bassin[5].

L'agence a pris le nom d'« agence de bassin du fleuve Niger » (ABFN).

Le fleuve Niger fait l'objet d'une gestion intégrée des ressources en eau, dans le cadre du projet ECHEL-Eau du dispositif Challenge Programme Water & Food (CPWF) du Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale[6].

Ponts[modifier | modifier le code]

À partir de Bamako, il n'y a que 9 ponts permettant de traverser le fleuve Niger :

République, dans le cadre des festivités du 51ème anniversaire de l’Indépendance correspondant également avec les 51 ans des relations d’amitié entre le Mali et la Chine d’où le nom du pont. La première pierre du pont a été posée le 13 février 2009 par les chefs d’Etat malien Amadou Toumani Touré et chinois Hu Jintoa lors de sa visite d’Etat effectué en novembre de la même année au Mali. Ce pont résulte d’une promesse de la République populaire de Chine faite au Mali en novembre 2006, lors du sommet Chine-Afrique. Les travaux de constructions ont pris 27 mois d’intenses travaux menés par les ingénieurs et les ouvriers maliens et chinois, soit huit mois avant le délai contractuel qui expirait en avril 2012. Ils ont coûté plus de 30 milliards F cfa entièrement financés par un don du gouvernement chinois. Il a une longueur de 1616 m..

En dehors de ces ponts, des bacs assurent la traversée.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]