Sushi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sushi
Image illustrative de l'article Sushi
Différents types de sushi

Autre nom Souchi
Lieu d'origine Drapeau du Japon Japon
Date Ve siècle av. J.-C.
Place dans le service Plat principal
Ingrédients Riz, algue, poisson cru

Le sushi (寿司?, ou souchi[1]) est un plat japonais composé d'un riz vinaigré appelé shari (舎利?) combiné avec un autre ingrédient appelé neta (寿司ネタ?) qui est habituellement du poisson cru ou des fruits de mer. C'est, hors du Japon, un des plats emblématiques de la cuisine japonaise, alors que sa consommation n'est qu'occasionnelle au Japon. Les types de sushi les plus répandus sont les nigirizushi, constitués d'une boule de shari formée à la main recouverte d'une tranche de neta, les makizushi qui sont des rouleaux de nori renfermant du shari et d'autres ingrédients ou encore le chirashizushi composé de shari recouvert de divers accompagnements. Il ne faut pas confondre les sushis avec les sashimi, un plat japonais constitué de tranches de poisson cru.

Étymologie, prononciation et orthographe[modifier | modifier le code]

Nare-suzhi (préfecture de Nara)

Le nom japonais sushi peut s'écrire outre par le plus répandu 寿司 de différentes manières : すし en hiragana, ou encore en kanji. provient d'un ancien plat chinois qui figure dans le plus ancien dictionnaire chinois appelé Erya (尔雅) écrit entre le IVe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle av. J.-C.. Ce plat étant du poisson salé et fermenté, ce kanji ne désigne donc pas originellement l'alliance entre du riz et du poisson que forme le sushi de nos jours.

Au 2e siècle de notre ère, le sinogramme apparait dans un autre dictionnaire chinois de la dynastie Han, et désigne du poisson conservé dans du sel et du riz fermenté de manière similaire à la conservation utilisée dans le narezushi, un ancêtre du sushi actuel. Avant la consommation du poisson, le riz fermenté du narezushi était jeté. Au troisième siècle, les deux orthographes sont des synonymes en chinois. Ces plats disparaissent de la cuisine chinoise pendant la dynastie Ming.

Le kanji moderne 寿司 le plus employé est dérivé de 酸し, composé de (aigre) et de qui correspond à un suffixe désignant un adjectif. L'orthographe actuelle daterait de la période Edo ; 寿 peut être traduit par « félicitation » ou encore « longue vie ». Cependant ces kanji sont des ateji (des caractères utilisés pour leur prononciation et non leur sens), et leur signification est donc sans rapport avec le plat désigné par cette orthographe.

En rōmaji, dans les mots composés comme makizushi ou chirashizushi, sushi est orthographié avec un z, pour rendre compte de la déformation de la prononciation des mots composés japonais appelée rendaku[2] ; les orthographes erronées sont cependant répandues, probablement pour que le consommateur fasse le lien avec le terme sushi.

Types de sushi[modifier | modifier le code]

Les types de sushi.

Le terme de sushi se comprend souvent en occident généralement comme les sushis inventés à d'Edo (edomaezushi), aussi appelé nigirizushi, et qui peut être vu comme la combinaison d'un sashimi et d'une boule de riz vinaigré (shari). Cependant le terme sushi japonais regroupe un ensemble de types de sushi différents connaissant beaucoup de déclinaisons locales autour de l'association entre riz vinaigré et source de protéine, à la fois dans la forme utilisée et dans les ingrédients utilisés ; il existe des centaines de variétés différentes de sushi au Japon [3].

Certaines formes de sushi sont plus ou moins tombés en désuétude. Le primitif narezushi était constitué d'un poisson éviscéré enrobé dans du riz fermenté préservant le poisson de la pourriture et pouvait être stocké pendant des mois[4],[5]. Au moment de le manger, le riz fermenté était jeté et seul le poisson était consommé[6]. On peut encore en déguster dans la région de Nara. Le funazushi est une variante encore consommable dans la préfecture de Shiga où le poisson est gardé entier, saumuré puis conservé dans le riz. Le namanare ou le namanari (生成, なまなれ, なまなり), était, pendant la période Muromachi le type le plus populaire de sushi. Le namanare était du poisson cru enveloppé dans du riz, consommé frais avec le riz, avant que son goût ne s'altère.

Les principales formes de sushi consommés mondialement, les nigirizushi (握り寿司), makizushi (巻き寿司), chirashizushi (ちらし寿司), temakizushi (手巻き寿司) ont pris leurs formes définitives lors ou après la période Edo et sont donc relativement modernes. Comme beaucoup de pratiques culinaires japonaises, elles se sont répandues après le séisme de 1923 de Kantō les chefs préparant les nigirizushi ayant quitté Edo et s'étant dispersés partout au Japon.

Nigirizushi[modifier | modifier le code]

nigirizushi.

Le nigirizushi (握り寿司, littéralement sushi tenu) consiste en une boule de riz vinaigré (shari) sur laquelle est posée un neta : une tranche de poisson cru ou cuit, mais aussi des crevettes, des oursins, du crabe, de l'omelette, des légumes et bien d'autres choses encore. Un peu de wasabi est aussi ajouté. Parmi les poissons et fruits de mer les plus répandus, on peut citer le thon, le saumon, la crevette, la dorade. Les nigirizushi ont été inventés par Hanaya Yohei (1799–1858) à la fin de cette période à Edo. C'est une forme de fast food, vendue à l'origine dans des stands de cuisine de rue appelés yatai, puisque le poisson n'était pas fermenté et qu'il était facile de manger des sushis avec une seule main[7].

Le gunkanmaki (軍艦巻, littéralement rouleau « Vaisseau de guerre ») est un type particulier de nigirizushi proche du maki (, rouleau). Il consiste en une simple boule de riz enveloppée dans une bande d'algue nori d'environ 4 centimètres, sur laquelle seront déposés des aliments au choix, le plus connu en Occident étant celui orné d'œufs de poissons (tobiko (poisson volant), masago (capelan)) ou encore ikura (saumon)). Le Gunkan-maki a été inventé au restaurant le Ginza Kyubey en 1941[8],[9].

Le temarizushi (手まり寿司, littéralement sushi temari) est un sushi de forme sphérique. « Temari » (手まり littéralement balle de main, au même sens que handball) étant une balle japonaise traditionnellement destinée aux enfants. Bien que peu connu en Occident, sa préparation est plus aisée, il est donc largement plus courant dans les repas de famille japonais « faits à la maison ».

Makizushi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : makizushi.
Sushis maki (rouleaux)

Le makizushi (巻き寿司), est obtenu en prenant une feuille d'algue séchée (nori) en étalant dessus une couche de riz et sur le tout du poisson et des légumes. Il suffit alors de rouler l'ensemble (à l'aide d'un makisu (巻き簾?), un tapis de tiges de bambou reliées ensemble par une ficelle de coton) et de « coller » la feuille d'algue en l'humidifiant. Le rouleau est ensuite découpé en tranches. Suivant la taille, il existe plusieurs diamètres pour désigner ces rouleaux :

  • Le modèle de petit diamètre s'appelle hoso-maki zushi (2 cm),
  • Les variantes de plus gros diamètres sont dénommées naka-maki zushi (3 cm)
  • Les futo-maki zushi ont un diamètre de (4 cm).

Le ura-maki zushi est un modèle californien avec une couche de riz par dessus la feuille de nori.

Parmi les variétés les plus communes, on peut citer les kappa maki かっぱ巻 ou 河童巻 au concombre, les oshinko maki お新香巻 au daikon (radis saumuré) ou encore les california rolls, variante occidentale.

Autres variétés[modifier | modifier le code]

Certaines variétés de sushi moins connues sont assez facilement trouvable dans les restaurants et commerces. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • Le temakizushi (手巻き寿司, littéralement « sushi roulé à la main ») est un cône formé d'une feuille d'algue séchée remplie de riz et d'autres ingrédients (poissons, légumes, etc.). On mange des temakizushi à la main. Leur facilité de préparation en ont fait une variété populaire que l'on prépare souvent à la maison.
  • Le chirashizushi est un ensemble de garnitures (neta) servi sur une couche de riz vinaigré (shari). Copieux, il peut être consommé comme plat complet, et se rapproche de la notion de donburi japonaise (un bol de riz sur lequel est disposé diverses garnitures et constituant un plat complet). Les ingrédients utilisés dépendent souvent de la région où il est produit ; il est traditionnel d'en servir lors de hina matsuri (雛祭り?, littéralement « fête des poupées ») une fête qui a lieu au Japon le 3 mars, jour consacré aux petites filles.
  • Inarizushi (稲荷寿司 ?)) est une poche de aburaage (du tofu frit) qui est rempli de riz vinaigré. Son nom provient du dieu Shinto Inari, qui est censé avoir un faible pour le tofu frit. Si la poche est la plupart du temps faite de tofu, il existe des variations régionales à base d'omelette fine fukusa-zushi (帛紗寿司?), ou chakin-zushi (茶巾寿司?). Il ne doit pas être confondu avec le inari maki, qui est un maki fourré au tofu frit.

Le oshizushi (lit. sushi pressé dans un moule puis coupé en carrés) est généralement constitué de deux couches de riz entre lesquelles on dispose les ingrédients (poissons, légumes, nori, etc.) et est surmonté d'un autre ingrédient. Le tout est pressé dans un moule rectangulaire dont le dessus et le dessous sont démontables. On mange des oshizushi à la main. C'est la plus ancienne forme de sushi encore dégustable dans de nombreuses régions au Japon. Facile à assembler, il connait de nombreuses déclinaisons locales, mais reste difficilement dégustable hors du Japon. Le battera (バッテラ?) ou saba zushi (鯖寿司?) au maquereau, est sa déclinaison la plus populaire[10].

Les sushi sont déclinés de nombreuses manières au Japon ; la plupart de ces sortes de sushi sont des spécialités des localités dont ils sont originaires et il est donc difficile de s'en procurer ailleurs. On peut citer par exemple le tekone-zushi de la préfecture de Mie à base de poisson mariné, l'osaka zushi (sushi de forme carré appelé hako zushi ("sushi boîte")) d'Osaka, le funa zushi, un style de sushi ancien de la préfecture de Shiga, le sake-zushi un type de sushi dont le riz est aromatisé au saké plutôt que du riz vinaigré, servi garni de crevettes, dorade, pieuvre, shiitake, de pousses de bambou et d'omelette du Kyūshū ou encore le masuzushi, truite cuite à la vapeur enroulée dans des feuilles de bambous, disposée sur un lit de riz (préfecture de Toyama).

Le sushi a aussi su s'adapter à certaines habitudes alimentaires des pays où il s’est implanté. Ainsi les très populaires california rolls (« rouleaux californiens ») sont nés aux États-Unis pour faire passer l'idée du poisson cru : le riz est à l'extérieur, ce qui "cache" l'algue et fait qu'il est moins humide au toucher, et la chair animale est constituée de crabe ou de goberge (surimi). C'est un sushi idéal pour les personnes voulant essayer le sushi pour la première fois. Une version de l' inarizushi qui inclut des haricots verts, des carottes, et du gobo mélangé avec le riz, le tout enrobé dans une poche d'aburage de forme triangulaire est une spécialité d'Hawaii, ou il est appelé cone sushi ; il est souvent vendu dans des okazu-ya ou comme élément des bento[11],[12],[13],[14].

Consommation[modifier | modifier le code]

Dégustation[modifier | modifier le code]

Les sushis se mangent avec des baguettes ou avec les doigts. Au japon, il est mal vu de mélanger le wasabi à la sauce soja. Lors de sa consommation, il faut tremper le neta seul, afin d'éviter d'humidifier le riz, celui-ci se délitant au contact du liquide. En occident, cette pratique est rarement respectée, et le wasabi est mélangé avec la sauce soja, puis le sushi est trempé dans ce mélange, côté riz. Entre chaque sushi différent, on peut manger une tranche de gingembre mariné, appelé gari (ガリ?) pour retirer le goût du précédent. Le gari étant un tsukemono (un ingrédient mariné mangé avec les repas traditionnels japonais), cette pratique est à rapprocher de la dégustation normale d'un repas au Japon. Les boissons servies en accompagnement peuvent être le thé vert (notamment le Bancha Hojicha), du saké frais ou tiède, ou encore la bière.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Au Japon, on peut manger des sushis dans un restaurant spécialisé, un sushiya luxueux mais aussi dans un bar à sushi au comptoir ou bien dans un kaitenzushi (littéralement sushi tournant) où les plats bon marché de couleurs différentes suivant leur prix tournent tout autour de la table. Même dans ce pays pourtant réputé cher, on peut trouver dans les grandes villes des sushis tournants où les plus gros appétits seront satisfaits pour seulement une douzaine d'euros. On en trouve également dans les supérettes japonaises, les konbini, de 400 à 600 yens la barquette[15]. Dans les restaurants japonais, les plats sont parfois présentés en vitrine, sous forme d'une copie en plastique appelée sampuru. Cela permet au client de se rendre compte de l'aspect du plat qui lui sera servi. Certains amateurs collectionnent ces reproductions de tous les types de sushi.

En Europe, diverses filières permettent d'acheter des sushis. Plus particulièrement en France, les restaurants japonais dans leur très grande majorité proposent des menus sushi et yakitori parfois ensemble dans un même menu, ce qui est fort peu traditionnel de la consommation habituelle japonaise[16]. On peut trouver aussi des kaitenzushi ou encore des chaînes de restauration orientées vers la livraison à domicile. Les autres types de commercialisation des sushis incluent la fabrication de sushis en temps réel en grande surface, et les sushis industriels disponibles au rayon frais comme au rayon surgelé.

Nutrition et santé[modifier | modifier le code]

Le poisson est un aliment généralement considéré comme bon pour la santé, y compris les poissons gras riches en Omega 3, mais le poisson cru peut être à l'origine d'infections et de parasitoses (ex : Anisakiase (Anisakidés, nématodes parasites, bothriocéphales), Staphylocoque doré, Bacillus cereus[17]), qui semblent, selon l'U.S. Food Drug Administration en augmentation aux États-Unis, suite à la consommation de poisson cru et certains poissons situés au sommet de la chaîne alimentaire (thon rouge par exemple) peuvent avoir bioconcentré certains polluants (PCB, dioxines, méthylmercure notamment).

Le risque de parasitose est diminué par des moyens simples : éviscération précoce des poissons et lavage rapide (dans les trois heures suivant la mort, afin d'empêcher la migration du parasite dans les muscles). Une détection des parasites déjà présents dans la chair est facilitée par « mirage » des filets (observation par transparence à la lumière). Et si on ne veut pas cuire le poisson à cœur, une congélation (à au moins -20 °C durant au moins 72 heures, 24 heures suffisant pour certains[18]) permet de tuer les parasites, mais en restant sans effet sur les polluants métalliques (plomb, mercure, cadmium). En France, les professionnels de l'alimentation désirant vendre ce genre de produit ont pour obligation de faire un contrôle visuel pour s’assurer de l’absence d’infestation visible par des parasites et un traitement par la congélation à -20 °C pendant au moins 24 h pour les produits à risque[19].

Selon la diététicienne anglaise Rachel Beller, auteur de Eat to lose, Eat to win, "Un rouleau de sushi typique contient entre 290 et 350 calories. C'est aussi l'équivalent glucidique de deux à quatre tranches de pain". Les sushis contiennent une très faible quantité de poisson, et le riz qui les accompagne est trop sucré et trop salé. Les sashimi par contre contiennent des graisses omega-3, des vitamines et des minéraux, et peu d'hydrates de carbone[20],[21].

Les Japonais digèrent plus facilement les sushis : leur microflore intestinale est équipée de porphyranase, enzyme dégradant le porphyrane (polysaccharide des parois de Porphyra utilisée dans les sushis). Cette porphyranase étant présente chez des bactéries marines, les chercheurs pensent que les Japonais, grands consommateurs de sushis depuis des siècles, ont probablement hérité de cette capacité à dégrader les fibres des algues par transfert latéral des gènes bactériens marins vers le génome des bactéries de la microflore intestinale[22].

Production[modifier | modifier le code]

Évolution du sushi[modifier | modifier le code]

Funazushi.

Il est difficile de dater avec certitude l'apparition des premiers sushis. Elle aurait eu lieu aux alentours du Ve siècle av. J.-C., date à laquelle la riziculture s'installa au Japon. Historiquement, le riz servait à la conservation du poisson. Les chinois, inventeurs de la méthode (par fermentation du riz et production d'acide lactique) jetaient le riz après fermentation. Cette méthode disparut de Chine par la suite. On trouve les preuves du développement de cette consommation durant l'Époque de Nara, par exemple le temple Kin-jinja de la préfecture de Shiga, dédié au champignon utilisé pour la production de narezushi. Dans ce type le plus primitif de sushi, le poisson était salé et enrobé dans du riz fermenté. Le nare-zushi était constitué d'un poisson éviscéré et pouvait être stocké pendant des mois, le riz fermenté préservant le poisson de la pourriture[4]. Au moment de le manger, le riz fermenté était jeté et seul le poisson était consommé. Ce type de sushi était une source protéines importante pour les japonais[6].

À l'ancêtre narezushi les japonais ont préféré le namanare ou le namanari (生成, なまなれ, なまなり). Pendant la période Muromachi namanare était le type le plus populaire de sushi. Le namanare était du poisson cru enveloppé dans du riz, consommé frais, avant que son goût ne s'altère. Contrairement au primitif narezushi le namanare est un plat, et plus uniquement une méthode de conservation du poisson.

Après le narezushi du VIIIe siècle et le namanare moyenâgeux un troisième type de sushi est introduit, l’haya-zushi (早寿司, 早ずし). L’haya-zushi était assemblé de manière à ce que le riz et le poisson puissent être consommés en même temps. Le riz n'était plus utilisé pour sa fermentation mais mélangé à du vinaigre, du poisson, des légumes et divers ingrédients séchés. Ce type de sushi est toujours populaire de nos jours, chaque région possédant une déclinaison locale de ce type de sushi.

Au début du XIXe siècle, les yatai, de petites échoppes de rues vendant de la nourriture, deviennent populaires à Edo. C'est à ce moment que le nigiri-zushi (握り寿司) fut créé : consistant en un amas de riz oblong surmonté de poisson cru, il est le sushi connu mondialement. Après le séisme de 1923 de Kantō les chefs préparant les nigiri-sushi ont quitté Edo et se sont dispersés dans le Japon, popularisant le plat à travers le pays. Il a été inventé par Hanaya Yohei (華屋与兵衛; 1799–1858) à Edo à la fin de l'époque Edo.

Fabrication artisanale[modifier | modifier le code]

chef sushi à Kyoto

Traditionnellement, la sous-espèce de japonica Oryza sativa est utilisée pour la préparation du riz à sushi, l'important étant d'avoir un riz rond. Le riz est lavé plusieurs fois ou éventuellement trempé avant la cuisson, pour enlever un excès d'amidon. Cette étape dépend souvent des habitudes des recettes de différents chefs. Le riz est ensuite cuit avec un morceau de konbu, au japon souvent dans un cuiseur à riz.

Le riz cuit est ensuite placé dans un récipient en bois de cyprès ( hangiri) ou il est assaisonné avec du vinaigre de riz, du sel et soit du sucre, soit du mirin. À l'aide d'une spatule spéciale, la shamoji, ont dessine rapidement des sillons dans le riz pour le mélanger uniformément avec l'assaisonnement. Afin d'obtenir la brillance caractéristique des grains de riz, il est nécessaire de refroidir le riz aussi rapidement que possible. Pour cela, on utilise pendant que l'on mélange le riz un grand éventail rond appelé uchiwa. Le riz est ensuite couvert avec un chiffon humide pour l'empêcher de se dessécher. La suite de la recette dépend du type de sushi à préparer : les makizushi sont formés en disposant une feuille de nori sur un makisu. les nigirizushi sont formés dans la paume de la main, tout comme les temarizushi. Le chirashi est préparé en disposant sur le riz obtenu les garnitures en tranches.

Production professionnelle[modifier | modifier le code]

Une boîte de sushis prêts à consommer

Dans les restaurants les plus respectueux de la tradition, on peut trouver des itamae (板前, chef[23]?) spécialisés dans les sushis (le vocable itamae désigne un chef, qui peut être spécialisé dans les sushis ou dans un autre type de cuisine). Les chefs sont traditionnellement formés au Japon après des années d'apprentissage et d'entraînement. On distingue les grades de commis, de wakiita qui possède des devoirs étendus et enfin de chef[24].

Dans les restaurants moins huppés, des machines automatiques permettent la production en grand nombre de sushis et de maki [25]. Le riz peut aussi être industriellement précuit et soit transporté en vrac dans de grands récipients soit en rectangles pré-formés pour les supermarchés, les hôtels, les traiteurs et les restaurants de sushi[26]. Il existe enfin une production industrielle du sushi à destination des supermarchés, frais à consommer rapidement ou surgelé.

Ingrédients et ustensiles[modifier | modifier le code]

Les ingrédients essentiels pour la réalisation de sushi sont le riz, le konbu, le vinaigre de riz, le sel, le sucre ou le mirin pour la réalisation du shari. Si le poisson frais est le plus souvent représenté parmi les neta, il varie suivant le sushi préparé. Les feuilles de nori sont nécessaires pour la réalisation de maki.

Wasabi, sauce de soja et gari sont les accompagnements classiques des sushi.

Les divers ustensiles communs pour préparer tous les types de sushi sont le cuiseur à riz, le hangiri, un récipient en bois de cyprès utilisé pour faire refroidir et mélanger le riz avec l'assaisonnement, la spatule appelée shamoji utilisée pour réaliser ce mélange, le grand éventail rond appelé uchiwa utilisé pour faire refroidir le mélange et le chiffon (fukin) utilisé pour couvrir le mélange.

Il existe aussi des accessoires spécifiques à certains types de sushi, comme le makisu ou encore la presse à oshizushi appelée oshizushihako.

Économie[modifier | modifier le code]

Le sushi est devenu un plat international, consommé au Japon, mais aussi dans les pays asiatiques (Chine, Asie, Corée du Sud, Hong Kong, Taiwan) en Amérique, en Europe. La cuisine japonaise, considérée comme saine et équilibrée, s'est répandue dans les années 1990 à travers le monde. En 2012, on comptait environ 30 000 restaurants dits japonais dans le monde : 14 000 en Amérique du Nord, 10 000 en Asie et 2 500 à travers l'Europe[27]. On estime à 66 % la proportion de sushi parmi les restaurants japonais en Amérique du Nord[28].

Marché[modifier | modifier le code]

Fin de la criée pour le thon au marché aux poissons de Tsukiji

La nation consommant le plus de sushis en Europe est la France. En 2010, on compterait en France 1 580 restaurants de sushis contre 1 750 fast-food de hamburgers[29]. Cependant le chiffre d'affaires annuel du premier serait de 864 millions d'euros contre 4,5 milliards d'euros pour le second[29]. En 2011, on compterait 1 600 restaurants de sushis, soit 1 % de la restauration commerciale, pour un chiffre d'affaires annuel de 690 millions d'euros[30]. 70 % des commandes sont à emporter, 66 % des restaurants sont à Paris[30]. Les restaurants japonais leaders en France ont régulièrement fait appel à des chefs français tels que Thierry Marx ou Cyril Lignac pour adapter leurs produits aux attentes des consommateurs français[31].

Sushi Shop, fondé en 1998, est en 2011 la plus grosse chaine de sushis en France avec 70 restaurants, suivent Planet Sushi (39 restaurants), Eat Sushi (33), et O'Sushi (25)[30],[32]. Le leader français du marché du sushi à destination des supermarchés en frais ou en surgelé est Yedo Sushi [33]. Le leader sur le marché des sushi préparés directement en supermarché est la société KellyDeli, qui opère les stands des supermarchés Carrefour [34]

Le marché japonais du sushi est énorme, la taille du marché étant de 1,5 trillion de yen (environ 11 milliard d'euros), la part de marché des kaitenzushi étant de 500 billion de yen (soit près de 4 milliard d'euros) [35]. La production étant très inférieure à la demande, le Japon importe beaucoup de produits de la mer. Les produits les plus importés pour la préparation des sushi sont les crevettes, le thon, le saumon et la truite [35]. On estime à 45 000 le nombre de restaurants de sushi au Japon [28].

La cuisine japonaise aux États-Unis est principalement le fait de chefs américains : environ 10 % des établissements dits japonais sont effectivement tenus par des japonais[27]. Elle est en vogue, puisque les ouvertures de restaurant japonais a augmenté de 250 % entre 2002 et 2012[27]. Grand marché en Californie[36], l'industrie du sushi aux États-Unis se rapproche donc d'une cuisine fusion.

Impact environnemental[modifier | modifier le code]

Alors que de nombreux stocks de poissons sont en régression, la demande en thon rouge n’est pas sans conséquence sur les stocks halieutiques, notamment en Méditerranée où la surpêche de cette espèce préoccupe les ONG et la commission européenne.

Variations internationales du sushi[modifier | modifier le code]

California roll avec du tobiko.

La place du sushi dans l'alimentation japonaise est rarement respecté. Il existe en France une habitude consistant à manger des menus comprenant sushis et yakitori. Ils sont apparus dans les années 1970, et sont une invention franco-chinoise ; ce type de repas ne conviendrait pas à un japonais, qui le trouverait trop lourd[16].

Outre le california roll américain, il existe de nombreuses variations des sushis en France. On trouve des sushi sous forme de maki ou le nori est remplacé par une galette de riz, du concombre, ou encore recouverts d'oignons grillés, avec des fruits comme neta ; tous ces types de sushi ont très peu de rapport avec les sushis japonais. Le gimbap est un plat coréen proche du makizushi qui trouve ses racines dans les sushis japonais.

L'internationalisation de la consommation de sushi a aussi donné lieu à la substitution de divers ingrédients que l'on peut difficilement se procurer hors du Japon. L'anguille du Japon est par exemple souvent remplacée par de l'anguille[28]. Pour respecter les goûts américains, le riz utilisé pour le sushi aux États-Unis est une variété hybride du japonica typiquement californienne[28]. Le raifort est souvent utilisé partout dans le monde à la place du véritable wasabi, ou dans un mélange de raifort et de wasabi imitant la pâte de wasabi[28]. D'autres aliments sont substitués : le tilapia est utilisé en lieu et place de poisson de la famille des Sparidae utilisé classiquement pour les nigirizushi[28].

Culture[modifier | modifier le code]

Étagère de poupée pour Hina matsuri

Il est traditionnel de servir du chirashizushi lors de Hina matsuri (雛祭り?, littéralement « fête des poupées ») une fête qui a lieu au Japon le 3 mars, jour consacré aux petites filles. Il existe aussi les ehōmaki (恵方巻?), de longs maki qui doivent être mangés en un seul morceau lors de setsubun, une fête de début d'année. Les restaurants de sushi occupent une bonne place dans la liste des restaurants étoilés par le Guide Michelin ; 5 restaurants Japonais de sushi ont 3 étoiles. Les mangas culinaires sont des mangas ayant pour cadre le milieu gastronomiques ; certains, comme J'aime les sushis par exemple, ont lieu dans l'univers du sushi.

Le film Jiro Dreams of Sushi (en) est un documentaire sur Jirō Ono, un des meilleurs maîtres sushi au monde, tenant un petit restaurant de sushi dans une station de métro de Tokyo ayant reçu 3 étoiles au guide michelin. Le film français Sushi sushi a pour cadre le milieu du sushi en France. L'épisode City Sushi de South Park a pour histoire la lutte entre le tenancier du City Wok et du City Sushi. Le groupe de hard rock Mr. Big a appelé un de ces albums Raw Like Sushi. Il existe une reprise d'une chanson de Serge Gainsbourg ayant pour titre L'Homme à tête de sushi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Office québécois de la langue française, « sushi », sur le Grand dictionnaire terminologique,‎ 2010 (consulté le 14 aout 2012) : « La variante graphique souchi est proposée pour correspondre à l'orthographe française. »
  2. « What is Zushi ? », sur http://www.sushiencyclopedia.com/ (consulté le 10 juin 2013)
  3. Naomichi Ishige, « The Japanese Table : The History of Sushi », sur Kikkoman food forum (consulté en 2 août 2013)
  4. a et b Food reference
  5. (en) Richard Hosking, A Dictionary of Japanese Food: Ingredients & Culture, Tuttle Publishing,‎ 1997 (ISBN 978-0-8048-2042-4, lire en ligne), p. 222
  6. a et b Takeo Koizumi, Professor, Tokyo University of Agriculture, « Traditional Japanese Foods and the Mystery of Fermentation » (consulté en 1er mai 2013)
  7. Zschock, Day. The Little Black Book of Sushi: The Essential Guide to the World of Sushi. Page 14-15. 2005. ISBN 1-59359-961-7.
  8. Chad Hershler, « Sushi Then and Now », The Walrus,‎ mai 2005 (lire en ligne)
  9. (ja) 軍カン巻の由来, お寿し大辞典 > お寿し用語集, 小僧寿しチェーン. ({{{2}}}?)
  10. (en) Michael Ashkenazi et Jeanne Jacob, The essence of Japanese cuisine: an essay on food and culture, University of Pennsylvania Press,‎ 2000 (ISBN 0-8122-3566-5, lire en ligne), p. 231 :

    « Called saba zushi or battera, after the Portuguese term for "small boat", which the mould resembles. »

  11. Ann Kondo Corum, Ethnic Foods of Hawaii (2000). Bess Press: p. 54.
  12. Betty Shimabukuro, "Yama's Fish Market offers more than fish (20 mars 2002). Honolulu Star-Bulletin.
  13. Joan Namkoong, Go Home, Cook Rice: A Guide to Buying and Cooking the Fresh Foods of Hawaii (2001). Ness Press: p. 8.
  14. Joan Namkoong, Food Lover's Guide to Honolulu (2006), Bess Press, p. 37.
  15. Mori Kitamura, « Les sushis en vente dans les supérettes ou le secret d’une réussite », Nippon.com, le 6 mai 2013
  16. a et b Alexandra Michot, « La nouvelle cuisine japonaise en France »,‎ 29 novembre 2008 (consulté le 2 mai 2013)
  17. ADAMS A. M & al.Anisakid parasites, Staphylococcus aureus and Bacillus cereus in Sushi and Sashimi from Seattle area restaurants Fiche INIST/CNRS, Journal of food protection; 1994, vol. 57, no4, p. 311-317, avec 39 références. ISSN:0362-028X
  18. F.H. Bolnot et J.J. Benet, Bull.Soc.Vét.Prat. de France, Août/septembre/octobre 2000, T.84, n°4, 231-248 télécharger le document
  19. règlements (CE) n°178/2002, 853/2004 et 2074/2005
  20. Déborah Laurent, "Les sushis peuvent être aussi caloriques qu'un menu Big Mac", 7sur7, 12 mars 2013
  21. Juliette Kellow, "How sushi can make you FAT: It will shock skinny celebs who swear by it, but sushi can have more calories than a Big Mac and fries", Daily Mail, 10 mars 2013
  22. Jan-Hendrik Hehemann et al., Transfer of carbohydrate-active enzymes from marine bacteria to Japanese gut microbiota, Revue Nature, 8 avril 2010.
  23. Kenkyusha's New Japanese-English Dictionary, ISBN 4-7674-2015-6
  24. « Le maître des sushis industriels », sur L'Hebdo (consulté le 10 juin 2013)
  25. « L'ère du sushi industriel est arrivée », sur JOL press (consulté le 10 juin 2013)
  26. Corson, p. 31
  27. a, b et c (en) « Japanese Food Culture » (consulté le 4 mai 2013)
  28. a, b, c, d, e et f Hirotaka Matsumoto, « The internationalization of sushi » (consulté le 10 juin 2013)
  29. a et b Cécile Baraille, « Le sushi rattrape le hamburger mais reste loin du produit de masse », AFP sur Google News, le 5 février 2011
  30. a, b et c Mathilde de Visseyrias, « Europe : la France, plus grand consommateur de sushis », Le Figaro, le 25 décembre 2011
  31. Le marché du sushi: Se regénérer ou se réinventer ?, L'industriel, 10 octobre 2012
  32. Liste des restaurants, Planet Sushi, consulté le 27 décembre 2011
  33. « Yedo Sushi » (consulté le 10 juin 2013)
  34. La société KellyDeli (consulté le 25/03/2014).
  35. a et b « The Changes between the Japanese Households and Fish, and Efforts by Fisheries Industry (Last Half) », sur FOODEX JAPAN 2014 (consulté le 10 juin 2013)
  36. (en) « JETRO Japanese Restaurants Trend 2010 » (consulté le 2 mai 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :