Subles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Subles
La rue Saint-Martin
La rue Saint-Martin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Bayeux
Intercommunalité Communauté de communes Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Gérard Manach
2014-2020
Code postal 14400
Code commune 14679
Démographie
Gentilé Sublais
Population
municipale
659 hab. (2011)
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 30″ N 0° 44′ 59″ O / 49.2416666667, -0.74972222222249° 14′ 30″ Nord 0° 44′ 59″ Ouest / 49.2416666667, -0.749722222222  
Altitude Min. 30 m – Max. 82 m
Superficie 2,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Subles

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Subles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Subles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Subles

Subles est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 659 habitants[1] (les Sublais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le pays du Bessin, sur la Drôme. Elle est à une distance de cinq kilomètres de Bayeux sur l'axe router Bayeux-Saint-Lô.

Communes limitrophes de Subles
Ranchy Ranchy, Saint-Loup-Hors Saint-Loup-Hors
Agy Subles Guéron,
Arganchy
Noron-la-Poterie Saint-Paul-du-Vernay, Arganchy Arganchy

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1834 un différend oppose les habitants de Subles et d'Agy, qui conduit à la vente et à la destruction de l'église d'Agy au profit de Subles.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1993 André Lefèvre    
1993 mars 2014 Jacky Geffroy SE Tourneur-fraiseur
mars 2014[2] en cours Gérard Manach SE Chargé d'affaires à GRDF
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 659 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2]. C'est en 2009 que Subles a atteint son maximum démographique. Le nombre d'habitants avait plafonné à 334 habitants au XIXe siècle avant de redescendre à 187 en 1911.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235 237 231 275 334 334 331 334 313
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
289 303 306 266 270 280 277 289 255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248 209 187 207 210 205 236 237 224
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
230 220 315 349 574 571 554 551 651
2011 - - - - - - - -
659 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Moulin de Hard, XVIIIe siècle.
  • Manoir de Pézerolles, XVIIe siècle.
  • Église Saint-Martin, XIVe siècle.
  • Pont roman sur la Drôme.
  • Maison des Desmant, XVIIIe siècle.
  • Four à chaux XIXe siècle.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis Étienne Desmant est né à Choisy-le-Roi en 1844. Il est devenu le directeur de la manufacture de Choisy. Pour des raisons qu'on ne connait pas, il a préféré s'installer à son compte à Subles où il a créé vers 1885 un modeste atelier familial de poteries en utilisant l'argile locale. Il est mort le 15 août 1902 à Subles. Son fils Lucien Adolphe Desmant, né à Charenton-le-Pont le 1er mars 1875, lui a succédé à Subles où il est décédé le 20 octobre 1929.

Les Desmant ont été des chercheurs et des créateurs et peuvent à bien des égards être comparés à leurs contemporains de Vallauris, tels les Massier avec lesquels ils auront en commun de fameux décors irisés. Étienne Desmant a eu l'idée nouvelle de représenter des thèmes historiques locaux à connotation touristique. Lui et son fils vont ainsi reproduire les scènes de la célèbre Tapisserie de Bayeux de 1890 à la mort de Lucien. Ils réaliseront aussi de nombreux décors végétaux (chardons, houx, bambous…). Ils vont aussi faire évoluer les formes de leur poterie de l'art nouveau à l'art déco. Ils élaboreront des fabrications de type hispano-mauresques au grand feu en terre lustrée. Des poteries atteindront parfois des tailles stupéfiantes. Ils eurent des émules locales : René Émile Brenner (1889-1942) d'origine alsacienne à Caen ; la poterie du Mesnil de Bavent qui existe encore et qui réalise toujours des services à l'effigie de la Tapisserie de Bayeux (on notera qu'autrefois, elle accueillit Pissareff, potier renommé du Beauvaisis) ; Michel Vautier dans l'après-guerre (la céramique d'art de Mondeville) spécialisé aussi dans les coiffes régionales ; Lamy dont on ne sait rien, mais dont les productions sont très belles. La collection de référence des Desmant se trouve au Musée Baron Gérard de Bayeux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[5].
  1. Population municipale 2011.
  2. « Subles (14400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 10 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Subles sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :