Léonce Bénédite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léonce Bénédite, né à Nîmes le 14 janvier 1856 et mort à Paris en 12 mai 1925, est un historien d'art et conservateur français. Il fut directeur du Musée du Luxembourg à Paris avant de devenir le premier conservateur du Musée Rodin. Il est le frère aîné de l'égyptologue Georges Bénédite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Historien de l'art, Léonce Bénédite connaît un tournant dans sa carrière quand il assure l'intérim d'Étienne Arago à la tête du Musée du Luxembourg à Paris, à partir de 1892. Confirmé dans ses fonctions en 1895, il ne cesse de déplorer le manque de moyens affectés aux collections nationales d'art contemporain dont il a la charge.

Malgré un budget qui n'atteindra jamais celui de ses homologues européens, le Musée du Luxembourg connaît sous la direction de Bénédite un développement de ses collections, notamment par l'acceptation partielle du legs de Gustave Caillebotte, constitué d'œuvres de peintres impressionnistes, pour lequel il fait construire une annexe « provisoire » parallèle à l'extension déjà ajoutée à l'orangerie du Luxembourg en 1886.

Souvent critiqué pour ses goûts conservateurs en matière de nouvelles acquisitions, il n'en critique pas moins le conservatisme des hauts fonctionnaires des ministères de tutelle, que ce soit aux Beaux-Arts ou aux Travaux Publics. En effet, le Musée du Luxembourg, depuis son transfert à l'orangerie du Luxembourg en 1886, souffre d'une absence de réserves, de l'inexistence de services pour le public et d'une insuffisance des espaces d'exposition : Bénédite proposera pendant plus de 25 ans des projets de reconstruction du musée, d'agrandissement de l'orangerie et de transfert des collections, sans jamais parvenir à dépasser le stade du décret non appliqué. Pour parvenir à ses fins, il n'hésita pas à faire appel au mécénat américain, éventualité catégoriquement refusée par les Chambres, dans un contexte d'« exil » des chefs-d'œuvre aux États-Unis.

Connu pour son attachement à Auguste Rodin, Bénédite devient, parallèlement à son rôle au Musée du Luxembourg, le premier conservateur du Musée Rodin, créé dans l'hôtel Biron, légué par l'artiste à l'État. Il est également reocnnu pour avoir donné ses lettres de noblesse à la peinture orientaliste « renouvelée » par la création du prix Abd-el-Tif et du Musée des beaux-arts d'Alger (devenu le MNBA).

Outre ses activités d'historien d'art, de membre de la Commission des acquisitions des Musées nationaux, ou de président de la Société des peintres orientalistes français, qui mériteraient d'être approfondies, Bénédite organisa aussi un certain nombre d'expositions qui firent date dans l'histoire de l'art. Mais de son rôle de conservateur de musée, retenons qu'il fut l'un des premiers à esquisser les prémices d'une théorie de la muséographie de l'art contemporain.

Ses archives sont conservées à la Bibliothèque centrale des musées nationaux (Paris, palais du Louvre).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Musée du Luxembourg. Paris : L. Baschet, s. d. [1894].
  • Expositions périodiques d’estampes : première exposition, février-juillet 1897 : catalogue des œuvres exposées de Bracquemond : Paris, musée national du Luxembourg. Paris : Librairies-imprimeries réunies, s. d. [1897].
  • Expositions périodiques d’estampes : deuxième exposition (4 avril 1898) : catalogue des œuvres exposées de Claude-Ferdinand Gaillard : Paris, musée national du Luxembourg. Paris : Librairies-imprimeries réunies, s. d. [1898].
  • Catalogue des lithographies originales de Henri Fantin-Latour : expositions périodiques d’Estampes, troisième exposition (1er juin 1899) : Paris, musée national du Luxembourg. Paris : Librairies-imprimeries réunies, s. d. [1899].
  • Musée national du Luxembourg. Expositions périodiques d’estampes. Quatrième exposition (juin 1900). Catalogue des œuvres exposées de Alphonse Legros : Paris, musée national du Luxembourg. Paris : Librairies-imprimeries réunies, s. d. [1900].
  • L’Art à l’Exposition universelle de 1900. Paris : Librairie de l’art ancien et moderne, 1900.
  • Catalogue sommaire des peintures, sculptures, dessins, gravures en médailles et sur pierres fines et objets d’art divers de l’école contemporaine : exposés dans les galeries du Musée national du Luxembourg. Paris : Librairies-imprimeries réunies, s. d. [1902].
  • Histoire des Beaux-Arts 1800-1900 : peinture, sculpture, architecture, médaille et glyptique, gravure, art décoratif en France et à l’étranger. Paris : Ernest Flammarion, s. d. [1909].
  • Description des ouvrages de peinture, dessins et aquarelles de l’École Britannique moderne : offerts à la France par M. Edmund Davis, suivie de la nomenclature des ouvrages d’artistes anglais modernes appartenant aux collections nationales. Paris : Braun et C., 1915.
  • Peinture, Dessins, Aquarelles et Pastels, sculptures et médailles de l’école belge contemporaine, appartenant aux collections nationales. L’œuvre gravé et lithographié de Frank Brangwyn offert au Musée du Luxembourg par l’auteur… : catalogue des estampes exposées. Paris : Braun et Cie, 1915.
  • La Grande Guerre : l’effort et l’idéal de la Grande Bretagne. Lithographies originales d’artistes britanniques : Paris, musée national du Luxembourg, février-mars 1918. Paris : Musée du Luxembourg, 1918.
  • Exposition d’artistes de l’école américaine : Paris, musée du Luxembourg, octobre-novembre 1919. Paris : Frazier-Soye, imprimeur, 1919.
  • Musée Rodin : catalogue sommaire des œuvres d’Auguste Rodin et autres œuvres d’art de la donation Rodin exposés à l’Hôtel Biron. Paris : Frazier-Soye, 1919.
  • Exposition hollandaise : tableaux, aquarelles et dessins anciens et modernes : Paris, musée du Jeu de paume, avril-mai 1921. La Haye : Impr. de Mouton, 1921.
  • Exposition de l’art belge, ancien et moderne… : Paris, musée du Jeu de paume, 11 mai au 10 juillet 1923. Bruxelles : G. Van Oest, 1923.
  • Le Musée du Luxembourg : les peintures école française. Paris : H. Laurens, 1923.
  • Le Musée du Luxembourg : peintures, pastels, aquarelles et dessins des écoles étrangères. Paris : H. Laurens, 1924.
  • Exposition de l’art suisse du XVe au XIXe siècle : (de Holbein à Hodler) : Paris, musée du Jeu de paume, juin-juillet 1924. Paris : F. Boissonnas, s. d. (1924).
  • Théodore Chassériau ; sa vie et son œuvre. Manuscrit inédit publié par André Dezarrois. Paris : Les Éditions Braun, 1931. 2 vol.

Articles[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Alary, "L’Art vivant avant l’art moderne. Le Musée du Luxembourg, premier essai de muséographie pour l’“art vivant” en France", Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 42-2, avril-juin 1995
  • Mathilde Arnoux, "Que montrer de son voisin ? La correspondance entre les conservateurs Alfred Lichtwark et Léonce Bénédite, une coopération intellectuelle franco-allemande au tournant du siècle", in Revue de l’Art n° 153, 2006-3, 57-68
  • Mathilde Arnoux, "Léonce Bénédite [1]", Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Philippe Sénéchal, Claire Barbillon, dir., Paris, site web de l’INHA, 2009
  • Julien Bastoen, L’État aux prises avec la modernité. Le Musée des artistes vivants, laboratoire d'expérimentation architecturale et muséographique. Du Palais du Luxembourg au Palais de Tokyo, 1818-1937, mémoire de DEA 'Le projet architectural et urbain', Université Paris VIII, 2004
  • Jeanne Laurent, Arts et pouvoirs en France, histoire d'une démission artistique, Saint-Etienne, CIEREC, 1982
  • Le Hen V., Stalloni O., Léonce Bénédite (1859-1925), conservateur du Musée national du Luxembourg et du Musée Rodin, Mémoire d'étude, sous la direction de Roland Schaer, Paris : École du Louvre, 1994
  • Emmanuelle Tordjman-Belz, Léonce Bénédite et le Musée du Luxembourg, Mémoire d'étude, sous la dir. de Chantal Georgel, Paris : École du Louvre, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]