Histoire de la cuisine japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les sushis, l'un des emblèmes de la cuisine japonaise.

De par la nature même de l'archipel japonais, composé de nombreuses îles et s'étendant sur plus de 3 500 kilomètres, la cuisine japonaise est avant tout une cuisine de région (voire locale) où certains principes majeurs se déclinent au gré des goûts et des ingrédients locaux à disposition[1]. Il en résulte une très grande diversité de plats ; cependant, ces cuisines ont été progressivement marquées à la fois par des évolutions communes du mode de consommation dans tout le pays et par des innovations étrangères (nouveaux ingrédients, nouvelles techniques culinaires) rapidement acceptées, diffusées et adaptées partout dans le pays.

Origines[modifier | modifier le code]

Époque Jomon (-14000 – -400)[modifier | modifier le code]

Poterie jomon (14,000–8000 av. J-C.) Musée national de Tokyo, Japon.

La période Jōmon correspond à la protohistoire japonaise. Pendant cette période, l'alimentation au Japon a progressivement évolué en mutant de l'alimentation classique des chasseurs-cueilleurs nomades à celle de peuples sédentaires maîtrisant l'agriculture et la cuisson.

Dans la Préhistoire japonaise, les Jomon habitant le Japon étaient essentiellement des chasseurs cueilleurs semi-sédentaires. Les Jōmon disposent sur ces îles d'une grande diversité de ressources naturelles dans tous les biotopes de leur archipel : au printemps et au début de l'été, les espèces de poissons de haute mer (thons et bonites) et les mammifères marins sont pêchés, alors qu'ils s'approchent des côtes pour se reproduire. Le saumon et les autres espèces marines ramenées par le courant Oyashio sont aussi pêchés. Au bord de la mer du Japon comme du Pacifique, de nombreux amas coquilliers témoignent de la présence forte dans l'alimentation de crustacés et fruits de mer. La pêche de rivière ainsi que la chasse est pratiquée. À la fin de l'automne et pendant tout l'hiver, les daims et les sangliers sont chassés, mais aussi l'ours, le cerf et le lièvre. Beaucoup d'essences d'arbres locales fournissent de grandes quantités de nourriture pour les humains et les animaux. En automne, les fruits et les graines sont prêts à être cueillis, et la récolte de châtaignes, noix, noisettes et glands est stockée dans de nombreux silos souterrains. Les ignames et autres plantes sauvages viennent compléter l'alimentation. Si les techniques agricoles ne sont pas encore attestées, on constate le développement progressif d'une culture de certains types de plantes comme la courge, la noisette, et le millet[2].

Il existe des preuves que le soja était déjà présent au Japon et probablement cultivé durant l'époque Jomon, des variations dans la taille des graines significatives indiquant une sélection par la main de l'homme, probablement en de multiples endroits en Corée, en Chine et au Japon, avant -5000, et en grande quantité à partir de -3000[3].

Les premières preuves de cuisson proviennent des poteries. Elles étaient pour la plupart d'assez petits bols à fond rond de 10-50 cm de haut utilisés pour faire bouillir les aliments et les stocker. Certaines remontent au XIVe millénaire av. J.‑C.[4],[5],[6].

Les premières poteries Jomon se déclinent tout au long de l'archipel ; les archéologues dénombrent 70 styles différents et d'autant plus de sous-styles[7],[8],[9]. Si les premières poteries sont de taille réduite pour pouvoir être transportées facilement, la taille des pièces de poterie augmente progressivement et leur style se diversifie, témoignant de la sédentarisation progressive de ces peuples[10].

Après -1500, le climat refroidissant, la population réduit dramatiquement. Par rapport à la période précédente, peu de sites prouvent une présence humaine après -1500. À partir de -900, de nouveaux arrivants venant de la péninsule coréenne s'installent dans l'ouest du Kyushu. Ces nouvelles populations apportent avec eux de nouvelles techniques et de nouveaux ingrédients : ils apportent la culture du riz et maitrisent le bronze, le fer, et une poterie similaire à celle de la culture Mumun. Pendant un millier d'années, les 2 populations coexistent. La nouvelle agriculture est appelée Yayoi d'après le nom d'un site proche de Tokyo [9], correspondant à une nouvelle période de l'histoire du Japon (en dehors d'Hokkaido, la culture Jomon subsistant là bas sous le nom de Zoku-Jōmon (post-Jōmon) ou Epi-Jōmon. La culture Zoku-Jōmon fut elle-même remplacée par la culture Satsumon aux alentours du VIIe siècle.

Yayoi (- 400–250)[modifier | modifier le code]

Reconstitution du village Yayoi de Yoshinogari (en), Saga, Kyūshū.

Durant cette période, outre la riziculture, les Japonais cultivaient aussi le blé, l'orge, le millet, le sarrasin et le soja. L'alimentation est décrite pour la première fois : légumes crus, riz, poissons dégustés à mains nues. L'alcool est consommé lors de fêtes, et le premier chef Japonais connu apparaît.

Les écrits les plus anciens à propos du Japon sont des écrits chinois de cette période. Wa (?) — la prononciation japonaise d'un des premiers noms chinois donné au Japon — est pour la première fois mentionnée en 57. Les anciens historiens chinois décrivirent Wa comme un pays parsemé de centaines de communautés tribales, et non la terre unifiée déclarée dans le Nihonji qui donne au Japon une date de fondation de -660. Les sources chinoises du IIIe siècle rapportent que les gens de Wa vivaient de légumes crus, de riz et de poissons servis sur des plateaux de bois et de bambous (takatsuki), qu'ils avaient des greniers et des marchés provinciaux, et mangeaient avec les mains, les baguettes n'étant pas encore présentes[11].

Dans une histoire écrite dans le Kojiki, le Takahashi Ujibumi et le Nihon Shoki, l'empereur Keikō nomme Iwakamutsukari no Mikoto chef de la cour impériale, ayant beaucoup apprécié un plat mêlant bonite et palourde [11]. Il est considéré de nos jours comme le fondateur de la culture de l'assaisonnement japonais[11]. À cette époque, qui précède l'apparition de la sauce soja, l'assaisonnement était principalement constitué de sel et de vinaigre[12].

Baril de saké en offrande au temple Meiji à Tokyo.

La première mention de la consommation d'alcool au Japon figure dans le livre de Wei des Chroniques des Trois Royaumes. Ce texte du IIIe siècle décrit des Japonais buvant et dansant. Selon certains, a fabrication du saké de riz aurait été introduite de Chine au Japon peu après la riziculture, se propageant d'ouest en est à partir de Kyūshū et Kinki. L'inoculation du ferment était des plus primitives, dite kuchikami (口噛み?, « mâché dans la bouche »), les céréales cuites étant saccharifiées par la salive, et la fabrication du saké se disait kamosu, dérivé du verbe kamu (mâcher, mordre)[13]. Cependant, l'apparition de méthodes de fabrication du saké telles que celles persistantes aujourd'hui n'aura pas lieu avant le XIIe siècle. La confirmation de la présence du saké peut se trouver dans le Kojiki, la première histoire japonaise, qui a été réalisée en 712.

Période Yamato (250–710)[modifier | modifier le code]

La période Yamato est le théâtre de nombreuses migrations coréennes et chinoises, introduisant le confucianisme et le bouddhisme, ce qui déclencha le premier décret interdisant la consommation de viande. Des ingrédients classiques comme la sauce de soja viennent des échanges avec les nations voisines; le saké devient de plus en plus courant. Les informations sont rares sur les pratiques culinaires de cette époque. Il est cependant à noter que de fortes vagues d'immigration chinoise (au Ve siècle) et coréenne (au IVe siècle) peuvent avoir eu un impact significatif.

L'introduction du bouddhisme au Japon est attribué au roi Baekje Seong (en) en 538. Le clan Soga, une famille de la cour qui a accompagné l'ascension de l'empereur Kinmei vers 531, a poussé à l'adoption du bouddhisme et d'un modèle culturel confucianiste chinois, mais rencontra une forte opposition du Clan Nakatomi, responsable des rituels Shinto à la cour, ainsi que du clan Mononobe. Pendant plus d'un siècle, des guerres d'influences se sont déroulées pour lutter contre le bouddhisme. Cependant, en 675 l'utilisation du bétail et la consommation d'animaux sauvages (cheval, vache, chien, singe, oiseau) fut banni par l'empereur Temmu pour respecter les règles du bouddhisme[14] .La consommation de nuisibles, de daims et de sangliers n'était pas interdite[15]. Cette interdiction a été renouvelée pendant toute la période Asuka, mais pris fin à la période Heian. On peut voir dans cette interdiction les prémices du shojin ryori qui n'a été répandu qu'à partir du XIIIe siècle.

Le saké, fait de riz, d'eau, et de moisissure kōji (, Aspergillus oryzae), de très faible degré, devient l'alcool prédominant. La sauce soja, originaire de Chine, trouve son origine d'une pâte nommée hishio d'abord faite de marinade de viandes et de poissons puis de graines de soja et de farine. Elle est introduite au Japon pendant la période de Fujiwara (694–710)[16].

Cuisine traditionnelle[modifier | modifier le code]

La cuisine japonaise peut être définie strictement comme la cuisine traditionnelle du Japon, appelée en japonais nihon ryōri (日本料理?) ou washoku (和食?) précédant l'ère Meiji qui verra l'introduction de recettes et techniques de cuisine venues de l'étranger.

Époque de Nara (710–794)[modifier | modifier le code]

L'époque de Nara amène de nombreux changements : la maîtrise de la fermentation croît, et des ingrédients comme le pain et le natto sont introduits. Les assaisonnements auparavant réduits au vinaigre et au sel se trouvent supplantés par les ancêtres des assaisonnements classiques que sont le miso, le hishio (l'ancêtre de la sauce soja), et le shi.

La fermentation est un processus essentiel pour la préparation de bien des ingrédients de la cuisine japonaise (pour ne citer que les plus célèbres : miso, saké, sauce soja, vinaigre de riz, mirin, tsukemono, natto, katsuobushi, kusaya (en)). Si certains processus comme la fabrication sont connus, la fermentation reste un processus dépendant de la maîtrise du champignon utilisé pour la fermentation. Les preuves d'un début de cette maîtrise apparaissent, comme le temple Kin-jinja de la préfecture de Shiga, dédié au champignon utilisé pour la production de narezushi. Dans ce type le plus primitif de sushi, le poisson était salé et enrobé dans du riz fermenté. 'Le nare-zushi était constitué d'un poisson éviscéré et pouvait être stocké pendant des mois, le riz fermenté préservant le poisson de la pourriture [17]. Au moment de le manger, le riz fermenté était jeté et seul le poisson était consommé. Ce type de sushi était une source protéines importante pour les Japonais[18]. Les processus de fermentation seront maîtrisés petit à petit.

Natto sur du riz.

Le natto maintenant ingrédient traditionnel du régime japonais, est introduit sous ses 2 versions les plus répandues (itohiki-natto et shiokara-natto) pendant la période Nara par un moine bouddhiste [19]. Sa consommation sera favorisée par la diffusion progressive des pratiques végétarienne bouddhistes.

Bing zi (Chinese pancakes).jpg

Les Japonais rapportent de Chine le bing (pain) (en), un pain non levé chinois qui s'apparente à la galette française, suite à des contacts avec les dynasties chinoise Sui (581–618) et Tang (618–907)[20]. On trouve la preuve que le miso, l'hishio (l'ancêtre de la sauce soja, une pâte faite à partir de soja), et le shi (des pépites de soja) occupent une place très importante dans l'assaisonnement japonais, une partie du code Yōrō, une forme de code réglant la vie du Japon ancien, leur étant consacré, et stipulant comment les utiliser. À la cour impériale, deux chefs étaient responsables de la production de ses 3 ingrédients, et ses ingrédients étaient aussi très répandus parmi le peuple japonais[16].

Le So (蘇) était un type de produit laitier fabriqué au Japon entre le VIIe et le Xe siècle. La méthode de préparation de ce plat est notée dans le Engishiki puisque le So pouvait officiellement servir de cadeau pour l'empereur. Le daigo, un autre produit laitier du Japon ancien était fait à partir du So.

Époque Heian (794–1185)[modifier | modifier le code]

L'époque Heian voit l'utilisation des baguettes, et l'introduction de mets majeurs de la cuisine japonaise, le tofu et les nouilles, La codification des règles de consommation est en cours : les cérémonies ou rites liés au saké se développent à la court impériale, et l'on voit apparaître l'osechi ryori, qui codifie les banquets. Au départ réservées aux usages rituels et religieux, les baguettes introduites de Chine en même temps que le confucianisme commencent à être utilisées pour l'alimentation quotidienne et se répandent parmi le peuple, comme en témoigne le développement du commerce des baguettes au Japon[21].

Au Japon, une tradition populaire veut que le tofu soit venu de Chine, apporté par le moine bouddhiste Kanshin 鉴真 en +754 ou selon une autre version, par le moine zen, Ingen, qui l'aurait introduit en +1654. Plutôt que de répéter l'opinion dominante, Shinoda Osamu entreprit une étude des textes japonais anciens[22],[23]. Les mentions les plus anciennes du tofu qu'il repéra se trouvent dans un menu impérial datant de +1183 puis dans une lettre d'un moine en +1239. À partir du XIVe siècle, le nombre d'occurrences augmente rapidement. Les graphies utilisées sont variables 唐腐, 唐布 (prononcés toutes les deux tofu) ou 毛立 etc. La graphie 豆腐 n'apparaît qu'en +1489. Shinoda remarque aussi que les temples bouddhistes ont joué un rôle important dans la fabrication et la diffusion du tofu. L'obligation de ne pas consommer de viande, contraignait les moines à chercher des plats végétariens et nourrissants, de substitut aux protéines animales.

On peut donc supposer avec Huang[22], que le tofu vint probablement au Japon à la fin des Tang ou sous les Song. Il fut vraisemblablement apporté par des moines bouddhistes à une époque où les échanges culturels entre les deux pays étaient intenses. C'est aussi à cette époque, qu'il fut transmis à la Corée. La technique de fabrication japonaise du tofu évolua différemment qu'en Chine. Les tofu y sont plus tendres, plus clairs et développent une saveur plus fine qu'en Chine.

Zaru-Soba.

L'introduction des nouilles en provenance de Chine se fait par l'intermédiaire de moines bouddhistes qui les ont importées de la dynastie Song (1127–1279) sur une période commençant à la fin de la période Heian (1185) jusqu'au début de l'époque Kamakura (1185–1333). Les moines introduisirent toute la culture liée à la production de farine, et des objets qui y sont intimement liés comme la meule à grains [20]. Un livre, le Kyoka Hitsuyo Jirui Zenshu réalisé vers 1279 donne une liste des recettes importées par un de ces prêtres, Eisai (1141–1215), fondateur de l’école Rinzai du bouddhisme zen, à savoir : suikamen, somen, tettaimen, koshimen, suiromen et des pâtes dites konton destinées à être fourrées[20].

Durant l'époque Heian, le saké est utilisé lors de cérémonies religieuses, des festivals à la cour, ou encore lors de jeu à boire [24]. Le terme de ryori désigne un type de repas, et par extension un type de cuisine pour le préparer. La codification du Osechi ryori est définie pour la première fois : c'est une cuisine de banquet, de multiples plats étant à disposition des invités. C'est l'ancêtre direct des osechi servis au début de l'année au Japon.

Période féodale (1185–1603)[modifier | modifier le code]

La période féodale voit la maturation des techniques de préparation des ingrédients, des rites liées à la cuisine, et la codification des modes de consommation. La fermentation est maîtrisée, la découpe devient un art, les nouilles sous leur forme actuelle font leur apparition et le honzen ryori et le shojin ryori définissent chacun un style de repas particulier. Tardivement, des jésuites portugais introduisent des recettes qui sont adaptées aux goûts locaux et deviennent des incontournables de la cuisine japonaise, comme les tenpuras ou le tonkatsu.

Entre la fin de l'époque de Heian et le début de l'époque Kamakura, la production de kōji, source de fermentation de la plupart des produits fermentés japonais encore utilisé de nos jours, est enfin maîtrisée. La production peut alors devenir une production de masse et permet la diffusion de ses produits et en facilité l'accès [18]

Les nouilles udon sont citées pour la première fois dans un document, le Kagen-ki le 7 juillet 1347 sous le nom d' uton. La première mention des nouilles soba dans le Onryo-ken Nichiroku le 12 octobre 1438[20]. Les nouilles connues de nos jours au Japon sont légèrement différentes de ces versions. Les nouilles prendront leur forme actuelle pendant l'Ère Eiroku (1558-1570)[25].

Bol d'edamame.

Le premier document faisant référence à l'Edamame date de 1275, quand un célèbre moine japonais, Nichiren, écrit une note remerciant un paroissien pour avoir laissé en offrande des "edamame" au temple[26]. L'Edamame est aussi apparu dans des haikai à l'époque Edo (1603 – 1868)[27].

La cuisine honzen (本膳料理, honzen ryōri?) est celle des samouraïs. Née à l'époque de Muromachi (1336-1573), elle est considérée comme étant la cuisine japonaise formelle à l'époque d'Edo (1600-1868), mais décline à partir de l'époque de Meiji (1868-1912). On la retrouve aujourd'hui sous une forme dérivée dans la région de Kōchi sur l'île de Shikoku, appelée cuisine sawachi (皿鉢料理, sawachi ryōri?). Le shojin ryori est l'un des trois grands types d'alimentation dans le Japon moderne, consistant à respecter strictement une cuisine végétarienne. Introduit au Japon vers 531, il est considéré au XIIIe siècle et adopté par un grand nombre de japonais[28].

À l'ancêtre narezushi les japonais ont préféré le namanare ou le namanari (生成, なまなれ, なまなり). Pendant la période Muromachi namanare était le type le plus populaire de sushi. Namanare était du poisson cru enveloppé dans du riz, consommé frais, avant que son goût ne s'altère. Contrairement au primitif narezushi le namanare est un plat, et plus seulement une méthode de conservation du poisson.

Dans la société moyenâgeuse des samouraïs, le processus de préparation de la volaille et la viande commence à être ritualisé. Pendant l'époque (1394–1573), des maîtres du couteau sont reconnus et les méthodes de préparation auparavant limité à la coupe s'étendent, et codifie la façon de couper, les couteaux à utiliser, et se développent en écoles se spécialisant suivant les outils et méthodes utilisées[29].

Tempura.

La recette des tempura a été introduite au japon par des missionnaires jésuites portugais particulièrement actifs de Nagasaki durant le XVIe siècle (1549). Ces jésuites [30],[31] ont aussi introduit le panko et des plats actuellement encore prisés comme les tonkatsu. L'ensemble des plats, issue de ce mélange de culture entre cuisine portugaise et japonaise, est souvent désignée sous le nom de cuisine Nanban (南蛮?) (« barbares du sud ») et fait partie des différents apports culturels de cette époque désigné sous le nom d'art Nanban.

Époque Edo (1603–1868)[modifier | modifier le code]

L'époque Edo est l'époque dorée de la cuisine japonaise enfin arrivée à maturité. La prospérité économique et l'urbanisation permet à des gens sans cesse plus nombreux de considérer la cuisine comme un plaisir et un art. Le mirin prend une place importante dans la cuisine japonaise, et la quintessence du repas traditionnel japonais, le kaiseki ryori est défini par les marchands et les artistes. À l'époque Edo, le mirin prend la place importante qu'il occupe actuellement dans les recettes traditionnelles[32].

L'alimentation de l'époque Edo ressemble à celle des Japonais d'aujourd'hui, avec quelques exceptions majeures, notamment l'absence de viande et la présence plus rare du poisson et des produits de la mer. Elle était constituée de 3 repas, tout comme aujourd'hui, et reprenait le principe des menus actuels, avec un bol de riz, une soupe et un ou deux accompagnements[33]. De nombreux documents permettent de reconstituer l'alimentation des Daimyo, qui étaient différenciés entre les repas ordinaires et cérémoniels. Les repas ordinaires étaient constitués généralement de riz, d'une soupe, et d'un ou deux plats d'accompagnements, ainsi que de tsukemono. Le saké n'y était pas servi. Le repas cérémoniel, souvent le soir était un repas formel, accompagné d'un rituel de dégustation saké, et potentiellement d'une fête autour de la boisson, et avait lieu une fois par semaine environ[34]. Les ingrédients les plus communs étaient le riz, le tofu, les daikon, les légumes de saison et les champignons. La présence de poissons dans les menus ordinaires a varié suivant les époques (parfois rarement présents, parfois plus), à l'exception des katsuobushi utilisés comme assaisonnement, mais étaient consommé plus souvent lors des repas cérémoniels[34].

Cuisine kaiseki.

la cuisine kaiseki (会席料理, kaiseki ryōri?) est celle des marchands et des artistes. Son origine se confond avec celle de son homonyme kaiseki ryōri (懐石料理?) de la cérémonie du thé.

Après le narezushi du VIIIe siècle et le namare moyenâgeux un troisième type de sushi est introduit, l' haya-zushi (早寿司, 早ずし). Haya-zushi était assemblé de manière à ce que le riz et le poisson puissent être consommés en même temps. Le riz n'était plus utilisé pour sa fermentation mais mélangé à du vinaigre, du poisson, des légumes et divers ingrédients séchés. ce type de sushi est toujours populaire de nos jours, chaque région possédant une déclinaison locale de ce type de sushi.

Au début du XIXe siècle, les yatai, de petites échoppes de rues vendant de la nourriture, deviennent populaires à Edo. C'est à ce moment que le nigiri-zushi (握り寿司) fut créé : consistant en un amas de riz oblong surmonté de poisson cru, il est le sushi connu mondialement. Après le séisme de 1923 de Kantō les chefs préparant les nigiri-sushi ont quitté Edo et se sont dispersé dans le Japon, popularisant le plat à travers le pays. Aujourd'hui le sushi mondialement connu est le nigirizushi inventé par Hanaya Yohei (華屋与兵衛; 1799–1858).

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Introduction de la cuisine étrangère[modifier | modifier le code]

Omurice.

Au début de l'époque Meiji (1868 à 1912), le sakoku (fermeture du pays) fut abrogé par l'empereur Meiji et les idées et menus de l'ouest étaient considérées comme le futur du Japon. Parmi les réformes, l'empereur a levé l'interdiction de consommer de la viande rouge, et promu la cuisine de l'Occident, qui était perçu comme la cause de la grande taille des Occidentaux. La mutation de l'alimentation japonaise est double : d'une part, des recettes et des techniques étrangères sont introduites, agrandissant la palette de goûts de la cuisine japonaise ; d'autre part, la levée de l'interdiction faite de manger de la viande fait se développer la consommation de viande, de lait et de pain, et entraîne un déclin de la consommation de riz, dont l'apport est supplantés par les protéines animales. Les recettes importées de l'occident et des pays limitrophes ont été adaptées aux goûts et ingrédients locaux. Ces recettes adaptées sont pour la plupart considérées comme japonaises dans les cultures dont elles sont originaires ; inversement, au Japon, elles restent souvent en dehors de la cuisine traditionnelle japonaise, même si elles font partie du patrimoine culinaire japonais.

En cuisine japonaise, yōshoku (洋食, cuisine de l'ouest?) désigne les plats dont la recette a été importée de l'occident pendant la restauration Meiji et adaptée aux goûts locaux. Ce sont des plats européens qui ont été adaptés, qui ont souvent des noms à consonance européenne, qui sont habituellement écrit en utilisant des katakana. Ce sont des plats le plus souvent à base de viande, ingrédient nouveau de la cuisine japonaise, dont les origines sont européennes (français, anglais, italiens, etc). Ces versions japonaises sont souvent assez différentes de leurs versions d'origine. L'ouverture de véritables restaurants Européens, servant des versions plus conformes à leurs recettes d'origine, ont fait prendre conscience de la différence entre les yōshoku et les plats européens dans les années 1980[35].

L' Omurice, le napolitan (en), les korokke sont des exemples de plats yoshoku. Le curry japonais a été introduit au Japon pendant la même époque, alors que l'Inde était sous l'administration de la Compagnie anglaise des Indes orientales. C'est pour ça que le curry est classé au Japon comme un plat occidental au lieu d'un plat asiatique. Pendant la même période, à cause de l'ouverture du pays, de nombreux plats maintenant populaires ont été importés des cuisines chinoises et coréennes. S’ils ont suivi le même processus d'importation, ses plats ne sont pas des yōshoku puisqu'ils ne sont pas occidentaux. Parmi les plus connus, on peut citer les ramen, le shabu-shabu ou encore les gyoza. Avec des plats, de nouvelles techniques de cuisine apparaissent, comme la cuisson sautée au wok, l'itamemono.

Déclin de la consommation de riz[modifier | modifier le code]

Sous l'influence des cuisines de l'occident, la viande, le lait et le pain sont introduits dans la cuisine et les habitudes japonaises[36]. Le lait devient un ingrédient classique de l'alimentation des petits japonais. Avant la deuxième guerre mondiale, en 1939, le riz était rationné à 330 grammes de riz par jour et par personne. La consommation moyenne dans les années 2000 est tombée à 165 grammes, l'apport du riz étant remplacé par l'apport de la consommation de viande. Entre les années 1960 et 2000, la consommation de viande a augmenté de 400 %, et au milieu des années 1980, le ratio entre viande et poisson consommé s'est renversé, la viande dépassant le poisson[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Local cuisine » (consulté le 1er mai 2013)
  2. « Matsui and Kanehara 2006 » (consulté le 1er mai 2013)
  3. (en) « Archaeological Soybean (Glycine max) in East Asia: Does Size Matter? », sur PLOS ONE (consulté le 1er avril 2013)
  4. (en) Hudson, M.J. (1999) Ruins of Identity: Ethnogenesis in the Japanese Islands. Honolulu: University of Hawai`i Press
  5. Mason, 13
  6. (en) Habu, Junko, Ancient Jomon of Japan, Cambridge University Press,‎ 2004 (ISBN 0-521-77213-3)
  7. (en) Mason, 14
  8. (en) Radiocarbon measures of carbonized material from pottery artifacts (uncalibrated): Fukui Cave 12500 +/-350 BP and 12500 +/-500 BP (Kamaki&Serizawa 1967), Kamikuroiwa rockshelter 12, 165 +/-350 years BP in Shikoku
  9. a et b (en) Imamura, K. (1996) Prehistoric Japan: New Perspectives on Insular East Asia. Honolulu: University of Hawai`i Press
  10. Mason, 15, 17
  11. a, b et c « The Origins and Transition of O-zen », Supporting Roles in Food Culture II, Hiroshi Ogawa, lecturer at Showa Women’s University (consulté le 1er mai 2013)
  12. « Illusive Soy Sauce Discovered at Xishuangbanna », Special issue: Exploring the Path of Soy Sauce (part 1) (consulté le 1er mai 2013)
  13. [PDF] http://www.japansake.or.jp/sake/english/pdf/no_10.pdf
  14. (ja) Hisao Nagayama. 「たべもの江戸史」 新人物往来社, 1976. ISBN 4309473105 p. 66. 『、「牛馬犬猿鶏の宍(肉)を食うことなかれ」の殺生禁断の令は有名拍車をかけたのが仏教の影響である。』
  15. Kiichi Koyanagi. 「日本人の食生活 : 飢餓と豊饒の変遷史」 Tōkyō : Shibata shoten, 1971.
  16. a et b « The History of Shoyu (Soy Sauce) », A Story of Shoyu (consulté le 1er mai 2013)
  17. Food reference
  18. a et b Takeo Koizumi, Professor, Tokyo University of Agriculture, « Traditional Japanese Foods and the Mystery of Fermentation » (consulté le 1er mai 2013)
  19. Kan Kiuchi, Ph.D., Professor, Department of Food Science and Nutrition, Kyoritsu Women’s University, « Miso and Natto » (consulté le 1er mai 2013)
  20. a, b, c et d Hiroshi Ito,, « Japan’sUse of Flour Began with Noodles » (consulté le 1er mai 2013)
  21. « Chopsticks », Supporting Roles in Food Culture, Supervising editor: Royal Warrant, Hashikatsu Honten K.K (consulté le 2 mai 2013)
  22. a et b (en) H. T. Huang, Science and Civilisation in China, vol. 6 : Biology and Biological Technology,, Cambridge University Press,‎ 30 novembre 2000 (ISBN 0521652707), chap. 5 (« Fermentations and Food Science »)
  23. (ja) Shimoda Osamu, « 豆腐考 [L'origine du tofu] », Fuzoku, vol. 8, no 11,‎ 1968
  24. (en) Morris, Ivan. (1964) The World of the Shining Prince: Court Life in Ancient Japan.
  25. Hiroshi Ito, « Japan’s Use of Flour Began with Noodles, Part 5: Noodles Took Their Current Form during the Eiroku Era » (consulté le 1er mai 2013)
  26. History of Edamame, Green Vegetable Soybeans, and Vegetable-Type Soybeans (1275-2009)
  27. (ja) « 枝豆 (Edamame) », sur Shogakukan, Tokyo, Nihon Kokugo Daijiten,‎ 2012 (OCLC 56431036, consulté le 6 juillet 2012)
  28. « Shojin Ryori, Culinary Fundamentals in Zen » (consulté le 1er mai 2013)
  29. Hiroshi Ogawa, lecturer at Showa Women’s University, « The History of the Manaita », Supporting Roles in Food Culture III (consulté le 1er mai 2013)
  30. Charles Lemos, Everybody's San Francisco Cookbook, Good Life Publications,‎ 1998 (ISBN 978-1-886776-01-2, lire en ligne), p. 240
  31. (en) Morieda, Takashi, « Tracking Down Tempura », The World of Kikkoman (consulté le 13 décembre 2007)
  32. [PDF] Mr. Kazunari Yanagihara, « Edo cuisine », The 2005 Kikkoman Food Culture Seminar (consulté le 1er mai 2013)
  33. « A Peek at the Meals of the People of Edo », Tracing the Diet of Edo—the Establishment of Japan’s Culinary Culture (Part One) (consulté le 1er mai 2013)
  34. a et b [PDF] Ayako Ehara (Professor Emeritus, Tokyo Kasei-Gakuin University), « Vegetables and Meals of Daimyo Living in Edo » (consulté le 1er mai 2013)
  35. (en) Norimitsu Onishi, « Spaghetti Stir-Fry and Hambagoo: Japan Looks West », New York Times,‎ 26 mars 2008 (lire en ligne)
  36. Zenjiro Watanabe, « The Acceptance and Modification of Foreign Cuisine Establishes and Spreads a New Food Culture » (consulté le 2 mai 2013)
  37. [PDF] « The development and Expansion of the Japanese Diet » (consulté le 2 mai 2013)
  • Mason, Penelope E., with Donald Dinwiddie, History of Japanese art, 2nd edn 2005, Pearson Prentice Hall, ISBN 0131176021, 9780131176027