Ryes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Rye (Jura), Ri (Orne) ni Ry (Seine-Maritime).
Ryes
Église Saint-Martin de Ryes
Église Saint-Martin de Ryes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Bayeux
Canton Ryes
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Bayeux Intercom
Maire
Mandat
Françoise Marie
2008-2014
Code postal 14400
Code commune 14552
Démographie
Gentilé Rissois
Population
municipale
494 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 45″ N 0° 37′ 21″ O / 49.3125, -0.6225 ()49° 18′ 45″ Nord 0° 37′ 21″ Ouest / 49.3125, -0.6225 ()  
Altitude Min. 15 m – Max. 59 m
Superficie 9,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Ryes

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Ryes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ryes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ryes

Ryes est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 494 habitants[Note 1] (les Rissois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Ryes se situe à 5 kilomètres au nord-est de Bayeux, dans le Bessin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ryes est mentionnée sous la forme Rigia en 1060[1].

Il s'agit, d'après les formes anciennes, d'un terme apparenté au mot français raie (< ancien français roie). Il est issu du gallo-roman *RICA, d'un type gaulois *ricā « sillon » cf. moyen gallois rych « sillon » et vieux breton rec (> breton rec'h « déchirement »), répandu dans toute l'aire gallo-romane et attesté en bas latin par les formes riga, rega, rige (v. FEW t. 10, pp. 393-394)[2],[3].

Possible homonymie avec Ry (Seine-Maritime, Ricum 1236)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a donné son nom aux seigneurs de la famille de Ryes, contemporains de Guillaume le Conquérant. Le seigneur de Ryes, Hubert de Ryes, est cité au milieu XIe siècle pour avoir accueilli le duc Guillaume aux prises avec ses barons révoltés. Il l'a ensuite sauvé en le faisant escorter par ses trois fils jusqu'à Falaise pendant que lui-même envoyait les barons révoltés dans une autre direction.

Le , une voie ferrée d'intérêt local à 60 cm est ouverte entre Courseulles et Bayeux par les Chemins de fer du Calvados. Le même jour, une branche partant de Ryes vers Arromanches est également mise en service. La ligne principale et son embranchement sont déclassés du réseau le [5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Ryes

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
d’azur à la fasce accompagnée en chef de deux glands et en pointe d’un croissant soutenant une moucheture, le tout d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
- 1995 Jean Pidoux SE Huissier
1995 mars 2008 Patrice Lievens SE Instituteur
en cours Françoise Marie SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 494 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
601 559 589 568 531 544 553 524 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 506 470 437 420 430 416 433 445
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
418 411 359 303 326 305 301 330 403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
359 377 338 317 421 450 472 474 496
2011 - - - - - - - -
494 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[9].
  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1) (OCLC 6403150). p. 130. Article Ry.
  2. Site du cnrtl : étymologie de raie 1
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, errance 2003. p. 256. Article rica.
  4. F. de Beaurepaire, Op. cité.
  5. Alain de Dieuleveult, Calvados pour les petits trains, Éditions Cénomane / La Vie du rail, Le Mans / Paris, 1997, (ISBN 2-905596-58-9 et 2-902808-74-7)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Notice no PA00111648 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Ryes sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :