Guéron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guéron (homonymie).
Guéron
L'église Saint-Germain.
L'église Saint-Germain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes de Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Marie-Claude Simonet
2014-2020
Code postal 14400
Code commune 14322
Démographie
Gentilé Guéronais
Population
municipale
237 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 00″ N 0° 42′ 41″ O / 49.25, -0.71138888888949° 15′ 00″ Nord 0° 42′ 41″ Ouest / 49.25, -0.711388888889  
Altitude Min. 38 m – Max. 84 m
Superficie 5,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Guéron

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Guéron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guéron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guéron

Guéron est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 237 habitants[1] (les Guéronais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Guéron est située au cœur du Bessin, dans la vallée de l'Aure, et fait partie de la communauté de communes Bayeux Intercom. Son bourg est à 4 km au sud de Bayeux, à 12 km au nord-ouest de Tilly-sur-Seulles et à 14 km au nord-est de Balleroy[2]. Le nord-est du territoire communal borde la route départementale 572 de Bayeux à Saint-Lô (ancienne nationale 172).

Les principaux hameaux sont : Montmirel, le Bourg, Cauvin, la Masse, Près le Pont de Bois, les Flagues, la Bouffardière, le Hiéblé, le Mesnil, le Pont d'Yaulne, la Mare de la croix.


Communes limitrophes de Guéron[3]
Saint-Loup-Hors Saint-Loup-Hors, Bayeux Monceaux-en-Bessin
Saint-Loup-Hors,
Subles
Guéron[3] Monceaux-en-Bessin
Arganchy Arganchy, Ellon Ellon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Guéron, Geron en 1198, Gueron en 1277[4] : le toponyme est issue de l'anthroponyme germanique Wero[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune possédait une des plus riches prébendes du diocèse.

Une maison servit de refuge aux protestants pendant les guerres de religion, puis pendant la Révolution à l'abbé Henri Edgeworth de Firmont, confesseur de Louis XVI, avant son exil en Angleterre.

La croix du cimetière a été érigée en août 1660. Le 17 décembre 1850, le clocher a été frappé par la foudre, la flèche a été fendue dans toute sa hauteur. Avec l'aide de la Société française d'archéologie, le marquis de Bricqueville, maire de la commune à cette époque, le fait reconstruire par l'architecte Delaunay. Le château Saint-Gilles appartenait à la famille de Marguerie, au XVIIIe siècle, il est passé à la famille de Bricqueville. Monseigneur Pierre Pican, évêque de Bayeux a procédé en avril 2004 à la bénédiction du calvaire qui a été déplacé suite la création de la déviation autoroutière de Bayeux.

  • 27 octobre 1780 : bénédiction des cloches de l'église, fondues à Castillon par le sieur Nicolas Simon.
  • 30 janvier 1790 : élection de la municipalité.
  • 23 juillet 1830 : achat du presbytère par la Mairie.
  • 19 avril 1877 : construction de l'école, fermée depuis 1967.
  • 1883-1885 : construction du lavoir en remplacement d'un abreuvoir.
  • 27 janvier 1920 : un monument aux morts (1914-1918) est réalisé par M. Lesage de Bayeux, une plaque de marbre est apposée dans l'église à la mémoire des treize morts.
  • 19 mai 1935 : bénédiction du calvaire.
  • 1995 : transformation du presbytère en mairie, l'ancienne mairie de 1885 est démolie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1941 1951 Antoine Gérard    
1951 1977 Louis Laisney    
1978 mars 2001 Bernard Baucher    
mars 2001 en cours Marie-Claude Simonet[6] SE  
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 237 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. Guéron a compté jusqu'à 355 habitants en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
327 271 313 355 322 312 314 295 285
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
271 275 248 248 238 224 244 216 255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251 244 244 222 239 234 213 229 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
226 224 197 238 239 236 214 212 233
2011 - - - - - - - -
237 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Germain, dédiée à Germain d'Auxerre, date du XIIe siècle et a été remaniée en partie au XIXe siècle dans le style néo-roman. Le chœur est remarquable par son abside semi-circulaire très bien conservée et fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis le 6 août 1915[9]. La cloche date de 1780. La statue en bois de saint Germain du XVIIIe siècle qui se trouve dans l'église proviendrait de l'ancien couvent des Ursulines de Bayeux, elle a été achetée en 1949 par l'abbé Julien.
  • Dans le chemin de la fontaine existe une source dédiée à saint Germain, elle n'est jamais tarie, elle est réputée guérir les maladies des yeux.
  • Sur la façade de la maison Bréard, hameau Montmirel, une plaque commémore le passage du général de Gaulle en 1944.
  • Le manoir du Grand Mesnil (XVIIe siècle), aux cheminées Louis XIII, figure sur la carte de Cassini.
  • Château Saint-Gilles du XVIIIe siècle.
  • Ancienne prébende, chemin de la cavée.
  • Maison, chemin la cavée, où se refugia l'abbé Edgeworth de Firmont (deux plaques ont été apposées, une sur la maison, une dans l'église en souvenir de cet abbé).
  • Moulins de Guéron.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L'abbé Edgeworth de Firmont (1745-1807) vint se cacher durant trois semaines dans une maison de Guéron, chemin de la cavée en 1796. Il réussit à s'embarquer pour les îles Saint-Marcouf, puis pour l'Angleterre. Cet ecclésiatique est célèbre pour avoir accompagné Louis XVI sur l'échafaud. On lui a attribué la phrase suivante : « Fils de saint Louis, montez au ciel ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[10].
  1. Population municipale 2011.
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 141
  6. a et b Réélection 2014 : « Guéron (14400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Guéron sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :