Hôpital d'instruction des armées Bégin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Begin.
Hôpital d'instruction des armées Bégin
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 37″ N 2° 25′ 36″ E / 48.8436003, 2.4265623 ()48° 50′ 37″ Nord 2° 25′ 36″ Est / 48.8436003, 2.4265623 ()  
Pays Drapeau de la France France
Ville Saint-Mandé
Adresse 69, avenue de Paris
Fondation 1858
Affiliation Service de santé des armées
Services
Nombre de lits 301
Spécialité(s) chirurgie orthopédique, cardiologie, endocrinologie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

(Voir situation sur carte : Val-de-Marne)
Géolocalisation sur la carte : Paris/Val-de-Marne/Paris et la petite couronne/France

L'hôpital d'instruction des armées (HIA) Bégin est un hôpital militaire situé au 69, avenue de Paris à Saint-Mandé[1] dans le Val-de-Marne, près de Paris. Il porte le nom de Louis Jacques Bégin (1793-1859), chirurgien militaire de l'Empire.

Historique[modifier | modifier le code]

Cet établissement de santé résulte d'un décret de Napoléon III du 21 avril 1855 pour recevoir les blessés et invalides de la guerre de Crimée. Il supplée alors l'insuffisance des deux hôpitaux militaires parisiens du Val-de-Grâce et du Gros-Caillou qui avaient des difficultés à accueillir tous les blessés. L'hôpital est inauguré le 31 mai 1858 sous le nom d'hôpital militaire de Vincennes[2]. Il est construit sur l'ancien site de la ménagerie royale du château de Vincennes[3], selon les plans symétriques en forme de fer à cheval du lieutenant-colonel Livet et du capitaine du génie Merland, avec cour d'honneur et bassin, et l'hôpital est encadré de jardins.

Pour l'anecdote, l'Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, lors d'une promenade équestre dans le bois de Vincennes aperçoit une statue de la Vierge honorée par les femmes désirant un enfant, Notre-dame-de-Lorette. Elle descend de cheval et prie la Vierge car elle avait déjà fait deux fausses couches. Quelques mois plus tard, le 16 mars 1856 naissait un fils, qui sera leur fils unique, le prince Napoléon Eugène Louis. Pour sa naissance, une petite chapelle de style roman est alors bâtie dans le parc de l'hôpital en construction et la statue de la Vierge y est déposée[4]. Elle est toujours visible et entretenue au nord-ouest du parc de l'hôpital. Sur le fronton de l'hôpital Bégin est sculpté - en souvenir de cette naissance impériale - un berceau orné d'un aigle, symbole de Napoléon.

Le 31 mars 1900, l'établissement prend le nom d'hôpital militaire Bégin, en hommage au chirurgien militaire Louis Jacques Bégin (1793-1859)[5]. Durant les années 1910 à 1912 est édifié un quartier des contagieux : trois pavillons pour les malades et un pour loger les infirmiers. Situés au nord-est du parc, éloignés des bâtiments principaux ils sont séparés par un mur de clôture. Après la guerre, en 1920, les capacités d'hospitalisation passent de 950 à 600 lits. En 1946 les pavillons des contagieux sont désinfectés et par décision ministérielle, le 21 janvier 1947, le ministre de la Guerre décide l'implantation dans ces lieux d'un service de maternité. En 1964, un vaste bâtiment moderne en forme de croix est construit au sud de l'hôpital par l'architecte Laborie. Il est inauguré le 29 octobre 1970 par Michel Debré, alors ministre chargé de la Défense nationale.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Depuis 2002, l'établissement connaît une profonde mutation architecturale et fait l'objet d'importants travaux de rénovation et de modernisation, en répondant à un projet médical axé sur l'optimisation de la performance des services et la mise en conformité du bâtiment avec les normes actuelles (incendie, développement durable)[6].

Les travaux sont prévus en trois phases, dont la fin est prévue pour 2013 :

  • 1re phase : Construction de la nouvelle aile Sud, regroupant les services des urgences, de l'imagerie médicale, le plateau de consultations externes (comprenant notamment les spécialités de gynécologie, cardiologie, exploration digestive, ORL et ophtalmologie), le plateau des laboratoires de biologie médicale et de pathologie, le service des maladies infectieuses et tropicales, le service de cardiologie et la pharmacie hospitalière[7].
  • 2e phase : Aménagement de l' aile Ouest, et destruction de l'aile Nord[8].
  • 3e phase : Restructuration de l'aile Est.

À la suite de ces travaux, l'hôpital passera à une capacité de 360 lits[9], dont 20 lits pour l'hospitalisation ambulatoire (hôpital de jour). Plus de 80 % des chambres seront individuelles et équipées d'un cabinet de toilette.

Activités[modifier | modifier le code]

Insigne militaire de l'hôpital Bégin

L'hôpital Bégin est géré par le Service de santé des armées et accueille à ce titre prioritairement le personnel militaire, mais participe également au service public hospitalier, puisqu'il est ouvert à tous les assurés sociaux (civils).
En 2011, 80 % des patients sont des civils qui l'ont choisi pour des consultations ou des hospitalisations.
Il est considéré comme un hôpital de proximité, grâce notamment à son service d'accueil et d'urgence ouvert 24h/24, par la population de Vincennes, Saint Mandé, Montreuil, Nogent-sur-Marne et la proche banlieue parisienne[2].

D'une capacité actuelle de 301 lits, l'hôpital est spécialisé dans la chirurgie orthopédique, la cardiologie, et l'endocrinologie.
Il dispose en outre d'un service « maternité » de 16 lits[10], ce qui est une spécificité pour un hôpital militaire.
L'hôpital emploie 1 000 personnes, dont 100 médecins.

Activités générales[modifier | modifier le code]

Spécificités[modifier | modifier le code]

  • Gynécologie-maladie du sein-maternité : parmi les neuf hôpitaux militaires français, l'hôpital Bégin est le seul à disposer d’un pôle mère-enfant avec un service de maternité et de gynécologie[11].
  • Service d'accueil et d'urgence 24h/24
  • Chirurgie articulaire et prothèse
  • Prise en charge des maladies cardiaques du diabète et troubles de la thyroïde
  • Médecine des voyages et vaccinations internationales

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Hôpital d'instruction des armées Bégin (Paris) », sur wikimapia.org (consulté le 27 août 2010)
  2. a et b Magazine Vincennes Info, mars 2011, p.?.
  3. D'après le panneau de présentation à l'entrée de l'hôpital.
  4. L'hôpital des armées Bégin de sa création à nos jours. Vittori. Revue historique de l'armée. 1972, 28, (1), 106-121
  5. Les bustes de Louis Jacques Bégin sont présents dans la salle des fêtes, ainsi que dans la chapelle de l'hôpital.
  6. Les précédents travaux effectués au sein de l'hôpital dataient des années 1970.
  7. L' aile Sud représente 25 000 m², répartis sur 6 niveaux. Elle a été inaugurée en décembre 2011 par l’ancien ministre de la Défense Gérard Longuet, après 3 ans de travaux.
  8. Démolition prévue à l'automne 2012.
  9. Capacité pouvant monter à 431 lits en cas de crise.
  10. (fr) « Maternité de l'Hôpital d'Instruction des Armées Bégin (public) », sur maternites.doctissimo.fr (consulté le 27 août 2010)
  11. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]